Tags Posts tagged with "chiffres"

chiffres

par -

Les revenus du groupe PGH (Poulina Group Holding) durant l’année 2016 ont globalement progressé de 6,1% grâce essentiellement à l’amélioration des métiers intégration avicole, commerce et emballage. C’est ce qui a été indiqué lors de la communication financière et de l’Assemblée générale ordinaire (AGO) du groupe qui se tiennent actuellement à son siège à Ezzahra.

Les revenus de l’intégration avicole ont par ailleurs augmenté de 60 MDT, soit +8%. Cette hausse a concerné les aliments, la viande de volailles et dérivés, les poussins et œufs de consommation.

Quant au secteur du commerce et des services, l’évolution est de 35 MDT (+8%). Elle est expliquée par les bonnes performances réalisées au niveau des ventes des matières premières suite à l’extension de la capacité de stockage et le bon suivi du marché boursier, qui ont permis d’augmenter la plus-value dans la vente et la consommation des matières premières.

S’agissant des autres secteurs, il convient de signaler que les revenus de l’emballage ont augmenté de 14%, les matériaux de construction de 7% et les produits de grande consommation de 3%.

par -

L’Assemblée Générale ordinaire (AGO) de la Société Tunisienne des Banques (STB), qui a eu lieu ce mardi 23 mai 2017 dans l’un des hôtels du Lac, s’est déroulée sous haute tension au point que des altercations verbales se sont déclenchées entre les actionnaires de la banque. Ces derniers n’ont pas pu contenir leur colère suite à la décision de l’établissement de ne pas distribuer des dividendes au titre de l’année écoulée. Pour les actionnaires, “c’est un droit“, pour la direction de la banque c’est impossible à cause d’une situation difficile et des pertes colossales cumulées depuis plusieurs années. La non distribution de dividendes n’était pas la seule raison de la colère, les faiblesses de la banque, l’absence de vision et de stratégie claire et cohérente, comme dans les autres établissements, notamment privées, ont été également soulevés.

Samir Saïd, directeur général de la Banque, a lors de cette AGO indiqué que 2019 et 2020 seront les années du virage et de l’évolution de la banque, faisant remarquer que la STB a ouvert plusieurs chantiers susceptibles de contribuer au développement de la structure.

S’agissant de la situation financière de la banque, Samir Saïd a estimé qu’elle dépendra de la reprise du secteur du tourisme : “Actuellement les réalisations du secteur touristique sont bonnes… Il y a des signes positifs de reprise“, a-t-il indiqué, soulignant toutefois que si les perturbations se poursuivent dans les régions, comme c’est le cas en ce moment à Tataouine, non seulement le tourisme y perdra mais aussi la STB et l’État.

J’espère que les choses vont se calmer. Cela devient très inquiétant. La STB a bien commencé, mais si les manifestations et les événements violents se poursuivent, il n’y aura rien ni pour la STB, ni pour l’économie nationale“, a-t-il expliqué.

Concernant la stratégie de la banque vis-à-vis de ses clients, le DG de la STB a assuré que la banque poursuivra le développement des projets en Tunisie, surtout ceux à forte rentabilité. “On va donner du capital et du crédit, mais autrement et d’une manière efficace“, a-t-il ajouté.

Quant à elle, la présidente du Conseil d’administration de la banque, Néjia Gharbi, a annoncé qu’un contrat-programme à l’horizon 2020 avait été signé avec le ministère des Finances. Ce document trace, selon elle, les grandes lignes de la stratégie de la banque, ses actions futures, sa démarche, sa nouvelle orientation et les résultats attendus. “Nous voulons créer une nouvelle dynamique au sein de la banque“, a indiqué Gharbi, estimant que l’une des bases pour créer ce dynamisme c’est l’indexation de la paie sur la production : “Les augmentations seront prochainement tributaires des résultats, de l’efficacité, de la rentabilité et de la valeur ajoutée (…) Nous espérons aussi que la rémunération soit au même niveau que celle pratiquée dans le secteur privé“, a-t-elle dit.

Néjia Gharbi a sous un autre angle indiqué que la banque ne va pas distribuer de dividendes cette année et ce, suite aux difficultés par laquelle elle passe : “Nous avons 694 mille dinars de pertes cumulées, on n’a pas le droit de distribuer des dividendes“, a-t-elle dit.

Pourtant il y a des sous…

Tous les objectifs fixés au titre de l’exercice 2016 ont été atteints avec des taux de réalisation dans la droite ligne des prévisions. En effet, les dépôts de la clientèle se sont situés à 5443 Millions de dinars (MD), un taux de réalisation de 98% des objectifs et les crédits nets à la clientèle ont atteint un encours de 5557 MD, correspondant à 100% des objectifs.

Ainsi, le PNB a progressé de 15% par rapport à son niveau à fin 2015 pour se situer à 309,6 MD, soit un taux de réalisation de 99% des objectifs. En outre, le résultat brut d’exploitation (RBE) a bondi à 160,6 MD, en progression de 16,8% par rapport à 2015, représentant ainsi un taux de réalisation des objectifs de 102%.

Par ailleurs, le résultat net avant coût de restructuration sociale s’est établi à 65 MD contre 33 MD en 2015, soit une progression de 97% et un taux de réalisation de 98% des objectifs.

Ainsi, la STB a clôturé l’exercice 2016 avec un résultat net qui s’élève à 40,5 MD, en progression de 7,5 MD, +22,6%, par rapport à son niveau en 2015.
À fin décembre 2016, le PNB (Produit net bancaire) s’est établi à 309,6 MD, en progression de 39,9MD, +14,8%, par rapport à l’exercice 2015. La structure du PNB demeure marquée par la prédominance de l’activité d’intermédiation, une part de 52%, avec toutefois une amélioration de la contribution des commissions (+2,6 points de pourcentage) pour se situer à hauteur de 21,8% du PNB. A noter aussi la contribution des revenus générés par le portefeuille titres commercial et investissement, établie à 26,5% en 2016 contre 24% en 2015.

Ainsi et au regard de l’amélioration du PNB et à l’accroissement des charges opératoires (+12,3%), le résultat brut d’exploitation a progressé de 23,1 MD, +16,8%, pour s’établir, au terme de l’exercice 2016, à 160,6 MD contre 137,5 MD à fin 2015.

S’agissant des prévisions, la Banque a inscrit 2020 comme l’année du décollage pour la STB, alors que 2018 sera l’année de la reprise d’une croissance rentable et durable.

Lors de cette AGO, il a été également signalé que les principaux indicateurs d’activité et de performance de la banque évolueront, durant la période 2016-2020, et le résultat net augmentera de plus de 46,2% pour atteindre 185 MD en 2020 (aux taux de croissance annuels moyens, TCAM).

par -

Le député de Nidaa Tounes à l’Assemblée des Représentants du Peuple (ARP) Mohamed Fadhel Ben Omrane a démenti les statistiques et les chiffres récemment communiqués par l’Institut National des statistiques(INS) sur le taux de pauvreté en Tunisie.

Lors de son intervention, ce mardi 24 janvier 2017, au cours d’une plénière consacrée aux questions orales à 5 ministres dont le ministre de Développement, de l’Investissement et de la Coopération internationale, Ben Omrane a accusé l’INS de publier des chiffres erronés et d’induire l’opinion publique en erreur.

Selon ses déclarations, il est très improbable que le taux de pauvreté baisse en Tunisie de 5 points entre 2010 et 2015.

Le député de Nidaa Tounes a, à ce propos, appelé à mettre en place un comité d’audit composé de plusieurs responsables et parties gouvernementales pour enquêter sur les chiffres communiqués par cet institut au sujet de la pauvreté.

par -

Salwa Kadri, la déléguée régionale du tourisme à Monastir, avait déclaré le mercredi 20 juillet 2016, sur Africanmanager, que « plus de 12 mille touristes de différentes nationalités (des Russes, des Tchèques, des Polonais, des Allemands)” séjournaient à Monastir à cette date. Les hôtels avaient affiché “complet et le secteur touristique dans la région” connaissait “une reprise remarquable. Plusieurs touristes algériens sont attendus au cours de cette saison estivale », avait-elle ajouté.

Ahmed Kalboussi, délégué régional du tourisme à Djerba, avait affirmé le vendredi 12 août 2016, toujours sur Africanmanager, affirmé que « de bons chiffres ont été enregistrés au cours du mois de Juillet 2016 en comparaison avec la même période de l’année précédente. Le nombre d’arrivées est de l’ordre de 108 mille. Le nombre de nuitées passées dans les unités hôtelières de la station balnéaire Djerba/Zarzis a dépassé les 740 mille au mois de juillet dernier avec un taux d’occupation de 71%, soit une hausse de 120% par rapport à la même période de 2015″. Au regard des derniers chiffres de l’Office national du tourisme tunisien (ONTT), très mauvais, de deux choses l’une : Soit Mme Kadri et M. Kalboussi se sont trompés de données, ce qui est très peu probable, soit les éléments qu’ils ont communiqués sur l’embellie dans leurs régions sont l’arbre qui cache la forêt. Une deuxième hypothèse qui tient plus la route.

L’ONTT fait état d’un secteur malade. Malade depuis les terribles attentats de 2015. Le tourisme tunisien ne s’est toujours pas remis de la dégradation du climat sécuritaire et de la survivance des dangers terroristes. Le bilan de l’ONTT fait état d’un recul de -15% des recettes touristiques en comparaison avec 2015 et de -33,8% par rapport à 2010. Si on prend la période du 1er janvier au 20 août 2016, les revenus du tourisme ont fondu de -15%, 2123,6 millions de dinars (MD) en 2010 et 1653 MD l’an dernier. Les chiffres de 2016 ne seront guère plus brillants, avec un maigre 1405,5 MD enregistré en août 2016.

Les prévisions de la ministre ont fait pschitt

Pourtant les autorités y vont généreusement quand il s’agit de faire la promotion de la destination Tunisie, les professionnels font preuve de beaucoup de volontarisme pour sortir le secteur de l’ornière ; mais voilà, tout cela ne paye pas. En tout cas pas au niveau souhaité par le gouvernement et les opérateurs. Dans le document, il est mentionné que 3.502.580 arrivées aux frontières ont été notées fin août 2016 contre 3.628.069 l’an dernier et 5.178.212 en 2010.

Le rapport ajoute que moins de 4 millions de touristes ont visité la Tunisie durant la saison estivale, des chiffres en net décalage avec les évaluations de la ministre du Tourisme, Salma Elloumi Rekik. On était au mois de mai 2016, et on pouvait encore y croire. La ministre avait avancé le chiffre de 5,5 millions de touristes en 2016 comme un horizon raisonnable. A l’arrivée les résultats ont été tout autres..

Si on prend par segment, les nuitées globales de 2016 ont enregistré un recul de -6,7% en comparaison avec l’année dernière et de -52,5% par rapport à 2010.

Concernant les entrées des non résidents par nationalité, presque tous les marchés émetteurs ont viré au rouge. Par exemple le marché européen, le plus important, est en recul de -11,6%. 904.484 Européens se sont rendus en Tunisie en 2016, d’après les résultats préliminaires de l’ONTT, contre 1.023.533 en 2015.
Le marché anglais a littéralement fondu, -92,7%. Les marchés français et allemand ont enregistré un repli respectif de -24,1% et -53,9%.

Heureusement que les Russes et les Algériens sont là!

La bouffée d’oxygène est venue des marchés russe et ukrainien. Les Russes sont tombés amoureux de la Tunisie, 404.134 d’entre eux s’y sont rendus, du 1er janvier au 20 août 2016, ce qui fait un bond de +797,6% en comparaison avec 2015.

Le marché algérien se porte également comme un charme. Une croissance de 15,5% a été enregistrée, soit 987.194 visiteurs algériens.

Ce qu’il faudrait c’est que les autres marchés émetteurs traditionnels aient le même appétit pour la Tunisie, mais on n’en prend pas le chemin malgré les efforts non négligeables des autorités…

par -
Dans une interview accordée ce mardi 19 juillet au quotidien « Achourouk », la ministre du Tourisme, Salma Elloumi Rkik, s’est montrée optimiste quant aux chiffres réalisés durant les dix premiers jours de ce mois.
A ce titre, elle a déclaré qu’une évolution de 44% a été enregistrée au niveau des visiteurs et ce, en comparaison avec la même période de 2015.
Dans le même contexte, elle a ajouté que les visiteurs provenant du marché européen ont progressé de manière considérable, 121%.
La même tendance haussière a touché le volet du recrutement. En effet, les recrutements réalisés dans le secteur touristique ont évolué de 36%, d’après la ministre.
« Si on va continuer avec ce même rythme, on est capable de dépasser les chiffres réalisés en 2015 », a estimé Salma Elloumi Rkik, faisant savoir que l’objectif visé est d’atteindre 10 millions de touristes à l’horizon 2020.

INTERVIEW

Le Directeur général de l’Agence de promotion de l’industrie et de l’innovation (APII), Samir Bechoual, a appelé à l’institutionnalisation de la campagne d’interpellations et...

AFRIQUE

La Banque africaine de développement (BAD) pense pouvoir offrir 25 millions d'emplois d'ici 2025, dans le cadre de sa nouvelle stratégie pour changer le...

SPORT

Reseaux Sociaux