Tags Posts tagged with "Colombie"

Colombie

par -

Les Nations Unies ont appelé la communauté internationale à aider d’urgence la Colombie qui doit gérer un afflux massif de ressortissants du Venezuela.

« C’est une catastrophe. C’est un vrai désastre humanitaire » a alerté David Beasley, le Directeur exécutif du Programme alimentaire mondial PAM lors d’un point de presse mardi à Bogota, la capitale colombienne. « Plus d’un million de Vénézuéliens ont traversé la frontière et ils ne rentrent pas », a-t-il ajouté.

Le nombre de Vénézuéliens contraints de quitter leur pays ne cesse d’augmenter. Ces derniers fuient une situation politique et socioéconomique complexe. L’insécurité, le manque de nourriture, de médicaments, et d’accès aux services sociaux de base et la perte de revenus et de pouvoir d’achats les poussent à partir à l’étranger.

Le chef du PAM s’est rendu en Colombie pour évaluer l’impact humanitaire de cet exode sur le terrain. Au poste frontière de Cúcuta dans le nord-est du pays, M. Beasley a constaté que plus de 40.000 Vénézuéliens entraient chaque jour sur le territoire colombien à la recherche de nourriture et de médicaments. « Et il ne s’agit que d’un point de passage légal ! ».

L’afflux massif de Vénézuéliens met une pression particulère sur les communautés colombiennes qui les accueillent. « Nous avons vraiment besoin d’augmenter notre aide au gouvernement colombien », a déclaré le chef du PAM, soulignant que la crise actuelle pèse sur les épaules de Bogota et risque de déstabiliser la région.

Au Venezuela, un nombre croissant d’enfants souffrent de malnutrition, a averti de son côté le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF). Une malnutrition qui trouve ses racines dans la crise économique prolongée qui touche le pays, a précisé le fonds onusien.

Le Directeur exécutif du PAM a pu s’entretenir avec des Vénézuéliens qui ont fui leur pays. « Les gens meurent de faim ! C’est aussi simple que cela. Les gens ne peuvent pas obtenir de la nourriture », a dit M. Beasley. « Même s’ils ont de l’argent, ils ne peuvent pas obtenir de la nourriture ! ».

Le chef du PAM a annoncé que l’équipe pays des Nations Unies en Colombie développe avec le gouvernement colombien un plan intégrée pour répondre à la crise humanitaire. « Nous ferons tout notre possible pour aider les personnes qui ont quitté le Venezuela où qu’elles aillent », a déclaré M. Beasley.

Le nombre de demandeurs d’asile vénézuéliens à travers le monde a augmenté de 2.000% depuis 2014 (HCR)

Afin de mieux répondre à l’exode continu des Vénézuéliens vers les pays voisins et au-delà, le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) a publié de nouvelles directives à l’intention des gouvernements pour gérer la situation des personnes ayant besoin de protection internationale et d’aide humanitaire.

« Si tous les Vénézuéliens quittant le pays n’y sont pas incités pour des raisons liées à celles des réfugiés, il apparaît de plus en plus clairement que, si tous ne sont pas des réfugiés, un nombre important d’entre eux ont besoin d’une protection internationale », a déclaré la porte-parole du HCR, Aikaterini Kitidi, lors d’un point de presse à Genève.

Depuis 2014, le nombre de demandeurs d’asile vénézuéliens à travers le monde a augmenté de 2000% – et principalement dans les Amériques durant les douze derniers mois.

Bien que plus de 94.000 Vénézuéliens aient pu accéder aux procédures d’asile dans d’autres pays en 2017, bien davantage parmi les personnes qui ont besoin de protection optent pour d’autres arrangements légaux de séjour, qui sont plus rapides à obtenir pour exercer le droit au travail, l’accès aux soins de santé et à l’éducation. Toutefois, des centaines de milliers de Vénézuéliens vivent actuellement sans papiers ni permis de séjour légal dans les pays d’asile. Cela les rend particulièrement vulnérables à l’exploitation, la traite et la violence, aux abus sexuels, à la discrimination et la xénophobie.

« Dans ce contexte, ces nouvelles directives du HCR encouragent les États à veiller à ce que les Vénézuéliens aient accès au territoire et aux procédures relatives aux réfugiés », a déclaré la porte-parole. « Compte tenu de la situation au Venezuela, il est essentiel que les Vénézuéliens ne soient ni expulsés ni refoulés vers ce pays ».

par -

Au moins 26 personnes, pour la plupart des policiers, ont été blessées dimanche dans une explosion criminelle près des arènes de Bogota, où des corridas controversées ont repris en janvier après quatre ans d’interruption, selon Nouvelobs.

Le président colombien Juan Manuel Santos a pour sa part qualifié sur Twitter l’explosion d'”attaque contre les policiers qui garantissaient la sécurité de La Macarena”.

Les corridas y ont repris en janvier après une interruption de quatre ans, déclenchant une intense vague de protestations et donné lieu à des affrontements entre la police et des groupes opposés à la tauromachie, a expliqué la même source.

par -

La Colombie fait un saut dans l’inconnu après le refus des citoyens, par une courte majorité lors du référendum d’hier dimanche 02 octobre (50,2%), à la surprise générale, de valider l’accord de paix avec les Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC, extrême gauche), que les autorités ont eu beaucoup de mal à arracher. Tout est donc tombé à l’eau, au bout de quatre années d’âpres négociations à la Havane, à Cuba.
Le document avait été signé six jours plus tôt, à Carthagène des Indes, par le président Juan Manuel Santos et le leader des FARC, Rodrigo Londoño, alias « Timochenko ». Les protagonistes entendaient ainsi mettre fin à des affrontements sanglants et des enlèvement de masse sur 50 ans, c’est raté.

Pourtant dans la même soirée, les FARC ont tenté de dissiper les craintes de la population. Un message de la guérilla a assuré que la paix n’est pas enterrée. « Les FARC réitèrent leur disposition à utiliser les mots comme arme pour construire le futur”, a affirmé “Timochenko”. “Le peuple colombien qui rêve de paix peut compter sur nous. La paix triomphera », a-t-il ajouté. Même son de cloche du côté du président Santos, qui a déclaré deux heures plus tard, à la télévision, que le cessez-le-feu bilatéral, appliqué depuis le 29 août, n’est pas mort-né. Les armes ne vont pas parler de nouveau. « Je ne me rendrai pas et continuerai à rechercher la paix », a indiqué Santos, invitant toutes les forces politiques de la Colombie à un grand dialogue national pour « décider du chemin à suivre ».

L’ancien président Alvaro Uribe (2002-2010) est pour beaucoup dans le rejet de l’accord avec les FARC, qu’il n’a cessé de torpiller dans une intense campagne en faveur du non. Selon lui, le gouvernement a flanché devant les exigences de la guérilla et il demande une renégociation de l’accord, ce que les FARC et le gouvernement ont catégoriquement refusé. Mais le ‘Non’ des citoyens apporte de l’eau au moulin d’Uribe. « La paix dépend désormais de ce qui sera négocié entre ces ennemis jurés que sont Alvaro Uribe et les FARC », déclare Alvaro Forero, un analyste, dans le journal Le Monde. Mais vu que l’ex-président est obsédé par l’idée d’envoyer tous les dirigeants des FARC derrière les barreaux, la renégociation de l’accord de paix semble quasiment impossible…

Pourtant la signature de l’accord avait été solidement appuyée par la communauté internationale. « Mais le discours du chef des FARC, qui s’est posé en vainqueur, a probablement joué contre le oui », avance Hector Rincon, un autre expert…

par -

Le Costa Rica a battu la Colombie 3 à 2 dans le cadre du groupe A de la Copa America 2016, samedi à Houston (Texas).
Les buts de la rencontre ont été inscrits pour la Colombie par: Fabra (7) et Moreno (73).
Les trois buts du Costa Rica ont été signés Venegas (2), Fabra (34 c.s.c.) et Borges (58).

par -

La police colombienne a annoncé dimanche une saisie record de huit tonnes de cocaïne dans une bananeraie du nord-ouest du pays, où le clan Usuga, principal gang criminel du pays, avait dissimulé la drogue sous une chape de ciment.

Déjà, il y a un mois, une découverte de taille, de près de six tonnes de cocaïne, avait été réalisée au large de ce pays, à bord d’un semi-submersible.

Dans un communiqué, la police colombienne a expliqué avoir découvert « environ huit tonnes de cocaïne appartenant au clan Usuga» dans une plantation de bananes à Turbo, un village de la région de Uraba (nord-ouest), frontalière du Panama.

Cinquante commandos de la police nationale ont participé à l’opération lancée dimanche à l’aube avec le soutien de deux hélicoptères Black Hawk. La cocaïne était empaquetée dans 359 sacs de toile et dissimulée sous une chape de ciment recouvrant une cache de 2,50 de profondeur. Selon la police, elle appartenait au numéro 2 du clan Usuga, Roberto Vargas Gutierrez, alias « Gavilan » (L’Epervier).

FOCUS 🔍

Italcar, concessionnaire et distributeur exclusif de plusieurs marques de voitures et de camions en Tunisie (Fiat, Alfa Romeo, Lancia, Fiat Professional, Iveco et Jeep), a...

Le meilleur des RS

L'étrangère qui vous dit vos 4 vérités

Elle s’appelle Martine Maçon. Manifestement une étrangère vivant à Tunis. Sur sa page des réseaux sociaux, elle se définit comme «Empêcheuse de tourner en...

INTERVIEW

Le PDG de la Caisse nationale d'assurance-maladie (CNAM), Béchir Irmani a accordé à Africanmanager une interview exclusive où il a évoqué plusieurs points dont...

AFRIQUE

La BERD accorde un prêt de 4,3 millions € à la PME marocaine Multisac

Soucieuse de soutenir le développement du secteur des emballages au Maroc, la Banque Européenne pour la Reconstruction et le Développement (BERD) octroie un prêt...

Reseaux Sociaux

SPORT

Ligue 1 : Programme de la 4ème journée

 Programme de la quatrième journée du championnat de la Ligue 1 du football professionnel, prévue les 6 et 7 octobre 2018 (tous les matches...