Tags Posts tagged with "commerce"

commerce

par -

L’Assemblée des Représentants du Peuple (ARP) tiendra, aujourd’hui, lundi 29 octobre pour auditionner les ministres de l’intérieur, de la femme, de la famille et de l’enfance, et le ministre auprès du chef du gouvernement chargé des grandes réformes.

Le bureau prévoit également une plénière mardi 30 octobre pour poursuivre l’examen du projet de loi sur l’adoption d’un accord de prêt conclu le 7 avril 2017 entre le gouvernement tunisien et l’agence française de développement pour le financement du projet d’aménagement de la gare principale du métro et de la station de correspondance à la place Barcelone à Tunis.

A l’ordre du jour de l’ARP figurent également une plénière pour adresser des questions orales aux ministres des transports et du commerce.

par -

Suite aux dernières inondations survenues dans le gouvernorat de Nabeul, aucun cas d’épidémie n’a été enregistré en relation avec la qualité de l’eau et des produits alimentaires ou l’émergence de maladies en rapport avec l’état de l’environnement, assure lundi le ministère de la santé dans un communiqué rendu public.

Les services de protection d’hygiène au niveau central et régional poursuivent leurs efforts pour prévenir tout danger sanitaire en relation avec la qualité environnemental dans le gouvernorat de Nabeul, en renforçant notamment le contrôle de l’eau potable, des denrées alimentaires, l’élimination des cadavres des animaux ainsi que l’assainissement des établissements et des maisons outre les campagnes de sensibilisation au profit des citoyens.

Les services de protection d’hygiène ont effectué jusqu’à ce lundi, 1303 analyses d’eau (au niveau des réservoirs et réseaux hydrauliques..) pour vérifier leur conformité aux normes et 787 visites d’inspection des locaux de commerce, des industries et des établissements touristiques et éducatifs.

Quelque 102 tonnes de produits alimentaires et 11500 œufs impropres à la consommation saisis dans les locaux de commerce, ainsi que 13981 litres de liquides (lait, boissons gazeuses et jus) ont été détruits, en plus de l’enfouissement de 108 cadavres.

Les services de protection d’hygiène ont diagnostiqué 127 foyers d’infestation d’insectes dont 37 ont été détectés positifs et seront traités en plus de l’assainissement de 2003 locaux (maisons, locaux de commerce et établissements éducatifs et administratifs).

par -

Le Forum tuniso-britannique sur le commerce et l’investissement se tiendra à Londres du 10 au 12 octobre 2018), selon une note de l’ambassade de Tunisie dans la capitale britannique, publiée par le CEPEX.
Le forum s’inscrit, selon la même source, dans le cadre des efforts visant à sensibiliser les milieux d’affaires tunisiens quant aux opportunités d’affaires qu’offre le Royaume-uni, qui est le 7ème client et le 15ème fournisseur de la Tunisie, avec un volume d’échanges annuels de 1,4 Millions de dinars.
Le ministre de l’industrie et des petites et moyennes entreprises chargé de l’énergie et des énergies renouvelables et le secrétaire d’Etat chargé du commerce extérieur sont attendus à ce forum auquel prendront part également des responsables des institutions britanniques et des opérateurs du secteur privé local avec au programme des rencontres entre hommes d’affaires (B2B).

Parmi les manifestations prévues dans le cadre de ce forum, figure une table ronde sur l’agro-alimentaire. Une récente étude élaborée par “Coffey International” et citée dans la note a retenu le marché britannique comme étant un marché cible pour les produits tunisiens, et le secteur de l’agroalimentaire comme un secteur prioritaire pour les perspectives de renforcement des échanges bilatéraux.
L’Ambassade estime que le moment est opportun pour tirer profit de la Convention-cadre entre le ministère des affaires étrangères et le Cepex, et en particulier la rubrique portant sur les actions spécifiques à l’organisation de délégations d’hommes d’affaires et à la programmation de rencontres B2B.

L’économie britannique, sixième économie mondiale, est réputée pour son ouverture sur l’international et sa compétitivité. Ce pays enregistre systématiquement depuis 2016 un taux de croissance de son marché d’environ 1,7%, lequel serait maintenu, selon les prévisions, jusqu’en 2020, toujours d’après la même source.
Si, politiquement, la sortie du Royaume-uni de l’Union Européenne jette une certaine incertitude, économiquement, cet événement pourrait s’avérer comme une réelle opportunité pour la Tunisie sur le long terme. En effet, la baisse inéluctable des échanges commerciaux avec les pays de l’UE qui interviendra devrait être compensée par un renforcement des liens commerciaux de ce pays avec ses partenaires hors UE“, lit-on dans la note.

par -

Le président de la fédération nationale des propriétaires des cafés “catégorie 1” relevant de l’Union tunisienne du commerce et de l’artisanat (UTICA), Faouzi Henafi, a exhorté le ministère du Commerce à libéraliser les prix des boissons chaudes, à l’instar du Café ” filtre “, le thé et le café au lait.

Il a ajouté que la libéralisation des prix des boissons chaudes doit être accompagnée d’une interdiction de vente aux cafetiers du lait subventionné, dont le coût s’élève a près de 30 millions de dinars par an.

Henafi a adressé depuis deux semaines un avis au ministère du commerce, dans lequel il a demandé la libéralisation des boissons chaudes qui ne doivent plus figurées sur le tableau A lequel comprend des produits dont les prix sont encadrés; à l’instar des pâtes, la farine et autres produits.

par -

Le Secrétaire d’Etat nippon à l’Economie, au commerce et à l’industrie, Yoji Muto, a souligné le souci du Japon de renforcer les concertations et la coordination avec la Tunisie au sein des instances internationales, notamment économiques, à la lumière de la candidature de la ville japonaise d’Osaka à accueillir l’exposition universelle de 2025 (EXPO 2025).

Reçu mardi par le ministre des Affaires étrangères, Khemaïes Jhianoui, Muto a réaffirmé tout l’intérêt que porte le Japon à l’expérience tunisienne, mettant l’accent, à ce propos, sur la volonté de consolider les relations de coopération avec la Tunisie dans les différents domaines.

Au cours de cette rencontre, Jhianoui a salué le soutien que le Japon ne cesse d’apporter à la Tunisie au cours de ces dernières années, mettant l’accent, à ce propos, sur la volonté de la Tunisie de renforcer ses relations avec le Japon dans tous les domaines, notamment dans les domaines économiques et de développement.

Selon un communiqué du département des Affaires étrangères, la rencontre a porté sur l’évolution des relations de coopération entre la Tunisie et le Japon dans les différents domaines ainsi que sur les moyens de les renforcer, à la lumière de la multiplication des visites des hauts responsables des deux pays.
La rencontre a également permis de suivre les résultats de la visite officielle effectuée en novembre dernier par le ministre des Affaires étrangères à Tokyo à l’invitation de son homologue nippon.

par -

Lors d’une campagne de contrôle, les agents de la direction régionale du commerce à l’Ariana ont démantelé, mercredi 8 août 2018 une usine anarchique de fabrication de fromage utilisant le slogan d’une marque étrangère sur ses produits. 500 kg de fromage stockés dans des conditions d’hygiène déplorables ont été saisis, indique un communiqué du ministère du Commerce.

Des procès verbaux ont été dressés à son encontre pour avoir utilisé le slogan d’une marque étrangère sur des produits locaux. Il fait face à de multiples accusations, notamment la fraude et la détention de produits contrairement aux réglementations en vigueur.

par -

Le facilitateur du commerce international DP World a signé une concession de 20 ans, avec prolongation automatique de 20 ans, avec la République du Mali en vue de construire et exploiter une plateforme logistique moderne de 1 000 hectares en périphérie de Bamako, la capitale et plus grande ville du Mali. La plateforme logistique multimodale, Mali Logistics Hub (MLH), disposera de dépôts intérieurs pour conteneurs et de stations de fret en conteneur qui faciliteront l’importation et l’exportation de marchandises.

Télécharger des extraits sonores pour les radios contenant les commentaires du PDG de DP World Moyen-Orient et Afrique, Suhail Al Banna (en anglais), du ministre de l’Équipement et des transports du Mali Moulaye Ahmed Boubacar (en français), et du responsable de DP World pour l’Afrique de l’Ouest, Alassane Diop: www.APO-Mail.org/180724

Le Mali Logistics Hub, qui sera situé sur le principal axe routier entre Dakar, au Sénégal, et Bamako, et à proximité de la ligne ferroviaire Dakar-Bamako, pourra traiter 300 000 EVP (équivalents vingt pieds), 4 millions de tonnes de vrac et des marchandises générales. La première phase du projet, avec un investissement initial estimé à 50 millions de dollars, soutiendra la croissance de l’économie malienne en rationnalisant l’importation et l’exportation de marchandises. La construction devrait démarrer en 2019 et durer environ 18 mois.

DP World fournira également à la République du Mali trois trains de locomotives pour renforcer le trafic de fret et de passagers le long du système ferroviaire Bamako-Dakar.

En outre, le Mali Logistics Hub réduira très nettement les délais de traitement pour les produits arrivant sur le marché malien dans le cadre des efforts visant à réduire les obstacles au développement du commerce et de l’économie. DP World mettra par ailleurs en œuvre sa plateforme de facilitation dématérialisée en ligne pour accélérer le mouvement des marchandises dans le cadre de l’accord.

La convention de concession a été signée à Dubaï ce lundi par Suhail Al Banna, chef de la direction et directeur général de DP World pour le Moyen-Orient et l’Afrique, et Moulaye Ahmed Boubacar, Ministre de l’équipement et des transports de la République du Mali, en présence de fonctionnaires maliens et de représentants de DP World.

Sultan Ahmed ben Sulayem, président et chef de la direction de DP World, a déclaré : « Le marché malien devrait croître au cours des deux prochaines décennies et il est animé par une robuste croissance économique et démographique. Le Mali Logistics Hub est donc véritablement nécessaire et fournira au pays une plateforme logistique visant à faciliter l’importation et l’exportation de marchandises via le Port de Dakar, qui est exploité par DP World.

« L’investissement de DP World réduira significativement les délais de traitement pour les marchandises et facilitera ainsi le commerce. Nous nous engageons à faciliter le commerce dans la région et à aider les entreprises et populations locales à prospérer, et nous réjouissons à l’idée de travailler ensemble. »

Moulaye Ahmed Boubacar, Ministre de l’équipement et des transports de la République du Mali, a affirmé : « Nous sommes ravis de nous associer à DP World pour ce projet. Le Mali Logistics Hub réduira très nettement le coût et les délais du commerce pour la Mali. Le projet nous fournira une installation logistique de grande qualité, comparable aux normes internationales, et sera la plus importante en termes de capacité. »

« Nous sommes convaincus qu’avec DP World comme partenaire nous serons en mesure de répondre aux attentes de notre population, de permettre aux commerçants et exportateurs d’accéder à davantage de marchés et d’apporter une efficacité et une rentabilité économiques accrues au commerce international. Le projet permet par ailleurs à la République du Mali d’être connectée aux routes commerciales mondiales et d’accélérer l’accès et les transports entrant et sortant du pays. »

par -

Hichem Elloumi, vice-président de l’Union Tunisienne de l’Industrie, du Commerce et de l’Artisanat (UTICA), a indiqué, lors d’une rencontre tenue, mardi 8 mai 2018, à Tunis, que l’organisation a proposé de modifier certains articles de la nouvelle loi sur l’investissement ainsi que certains chapitres de la loi sur le partenariat public-privé, adoptée fin 2017 par l’ARP. Il a souligné que les amendements proposés par l’UTICA sont parmi les points soulevés lors des réunions des parties signataires du “Document de Carthage”.

Elloumi a d’autre part souligné que les nouvelles lois sur l’investissement n’ont pas contribué, comme c’était souhaité, à l’amélioration du climat des affaires en Tunisie et la relance des investissements.

par -

La Tunisie représentée par le Centre de Promotion des Exportations (Cepex) a participé à la 1ère réunion du réseau des Organisations de promotion du Commerce et d’Investissement des pays Arabes (ACTION), qui s’est tenue à Dubaï du 13 au 14 février 2018, avec le soutien de l’initiative Aide pour le Commerce pour les États Arabes (AFTIAS) et de Dubaï Exports et le concours du Centre de Commerce International de Genève (CCI).

La réunion a rassemblé une dizaine de pays arabes et les représentants des organismes similaires de, l’Égypte, la Palestine, le Liban, le Maroc, l’Algérie, la Jordanie, l’Arabie Saoudite, le Soudan et les Émirats Arabes Unis.

La réunion a démontré une forte volonté des pays participants à s’engager dans le processus par la conception d’une convention cadre à laquelle d’autres pays peuvent s’associer et la rédaction des termes de référence de la structure de Gouvernance qui sera mandatée par un Président pour 2 ans à reconduire. Au terme de la réunion, le groupe des participants a élu Dubaï Export pour le mandat des premières années de lancement.

L’objectif du réseau est d’explorer les mécanismes de mise en réseau efficaces et proposer des solutions pratiques à mettre à la disposition des entreprises afin de booster davantage leurs exportations dans la zone arabe.

par -

Au cours de l’année 2018, la Tunisie et la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) signeront un protocole d’accord définissant une liste de produits qui bénéficieront d’un régime préférentiel à l’export et à l’import, a déclaré, mercredi, le secrétaire d’Etat chargé du commerce extérieur extérieur Hichem Ben Ahmed.
Intervenant, en marge des travaux du forum de financement de l’investissement et du commerce en Afrique ” FITA 2018 “, Ben Ahmed a souligné que “des pourparlers sont actuellement en cours avec cette organisation en vue de finaliser la liste de produits qui seront exonérés de taxes douanières”.
Nous voulons intégrer le maximum de produits qui seront échangés avec l’ensemble des pays membres de cette institution sous-régionale“, a indiqué le secrétaire d’Etat, appelant les entreprises tunisiennes et africaines à investir dans les deux sens.
Pour la Tunisie, l’accès au continent africain reste tributaire de la mise en place d’une stratégie sur le long terme qui devra être basée non seulement sur le développement des exportations nationales vers ce marché, mais également sur le renforcement de l’importation de produits provenant de ces pays“.

Ben Ahmed a, en outre, rappelé qu’en avril 2018, la Tunisie intégrera le Marché commun de l’Afrique orientale et australe aussi connu sous son acronyme anglais (COMESA), en tant que membre. Cette adhésion permettra tant aux entreprises tunisiennes qu’africaines de s’implanter dans les deux sens, a-t-il encore affirmé.
S’agissant de la politique d’ouverture vers l’Afrique, le secrétaire d’Etat a fait savoir que la compagnie aérienne TUNISAIR devra desservir, d’ici 2020, 14 pays du continent.
Au cours du premier trimestre 2018, la CTN programmera une ligne vers trois pays de l’Afrique de l’Ouest, à savoir le Sénégal, le Bénin et la Côte d’ivoire, a-t-il encore fait savoir.

par -

La Tunisie s’apprête à inaugurer, au cours des prochains mois, une ligne maritime commerciale directe reliant les ports de Gabès ou celui de Sfax, Dakar (Sénégal), Abidjan (Côte d’Ivoire) et Tema (Ghana).
Selon le ministère du Transport, cette ligne permettra aux entreprises tunisiennes d’avoir un accès régulier au marché africain.
Et d’ajouter que le nombre de dessertes sera déterminé en fonction des demandes des investisseurs.
Des négociations sont en cours entre la Compagnie tunisienne de navigation (CTN) et les ministères concernés pour garantir une couverture financière à la compagnie en cas d’absence de rendement.
Dans le cadre de la stratégie du gouvernement visant à renforcer les accords commerciaux bilatéraux, la Tunisie signera, en 2018, un accord avec le marché commun de l’Afrique orientale et australe (COMESA) qui regroupe 19 pays (500 millions d’habitants).
De même, des études sont en cours d’élaboration pour lancer une nouvelle ligne maritime commerciale reliant la Tunisie à la Jordanie et les autres pays du Golfe, notamment l’Arabie Saoudite.

par -

L’Union Tunisienne de l’Industrie, du Commerce et de l’Artisanat (Utica) tiendra, ce mercredi 17 janvier 2018 à son siège, son 16ème Congrès national.

Lors de ce congrès, 21 membres de ce bureau exécutif seront élus directement par le congrès lui-même et se repartissent comme suit : 6 membres pour le secteur de l’industrie, 5 membres pour le secteur des services, 4 membres pour le secteur du commerce, 3 membres pour le secteur des métiers et 3 membres pour le secteur de l’artisanat.

Rappelons que le processus de renouvellement des structures de l’UTICA, en prévision à ce 16ème Congrès, a été lancé il y a six mois, à travers l’organisation des congrès de 24 unions régionales, des assemblées générales des 18 Fédérations professionnelles et 290 assemblées générales électives des chambres syndicales nationales.

Le nombre de candidatures reçues par le Bureau d’Ordre Central de l’UTICA dans les délais légaux, soit par courrier ou directement a atteint 122 candidatures qui ont été étudiées par le Comité d’éthique. La liste définitive des candidats sera annoncée le jour du congrès.

Le congrès électif de l’UTICA, qui se tient tous les 5 ans, se veut l’instance suprême de l’organisation. Le dernier en date a eu lieu le 17 Janvier 2013. Il détient les droits les plus élargis pour fixer l’orientation, les objectifs, les actions, l’organisation et les modalités de contrôle interne de toutes les structures.

Les candidatures pour le bureau exécutif de l’UTICA ont été ouvertes du 17 novembre 2017 jusqu’au 4 décembre 2017, soit 45 jours avant la date de la tenue du Congrès, comme prévue par le statut de l’Organisation.

par -

L’Algérie part en guerre contre son déficit commercial. Première mesure d’envergure prise à cet effet, l’interdiction temporaire d’importation d’environ 900 produits, rapporte africanews. Entre autres produits sur la liste, les téléphones portables, le papier hygiénique, le thon, les dérivés du maïs, les préparations de viande, les chewing-gums, les bonbons et chocolats, les pâtes alimentaires, les produits électroménagers, etc.

Ainsi, 126 produits verront l’application de la taxe douanière à 60 % et de la TIC. Selon le ministre algérien du Commerce, la suspension à l’importation de ces produits est limitée dans le temps et sera levée progressivement avec ou sans maintien des taxes et autres droits.

par -

Près de 1534 infractions relatives au dépassement des prix (39%), à la transparence des prix (23%), à la facturation ainsi qu’à l’origine des achats (24%) ont été relevées au cours du mois de novembre 2018 par les équipes de contrôle économique, a indiqué, mardi, le ministère du Commerce.
Le ministère a lancé des campagnes de contrôle des entrepôts pour lutter contre le phénomène du monopole et assurer la régulation de l’approvisionnement en pommes de terre et oignons.
Il a ajouté dans un communique que les infractions relevées lors du contrôle des différents circuits de distribution du gros et de détail concernent des situations de monopole (3%), la manipulation des produits subventionnés ( 4%), et la métrologie légale (9%).

Les marchandises saisies sont les fruits et légumes (1639 tonnes), le sucre (6 tonnes), la farine (5 tonnes), l’huile végétale subventionnée (6230 litres), les produits fourragers et engrais (48 tonnes), les paquets de tabac (22 mille 609 paquets), les produits alimentaires (57 tonnes), des unité des produits alimentaires (51769 unités), des produits d’entretien (400 kg), des produits d’hygiène corporelle (13909), le fer utilisé dans le bâtiment (62 tonnes) .

Le ministère a souligné que les campagnes régionales de contrôle effectuées, du 9 au 16 novembre 2017, dans tous les gouvernorats de la République ont concerné les locaux ouverts au public, les marchés municipaux et les marchés hebdomadaires. Ces campagnes de contrôle ont permis de relever 958 infractions économiques, après la réalisation de 4536 opérations de contrôle auxquelles ont participé 259 équipes de contrôle économique.
Le ministère a rappelé le lancement des campagnes de contrôle des entrepôts pour lutter contre le monopole et réguler l’approvisionnement en produits agricoles, notamment les pommes de terre et les oignons.
Ainsi 51 infractions ont été enregistrées le 15 novembre 2017 lors du contrôle de 103 entrepôts. Ces opérations de contrôle ont abouti à la saisie de 1522 tonnes de pommes de terre, oignon et pommes qui ont été remises sur les circuits organisés.

Pour rappel, le chef du gouvernement, Youssef Chahed, s’est engagé hier à l’ARP à faire preuve de la même détermination dans l’éradication des monopoles et fraudes dans le commerce que dans son combat contre la corruption. Au vu de ces chiffres sur les infractions, sans parler de la masse qui a échappé à l’oeil des autorités, il y a urgence à taper plus fort.

par -

Le dossier des entreprises en difficulté ne cesse de préoccuper les esprits, sachant que le nombre des fermetures dans les rangs des PME est monté en flèche ces dernières années et ce, malgré la mise en place de la loi sur les procédures collectives dont le but ultime est le sauvetage et le paiement du créancier. Joint par téléphone par Africanmanager, Douja Gharbi, vice-présidente de la CONECT, a tenu à préciser que toutes les entreprises, petites ou moyennes, se trouvent devant plusieurs difficultés dont principalement les problèmes d’accès au financement et aux marchés non traditionnels. “Les PME souffrent dans le sens où elles s’activent pour s’améliorer, pour se maintenir et préserver l’emploi mais elles n’y arrivent plus“, a-t-elle expliqué.

La responsable a également évoqué la logistique, la lourdeur des procédures administratives et la détérioration du climat des affaires, appelant ainsi à mettre en place les mesures nécessaires afin d’aider ces entreprises à dépasser leur crise, voire à exporter, trouver de nouvelles niches, obtenir les financements nécessaires et trouver les talents et les compétences afin qu’elles puissent créer de la richesse, préserver les emplois et contribuer au développement économique et social.

Douja Gharbi a en outre cité un sondage d’opinion récent réalisé par la CONECT, lequel dit que 39,3% des PME ont perdu en 2016 un ou plusieurs clients importants pour plusieurs raisons dont successivement le manque de compétitivité des prix, les difficultés financières du client, la baisse de la demande, des problèmes logistiques, l’insécurité et la concurrence informelle.

Selon le même sondage, 31,1% des entreprises n’ont pas recruté en 2016 pour inadéquation des profils, 65,7% des demandes de crédit des industriels ont été rejetées et 29,7% des PME ne sont pas arrivées à générer des bénéfices en 2015.

600 entreprises en difficulté !

Sadok Bejja, le directeur général de la PME au ministère de l’Industrie et du Commerce, a fait savoir, dans une déclaration ce lundi 9 octobre 2017, à Africanmanager, que le nombre d’entreprises (PME) qui ont besoin d’un plan de restructuration s’élève actuellement à 600. Ces entreprises souffrent, selon lui, de plusieurs difficultés d’ordre conjoncturel et découlant principalement de l’instabilité liée à la Révolution de 2011.

Selon ses déclarations, cette dernière a frappé de plein fouet une grosse partie des PME, lesquelles se trouvent actuellement face à plusieurs problèmes et à une pression provenant de la contrebande et du marché parallèle, mais aussi d’ordre social et financier du fait de la réticence des établissements financiers et bancaires.

Bejja nous a par ailleurs indiqué que son ministère a déjà préparé un plan stratégique pour venir en aide à ces PME, faisant toutefois remarquer que ce plan, qui fait du secteur du textile et habillement une priorité, devra attendre l’approbation du projet de la loi de finances 2018, lequel fera l’objet d’un conseil ministériel restreint au cours de la semaine prochaine, selon ses dires.

Montée en flèche des fermetures !

MbarekKhamassi, l’ancien président de l’Association tunisienne de suivi et de sauvetage des entreprises en difficulté a affirmé, dans une déclaration ce lundi 9 octobre 2017 à Africanmanager, que le nombre des entreprises qui sont en difficulté et qui ont été contraintes de mettre la clé sous la porte est en train d’augmenter ces dernières années.

Il a par ailleurs indiqué que l’association se trouve aujourd’hui face à un grand problème dont principalement le non recours des entreprises en difficulté à la loi relative aux procédures collectives.

Il y a lieu de souligner à ce propos que depuis 2011, le nombre des entreprises qui avaient sollicité la commission n’a pas dépassé 100 par an dont 74 en 2014 et 91 en 2015, d’après les données qu’a dévoilées Khamassi…

par -

Une délégation commerciale a quitté l’Afrique du Sud hier dimanche pour l’Algérie et la Tunisie pour une mission de commerce et d’investissement de cinq jours. Le Dr Rob Davies, ministre sud-africain du Commerce et de l’Industrie, a déclaré que «la mission vise à faire progresser les relations commerciales et d’investissement, de la Tunisie et de l’Algérie, avec l’Afrique du Sud» et que «cette mission servira de tremplin pour cimenter les relations commerciales et encourager l’investissement avec les deux pays. En outre, c’est une plate-forme idéale pour les entreprises sud-africaines qui souhaitent exporter des produits et des services à valeur ajoutée et ceux qui recherchent des opportunités d’investissement dans la région», a déclaré Davies selon l’agence d’information ANA, qui qualifié la Tunisie de «partenaire prioritaire pour l’Afrique du Sud».

par -

La Chambre de Commerce Tuniso-Britannique (TBCC) a organisé une mission d’affaires à Londres les 26 et 27 Septembre 2017 en collaboration avec la Fipa, l’ambassade de Tunisie à Londres, les ministères des Affaires Etrangères et du Commerce Britanniques, et la Mairie de la City de Londres.

La délégation de la TBCC, présidée par Mr. Mehdi Ben Abdallah était composée de plusieurs entreprises et organisations importantes dont on peut citer : Mehdi Ben Abdallah, Hassine Doghri (La Carte), Noureddine Hajji (E&Y), Ali Hjaiej (Clarke Energy), Khaled Ben Jemaa (SAM), Bilel Sahnoun (Bourse de Tunis), Mehdi Tamarzizte (Meninx), Karim Gaabiche (Cerealis), Habib Ben Gharbia (Capmaris), Karim Hamdy (Hamdy Frères), Tarek Ayari (Sun Travel), Houssem Ben Azouz (Fédération Interprofessionnelle du Tourisme), Jed Mrabet (Avocat).

La mission rehaussée par la présence du Ministre Mr. Zied Ladhari et du Directeur General de la FIPA, Mr. Khalil Laabidi a été un succès permettant de remettre la Tunisie dans le radar des investisseurs Britanniques, et a aussi confirmé l’intérêt certain de la Grande-Bretagne pour la Tunisie.

En effet, le forum d’affaires Tuniso-Britannique organisé le matin du 27 septembre dans les locaux du ministère des Affaires Etrangères Britanniques a vu la présence d’une centaine d’entreprises et organisations représentants divers secteurs intéressés par le développement du commerce et de l’investissement entre les deux pays. Il a été clair pour l’audience présente à l’évènement que les deux pays étaient dans une phase propice à l’essor des relations bilatérales, mettant en avant l’amélioration de la circulation des personnes ainsi que les opportunités qui ressortiront de l’application du Brexit.

Plusieurs intervenants dans le forum ont exprimé l’importance de travailler en coordination étroite pour amener le partenariat économique Tuniso-britannique au niveau du grand potentiel existant entre la Tunisie et le Royaume-Unis.

A l’occasion de la première session de ce forum ont intervenu en autres Mr. Andrew Jones, Ministre au Trésor, Mr. Zied Laadhari, Ministre de l’Investissement et de la Coopération Internationales, Dr. Andrew Murisson, Envoyé spécial du Premier Ministre pour le Commerce avec la Tunisie, et Mr Mehdi Ben Abdallah, Président de la Chambre de Commerce Tuniso-Britannique.

La deuxième partie du forum a permis de mettre en avant les « success stories » et les secteurs d’intérêt tel que l’éducation, l’énergie, l’agro-alimentaire, la santé ou encore les composants automobiles à travers plusieurs analyses et témoignages de Abdeslam El-Idrissi (Chambre Arabo-Britannique), Hichem Omezine (Actis), Noureddine Hajji (E&Y) et Ali Hajaiej (Clarke Energie), et de donner l’occasion à l’audience de débattre avec les différents panelistes.

L’après-midi du 27 a vu l’organisation d’une table ronde à Mansion House à l’invitation du Lord Maire de la City de Londres, Dr. Andrew Parmley. Plusieurs sujets d’importances ont été abordés tel que l’environnement de l’investissement ou les projets en PPP, ainsi que le marché des capitaux qui a été présenté par Mr. Nabil Sahnoun (Bourse de Tunis).

Un programme de travail a été discuté incluant la visite de délégations d’affaires Britanniques en Tunisie, la création de commissions sectorielles bilatérales pour le commerce et l’investissement, l’investigation des grands projets en PPP, et le partage d’expériences dans le secteur financier et bancaire.

par -

Mohsen Hassan, expert en économie et ancien ministre du Commerce, a fait savoir, dans une interview accordée ce mercredi 27 septembre 2017 à Africanmanager, que la proposition du gouvernement d’augmenter la retenue à la source au titre des dividendes de 5 à 10% tient la route, mais à condition que l’impôt sur les sociétés soit révisé à la baisse au moins de 3 à 2%. “C’est très important… Si on augmente l’impôt sur les dividendes, les entreprises seraient amenées à réinvestir les bénéfices et ne pas distribuer de dividendes“, a-t-il dit.

Il a toutefois indiqué que pour certains secteurs comme la grande distribution, le pétrole et les banques, on peut garder l’impôt sur les sociétés qui est actuellement aux alentours de 35%.

par -

« La Tunisie peut devenir une base de cargos aériens pour toute l’Afrique », a estimé l’Ambassadeur de la Turquie en Tunisie, Omar Farouk Dogan.
Dans une interview exclusive accordée à Africanmanager, il a affirmé que « la réalisation de cet objectif serait possible pour la Tunisie, qui n’a que de bonnes relations avec les 54 pays africains ».
« Cela serait facilité par le fait de faire de toute la Tunisie une zone de libre échange. Chose qui permettrait par la suite d’avoir une réelle base logistique », a encore avancé le diplomate, s’appuyant sur l’existence de l’aéroport d’Enfidha, considéré comme le plus gros investissement turc en Tunisie.
Pour Omar Farouk Dogan, c’est important surtout qu’il y a un fort mouvement occidental vers l’Afrique et un e-commerce qui se développe grâce à des cargos aériens. « En Afrique, 1.2 Milliards de personne se nourrissent avec 85% d’importations et la Tunisie qui a inspiré la civilisation africaine pourrait bénéficier de cet avantage ».

par -

Lors de son passage mercredi 2 août 2017 sur Mosaïque Fm, Mohsen Hassan, expert économique et ancien ministre du Commerce a déclaré que le ministre des Finances par intérim Fadhel Abdelkafi a parlé clairement de la situation économique et financière qui est assez fragile.

Il a par ailleurs signalé l’existence d’un dysfonctionnement flagrant concernant les équilibres macroéconomiques, citant les dépenses de subvention, les biens confisqués inexploités, les finances publiques mais aussi les institutions publiques qui ne doivent pas être cédées mais réformées.

Il a également évoqué l’augmentation du déficit commercial, en raison de la détérioration de la valeur du dinar entre autre. “La situation des finances publiques est difficile (…) mais l’Etat est capable d’honorer ses engagements au niveau national et international”, a-t-il dit.

Par ailleurs, Mohsen Hassan a déclaré qu’il est nécessaire de prendre des décisions exceptionnelles à cet égard et a proposé d’arrêter l’importation de produits de consommation, inutiles pour les tunisiens.

FOCUS 🔍

Les chiffres des immatriculations de nouvelles voitures pour le mois de septembre 2018, laissent voire que les ventes des véhicules particuliers de la marque...

Le meilleur des RS

Ce Post, intitulé «Polémiques hôtelières», est l'oeuvre d'un homme qui a une grande expérience dans le secteur du tourisme et un ancien DG de...

PRESSE LOCALE

INTERVIEW

L'expert en économie et ancien ministre des Finances Houcine Dimasi a accordé à Africanmanager une interview exclusive où il a évoqué plusieurs points dont...

AFRIQUE

Les technologies numériques sont amenées à jouer un rôle déterminant dans le développement socio-économique de Djibouti, et seront indispensables au succès de la stratégie...

Reseaux Sociaux

SPORT