Tags Posts tagged with "contamination"

contamination

par -

Cinq personnes atteintes de choléra se sont enfuies d’un hôpital public sis en Algérie, avant la fin de la convalescence, a annoncé la chaîne algérienne “Algérie News”.

Des patrouilles sécuritaires ont cerclé l’institution en question afin d’éviter ce genre d’incident, a ajouté la même source.

On rappelle que 59 cas de choléra ont été signalés en Algérie depuis début août.

par -

Après que l’Algérie avait confirmé depuis le 25 août 2018 que deux personnes sont mortes du choléra alors que 139 autres malades ont été hospitalisés, la Tunisie, la Libye et le Maroc se sont mobilisés et ont annoncé une série de mesures préventives afin d’échapper à la propagation de cette épidémie.

En Tunisie, les craintes se fondent notamment sur la nature des liens avec l’Algérie (à l’instar du flux humain, commerce dans les régions transfrontalières, cours d’eau transfrontaliers), mis en perspective avec les modes de transmission multiples de l’épidémie !

C’est dans ce contexte que le directeur de l’hygiène du milieu et de la protection de l’environnement au ministère de la Santé, Mohamed Rabhi, a affirmé que les autorités tunisiennes suivent de près l’évolution de la situation au sujet de l’épidémie du choléra en Algérie. Il a précisé que «le ministère de la Santé est en train de suivre la situation, compte tenu de la proximité géographique entre la Tunisie et l’Algérie, mais également des échanges entre les deux pays au niveau commercial et touristique», a-t-il dit.
Et d’ajouter que «le choléra se propage à travers les eaux. De ce fait, nous surveillons minutieusement les eaux tunisiennes. D’ailleurs, une cellule spéciale a été créée pour suivre l’évolution de la situation. Aucun cas de choléra n’a été enregistré» dans le pays jusqu’ici, a-t-il affirmé.

Pour se protéger du virus en question, Rabhi recommande de mettre l’accent sur une bonne hygiène de vie et d’éviter les eaux en provenance de sources non sécurisées et non contrôlées. «Nous recommandons de se laver régulièrement les mains, au même titre que les fruits et légumes», a-t-il encore ajouté.

A noter que le choléra est une maladie diarrhéique aiguë, provoquée par une bactérie, le Vibrio cholerae. Ses principaux symptômes sont des vomissements, de violentes diarrhées et des douleurs abdominales. Dans près de la moitié des cas, elle entraîne la mort si aucun traitement n’est dispensé à temps. Chaque année, elle tue jusqu’à 143.000 personnes dans le monde, sur près de 4 millions de cas recensés, principalement dans les pays où sévissent les guerres, la pauvreté et les catastrophes naturelles.

On rappelle également que le dernier cas confirmé du choléra en Algérie remonte, quant à lui, à 1996. En juin 2003, la banlieue d’Oran connut même 14 cas de peste bubonique, provoquant ainsi la mise en quarantaine d’un village entier, comptant 1.200 personnes. Des carences au niveau du système de santé, mais aussi la défaillance des autorités locales à assurer des conditions d’hygiène correctes dans leurs circonscriptions respectives, sont régulièrement relevées.

par -
Main

Le sous-directeur de la santé environnementale à la direction de la santé à Kasserine, Naceur El Mhamdi, a affirmé que 80% de l’eau potable assurée par les groupements hydrauliques pour approvisionner les agglomérations et établissements scolaires n’est pas conforme aux normes de qualité et est impropre à la consommation.

Lors d’un point de presse tenu, mercredi, en marge d’une journée de sensibilisation sur la qualité de l’eau, il a indiqué que ces eaux sont insalubres à cause de l’absence d’opérations de maintenance et nettoyage périodiques des citernes et de la non-conformité aux normes d’hygiène.

La stagnation de l’eau dans ces citernes est à l’origine de la propagation de virus dont notamment l’hépatite A dans la région où le nombre des cas atteints s’est multiplié par dix en 2017 par rapport aux années 2015 et 2016“, a-t-il souligné, ajoutant que 600 cas ont été enregistrés dont un important nombre d’élèves des écoles rurales.

La même source a appelé à coordonner les efforts entre toutes les parties – groupements hydrauliques, établissements scolaires, directions régionales de la santé et de l’agriculture ainsi que les autorités régionales et locales – pour œuvrer à améliorer la qualité de l’eau potable dans les zones rurales et protéger les habitants de ces régions contre les maladies liées à l’eau.

par -

Ezzeddine Chalghaf, directeur général de la production agricole, est revenu ce lundi 2 avril 2018 sur l’affaire de l’huile d’olive tunisienne contaminée, ébruitée par la presse française et qui recèle mille dangers, rappelant les bruits qui avaient été propagés en Italie en septembre 2015. Chalghaf a déclaré, sur Mosaïque FM, qu’il faut passer à la loupe les méthodes d’analyse des laboratoires français avant de tirer quelque conclusion que ce soit sur l’huiler d’olive bio tunisienne.

«Avant tout il faut s’assurer de la rigueur de ces analyses effectuées par les laboratoires français avant de conclure que notre huile est contaminée. On doit passer au peigne fin les procédures de l’échantillonnage et les méthodes d’analyse afin de mieux comprendre comment elles étaient réalisées. Par ailleurs, s’il s’avère qu’il y a réellement contamination, le pourcentage serait extrêmement faible et négligeable, et il ne serait en aucune manière nocive pour la santé des consommateurs», indique Chalghaf.

Le DG de la production agricole a fini son intervention en disant que ce dossier est une priorité, qu’il faut faire preuve de vigilance en la matière et adopter «des mesures préventives» pour éviter le pire.
«On a une image à défendre à l’étranger et c’est dans ce sens qu’on doit intensifier le contrôle de l’huile d’olive, de l’extraction jusqu’à l’emballage», soutient-il.

Rappelons que tout est parti d’un article qui avait été publié par un site d’information français et qui évoquait un rapport de l’Association française de défense des consommateurs européens, un article qui vient de ressortir. Ce document disait que l’huile d’olive tunisienne bio écoulée sur les marchés français était polluée par des matières plastiques, des pesticides et d’autres éléments chimiques.

par -

L’alerte de la directrice générale de la santé, Nabiha Borsali Falfoul, sur la grippe aviaire – H1N1 – prend un autre relief après les dernières données dévoilées ce mercredi 13 décembre 2017, sur Mosaïque FM, par Nissaf Ben Alaya, directrice des soins de base au ministère de la Santé. Elle a déclaré qu’il y a eu deux décès, des suites de l’infection, un homme de 74 ans et une femme enceinte de 38 ans. On a également appris que sur 160 analyses effectuées, 16 sont déclarées positives, ce qui signifie qu’il pourrait y avoir d’autres drames prochainement et que cette affaire est à prendre très au sérieux…

par -

Le ministère de l’Agriculture a affirmé dans un communiqué publié ce mercredi 16 août que les investigations sur le terrain menées par les services vétérinaires du département ont conduit à la conclusion que le Fipronil, qui a semé la panique en Europe, n’est pas présent dans les oeufs commercialisés en Tunisie.

Néanmoins le ministère de l’Agriculture a ordonné l’intensification du contrôle sanitaire dans tous les gouvernorats.

Par ailleurs il a démenti toute importation d’œufs de l’étranger, en soulignant que la Tunisie a atteint l’autosuffisance en la matière…

par -

Le ministère de la santé appelle, dans un communiqué, à protéger les enfants des infections respiratoires et à prendre les mesures préventives nécessaires pour prévenir toutes maladies notamment en cette période d’hiver et la vague de froid qui sévit dans le pays, augmentant le risque de contamination notamment chez les enfants de moins de cinq ans.
Les inflammations respiratoires aiguës sont causées par des microbes qui affectent une partie des voies respiratoires dont des inflammations du sinus et pulmonaires, précise le communiqué rappelant que les inflammations des voies respiratoires peuvent être des infections banales comme les rhumes, l’influenza, l’angine ou bien des infections pulmonaires.
Les symptômes d’une inflammation, dont la durée varie entre deux et cinq jours et disparaissent sans utilisation de médicaments, pourraient s’aggraver en cas d’une inflammation pulmonaire aiguë causant parfois le décès de la personne malade.
Le ministère recommande à ce propos, d’éloigner l’enfant, notamment les bébés, des personnes ou autres enfants malades, pour éviter la contamination, éviter l’air pollué avec du tabac ou autre, et aérer les chambres à coucher tout en évitant les courants d’air.
Le ministère souligne également l’impératif de respecter le calendrier des vaccins étant donnée le rôle primordial dans la protection des enfants en plus d’une alimentation saine tout en favorisant une quantité suffisante de liquide et assurant une hygiène régulière du nez.
Il est strictement déconseillé le recours à des antibiotiques sans avis médical ou l’utilisation des médicaments prescrits pour d’autres patients. Le ministère de la Santé recommande également de ne pas arrêter le traitement en cas d’amélioration de l’état de santé et ne pas prolonger le traitement au delà de la période mentionnée par le médecin traitant.
L’enfant malade doit être examiné par un médecin en cas d’apparition de complications notamment des difficultés respiratoires, selon le communiqué.

par -
Le ministère de l’Agriculture a annoncé aujourd’hui

Fethi Ben Khalifa, secrétaire général de la fédération nationale des aviculteurs, a assuré à Jawhra FM qu’il n’y a, jusqu’à ce jour, aucun cas de contamination de grippe aviaire en Tunisie. Il a ajouté que les services vétérinaires mènent actuellement une large campagne de contrôle dans la plupart des régions.

On rappelle que le ministère de l’Agriculture a lancé une campagne de sensibilisation afin d’assurer les meilleures conditions d’élevage et de transport des volailles.

par -
D’où vient le virus du sida? La réponse à cette question cruciale est plus complète que jamais ce lundi

Selon une étude menée par l’Association Tunisienne de Prévention de la Toxicomanie, au  moins 3.9% des Tunisiens usagers de drogue par injection sont contaminés par le VIH, a rapporté le quotidien Assabeh, ce samedi 17 septembre 2016.

D’après la même source, seuls 10% des drogués ont pris la décision de ne plus consommer de stupéfiant.

Selon des professionnels du secteur de la santé, le partage d’aiguilles favorise la transmission du VIH et même d’autres infections, et cela se pratique assez couramment chez les consommateurs de drogue par injection.

FOCUS 🔍

Italcar, concessionnaire et distributeur exclusif de plusieurs marques de voitures et de camions en Tunisie (Fiat, Alfa Romeo, Lancia, Fiat Professional, Iveco et Jeep), a...

Le meilleur des RS

L'étrangère qui vous dit vos 4 vérités

Elle s’appelle Martine Maçon. Manifestement une étrangère vivant à Tunis. Sur sa page des réseaux sociaux, elle se définit comme «Empêcheuse de tourner en...

INTERVIEW

Le PDG de la Caisse nationale d'assurance-maladie (CNAM), Béchir Irmani a accordé à Africanmanager une interview exclusive où il a évoqué plusieurs points dont...

AFRIQUE

Reseaux Sociaux

SPORT

Ligue 1 : Programme de la 4ème journée

 Programme de la quatrième journée du championnat de la Ligue 1 du football professionnel, prévue les 6 et 7 octobre 2018 (tous les matches...