Tags Posts tagged with "coopération technique"

coopération technique

par -

Le Ministère de l’Agriculture, de la Pêche Maritime, du Développement Rural et des Eaux et Forêts et l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) au Maroc, ont procédé, le Jeudi 29 Juin 2017, à la signature d’un accord de partenariat à travers un nouveau projet : «  Implémentation de l’agenda 2030 pour l’efficience, la productivité et la durabilité de l’eau dans les pays du Proche Orient et d’Afrique du Nord (NENA)».

Cet accord s’inscrit dans le cadre du Cadre de Programmation Pays (CPP) signé par M. le Ministre de l’Agriculture, de la Pêche Maritime, du Développement Rural, des Eaux et Forêts, M. Aziz Akhannouch, et le Représentant de la FAO au Maroc, M. Michael George Hage, pour la période 2017-2021, lors du 12ème Salon International de l’Agriculture au Maroc. Ce CPP vise à relever les défis relatifs à la sécurité alimentaire, à la baisse de la pauvreté dans le milieu rural et à l’amélioration de la gestion des ressources naturelles pour faire face aux changements climatiques.

Ce nouveau projet bénéficie d’un concours financier de l’Agence Suédoise de Coopération Internationale de Développement (SIDA) à hauteur de plus d’un million USD. Il fait suite aux recommandations ayant émanées des rapports de diagnostic nationaux réalisés dans le cadre de l’Initiative Régional de la FAO sur la rareté de l’eau qui a toujours apporté son soutien et fourni des efforts visant à faire face à l’écart rapide entre la disponibilité et la demande de ressources en eau douce. Ce projet, d’une durée de cinq années, a été conçu et formulé pour définir le cadre approprié pour la mise en œuvre de l’agenda 2030 pour l’efficience, la productivité et la durabilité de l’eau (Cible 6.4 des Objectifs de Développement Durable (ODD) relatif à l’utilisation durable des ressources en eau). Il y a lieu de rappeler que la FAO, en collaboration avec le Maroc, organise à Casablanca, du 4 au 7 Juillet 2017, une formation sur les cibles des ODD 6.4 en matière d’eau et d’assainissement au profit de participants de 15 pays africains.

Le Maroc est l’un des pays qui connaissent un progrès important dans le domaine de gestion de l’eau à travers le Plan National d’Economie de l’Eau d’Irrigation qui vise la réduction des pertes durant les opérations d’irrigation grâce à la réhabilitation des infrastructures et à l’amélioration de la gestion des ressources hydriques pour faire face à la rareté de l’eau et au changement climatique. Le projet constituera, donc, un nouvel élan pour appuyer le Maroc dans le renforcement de la sécurité alimentaire à travers l’assistance technique de la FAO, par l’amélioration de la gouvernance et la gestion de l’eau d’irrigation.

Le projet, avec un budget total de 10 millions USD, se focalisera sur trois composantes. La première concerne l’établissement d’un système robuste de comptabilité de l’eau basée sur la télédétection et fournissant une base de données concluante pour la budgétisation intégrale et pour surveiller les progrès dans la réalisation des objectifs tout en évaluant l’efficacité institutionnelle pour régir les ressources en eau.

La deuxième composante porte sur une série d’interventions pour accroître l’efficacité et la productivité de l’eau dans certains systèmes agricoles des pays sur la base des opérations permettant l’amélioration de la gouvernance de l’eau, l’adoption de bonnes pratiques et technologies au niveau de l’exploitation et la stimulation des initiatives entrepreneuriales le long de la chaîne de valeur, générant ainsi un revenu plus élevé et une plus grande opportunité d’emploi.

La troisième composante est de veiller à ce que des réalisations probantes en termes d’efficacité et de productivité à l’horizon 2030 soient atteintes dans les «limites opérationnelles de l’utilisation de l’eau» définissant les conditions de «durabilité de l’eau» et, par conséquent, pour un développement durable, socialement équitable et fondé sur les droits de l’homme.

L’impact global attendu de ce projet est que la sécurité alimentaire dans la région NENA soit renforcée grâce à l’augmentation des revenus et de la production, l’utilisation efficace et durable des ressources en eau et l’atténuation des effets du changement climatique par une réduction de l’empreinte carbone de l’agriculture.

Il y’a lieu de rappeler qu’une analyse Genre sera effectuée à différents niveaux afin de mettre l’accent sur l’effet multiplicateur pour accroître la productivité de l’eau en tenant compte des dimensions genre. L’analyse comparative entre les sexes révélera également les conditions viables avec lesquelles les femmes peuvent participer efficacement en tant que parties prenantes, en tenant compte de leurs besoins en eau et de leurs multiples charges de travail. L’augmentation de la productivité biophysique, économique et sociale de l’eau dans le secteur de l’agriculture devrait bénéficier de manière significative à l’intégration de la dimension genre.

Un atelier de lancement du projet au profit des pays bénéficiaires et aux partenaires à savoir le Maroc, l’Algérie, l’Egypte, l’Iran, la Jordanie, le Liban, la Palestine et la Tunisie sera organisé au Caire/Egypte, du 17 au 19 Juillet 2017, pour établir une feuille de route permettant la mise en œuvre efficace de l’agenda 2030 et atteindre des résultats à fort impact.

par -

Un nouveau projet de coopération technique entre la ville de Tunis et la ville de Paris verra prochainement le jour. L’annonce a été faite ce mardi 15 novembre 2016 par le maire de Tunis, Seiffallah Lasram, qui a fait savoir qu’il s’agit d’un nouveau projet pilote de collecte des déchets ménagers.

« Ce projet s’inscrit dans le cadre d’un accord signé aujourd’hui entre les deux villes qui vient définir les modalités de mise en œuvre de ce projet pionner », a indiqué le maire, rappelant que les deux villes entretiennent des relations étroites grâce à un pacte d’amitié et de coopération qui les unit depuis 2004 et qui s’est traduit par la conduite de plusieurs projets conjoints au sein de leurs directions.

D’ailleurs, le nouveau projet pilote de collecte des déchets ménagers vient traduire la volonté de la ville de Tunis d’améliorer la qualité de ses services de propreté publique, tout en modernisant son parc roulant ainsi que les infrastructures de transfert des ordures ménagères.

D’où l’idée de nouer ce genre de partenariat avec la ville de Paris qui a approuvé lors d’un récent conseil la signature de cet accord important.

trez

Deux quartiers sélectionnés

Profitant de cette occasion, le maire de Tunis a déclaré que deux quartiers ont été sélectionnés dans une première étape pour la concrétisation de ce projet, avant qu’il soit s’élargi pour toucher d’autres quartiers.

Les deux quartiers sont les Berges du Lac Nord, considérées comme une zone à caractère administratif et commercial très attractive et la Zone d’Al Menzah connue par sa densité démographique.

« Ce projet de collecte de déchets revêt une importance particulière étant donné que les débordements de conteneurs placés sur la voie publique sont constatés presque toute la journée », a dit le maire, pointant du doigt l’aggravation de la situation, notamment avec le chiffonnage anarchique en particulier dans les zones à caractère commercial et les groupements d’immeubles.

150 mille euros pour l’achat d’un nouveau matériel

Ce défi semble réalisable pour la ville de Tunis, qui va s’appuyer sur l’expérience française et plus précisément le savoir-faire de la ville de Paris.

« Avec des financements de l’ordre de 150 mille euros, la ville de Paris va aider son homologue tunisien au niveau de l’acquisition d’un nouveau matériel et principalement les conteneurs semi-enfouis et le matériel roulant », a de son côté indiqué le représentant de la mairie de Paris, chargé de la coopération urbaine, Etienne Beurier.

Et D’ajouter : « La ville de Paris veut aller plus loin dans ce projet de coopération pour gérer l’intégralité de la chaine de déchets de manière à promouvoir le système de collecte des ordures ménagères ».

par -

Le ministre de la Justice, Omar Mansour, a reçu ce mercredi 27 avril 2016 une délégation de la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD), indique un communiqué du ministère de la Justice.

La réunion a porté sur plusieurs questions dont les domaines de la coopération technique entre le ministère de la Justice et la BERD, dans certains projets à caractère économique.

Lors de cette réunion, les deux parties ont souligné l’importance de la poursuite d’une coopération, notamment après l’approbation de la loi des procédures collectives visant le redressement des entreprises économiques en difficulté.

A l’issue de cet entretien, le ministre de la Justice a souligné la nécessité de soutenir les compétences des instances judiciaires dans divers domaines liés à des questions à caractère économique et financier, surtout après la création du pôle judiciaire financier, qui a encore besoin de soutien matériel, financier, juridique et technique. Mansour a insisté sur l’importance de programmer des sessions de formation au profit des juges dans un certain nombre de domaines en rapport avec le métier.

par -

La commission de pilotage du programme de coopération technique tuniso-japonais pour la promotion de la qualité et de la productivité tiendra sa première réunion mercredi 17 février 2016 à Tunis pour l’adoption du plan d’action de la première phase du programme au titre de 2016/2017.
Le programme qui s’étale sur quatre ans (2016/2019), vise à instaurer un système national durable pour l’amélioration de la qualité et de la productivité dans le secteur industriel et des services.
Il s’inscrit dans le cadre de la concrétisation des recommandations de la 5ème Conférence internationale de Tokyo pour le développement de l’Afrique (Yokohama, 1er-3 juin 2013) au cours de laquelle le chef du gouvernement japonais avait proposé la création de 10 centres de développement humain pour le secteur industriel en Afrique. Le programme intervient également dans le cadre de la note d’orientation du plan quinquennal 2016/2020 et du parachèvement des précédents programmes de coopération avec le Japon dans les domaines de la promotion de la qualité et de la productivité.
La Tunisie a été choisie parmi les pays africains en raison notamment du taux élevé des diplômés du supérieur dont elle dispose. Une centaine d’entreprises industrielles bénéficieront de ce programme en termes de soutien technique outre la formation de 70 experts en matière de promotion de la qualité et de la productivité.

TAP

INTERVIEW

«La politique africaine ne peut se développer uniquement avec les visites, sporadiques et de courte durée ou seulement à travers le seul ministre des...

AFRIQUE

Le Secrétaire général condamne la mort le 23 juillet d’un casque bleu de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la Stabilisation en...

Reseaux Sociaux