Tags Posts tagged with "dakar"

dakar

par -

Angela Merkel, à la tête de la première puissance économique d’Europe, l’Allemagne, est annoncée à Dakar le 29 août 2018, pour une visite officielle, d’après le journal sénégalais l’AS. Rappelons que le président chinois, Xi Jinping, était au Sénégal le mois dernier et avant lui le chef de l’Etat français, Emmanuel Macron. Ce sont indéniablement des succès diplomatiques mais surtout économiques pour le président Macky Sall, qu’il ne manquera pas d’exploiter aux prochaines élections, en février 2019…

On ne sait rien pour le moment des détails du voyage de Merkel, on sait juste qu’il est question d’accords de coopération. On sait aussi que l’Allemagne a un gros appétit pour le continent africain, dans lequel elle accuse un retard en comparaison avec la Chine, la Turquie, l’Italie ou la France. Dans cette ambition africaine dessinée par la chancelière allemande, le Sénégal, dont le FMI dit le plus grand bien, est une belle carte à jouer pour Berlin…

par -

Dakar abritera du 27 au 30 novembre prochain la première édition du FORUM ECONOMIQUE GENERESCENCE “FEG Dakar” sous le theme “Investissements en Afrique : Le Sénégal porte d’entrée des marchés africains”. Le FEG – Dakar réunira en 4 jours entre 500 et 1500 acteurs économiques et donneurs d’ordre venus d’une quinzaine de pays d’Afrique, d’Europe et d’Asie, attendus sur 4 registres : Conférences plénières, Rencontres B2B, Workshop et Foire d’exposition professionnelle.

Organisé par GENERESCENCE BUSINESS NETWORKING, entreprise spécialisée dans le conseil en communication d’influence, affaires publiques, intelligence économique et business networking, en collaboration avec les autorités sénégalaises et des partenaires internationaux tels que EUROPARTNER SA, le FEG Dakar est un rendez-vous annuel économique qui permet à la fois de poser les problématiques de l’investissement en Afrique, mais surtout de favoriser la connexion d’affaire entre les acteurs économiques, institutions publiques et donneurs d’ordre du Sénégal, ceux du reste continent et du monde.

Pour sa première édition, le FEG- Dakar met à l’honneur le Luxembourg, le Maroc et la France. Ces pays, qui entretiennent des relations exceptionnelles avec le Sénégal, sont inscrits dans des dynamiques de croissance respectivement salutaires. Ils ont des expériences économiques et industrielles à partager, des savoir-faire et expertises à forte valeur ajoutée à proposer au Sénégal en particulier et à l’Afrique en général. Les deux pays déplaceront de fortes délégations d’hommes d’affaires, industriels et de donneurs d’ordre inscrits dans le cadre du Forum et avec des programmes B2B personnalisés. Sont également attendus au Forum des opérateurs français, allemands, espagnols, turcs guinéens, ivoiriens, maliens, tunisiens, gambiens, indiens, pakistanais, chinois…

Le FEG – Dakar réunit en 4 jours entre 500 et 1500 acteurs économiques et donneurs d’ordre venus d’une douzaine de pays d’Afrique, d’Europe et d’Asie, attendus sur 4 registres : Conférences plénières autour de la thématique de l’investissement au Sénégal  et valorisant la destination (IDE) Sénégal,  Rencontres B2B, Workshop (destinés aux jeunes entrepreneurs sénégalais et portant sur l’entrepreneuriat en général, le montage financier de projet et l’innovation et l’Espace d’exposition de 2500 à 5000 m2 d’exposition avec des pavillons pour les pays à l’honneur.

L’événement réunira les organismes d’Etat (économies, infrastructures, agricultures, énergie, entrepreneuriat….), acteurs économiques, Investisseurs, bailleurs de fonds, donneurs d’ordre nationaux, industriels, organismes professionnels sectoriels et d’export, Chambres de commerce et d’industrie, cabinets d’expertise et d’ingénierie, importateurs, exportateurs, Collectivités locales, mairies, communes, Investisseurs, bailleurs de fonds, donneurs d’ordre, industriels, organismes professionnels sectoriels et d’export, Chambres de commerce et d’industrie, cabinets d’expertise et d’ingénierie, importateurs, exportateurs…

par -

Les travaux du forum économique tuniso-sénégalais sur le thème “vers un partenariat durable” ont démarré, mercredi 02 mai 2018, à Dakar (Sénégal) avec la participation d’environ 40 entreprises opérant dans divers secteurs d’activités (agroalimentaire, mécanique et électrique, santé, enseignement, l’infrastructure, formation professionnelle, technologies de communication ….), et des hauts responsables du gouvernement sénégalais, selon un communiqué du ministère de l’Industrie et des Petites et moyennes entreprises (PME), .
Cette manifestation organisée par le Conseil d’affaires tuniso-africain (TABC) en collaboration avec la Chambre tuniso-sénégalaise de Commerce et d’Industrie (CTSCI) vise à rapprocher les milieux économiques tunisiens et sénégalais dans les secteurs publics et privés et à renforcer la coopération et l’échange d’expertises entre les industriels et les investisseurs des deux pays.

Intervenant à cette occasion, le ministre tunisien de l’Industrie et des PME, Slim Feriani, a mis l’accent sur la nécessité de mettre en place une stratégie de coopération sud-sud sur le long terme, dans l’objectif de consolider la croissance économique et de renforcer les échanges commerciaux entre la Tunisie et le Sénégal. “Le Sénégal est en train de passer à une vitesse supérieure sur le plan du développement économique. Nous voulons être partenaire de cette nouvelle phase de développement économique“, a dit le ministre lors d’un point de presse, cité par l’Agence de Presse Sénégalaise (APS). Il a ajouté que la Tunisie a l’intention de se rapprocher du “Sénégal pour des dizaines d’années à venir et des générations futures dans cette coopération gagnant-gagnant (…). Il faut mettre la main dans la patte pour accentuer ces échanges commerciaux en vue de booster l’investissement de deux côtés (…). La création des richesses se fait clairement par le secteur privé, il y a une effervescence entre les secteurs privés des deux côtés et il faudrait en tenir compte“.

Même enthousiasme du côté du secrétaire général du ministère sénégalais de l’Industrie et des Mines, Adama Baye Racine Ndiaye, qui déplore, tout de même, le “volume des échanges pas très satisfaisant” entre Dakar et Tunis.
Au regard de la balance commerciale, le volume des échanges reste déficitaire pour le Sénégal. Nous avons beaucoup plus de produits qui nous viennent de la Tunisie que ceux qui quittent le Sénégal pour aller là-bas“, a-t-il déploré.
Mais il a bon espoir : “ce déséquilibre devra être comblé grâce aux opportunités qu’offre le PSE, à travers des investissements et des réformes“, a-t-il conclu.

par -

TABC (Tunisia-Africa Business Council) organise en partenariat avec la Chambre Tuniso-Sénégalaise de Commerce et d’Industrie une mission de prospection multisectorielle à Dakar, au Sénégal, du 30 Avril au 04 Mai 2018.

Avec une population de 15 millions d’habitants et un PIB de 14,6 MUSD, le Sénégal est la deuxième économie en Afrique de l’Ouest francophone derrière la Côte d’Ivoire. Le pays a connu de 2008 à 2013 un rythme de croissance annuel moyen de 2,5% et 2014 a marqué une rupture dans la trajectoire de croissance avec 4,3%, qui s’est confirmée en 2015 et en 2016 avec des taux respectivement de 6,5% et de 6,6.

La TAB participera par ailleurs au Salon international de l’alimentation et de l’Emballage (SIPAL-SIES), avec une délégation du secteur agroalimentaire et un espace Tunisie de 60m², et ce du 24 au 27 Avril 2018 à Dakar.

par -

Dakar accueille la 3ème conférence de reconstitution des fonds du Partenariat mondial pour l’éducation le 1er et le 2 février 2018. Cette conférence a pour but de récolter 3,1 milliards de dollars sur la période 2018-2020, afin de pouvoir financer l’éducation des centaines de millions de filles et de garçons qui, à travers le monde, n’y ont toujours pas accès. En prélude à cette conférence internationale, l’UNESCO Dakar organise un panel de haut niveau sur les comptes nationaux de l’éducation (CNE) du Sénégal, l’occasion de partager l’expérience du pays dans ce domaine.

Le choix porté sur le Sénégal pour abriter cette conférence du PME, après le Danemark en 2011 et la Belgique en 2014, repose sur la reconnaissance par la communauté internationale des efforts soutenus du gouvernement en matière d’éducation et de formation. En effet le Sénégal est souvent cité en modèle pour ce qui concerne les allocations budgétaires en faveur du secteur et la qualité de son Programme d’amélioration de la qualité, de l’équité et de la transparence dans l’éducation (PAQUET).

Mais qu’en est-il exactement et combien coûte l’éducation au Sénégal ? Qui la finance (l’Etat, les ménages, les collectivités locales, l’aide extérieur, etc.) ? Pour quelles priorités politiques et quelles natures économiques ? Quels sont les coûts et les financements aux différents sous-secteurs d’éducation ? Autant de questions auxquelles tentera de répondre le panel organisé par l’UNESCO avec pour objectif de partager l’expérience sénégalaise, dans l’élaboration des CNE, en rappelant les réussites, les difficultés, les opportunités et les perspectives rencontrées lors des différentes étapes du processus mais également de discuter de la contribution des différents acteurs dans le financement du secteur de l’éducation et de la formation, dans une perspective de mobilisation accrue des ressources face aux défis liés à la croissance démographique, aux objectifs de politique et au contexte économique.

La restitution réunira toutes les familles d’acteurs du financement du secteur de l’éducation afin de discuter des résultats concernant la constante progression de leurs efforts d’investissements dans le secteur. Ce sera l’occasion d’une réflexion concernant les politiques de financement de la stratégie du secteur de l’éducation, PAQUET 2018-2030.

Pour rappel, suite à l’accompagnement initial du Partenariat mondial pour l’éducation, l’UNESCO Dakar a appuyé l’élaboration et la finalisation des CNE à travers son programme de développement des capacités pour l’éducation (CapED) avec l’appui technique de l’Institut international de planification de l’éducation (IIPE) de l’UNESCO.

par -

La capitale sénégalaise a accueilli durant la semaine du 4 au 8 décembre dernier, dans les locaux de l’Institut supérieur de Management de Dakar (ISM), la troisième semaine de formation sur le programme « Women Entrepreneurs Business Education » de la Fondation BGFIBank (www.Fondation-BGFIbank.com), dédié au développement de l’entrepreneuriat féminin.

28 participantes entrepreneurs, désireuses d’acquérir des compétences essentielles pour développer une petite ou moyenne entreprise innovante, ont été sélectionnées cette année au Sénégal, au titre de l’édition 2017.

L’objectif de ce programme est d’accroître l’essor économique et social de ces femmes entrepreneures en leur permettant de devenir financièrement indépendantes et ce de façon durable. Le programme établi sur six mois et concernant le Gabon, la Côte d’Ivoire et le Sénégal, permettra notamment à ces femmes d’améliorer la conduite de leurs activités pour leur autonomisation financière, de créer d’emplois et de la valeur ajoutée, de développer les compétences et les ressources nécessaires à la création d’entreprises innovantes et durables. « A travers ce programme, nous voulons contribuer à l’émergence d’une nouvelle génération de chefs d’entreprises, tout en mettant en lumière des femmes d’action, car nous sommes convaincus que la réussite de l’entrepreneuriat féminin est aujourd’hui un enjeu économique majeur pour l’Afrique. » souligne Henri Claude OYIMA, Président de la Fondation BGFIBank.

Entièrement subventionnées par la Fondation BGFIBank à hauteur de 44 millions de francs CFA, ce sont au total plus de 100 femmes entrepreneurs au Gabon, en Côte d’Ivoire et au Sénégal qui bénéficieront des formations composées de sessions de cours et d’ateliers axés essentiellement sur la méthodologie « lean startup » : le marketing et la vente, la comptabilité et finance d’entreprise, le droit des affaires, la fiscalité d’entreprise, les tableaux de bord et le reporting d’entreprise. La première phase du programme prendra fin le 24 mars 2018

par -

A partir du 10 décembre 2017, tous les vols de Tunisair de et vers l’aéroport Léopold Sédar Senghor à Dakar (Sénégal) seront transférés vers le nouvel aéroport international Blaise Diagne situé dans la même ville, a fait savoir la compagnie dans un communiqué.
Situé à 50 kilomètres environ de la capitale sénégalaise, le nouvel aéroport a ouvert jeudi 7 décembre 2017 ses portes, pour accueillir les passagers suite à la conversion de L’aéroport Léopold Sédar Senghor en un aéroport militaire, ajoute la compagnie.
Les numéros de vols TUNISAIR resteront inchangés et la compagnie reportera automatiquement les réservations sur le nouveau code aéroport (DSS). Le transporteur mettra également à jour les billets et informera individuellement les passagers de ce changement.

par -

Le groupe français de construction et de réparation navale de navires de taille moyenne, “Piriou” s’installe à Dakar après son implantation au Nigeria, en 2004, au Vietnam (2006) et en Algérie (2013), rapporte l’APS.

Le directeur général de l’entreprise “Ngom et Frères” procédait à la signature d’un partenariat entre sa société et le Groupe français qui a une “solide réputation dans le monde de la construction et de la réparation des bateaux pour la pêche artisanale semi-industrielle”.

Les deux entités ont ainsi convenu de mettre sur pied la société “Piriou Ngom Sénégal” qui va proposer ses services en réparation et en construction navale, notamment dans les domaines de la pêche, des navires de service et de défense.

Fondé en 1965, le groupe Piriou est spécialisé dans la construction, la répartition, l’ingénierie navale et la prestation de services. Il construit des navires jusqu’à 120 m en a livré plus de 430 dans le monde.

par -

Les Américains, très sourcilleux sur les questions de menace terroriste depuis le 11 septembre, 2001 ont semble-t-il quelques craintes du côté du Sénégal. Leur ambassade à Dakar a appelé ses ressortissants à faire preuve de vigilance s’ils se rendent dans les endroits fréquentés par des étrangers dans la capitale, “en raison d’une menace crédible liées à des activités terroristes potentielles“, rapporte hier jeudi 19 octobre Le Figaro.

L’ambassade américaine conseille aux citoyens américains d’être vigilants lorsqu’ils fréquentent des établissements et des hôtels fréquentés par des Occidentaux, en raison d’une menace crédible liée à des activités terroristes potentielles à Dakar“, dit ce texte en  date du 18 octobre. Il va plus loin en interdisant “au personnel de l’ambassade américaine de séjourner dans les hôtels de Dakar qui se trouvent au bord de la mer jusqu’à la première semaine de décembre” et informe les citoyens américains qu’ils “doivent s’attendre à des contrôles de sécurité plus approfondis lorsqu’ils se déplacent à Dakar“.

Même son de cloche chez le gouvernement du Canada, qui a également modifié l’onglet “sécurité” de son site d’avis pour ses ressortissants qui partent pour le Sénégal. Intitulé “menace terroriste à Dakar“, le texte reprend l’alerte de l’ambassade américaine et invite les citoyens canadiens à “rester vigilants en tout temps dans les lieux publics” de Dakar. “Séjournez dans les hôtels qui ont des mesures de sécurité renforcées, mais gardez à l’esprit que même les endroits les plus sécuritaires ne sont pas sans risque“, précise la diplomatie canadienne.

La France elle se montre plus mesurée, même si elle appelle depuis des mois à une “vigilance accrue“. Hier le ministère des Affaires étrangères n’a ni changé ses consignes en direction des voyageurs pour le Sénégal, ni transmis un message à la communauté expatriée. Donc il y a des raisons de croire que la menace est sérieuse certes, mais pas au point d’affoler tous les visiteurs du pays avec des mesures de hors normes. Il n’en demeure pas moins que le Sénégal se prépare depuis des années à affronter le péril djihadiste, vu que les extrémistes ont frappé un peu partout dans la région : Au Mali, très régulièrement ; au Burkina Faso, en janvier 2016 et en août 2017 ; en Côte d’Ivoire, en mars 2016… A noter que Dakar va organiser les 13 et 14 novembre 2017 le Forum international sur la paix et la sécurité en Afrique. Tout cela pour dire que le terrorisme est pris très au sérieux dans cette partie du continent…

par -

L’Office national marocain du tourisme (ONMT) a inauguré jeudi 9 février un siège à Dakar, au Sénégal, le premier sur le continent hors du Maroc.

Un événement organisé dans le cadre de la Semaine de la gastronomie et de la culture marocaine, qui se tient jusqu’au 14 février 2017 dans la capitale sénégalaise, rapporte leconomiste.com.

Pendant une semaine, la culture et les mets du Royaume seront ainsi à l’honneur avec plus de 300 invités venus savourer les différentes spécialités nationales (tajine, salades marocaines, gâteaux, pâtisserie, thé à la menthe…) lors d’une soirée organisée à l’hôtel Radisson Blu.

Le tout agrémenté d’une présentation du Maroc, de ses richesses culturelles et artistiques ainsi qu’une démonstration remarquée des Gnaouas.

Le nouveau bureau de l’ONMT sera dirigé par Jalal Imani et se situe sur la route des Almadies, quartier huppé de Dakar, a précisé la même source.

par -

La menace terroriste et la sécurité de façon générale sont au menu à Dakar, capitale du Sénégal, à partir de ce lundi 05 décembre 2016, dans le cadre du Forum sur la paix et la sécurité en Afrique, le troisième rendez-vous du genre. Sous la houlette du président Macky Sall, experts, chercheurs, militaires et responsables politiques ou membres de la société civile vont plancher durant deux jours sur les sujets, très préoccupants, de l’extrémisme violent et de la gestion des espaces africains.

A signaler que la rencontre est co-financée par une vingtaine d’entreprises de défense et de sécurité françaises et européennes. Elle a donc une vraie dimension internationale, même si les initiateurs de l’événement martèlent qu’il s’agit juste d’échanger et de jeter les bases d’une réflexion profonde sur ces thèmes brûlants, et qu’on n’a nullement affaire à une instance qui édicte des résolutions, prérogative du Conseil de paix et de sécurité de l’Union africaine. N’empêche, la manifestation monte en gamme, avec la présence cette année du président nigérian, Muhamadu Buhari, directement confronté à la secte islamiste sanguinaire Boko Haram. Les présidents du Togo, du Kenya, du Mozambique feront également le déplacement, mais le président tchadien, Idriss Déby, est aux abonnés absents. Le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, très actif sur le continent depuis quatre ans, est également annoncé, de même que Federica Mogherini, la Haute représentante de l’Union européenne pour les affaires étrangères et la sécurité…

La rencontre a pris du relief l’an dernier, en effet quatre jours après les débats, où les participants avaient unanimement déclaré « nos sécurités sont liées », Paris a subi des attaques terroristes sans précédent, avant que des capitales africaines ne soient frappées (Bamako, au Mali, Ouagadougou, au Burkina Faso, le Grand-Bassam, en Côte d’Ivoire). Et depuis le danger jihadiste n’a cessé d’enfler en Afrique de l’Ouest, au Sahel, au Maghreb et dans la Corne…

par -
Une intrusion de grande ampleur a eu lieu dans les bases de données de l'opérateur téléphonique Orange en France . Il s'agit d'un piratage de grande ampleur

Le groupe français Orange vient de densifier sa présence en Afrique en inaugurant, le 24 novembre 2016, deux centres de gestion des services clients et ce, à Abidjan, la capitale économique de la Côte d’Ivoire et Dakar, capitale du Sénégal. 70 millions d’euros – 35 millions d’euros par site – ont été décaissés pour financer ces infrastructures. Bruno Mettling, directeur général adjoint d’Orange en charge de la zone Afrique et Moyen-Orient, s’est rendu à Abidjan, où ces projets ont été officiellement lancés.

« Le GNOC [pour Global Network Opération Center] permettra de superviser à terme le réseau 2G, 3G et 4G de 53 millions de clients dans neuf pays africains où nous possédons des filiales. Nous voulons offrir à nos clients une nouvelle expérience dans l’usage d’applications. Cette supervision se fera 7 jours sur 7 et 24 heures sur 24 », a déclaré M. Mettling.

Ces nouvelles unités vont au départ gérer six pays, mais très vite, dès 2017, elles vont monter en régime pour s’étendre à trois autres pays. A peu près 200 ingénieurs et techniciens vont travailler dans ces centres.

Orange a choisi Abidjan et Dakar parce que c’est là où le groupe compte le plus d’abonnés en Afrique subsaharienne.

par -

L’Ambassade des Etats-Unis à Dakar a accueilli cette semaine les membres clés du gouvernement sénégalais pour un exercice de préparation contre le terrorisme.
L’objectif de l’exercice est d’améliorer la situation et le partage d’informations entre toutes les parties prenantes
A travers des exercices et des discussions animées à l’aide de scénarios d’attaques terroristes, le but de l’exercice est d’améliorer la coordination, la collaboration et le partage d’informations entre les services de contre-terrorisme, les militaires, la police et les partenaires en matière de sécurité.

L’objectif de l’exercice est d’améliorer la situation et le partage d’informations entre toutes les parties prenantes et d’identifier les meilleures pratiques et les enseignements tirés des actions entre les États-Unis et le Sénégal.

Les États-Unis effectuent régulièrement ces types d’exercices avec des partenaires étrangers dans le monde entier.

par -

Une centaine d’opérateurs économiques algériens sont attendus, samedi à Dakar.

Une mission économique algérienne est composée d’hommes d’affaires opérant dans plusieurs secteurs dont l’agroalimentaire, l’industrie pharmaceutique, le bâtiment et les services, sont attendus, aujourd’hui, samedi à Dakar, a rapporté le journal algérien Al Watan citant l’ambassade d’Algérie au Sénégal.

Des rencontres B to B sont prévues entre les hommes d’affaires des deux pays, dans le cadre d’un forum d’échange sur le cadre législatif et les investissements.

Les travaux du forum se tiendront, du 23 au 27 avril prochains, au siège de la chambre du commerce et d’industrie à Dakar, a précisé la même source.

par -
La Confédération nationale des employeurs du Sénégal (CNES) organise

La Confédération nationale des employeurs du Sénégal (CNES) organise, aujourd’hui 31 mars, une cérémonie de réception d’une délégation d’une quarantaine d’opérateurs économiques de la Fédération des entreprises citoyennes de Tunisie (CONECT).

Au programme de cette visite qui s’étale sur 3 jours à Dakar, des rencontres B to B seront organisées, des accords de partenariat seront signés et des visites d’entreprises et d’institutions seront effectuées.

FOCUS 🔍

Comme chaque année et pour la 8ème fois consécutive, Orange Tunisie a organisé son Orange Summer Challenge (OSC), le rendez-vous incontournable des jeunes technophiles,...

Le meilleur des RS

Le chef d’entreprise et responsable syndical Rafaa Ennaifer est , à bon droit, vert de rage, à la vue d’articles vestimentaires tunisiens, vendus dans...

INTERVIEW

L'expert en économie et ancien ministre des Finances Houcine Dimasi a accordé à Africanmanager une interview exclusive où il a évoqué plusieurs points dont...

AFRIQUE

Le marché des assurances a réalisé un chiffre d'affaires de 73,3 milliards de dinars (mds DA) au 1er semestre 2018 contre 70,3 mds DA...

Reseaux Sociaux

SPORT