Tags Posts tagged with "déficits"

déficits

par -

Le moins qu’on puisse dire est que le communiqué de l’UGTT de Gafsa invitant les protestataires de la Compagnie de phosphate de Gafsa (CPG) à lâcher du lest et à accorder du temps au gouvernement pour répondre à leurs doléances est étrange et inhabituel. On était plutôt habitué à une attitude plus va-t-en guerre de la part de la centrale syndicale. L’UGTT a même demandé aux employés mécontents de la CPG de temporiser pour donner aux autorités de la latitude afin de solutionner le retard pris en matière de développement. Enfin le syndicat a appelé les employés de la CPG à retourner au travail. Tout cela fait un peu beaucoup et tranche avec les postures de l’UGTT, surtout ces dernières années où elle en a fait voir de toutes les couleurs aux gouvernants, bloquant toute velléité de relance économique franche. Alors, qu’est-ce qui explique ce revirement citoyen de l’UGTT ?

La raison est dans le texte du communiqué publié hier samedi 03 septembre 2016. Pas besoin de procéder à une explication très savante, l’UGTT a elle-même dit qu’il faut reprendre le boulot pour éviter la faillite de la société, ce qui ne ferait pas les affaires de la région, ni celles du pays. Voilà, le motif est là. Ce que l’UGTT n’a pas précisé, c’est que les mouvements de protestation, pour diverses raisons, ont tellement affaibli ce fleuron de l’industrie tunisienne qu’il est au bord du précipice. Ce n’est pas pour rien que le chef du gouvernement, Youssef Chahed, en avait fait la tête de gondole de son discours devant les parlementaires pour illustrer cette Tunisie qui ne tourne pas rond et qu’il faut de toute urgence remettre sur orbite. Mais fallait-il attendre que la situation de la CPG atteigne cette gravité pour faire preuve, a minima, de sens des responsabilités ? Fallait-il attendre quasiment un point de non retour, avec des mauvaises habitudes qui se sont cimentées, pour sonner le branle-bas de sauvetage ? Nous posons la question à l’UGTT…

Mais à y regarder de plus près, l’UGTT a maintenant toutes les raisons de demander à ses troupes de regagner leurs postes de travail. En effet, dans la même matinée où elle pond son fameux communiqué, on apprend que la CPG et le Groupe Chimique Tunisien vont embaucher près de 2800 agents et cadres. Que demande le peuple ? Tout cela va se faire dans une société, la CPG, qui est à l’arrêt depuis des jours, plombée par les mouvements sociaux. Essayez de trouver de la logique là-dans. Bon, il y a bien l’unité de Mdhila qui a poussivement repris la production hier samedi, mais c’est une broutille au regard de tous les problèmes endémiques du secteur. Tout cela n’a pas empêché les autorités de continuer à se nourrir déraisonnablement de la bête, au risque de la tuer avec des vagues incessantes de recrutements. Mais l’essentiel est ailleurs : Eviter que le feu prenne dans cette redoutable région de Gafsa.

On marche sur la tête !

La CPG, de l’aveu même de son PDG, Romdhane Souid, c’est une entreprise qui tourne à 40% de sa capacité de production, et cela fait cinq ans que cela dure. La CPG c’est une boîte qui a cumulé un déficit de 5 milliards de dinars du fait de la chute continue de la production. On peut aussi évoquer la fonte des réserves de phosphate commercial, qui sont passées de 7,2 millions de tonnes en 2010 à 2 millions présentement. On peut aussi parler de la baisse vertigineuse des recettes d’exportation du phosphate et dérivés, qui étaient de 1,2 milliard de dollars en 2010 et à peine 351 millions l’an dernier. Depuis le début de cette année jusqu’au 18 juillet, seuls 2 millions de tonnes de phosphate commercial sont sortis des usines de la CPG, alors qu’on en attendait 3,6 millions, ce qui fait un déficit de 44%. Si on fait la comparaison avec la même période de 2010, la production s’était établie à 4,3 millions de tonnes.

Quand Ammar Amroussia, député du FP, parlait (sur Africanmanager le 31 août 2016) de consacrer une part des recettes de la CPG aux habitants de Gafsa, il parlait des revenus d’une société malade au point qu’on ne sait plus par quel bout la prendre pour la sauver du naufrage. Tant pis, la bête est mourante certes, mais tant qu’il lui reste un peu de chair dont on peut se repaître, on peut s’en accommoder. Par ailleurs, il faut croire que les propos d’Amroussia, qui agitait la menace, à peine voilée, d’un soulèvement à Gafsa de la même ampleur que celui de 2008 ont fait mouche. En effet, Sofiène Toubel, député de Nidaa Tounes pour la circonscription de Gafsa, a demandé, le 02 septembre 2016, que 20% des recettes de la production du phosphate restent dans le gouvernorat de Gafsa. Mais il n’est pas le premier dirigeant politique éclairé à nous éblouir avec sa science, l’ex-président de la République, Moncef Marzouki, avait suggéré exactement la même chose, à l’unité près, en juin 2012. Rached Ghannouchi, le chef de file du mouvement Ennahdha, avait abondé dans le même sens, mais s’était gardé d’avancer un pourcentage. « Il est inconcevable que Gafsa dispose de richesses et que ses jeunes chôment », s’était-il borné à dire.

Tout ce beau monde n’a pas pensé une seconde au fait que cette forme de discrimination positive qu’il propose est la meilleure manière de craqueler le ciment de l’unité de nationale, déjà malmenée par la post-révolution. Imaginez le tableau si toutes les régions de la Tunisie exigeaient le même traitement.

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

Elle, c’est une spécialiste du transport, un secteur où elle a fait presque toute sa carrière, qu’elle connaît, de la voiture particulière à l’avion,...

AFRIQUE

Selon les données du Centre national de l'Informatique et des Statistiques des Douanes (CNIS), le déficit commercial de l'Algérie a reculé à 6,17 milliards...

SPORT

Résultats de la 2e journée du Championnat d'Angleterre de football: samedi Swansea - Manchester United 0 - 4 Bournemouth - Watford 0 - 2 Southampton - West Ham...