Tags Posts tagged with "eau de mer"

eau de mer

par -

Le niveau de développement actuel dans le gouvernorat de Gabes ne reflète pas ses richesses naturelles, ses compétences et ses incitations qui lui permettent de se hisser au rang de mégapole, a déclaré le ministre du Développement, de la l’Investissement et de la Coopération internationale, Zied Laadhari.

Intervenant au cours d’un conseil régional extraordinaire tenu, vendredi à Gabes, Laadhari a souligné que le gouvernement œuvrera à la concrétisation des mégaprojets programmés dans la région et qui ont été présentés aux investisseurs à l’occasion de la conférence internationale sur le Partenariat Public-Privé (PPP). Il s’agit de la station de thermalisme au site El Khebayat et la station de dessalement de l’eau de mer à Gabes.

Le ministre a fait savoir, dans ce cadre, que le gouvernement se penche sur l’identification de lignes de financement pour le projet du nouvel hôpital universitaire qui sera réalisé dans les plus brefs délais.

Les membres du conseil régional de Gabès ont appelé le gouvernement à accélérer la réalisation des mégaprojets programmés dans la région et l’augmentation du capital du pôle industriel et technologique de Gabès afin de favoriser la réalisation des projets et résoudre le problème du chômage.
Au cours de cette visite, le ministre a inauguré la 5ème tranche du projet de production de primeurs géothermiques. Il s’agit de la culture sous serres photovoltaïques sur une superficie de 5 hectares moyennant un cout de 18 Millions de Dinars (MD) et qui a permis 120 emplois.

La superficie totale de ce projet réalisé par une société tuniso-hollandaise, s’élève à 25 hectares et fournit 1200 emplois permanents et 700 emplois saisonniers.

Le milliardaire égyptien Naguib Sawiris, 7ème fortune du continent africain, après un séjour à Gabes, s’était lui aussi extasié devant le gros potentiel de la région. C’était en avril 2018, et il n’en a pas reparlé depuis. Ce qui serait bien c’est que le ministre du Développement relance l’homme d’affaires égyptien sur la question…

par -

Selon le gouverneur de Sousse, Adel Chlioui, un déficit de 650 litres par seconde est enregistré, cet été, au niveau de l’alimentation en eau potable destinée à la consommation des ménages, par rapport à la même période de 2017.
Des quantités d’eau supplémentaires de 300 litres par seconde sont fournies pour faire face aux perturbations dans la distribution enregistrées au niveau de plusieurs zones, explique le gouverneur dans une déclaration à l’agence TAP, vendredi, en marge de la 2ème session ordinaire du conseil régional du gouvernorat.
Seules la zone du grand-Sousse et les villes avoisinantes sont confrontées à des coupures d’eau. En revanche, aucune perturbation n’est enregistrée à Enfidha, Bouficha, Sidi Bou Ali et Sidi El Hani.

Des projets en cours de réalisation visent à améliorer l’alimentation en eau potable dont le nouveau barrage à El Kalaâ Kobra (taux d’avancement de 30%).
Ce projet devra couvrir le déficit estimé au Sahel, Cap Bon et Sfax, jusqu’à 2030, et assurer le stockage et le transfert des eaux des régions de l’extrême nord aux stations de traitement, outre le stockage des quantités d’eau supplémentaires pour l’irrigation au Cap Bon.
Le projet de la station de dessalement des eaux de mer a bel et bien démarré. Il devra renforcer l’approvisionnement en eau potable au Cap bon, Sahel, Sfax et Kairouan.
Ce projet, qui devra entrer en exploitation en juin 2019, sera doté d’une capacité de dessalement de 50 mille m3 par jour, pouvant atteindre 100 mille m3 par jour, dans une étape ultérieure.

par -

Un accord de prêt de 82 millions d’euros a été signé, ce mardi 22 mai 2018, entre la Banque Allemande de Développement (KFW) et le ministère du Développement, de l’Investissement et de la Coopération internationale. L’argent financera une station de dessalement d’eau de mer d’une capacité de 50.000m³ / jour (extensible à 100.000 m³ / jour) à Zarat, près de la ville de Gabes.

Le coût total du projet est estimé à 96.5 millions d’euros, soit 231.6 millions de dinars tunisiens. La contribution de la Tunisie est donc de l’ordre de 14.5 millions d’euros. Ce prêt est remboursable sur 15 ans avec 5 ans de grâce et un taux d’intérêt de 1,86%.

Ce projet sera réalisé par la Société Nationale d’Exploitation et de Distribution des Eaux (SONEDE) dans l’objectif de couvrir les besoins en eau potable de 1,145 million d’habitants des gouvernorats de Gabès, à l’horizon 2035.

Il permettra également de faire face à la pénurie d’eau à travers le dessalement des eaux de mer et d’atténuer la surexploitation des eaux souterraines.

A signaler que la Tunisie souffre pour la troisième année consécutive d’un déficit hydrique estimé à 163 millions m3.

Les barrages maintiennent les mêmes taux de remplissage que l’année dernière, à l’exception du barrage de Nebhana qui ne renferme aujourd’hui que 3 millions m3 contre 11 millions m3 en 2017.

On rappelle également que la Banque Allemande de Développement agit pour le compte du Gouvernement Fédéral Allemand. Elle soutient les réformes, les infrastructures et les systèmes financiers pour une croissance économique socialement équitable et respectueuse de l’environnement dans les pays en voie de développement.

Ses objectifs comprennent la réduction de la pauvreté, le maintien de la sécurité et de la paix, la protection de l’environnement et du climat ainsi que la promotion de la mondialisation dans des conditions équitables.

par -

Les travaux de réalisation de la station de dessalement de l’eau de mer à Djerba reprendront, au cours du mois de février 2018, a annoncé le ministre du développement, de l’investissement et de la coopération internationale Zied Laadhari.
Intervenant, mardi, lors d’une séance plénière de l’Assemblée des représentants du peuple (ARP) consacrée à l’examen d’un projet de loi portant approbation de l’échange de mémorandums entre les gouvernements tunisien et japonais concernant le financement d’un projet de dessalement d’eau de mer à Sfax, le ministre a indiqué que ce projet (station de Sfax) s’inscrit dans le cadre d’une carte de projets de dessalement qui concernera plusieurs régions côtières.
Plusieurs autres projets sont programmés, notamment le projet des eaux du nord, précise encore Laadhari.
L’étude relative au transfert des eaux du nord est financée par la Banque allemande de développement (KFW) à hauteur de 3 millions d’euros, a affirmé le ministre, ajoutant que le Japon finance 12 projets en Tunisie.

par -

«250 000 mètres cubes d’eau potable par jour seront produits à travers les 4 centrales de dessalement d’eau de mer à horizon de 2021 à Djerba, Gabès, Sfax et Sousse ». C’est ce qu’a indiqué Hassan Zargouni dans un Post sur sa page, mis en ligne ce jeudi 28 septembre 2017. Selon la même source, ces stations nouvelles suffiront pour couvrir les besoins de ces régions jusqu’en 2040. La station de Djerba Zarzis produira 50 000 mètres cubes par jour extensible à 75 000 mètres cubes et sera opérationnelle été 2018, celle de Sousse produira 50 000 mètres cubes extensible à 100 000 mètres cubes et sera opérationnelle en 2019, à Gabès la station produira 50 000 mètres cubes par jour, extensible à 75 000 mètres cubes, opérationnelle en 2021 et enfin à Sfax la station sera de 100 000 mètres cubes par jour extensible à 200 000 mètres cubes et sera opérationnelle en 2021.

L’investissement dans la station de Djerba représente un montant de 160 millions de dinars. À Gabes la centrale coûtera 215 millions de dinars. La centrale de Sousse nécessitera un investissement de 130 millions de dinars. La centrale de Sfax coûtera 900 millions de dinars.

À titre d’exemple, l’Algérie produit 500 000 mètres cubes par jour à partir du dessalement de l’eau de mer.

Le frein principal à cette technique est le coût énergétique qui s’élève dans le cas de la station de Djerba à 4 kWh par mètre cube. Le plus grand gisement d’eau demeure l’économie de l’eau. Alors faisons tous attention à ce bien qui devient de plus en plus rare et cher en optimisant les moyens de sa production, de sa distribution et son utilisation (81% agriculture, 14% domestique, 4% industrie et moins de 1% pour le tourisme actuellement).

 

FOCUS 🔍

Les chiffres des immatriculations de nouvelles voitures pour le mois de septembre 2018, laissent voire que les ventes des véhicules particuliers de la marque...

Le meilleur des RS

Ce Post, intitulé «Polémiques hôtelières», est l'oeuvre d'un homme qui a une grande expérience dans le secteur du tourisme et un ancien DG de...

INTERVIEW

L'expert en économie et ancien ministre des Finances Houcine Dimasi a accordé à Africanmanager une interview exclusive où il a évoqué plusieurs points dont...

AFRIQUE

L'Union africaine (UA) est censée entamer sa mue, pour plus d'action, plus d'efficacité, moins de bureaucratie... Bref, pour gommer tout ce qu'on reproche à...

Reseaux Sociaux

SPORT