Tags Posts tagged with "eau de mer"

eau de mer

par -

Les travaux de réalisation de la station de dessalement de l’eau de mer à Djerba reprendront, au cours du mois de février 2018, a annoncé le ministre du développement, de l’investissement et de la coopération internationale Zied Laadhari.
Intervenant, mardi, lors d’une séance plénière de l’Assemblée des représentants du peuple (ARP) consacrée à l’examen d’un projet de loi portant approbation de l’échange de mémorandums entre les gouvernements tunisien et japonais concernant le financement d’un projet de dessalement d’eau de mer à Sfax, le ministre a indiqué que ce projet (station de Sfax) s’inscrit dans le cadre d’une carte de projets de dessalement qui concernera plusieurs régions côtières.
Plusieurs autres projets sont programmés, notamment le projet des eaux du nord, précise encore Laadhari.
L’étude relative au transfert des eaux du nord est financée par la Banque allemande de développement (KFW) à hauteur de 3 millions d’euros, a affirmé le ministre, ajoutant que le Japon finance 12 projets en Tunisie.

par -

«250 000 mètres cubes d’eau potable par jour seront produits à travers les 4 centrales de dessalement d’eau de mer à horizon de 2021 à Djerba, Gabès, Sfax et Sousse ». C’est ce qu’a indiqué Hassan Zargouni dans un Post sur sa page, mis en ligne ce jeudi 28 septembre 2017. Selon la même source, ces stations nouvelles suffiront pour couvrir les besoins de ces régions jusqu’en 2040. La station de Djerba Zarzis produira 50 000 mètres cubes par jour extensible à 75 000 mètres cubes et sera opérationnelle été 2018, celle de Sousse produira 50 000 mètres cubes extensible à 100 000 mètres cubes et sera opérationnelle en 2019, à Gabès la station produira 50 000 mètres cubes par jour, extensible à 75 000 mètres cubes, opérationnelle en 2021 et enfin à Sfax la station sera de 100 000 mètres cubes par jour extensible à 200 000 mètres cubes et sera opérationnelle en 2021.

L’investissement dans la station de Djerba représente un montant de 160 millions de dinars. À Gabes la centrale coûtera 215 millions de dinars. La centrale de Sousse nécessitera un investissement de 130 millions de dinars. La centrale de Sfax coûtera 900 millions de dinars.

À titre d’exemple, l’Algérie produit 500 000 mètres cubes par jour à partir du dessalement de l’eau de mer.

Le frein principal à cette technique est le coût énergétique qui s’élève dans le cas de la station de Djerba à 4 kWh par mètre cube. Le plus grand gisement d’eau demeure l’économie de l’eau. Alors faisons tous attention à ce bien qui devient de plus en plus rare et cher en optimisant les moyens de sa production, de sa distribution et son utilisation (81% agriculture, 14% domestique, 4% industrie et moins de 1% pour le tourisme actuellement).

 

Le meilleur des RS

C'est un Taoufik Baccar très remonté qui a pris sa plume ce mardi 20 février 2018... ou plutôt son clavier. Sur sa page Facebook,...

INTERVIEW

Syndicaliste, de père en fils, le ministre tunisien de l’Energie, des Mines et des Energies renouvelables, détruit le mythe de l’abondance pétrolière, s’adresse aux...

AFRIQUE

Des statistiques dévoilées par le département de l’Habitat et rapportées par le site de la Fédération des promoteurs immobiliers marocains, au titre du premier...

Reseaux Sociaux

SPORT