Tags Posts tagged with "économie numérique"

économie numérique

par -

La BIAT vient de signer une convention de partenariat avec B@LABS pour lancer son programme d’incubation de start up innovantes. Initiative unique dans le secteur bancaire tunisien, elle est destinée aux jeunes entrepreneurs détenant des idées innovantes de projets dans des secteurs prometteurs de l’économie tunisienne. La plateforme B@LABS est une initiative responsable et pérenne dont l’objectif est de contribuer au développement de l’économie tunisienne et de servir l’intérêt général et sociétal.

Poursuivant son engagement sociétal pour la promotion de l’entreprenariat, et dans la continuité de la vision de la Fondation BIAT pour la Jeunesse, la BIAT lance B@LABS – qui se prononce BIAT LABS – une plateforme d’incubation dont la mission principale est de prendre en charge les entrepreneurs les plus talentueux et les assister à mettre en place leurs projets.

Le directeur général de la BIAT, Mohamed Agrebi, et le CEO de B@LABS et ancien ministre des Technologies de l’Information et de l’Économie Numérique, Noômane Fehri, ont signé au siège de la BIAT une convention de partenariat entre la BIAT et sa nouvelle filiale B@LABS. La signature du partenariat marque le lancement effectif de la plateforme et l’ouverture des candidatures pour le premier programme d’incubation.

Le premier programme d’incubation démarrera en septembre 2017 et sera structuré en 4 mois pour couvrir :
L’accès à un espace de travail partagé de qualité,
Un Cursus complet et des ateliers thématiques,
Le mentorat et l’accompagnement individuel des promoteurs,
Les services administratifs et juridiques,
L’accès à des clients potentiels et au réseau du groupe BIAT.

A l’issue des 4 mois d’incubation, des entrepreneurs seront sélectionnés pour un accompagnement supplémentaire de 12 mois.

« Pour réussir le programme d’incubation de B@LABS, la BIAT mobilise des partenaires, des experts, des mentors, des équipes internes issus de différents métiers pour mettre à disposition des jeunes promoteurs un environnement de travail propice au développement et à la création de valeur », déclare Ismail Mabrouk, président du conseil d’administration de la BIAT.

« Nous sommes heureux de proposer aux startuppers d’intégrer la première édition du programme d’incubation gratuit de B@LABS pour être accompagnés par nos équipes et partenaires et hébergés dans un nouvel espace de travail prestigieux avec un programme d’accompagnement aux standards internationaux », déclare Noômane Fehri.

Le partenariat avec B@Labs est un nouveau témoignage de l’engagement de la BIAT à contribuer au développement de l’économie tunisienne à travers une initiative citoyenne de taille qui vise à ancrer la pratique entrepreneuriale, à jouer un rôle de catalyseur entre les différentes initiatives en place et à participer activement au développement de la nouvelle économie tunisienne. Le tout s’inscrivant dans une démarche structurée et à long terme.

par -

Le ministère des Technologies de la Communication et de l’Economie Numérique a signé, mercredi 8 mars 2017, une convention de partenariat avec la Fondation Tunisie Pour le Développement, afin d’aider à promouvoir le projet “Smart Tunisia” à l’étranger.
En vertu de cette convention, une enveloppe de 5 millions de dinars sera mobilisée sur 5 ans, pour la promotion du projet Smart Tunisia à l’étranger, et de soutenir les participations aux manifestations internationales pour accroître les chances de réussite de ce projet.
Le président de la Fondation Tunisie Pour le Développement, Badreddine Ouali a souligné, dans une déclaration à l’agence TAP, l’importance d’œuvrer à garantir la réussite de Smart Tunisia qui vise à offrir des emplois pour 50 mille jeunes durant les 5 années à venir et à réaliser des exportations d’une valeur de 2 milliards de dinars.
Il est à noter que la Fondation Tunisie Pour le Développement, a été créée, selon Ouali, durant le troisième trimestre de l’année 2016, et regroupe des personnalités politiques françaises amies de la Tunisie, à l’instar de Jean-Pierre Raffarin, ancien premier ministre français, Serge Degallaix, ancien ambassadeur de France en Tunisie, et un nombre d’hommes d’affaires tunisiens résidents à l’étranger.
Le Ministère des Technologies de la Communication et de l’Économie Numérique, Anouar Maârouf, a souligné que le projet Smart Tunisia marque une réelle évolution dans le domaine de l’économie numérique et que plusieurs donneurs d’ordre y accordent une grande importance.
Il a par ailleurs, affirmé que la Tunisie dispose des compétences et des atouts qui lui permettent d’être une destination de choix pour l’économie numérique, appelant les responsables de Smart Tunisia à poursuivre les efforts pour réaliser les objectifs associés à ce projet.

De son coté, Serge Degallaix, a évoqué la conscience accrue en France et en Tunisie, quant à l’importance des nouvelles technologies de l’information et de la communication, et l’émergence de plusieurs entreprises dans ce secteur.
Et de poursuivre que ” l’économie numérique est un secteur à fort potentiel de création d’emplois, en l’occurrence parmi les diplômés du supérieur “.
Pour sa part, Ilyes Jribi, directeur exécutif de Smart Tunisia a affirmé que ce projet a mis en exergue la capacité de la Tunisie à devenir une destination technologique pour les investisseurs étrangers et les sociétés internationales, leaders du marché numérique, faisant savoir que près de 20 conventions ont été signées avec des entreprises internationales pour créer environ 4500 postes d’emplois.
Il a, en outre, précisé que la direction de Smart Tunisia est en train de négocier avec des grandes entreprises internationales actives dans le numérique, pour d’éventuelles implantations en Tunisie.
Nous ne souhaitons pas donner plus de détails sur l’identité de ces entreprises, il a déclaré qu’une première convention sera signée le 23 mars 2017, avec une grande enseigne, ce qui permettra de créer environ 350 postes d’emploi. Une deuxième convention le sera également avec une deuxième entreprise, vers la fin de mars courant pour mettre en place un projet qui permettra de créer 1000 emplois.
Et d’ajouter que le chiffre d’affaires de ces deux sociétés s’élève à 1 milliard d’euros et qu’elles emploient près de 15 mille emplois à travers le monde.

par -

A l’occasion de la tenue des Journées de l’Entreprise les 9 et 10 décembre à Sousse, l’ancien chef du gouvernement, Mehdi Jomaa, a déclaré à Express fm que tous les secteurs d’activités reposent sur la technologie numérique.

« L’État doit préparer le terrain pour la transformation digitale, je pense qu’il est nécessaire d’assurer la conduite du changement pour réussir la transformation numérique », a-t-il affirmé.

S’agissant du Think-Tank, il a fait savoir qu’il est en train de faire un diagnostic des besoins du citoyen afin d’élaborer un projet et une vision stratégique pour l’avenir de la Tunisie.

par -

Le secteur de l’économie numérique et des technologies de la communication pourrait générer 10 mille postes d’emploi, a souligné jeudi, le ministre de la formation professionnelle et de l’emploi, Zied Laadhari, indiquant qu’il existe en revanche un fossé entre les demandeurs d’emploi et les établissements.
L’économie numérique est une occasion s’offrant à la Tunisie pour développer son modèle économique, a-t-il encore ajouté, lors d’une conférence-débat sur le thème “Soyons prêts pour les nouveaux métiers de l’économie numérique” tenue à tunis.
De son côté, le président de la fédération des TIC, Kais Sellami a souligné que cette rencontre vise à mobiliser et redoubler les efforts des intervenants publics et privés pour l’amélioration des jeunes dans le secteur des TIC.
La fédération, a-t-il dit, lancera en septembre prochain une initiative baptisée “les compétences numériques” dont l’objectif sera de réduire le fossé entre les besoins des établissements privés et les demandeurs d’emploi.
Organisée à l’initiative de la fondation de l’éducation pour l’emploi Tunisie et la fédération nationale des TIC relevant de l’UTICA avec le soutien du MEPI, cette conférence a réuni des personnalités du monde des nouvelles technologies et une centaine de chefs d’entreprises, experts et jeunes entrepreneurs.
Une série de débats et d’ateliers sectoriels en prélude à la mise en œuvre d’un plan d’action commun auront lieu dans les prochaines mois et ce en vue d’identifier les secteurs, les services et les industries qui sont touchées par la vague de digitalisation et les activités porteuses en matière d’éducation, de formation et de création de postes d’emploi.

par -

Lors d’un point de presse organisé à l’Institut français de Tunisie (IFT) ce mardi 09 février, l’association Youth Decides a annoncé le démarrage du programme WeCode Land. Ce projet social a pour ambition l’insertion économique de la jeunesse tunisienne à travers le numérique.

Il s’agit également de fournir aux jeunes les outils techniques pour s’ouvrir le marché de l’emploi numérique ou monter leurs propres affaires dans ce secteur.  WeCode Land met à la disposition de la jeunesse une formation en ligne et sur le terrain, des astuces informatiques pour consolider les emplois numériques ou s’épanouir en tant qu’entrepreneur et apporter sa pierre à l’émergence d’un écosystème autour de l’ économie numérique.

Ce projet a vu le jour en 2014 lors du forum de la jeunesse ;  la première mouture a été expérimentée en 2015, portée par 8 jeunes Tunisiens. Le programme a fait du chemin depuis et intéresse maintenant des centaines de jeunes citoyens sur tout le territoire tunisien. Ce succès a incité l’association Youth Decides à élaborer plusieurs variantes à partir de la même idée. Les formats qui seront mis à disposition en 2016 vont de la formation en ligne à l’apprentissage sur le terrain. L’événement de ce mardi à l’IFT est le point de départ d’un cycle de formations qui seront organisées dans les universités, les maisons de jeunes et les lycées dans les 24 gouvernorats de la Tunisie. Chaque programme dure une journée.
Le prochain sur la liste est l’IHEC et ce, le 20 Février 2016 ; les étudiants de cette institution pourront apprendre en une journée comment créer des sites e-commerce.

Enfin sachez que Youth Décides se définit comme une startup sociale qui s’active dans l’innovation sociale et technologique pour favoriser l’intégration de la jeunesse tunisienne sur le marché de l’emploi

INTERVIEW

«La politique africaine ne peut se développer uniquement avec les visites, sporadiques et de courte durée ou seulement à travers le seul ministre des...

AFRIQUE

Reseaux Sociaux