Tags Posts tagged with "entreprises françaises,"

entreprises françaises,

par -
La Mission Economique Business France près l’Ambassade de France en Algérie organise du 22 au 24 mai 2017 la venue en Algérie d’une délégation d’entreprises françaises du secteur de la sauvegarde et de la réhabilitation du vieux bâti et des monuments historiques.

Durant son séjour, cette délégation rencontrera des responsables du Ministère de l’Habitat, de l’Urbanisme et de la Ville, du Ministère de la Culture, ainsi que des entreprises et professionnels algériens du secteur du bâtiment.

Cette délégation est composée de 8 entreprises et experts :

  1. Plâtre : Spécialisée dans le travail technique et historique des enduits décoratifs et plâtres de restauration du patrimoine
  2. Monier : Spécialiste des solutions de toiture en neuf et rénovation
  3. ECBM : Entreprise de travaux de réhabilitation
  4. Eveha International : Etudes et travaux de rénovation et réhabilitation
  5. LEFEVRE : Entreprise de sauvegarde, réhabilitation et restauration de vieux bâti et constructions historiques
  6. IMSRN : Ingénierie des Mouvements de Sol et des Risques Naturels sur le bâti ancien
  7. AFD : Agence française de développement
  8. Région Ile de France : Organisme public de développement de l’économie régionale / service Patrimoines et Inventaire

L’objectif des participants français est de rencontrer les acteurs algériens, clients et partenaires potentiels, afin de s’informer sur le secteur de la sauvegarde et réhabilitation du vieux bâti et des monuments historiques en Algérie et sur les possibilités de partenariats.

par -

La Mission Economique près l’Ambassade de France en Algérie Business France organise en collaboration avec le Ministère des Ressources en Eau et de l’Environnement (MREE) et l’Agence Nationale des Déchets (AND) la venue en Algérie d’une délégation d’entreprises françaises du secteur du traitement des déchets du 15 au 17 mai 2017.

Durant son séjour, cette délégation rencontrera des responsables du Ministère des Ressources en Eau et de l’Environnement ainsi que des administrations et entreprises en charge de la gestion des déchets. Cette mission s’achèvera avec un programme de rendez-vous d’affaires avec les acteurs privés du secteur du traitement des déchets en Algérie.

Cette délégation est composée de 10 sociétés :

  1. AFITEX : Production et distribution de géotextiles
  2. AM2C : Concepteur et fabricant de portiques de détection de radioactivité, maintenance des équipements, formation en radioprotection
  3. BERGERAT MONNOYEUR : engins pour CET et autres
  4. COMPO-ECO : Fabricant de conteneurs de collecte sélective, conteneurs pour déchets spéciaux et accessoires pour conteneurs
  5. COPEX : Fabricant d’équipements pour le traitement des déchets
  6. FOURMIZE (GROUPE CONVERGENCES) : Collecte et valorisation des déchets organiques en énergie par micro-méthanisation en autoconsommation et en collectif
  7. GIRUS : ingénierie pour énergie, environnement et bâtiment
  8. INDRA AUTO RECYCLING : Ingénierie des processus de gestion, de traitement et de recyclage des véhicules hors d’usage
  9. BERTIN TECHNOLOGIES représenté par MEDICATECH : Banaliseurs pour le traitement des déchets de soin
  10. SUEZ ENVIRONNEMENT : Opérateur, développeur et intégrateur de solutions innovantes sur mesure pour le traitement des déchets : collecte, pré-traitement, tri, récupération, production d’énergie…

L’objectif des participants français est de rencontrer les acteurs algériens, clients et partenaires potentiels afin de s’informer sur le secteur de l’environnement en Algérie et sur les possibilités de partenariats.

par -

Suite à un questionnaire, envoyé par la CTFCI (Chambre tuniso-française de commerce et d’industrie) aux entreprises françaises produisant en Tunisie pour sonder leurs réactions à la contribution conjoncturelle exceptionnelle de 7,5% décrétée dans le cadre de la loi de finances 2017, sur les 23 interrogées, une seule entreprise a déclaré ne pas avoir connaissance au préalable de cette disposition. Les autres étaient informées de la nouvelle mesure fiscale, mais expriment à son sujet «des réserves et quelques regrets».

Bien avant, les entreprises allemandes ont exprimé devant le chef du gouvernement tunisien à la mi-janvier de cette année, leur souci quant à la contribution conjoncturelle exceptionnelle, adoptée dans le cadre de la loi des finances 2017, qui porte atteinte au climat d’investissement. La taxe est en effet appliquée rétroactivement et va à l’encontre des règles de la loi de l’investissement.

par -

Une délégation composée de plus de 100 représentants de comités d’entreprises françaises et de syndicats effectuera une visite en Tunisie du 2 au 5 juin 2016, pour promouvoir la destination auprès des salariés français et reconquérir leur confiance.
Cette opération “Eductour” s’inscrit dans le cadre d’un projet d’appui au tourisme tunisien et de relance du secteur touché par les attentats du terrorisme. Le projet est initié par le consulat général de Tunisie à Paris, en partenariat avec différentes structures tunisiennes en France, à savoir l’ONTT, l’UGTT, la “Maison de Tunisie”,  des professionnels tunisiens de tourisme installés en France et des acteurs de la société civile tunisienne et française.
Le consul général de Tunisie à Paris, Ali Châalali déclare à l’agence Tap qu’un ” Comité d’appui pour le tourisme social et solidaire en Tunisie a été mis en place pour rétablir la confiance des structures syndicales françaises et des comités d’entreprises en la destination Tunisie “. “Plusieurs réunions avec différents syndicats français ont été organisées pour préparer le voyage “, indique le consul général.
A l’ordre du jour de la visite des rencontres avec les professionnels du tourisme en Tunisie et des institutionnels. Une visite au musée du Bardo est prévue le 5 juin prochain.
De Janvier à Avril 2016, les nuitées touristiques globales ont chuté en Tunisie de 43,8%, à 2 523 326 nuitées, par rapport à la même période de 2015 et les arrivées aux frontières ont baissé de 19,7%, à 1 146 395 personnes, selon les dernières statistiques du ministère du tourisme.
Les recettes touristiques qui ont suivi la même tendance, ont reculé de 47,6 %, à 408,9 millions de dinars, au cours des 4 mois 2016.
Impactée par le terrorisme, la Tunisie ne figure plus sur les listes des pays proposées par les comités d’entreprises françaises. Ce réseau composé de 2500 comités, présente un potentiel important pour propulser
le secteur en difficulté depuis cinq ans et dont la contribution au PIB a baissé de 6 à 4%.

TAP

par -

Dans une déclaration accordée ce mardi 12 janvier à Africanmanager, Habib Gaida Directeur général de la Chambre Tuniso-française de commerce et d’Industrie a affirmé que « très peu d’entreprises françaises ont quitté la Tunisie au cours de l’année écoulée ».

D’ailleurs, le nombre n’a pas dépassé une dizaine d’entreprises sachant que la moyenne des entreprises  ayant quitté le territoire tunisien avant la révolution  variait  entre 20 et 30 entreprises. « C’est tout simplement de petites entreprises qui se sont parties vu leurs difficultés financières », a-t-il précisé.

Il a d’autre part souligné qu’en 2015, 80% de projets ont été réalisés entre extensions et nouveaux projets soulignant qu’ « avec ce pourcentage, on est dans la moyenne réalisée avant le déclenchement de la révolution ».

Le Dg de la chambre tuniso-française a, d’autre part, relevé que les entreprises françaises installées en Tunisie sont préoccupées par les mouvements de protestation  et la stabilité sociale.

Pour 2016, il a estimé que  « l’on peut voir des nouveaux investissements mais à partir du second semestre, si le gouvernement, en coordination avec l’UGTT et l’UTICA, signait  un accord pour garantir la paix sociale pendant une période bien déterminée ».

par -
Une cinquantaine d’entreprises à participation française ont quitté la Tunisie durant l’année 2012

Une cinquantaine d’entreprises à participation française ont quitté la Tunisie durant l’année 2012, c’est ce qui a été indiqué, lors d’un déjeuner débat organisé, ce mardi, 28 mai 2013, à l’initiative de la chambre tuniso-française de commerce et d’industrie (CTFCI). Ces entreprises seraient financièrement très fragiles et n’appartiennent pas à des sociétés mères, a expliqué un responsable de la CTFCI à Africanmanager. Et de préciser que la moyenne de fermeture est de 20 à 30 par an et n’a aucun rapport avec la Révolution.

Toutefois, il a relevé l’entrée en production de 40 nouvelles entreprises à participation française et la réalisation de 68 extensions et projets en cours. Par ailleurs, à fin 2012, près de 1210 entreprises françaises sont opérationnelles en Tunisie et ont permis la création de 3006 nouveaux emplois.

INTERVIEW

«La politique africaine ne peut se développer uniquement avec les visites, sporadiques et de courte durée ou seulement à travers le seul ministre des...

AFRIQUE

Le président français, Emmanuel Macron, est décidément très actif sur le contient africain. Après avoir parrainé la force conjointe anti-djihadiste des pays du Sahel,...

Reseaux Sociaux