Tags Posts tagged with "étals anarchiques"

étals anarchiques

par -
Trop cher le farniente des nouveaux maires !

L’un des slogans des dernières municipales de 2018 a été «Nous élisons pour nos enfants». Plus vrai que ce slogan, tu meurs ! Il semble en effet qu’il faudra attendre quelques autres décennies, le temps que nos enfants grandissent, pour voir les maires fraichement élus travailler à rendre nos villes, et les leurs, plus propres et plus vivables !

Des centaines de candidats s’étaient fait une guerre électorale sans merci, tous financés par le contribuable via l’ISIE. Des centaines ont réussi leurs campagnes et celles de leurs partis politiques, et s’assoient désormais dans leurs nouveaux sièges de Maires ou de chefs de circonscriptions municipales. Cela fait plus de quatre mois qu’ils y sont, hommes et femmes, partisans et dits indépendants.

Le poste de Maire devenant un emploi à plein-temps, le montant de la prime varie désormais et selon le nombre d’habitants de 1.250 et 4.000 dinars (prime de gestion), de 150 à 200 dinars (prime de responsabilité), de 250 à 500 dinars (prime de logement), de 100 à 400 dinars (prime de représentation). Certains, comme à la Mairie de Tunis, toucheront plus qu’un Secrétaire d’Etat et presqu’autant qu’un ministre, sans compter les avantages en nature.

Haut lieu touristique, le centre-ville de Sousse est méconnaissable depuis ladite révolution. Les ruelles de sa médina restent défigurées par les étals anarchiques et puants, ses routes sont toujours défoncées et ses parking toujours squattés sans aucune réaction de la police municipale.

Autre haut-lieu touristique, El Kantaoui et ses plages sales, parsemées de canettes de bière, de bouteilles vides et des restes des soulards de toutes les nuits. Son Oued se déverse toujours en mer et pue et ses rues touristiques parsemées de minarets incomplets et de moquées inachevés comme juste pour occuper les lieux. Sa circonscription municipale est dirigée par un élu d’Ennahdha.

A la cité Ennasser de l’Ariana, vous demandez au président de la circonscription de la ville de faire appliquer le code qui interdit le stationnement des deux côtés du trottoir dans la rue de l’ère nouvelle, il vous demande de faire signer une pétition de tous les habitants du quartier pour qu’il fasse appliquer la loi. Près du marché municipal de l’Ariana, les étals anarchiques et les squatteurs de parking font de nouveau la loi.

On ne parlera pas des voieries toujours défoncées, des panneaux de circulation toujours absents ou arrachés, des immenses tas de détritus qui jonchent des trottoirs qui n’existent plus. A El Manar, le Conseiller de Carthage squatte toujours une rue entière et on en passe des vertes et des pas mûres dans les rues de la capitale, comme en témoigne la vidéo en plein centre de Tunis.

«Circulez y a rien à voir» ou encore «silence on tourne», Mme la Maire a d’autres chats à fouetter, comme de se préparer à sa prochaine distinction de la meilleure Maire du monde, alors qu’elle n’a fait que quelques photos avec les éboueurs de la capitale.

On oublie aussi, comme l’a fait le ministre de l’équipent en colère contre ses concitoyens, que la responsabilité des inondations et des trombes d’eau qui ont tout bloqué ou presque, comme à Tunis dernièrement, revient essentiellement aux Maires. C’est en effet d’abord à leurs services de voierie de précéder chaque été au curage des canalisations des eaux usées et des pluies, pour les vider des tonnes de détritus jetés par les citoyens, les professionnels et les ménagères et qui bouchent tout et empêchent l’évacuation normale des eaux pluviales. On a rarement, très rarement, vu cet été ces équipes de curage s’atteler à la préparation des canaux en prévision des pluies, pourtant prévisibles comme chaque année. Qu’y ont fait les nouveaux Maires ?

Ce ne sont là que quelques petits exemples et chacun peut en citer des centaines dans sa ville. L’état des villes tunisiennes, rien que dans le secteur de l’hygiène, a-t-il changé depuis que les nouveaux Maires, fonctionnaires de l’Etat qui fixent le budget de chaque municipalité, y ont pris la place des anciens ? Pas qu’on sache, sauf peut-être l’issue de la partie de chaises musicales et plus de sous à donner à de nouveaux Maires qui ne font rien !

par -

«Des gangs de contrebande et des politiciens sont derrière la propagation du phénomène du commerce parallèle en Tunisie. Ils ne respectent pas la loi et œuvrent pour installer le chaos dans l’ensemble du pays», a fait savoir le gouverneur de Tunis, Omar Mansour, dans une interview exclusive accordée ce mercredi 13 septembre à Africainmanager.

Il a, dans ce contexte, précisé que ces personnes exercent leurs activités de manière illégale et sont à l’origine de la propagation de plusieurs types de crimes comme le blanchiment d’argent, le commerce de la drogue…

Et d’ajouter que ces « gangs » ont incité les commerçants à ne plus respecter la loi et à s’asseoir sur  les procédures qui ont été récemment mises en place par les autorités pour l’aménagement d’espaces dédiés aux commerçants ambulants.

Sur un autre volet, Mansour a annoncé le démarrage prochainement des campagnes de contrôle dans l’ensemble des parkings de la capitale. Il a précisé que l’objectif est de trouver des solutions pour mettre les parkings publics et privés sous la coupe de l’État. 

Il a par ailleurs ajouté que ces campagnes seront lancées à travers des opérations d’inventaire pour pouvoir les recenser, avant de passer à la phase de réglementation.

Le gouverneur de Tunis a souligné l’importance de ces campagnes de contrôle, sachant que le nombre de ces parkings a explosé dernièrement de manière anarchique. Plusieurs personnes ont déposé des plaintes contre des dépassements commis par des gens qui obligent les automobilistes à payer pour soi-disant veiller sur leurs véhicules.

On rappelle que les unités de la police municipale de Tunis et les agents de la protection civile avaient procédé le mois de juin dernier à l’élimination totale des étals anarchiques au centre-ville. Environ 100 agents de la municipalité avaient mobilisé 20 camions et 28 tractopelles, avec à leur tête le gouverneur de Tunis, ont démoli les étals anarchiques qui peuplaient la rue Belhassen, Ben Jrad, Beb Khadhra, Lafayette, Sidi Bechir, Passage, rue de Jazira, cité Ennasr, Sidi Boumandil, rue de la commission et à la Kherba au centre-ville.

En collaboration avec d’autres municipalités, la municipalité de Tunis avait également mis à la disposition des commerçants 5 endroits où ils pourront écouler leurs marchandises : 2 à la rue Monji Slim, 1 à Sidi Bechir, 1 à la Kherba et 1 à la rue Belhassen Ben Jrad à Beb Khadhra.

 

par -
Sur 572 ordres de démolition de constructions anarchiques

Les agents municipaux renforcés par les unités de la sûreté nationale à Tébourba (gouvernorat de la Manouba) ont exécuté jeudi plus de 50 décisions de destruction de kiosques anarchiques et d’autres étals installés anarchiquement sur les trottoirs et devenus une source de dérangement pour les habitants notamment près du marché municipal, a indiqué le délégué de la région, Nizar Amri.
Cette opération s’inscrit, a-t-il rappelé, dans le cadre des efforts déployés pour lutter contre les étals anarchiques dans les différentes zones municipales, notamment dans les environs du marché. Plus de 50 marchands ambulants installés dans les environs du marché et au niveau des ruelles avoisinantes ont été appelés à occuper l’espace aménagé pour les accueillir, a-t-il encore dit.
Selon la même source, cette campagne concerne également les cafés dont les propriétaires exploitent illégalement les trottoirs privant ainsi les piétons de circuler en sécurité.
Cette campagne a été favorablement accueillie par les habitants de la région, a confirmé la même source.

par -
Le directeur général des collectivités locales au sein du ministère de l'Intérieur

La police municipale à Mornaguia (gouvernorat de la Manouba), a exécuté lundi, en coordination avec les services concernés, plus de 10 décisions de destruction de kiosques anarchiques dans la région, a indiqué le délégué de la région, Selim Haj Salah, dans une déclaration à la correspondante de la TAP dans la région.
La campagne s’inscrit dans le cadre des efforts déployés à l’échelle régionale pour lutter contre les étals anarchiques et le commerce parallèle.

TAP

par -

Les étals anarchiques ainsi que les marchands ambulants ont disparu, ce mercredi, de la plupart des artères principales de la capitale et en particulier de la Rue Charles de Gaulle et des rues avoisinantes ainsi que de la zone de « Bab Bhar » et de la place de la République (Le Passage).

Un policier présent sur les lieux a indiqué, à l’agence TAP, qu’il a reçu des consignes interdisant l’étalage anarchique à partir de mercredi.

La police s’est positionnée tout au long de la Rue Charles de Gaulle jusqu’à l’Avenue de France pour interdire tout étalage anarchique.

De son côté, le porte-parole du ministère de l’Intérieur Mohamed Ali Aroui, a affirmé n’avoir pas eu connaissance des dispositions interdisant l’étalage anarchique dans les rues de la capitale, estimant que cette opération s’inscrirait probablement dans le cadre de la préparation de la saison touristique.

Il a annoncé que 1500 touristes vont débarquer au port de la Goulette pour une visite touristique dans les commerces de la Médina.

Rappelons que les marchands ambulants ont organisé plusieurs rassemblements de protestation pour demander l’aménagement d’un espace où ils peuvent exercer leurs activités dans de bonnes conditions.

par -

Les étals anarchiques ont disparu, vendredi, des rues et avenues de la ville de Tunis, au premier jour de l’entrée en application de la décision portant interdiction des étalages, rendue publique, jeudi, par le ministère de l’Intérieur.

Selon l’agence TAP, les agents de sécurité ont été fortement mobilisés dans les rues et les avenues, notamment à Bab B’har, alors que les déchets laissés sur les lieux par les vendeurs ambulants, au matin du jour de l’Aïd ont été levés.

« Pour la première fois depuis plusieurs mois, les piétons ont pu circuler et se déplacer facilement dans les rues mitoyennes à l’avenue Habib Bourguiba, sans pour autant subir les désagréments dus à l’occupation des trottoirs par les étalages anarchiques et à la prolifération des vols, des larcins et des agressions », a déclaré un citoyen à l’Agence TAP.

Un agent de l’ordre a, de son côté, indiqué à l’agence TAP que jusqu’à midi, la campagne s’est déroulée dans le calme et sans heurts, faisant remarquer que les vendeurs ambulants avaient laissé, au niveau de Bab B’har et des rues mitoyennes, des tonnes de déchets qui avaient nécessité six camions à ordures pour les ramasser.

Le ministère de l’Intérieur avait rendu public, jeudi, un communiqué interdisant les étals anarchiques des marchands ambulants, à partir du vendredi 02 septembre 2011, dans les rues de la capitale Tunis, soulignant que tous les contrevenants seront traduits devant la justice conformément à la loi.

FOCUS 🔍

Comme chaque année et pour la 8ème fois consécutive, Orange Tunisie a organisé son Orange Summer Challenge (OSC), le rendez-vous incontournable des jeunes technophiles,...

Le meilleur des RS

La loi antiraciste vient d'être votée par le Parlement, avec son lot de sanctions qui en refroidit plus d'un (fortes amendes et même peine...

INTERVIEW

Slim Feriani, le ministre de l'Industrie et des PME et de l'Energie par intérim, a récemment accordé à Africanmanager une interview exclusive où il...

AFRIQUE

Des dirigeants d’affaires, des décideurs et des militants pour le développement se sont joints à plus de 200 délégués pour lancer le premier Forum...

Reseaux Sociaux

SPORT