Trop cher le farniente des nouveaux maires ! (Vidéo)

Trop cher le farniente des nouveaux maires ! (Vidéo)

par -
Trop cher le farniente des nouveaux maires !

L’un des slogans des dernières municipales de 2018 a été «Nous élisons pour nos enfants». Plus vrai que ce slogan, tu meurs ! Il semble en effet qu’il faudra attendre quelques autres décennies, le temps que nos enfants grandissent, pour voir les maires fraichement élus travailler à rendre nos villes, et les leurs, plus propres et plus vivables !

Des centaines de candidats s’étaient fait une guerre électorale sans merci, tous financés par le contribuable via l’ISIE. Des centaines ont réussi leurs campagnes et celles de leurs partis politiques, et s’assoient désormais dans leurs nouveaux sièges de Maires ou de chefs de circonscriptions municipales. Cela fait plus de quatre mois qu’ils y sont, hommes et femmes, partisans et dits indépendants.

Le poste de Maire devenant un emploi à plein-temps, le montant de la prime varie désormais et selon le nombre d’habitants de 1.250 et 4.000 dinars (prime de gestion), de 150 à 200 dinars (prime de responsabilité), de 250 à 500 dinars (prime de logement), de 100 à 400 dinars (prime de représentation). Certains, comme à la Mairie de Tunis, toucheront plus qu’un Secrétaire d’Etat et presqu’autant qu’un ministre, sans compter les avantages en nature.

Haut lieu touristique, le centre-ville de Sousse est méconnaissable depuis ladite révolution. Les ruelles de sa médina restent défigurées par les étals anarchiques et puants, ses routes sont toujours défoncées et ses parking toujours squattés sans aucune réaction de la police municipale.

Autre haut-lieu touristique, El Kantaoui et ses plages sales, parsemées de canettes de bière, de bouteilles vides et des restes des soulards de toutes les nuits. Son Oued se déverse toujours en mer et pue et ses rues touristiques parsemées de minarets incomplets et de moquées inachevés comme juste pour occuper les lieux. Sa circonscription municipale est dirigée par un élu d’Ennahdha.

A la cité Ennasser de l’Ariana, vous demandez au président de la circonscription de la ville de faire appliquer le code qui interdit le stationnement des deux côtés du trottoir dans la rue de l’ère nouvelle, il vous demande de faire signer une pétition de tous les habitants du quartier pour qu’il fasse appliquer la loi. Près du marché municipal de l’Ariana, les étals anarchiques et les squatteurs de parking font de nouveau la loi.

On ne parlera pas des voieries toujours défoncées, des panneaux de circulation toujours absents ou arrachés, des immenses tas de détritus qui jonchent des trottoirs qui n’existent plus. A El Manar, le Conseiller de Carthage squatte toujours une rue entière et on en passe des vertes et des pas mûres dans les rues de la capitale, comme en témoigne la vidéo en plein centre de Tunis.

«Circulez y a rien à voir» ou encore «silence on tourne», Mme la Maire a d’autres chats à fouetter, comme de se préparer à sa prochaine distinction de la meilleure Maire du monde, alors qu’elle n’a fait que quelques photos avec les éboueurs de la capitale.

On oublie aussi, comme l’a fait le ministre de l’équipent en colère contre ses concitoyens, que la responsabilité des inondations et des trombes d’eau qui ont tout bloqué ou presque, comme à Tunis dernièrement, revient essentiellement aux Maires. C’est en effet d’abord à leurs services de voierie de précéder chaque été au curage des canalisations des eaux usées et des pluies, pour les vider des tonnes de détritus jetés par les citoyens, les professionnels et les ménagères et qui bouchent tout et empêchent l’évacuation normale des eaux pluviales. On a rarement, très rarement, vu cet été ces équipes de curage s’atteler à la préparation des canaux en prévision des pluies, pourtant prévisibles comme chaque année. Qu’y ont fait les nouveaux Maires ?

Ce ne sont là que quelques petits exemples et chacun peut en citer des centaines dans sa ville. L’état des villes tunisiennes, rien que dans le secteur de l’hygiène, a-t-il changé depuis que les nouveaux Maires, fonctionnaires de l’Etat qui fixent le budget de chaque municipalité, y ont pris la place des anciens ? Pas qu’on sache, sauf peut-être l’issue de la partie de chaises musicales et plus de sous à donner à de nouveaux Maires qui ne font rien !

AUCUN COMMENTAIRE

Laisser un commentaire