Tags Posts tagged with "hamas"

hamas

par -

Au cours d’élections secrètes au sein du Hamas, Yehia Sanwar aurait été nommé à la tête de l’organisation à Gaza à la place d’Ismail Haniyeh, qui devrait assumer les fonctions de chef du bureau politique du Hamas.

Yehia Sanwar, l’un des instigateurs de l’enlèvement de Nah’shon Waxman hy’d, a été libéré de prison dans le cadre de la transaction Shalit.

Il a été incarcéré pendant près d’une vingtaine d’années dans une prison israélienne après avoir été condamné à cinq peines de réclusion à vie pour le meurtre de Palestiniens soupçonnés d’avoir coopéré avec les autorités israéliennes. Lorsqu’il était en prison, il était un meneur parmi les détenus du Hamas et s’opposait à tout assouplissement, qu’on sait très relatif, face à Israël.

par -

Le mouvement de résistance islamique palestinien Hamas a accordé la légion Al Quds au martyr tunisien Mohamed Zouari pour l’ensemble de ses efforts pour aider la résistance palestinienne face aux forces de l’occupant sioniste, rapporte Mosaïque fm.

Les compagnons de Mohamed Zouari à l’unité d’ingénierie à Hamas ont reçu le titre à sa place lors d’une cérémonie qui s’est tenue à Gaza dans la journée du lundi 26 décembre 2016, a ajouté la même source.

par -
Le mouvement palestinien Hamas a condamné le massacre de touristes au musée du Bardo

Selon des informations publiées par le site « RT News », le mouvement palestinien Hamas a salué les efforts de la Turquie pour la normalisation de ses relations avec Israël, espérée pour mettre fin aux tensions nées en 2010 après la mort de neuf Turcs dans un raid israélien contre la Flottille pour Gaza.

Le Hamas «espère que la Turquie continuera de supporter le peuple palestinien, de travailler pour la levée totale du blocus et de faire pression sur Israël pour arrêter son agression», a déclaré le mouvement palestinien.

Après trois ans d’intenses négociations, Tel Aviv et Ankara sont parvenues à un accord sur le rétablissement complet des relations israélo-turques pour mettre fin à une longue période de refroidissement des relations entre la Turquie et Israël entamée en 2010, après un raid de Tsahal contre six bateaux de la Flottille pour Gaza.

Au moment de l’arraisonnement par les soldats israéliens du convoi humanitaire organisé pour acheminer de l’aide aux Palestiniens, neuf citoyens turcs et un ressortissant turco-américain avaient trouvé la mort.

Selon les médias israéliens, cet accord permettrait par ailleurs de dédommager les familles des victimes et les organisations turques d’aide humanitaire à hauteur d’environ 20 millions de dollars.

par -

Le centre commercial sera proche de Jérusalem, à quelques mètres de la Judée Samarie. Il y aura des Juifs et des Arabes qui pourront faire du shopping ensemble et travailler ensemble.

Selon un article du site israélien Alyaexpress-News.com, le propriétaire de la chaîne de supermarchés discount en Israël, Rami Levy, commence aujourd’hui une nouvelle aventure : le premier centre commercial israélo-palestinien.

« Je vois les choses d’un point de vue social », a déclaré Levy sur le Times d’Israël. « Ce que j’ai construit, je l’ai construit sous l’angle social pour aider le public en pratiquant des prix bas, et vous voyez que les gens veulent venir et acheter dans mes magasins ».

Certains Palestiniens ont été interrogés à propos de l’idée de ce centre commercial, semblaient plus enthousiastes sur le principe d’un centre commercial à proximité de l’endroit où ils vivent, car ils se disent inquiets de faire des achats avec des Juifs (pour rappel, ce sont les Arabes qui jusqu’à aujourd’hui ont commis des attaques contre des Juifs dans les supermarchés israéliens, dont le Rami Levy situé en Judée Samarie en 2015).

Dimanche, le site rapporte que le directeur de la chaîne de magasin Victory a déclaré que Rami Levy est un délinquant et un récidiviste utilisant des méthodes illégales qui trompent les consommateurs.

 

par -
La branche armée du Hamas a revendiqué samedi l'embuscade tendue hier

La branche armée du Hamas a revendiqué samedi l’embuscade tendue hier dans le sud de la bande de Gaza mais dit tout ignorer du soldat israélien qui, selon l’armée israélienne, aurait été enlevé lors de cette opération et dément avoir violé le cessez-le-feu, arguant avoir agi avant le début de celui-ci.

Israël a annoncé vendredi la disparition du sous-lieutenant Hadar Goldin, 23 ans, et accusé le mouvement palestinien d’enlèvement et de violation d’une trêve humanitaire de 72 heures entrée en vigueur dans la matinée. Si le soldat israélien a été capturé, il pourrait avoir été tué durant l’offensive israélienne qui a suivi l’embuscade, a déclaré le Hamas.

Au lever du jour samedi, le système antimissiles Dôme de fer a intercepté deux roquettes tirées par les groupes palestiniens sur le secteur de Tel Aviv, et une troisième au-dessus de Beersheba.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a convoqué samedi son cabinet restreint en réunion extraordinaire et averti les factions palestiniennes qu’elles subiraient “les conséquences de leurs actes”.

Dans un communiqué, les brigades Kassam expliquent rencontrer des difficultés de communication avec les activistes qui opéraient dans le secteur du sud de la bande de Gaza où le sous-lieutenant a été porté disparu par Tsahal.

“Nous avons perdu le contact avec le groupe de combattants qui a participé à l’embuscade et nous pensons qu’ils ont tous été tués dans le bombardement (israélien). En supposant qu’ils avaient réussi à capturer le soldat pendant les combats, nous estimons que (le soldat) a également été tué dans l’incident”, dit ce texte.

L’embuscade aurait eu lieu à 07h00 (04h00 GMT), ont poursuivi les brigades Kassam, ajoutant ne détenir “aucune information sur le soldat disparu ni sur les circonstances de sa disparition”.

Entré en vigueur à 08h00 (05h00 GMT), au 25e jour du conflit, le cessez-le-feu de trois jours, annoncé jeudi soir par le secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon et le secrétaire d’Etat américain John Kerry, devait permettre l’ouverture au Caire de négociations entre Israéliens et Palestiniens sur une solution de long terme.

“Nous informons les médiateurs qui ont participé à la mise en place du cessez-le-feu humanitaire de notre accord pour effectuer une trêve dans les villes sionistes et les colonies mais nous ne pouvons pas cessez de combattre contre les troupes (israéliennes) qui poursuivent des opérations et se déplacent continuellement dans la bande de Gaza”, a déclaré la branche armée du Hamas.

Au Caire, un haut responsable du ministère des Affaires étrangères a assuré que les discussions seraient malgré tout lancées dimanche, l’Egypte espérant que les deux parties cesseront les hostilités avant le début des négociations.

par -
Aux abois il y a quelques semaines

Aux abois il y a quelques semaines, le Hamas devrait tirer des dividendes politiques et diplomatiques des coups qu’il porte à Israël à Gaza, selon des analystes palestiniens et israéliens, cités par le quotidien français Le Matin.

«la guerre a remis le Hamas dans le jeu politique, sur le plan régional comme sur le plan international», affirme à l’AFP Adnane Abou Amer, politologue à l’université Oumma de Gaza.

Quant à la population, elle lui sait gré de rendre les coups à Israël, selon Moukhaïmer Abou Saada, professeur de sciences politiques à l’université Al-Azhar de Gaza: «Le peuple de Gaza a été détourné de la mort lente que lui inflige le blocus au profit de la résistance contre Israël».

Le Hamas a su orchestrer les coups d’éclat de ses combattants, comme l’ont montré cette vidéo de propagande d’un de ses commandos sorti d’un tunnel pour exécuter cinq soldats israéliens, ou la quasi paralysie du trafic aérien international, saluée comme une «grande victoire», après la chute d’une de ses roquettes près de l’aéroport de Tel-Aviv le 22 juillet.

Vingt-cinq jours de frappes massives n’ont pas anéanti la menace militaire que fait peser sur Israël le Hamas, crédité par l’institut international d’études stratégiques (IISS) de 20’000 combattants. L’armée israélienne estime en avoir tué quelques centaines, mais n’a annoncé la mort d’aucun chef important de la branche militaire du mouvement islamiste.

«Le Hamas n’a pas été mis à genoux, ses combattants continuent de lancer des missiles sur Israël» et «mènent une lutte acharnée pour protéger ses tunnels», reconnaît le général de réserve israélien Yaacov Amidror, dans une note du centre Begin-Sadate pour les études stratégiques.

Selon l’éditorialiste du quotidien israélien «Yediot Aharonot», Nahum Barnéa, même en cas de très hypothétique trêve durable, Israël devra accepter deux concessions: une reconnaissance du gouvernement palestinien d’union, composé de personnalités indépendantes mais soutenu par le Hamas, fruit de la réconciliation entre l’organisation de libération de la Palestine (OLP) et le mouvement islamiste; et un allègement partiel du blocus, comme l’exige le Hamas. «C’est le prix qu’Israël devra payer à la fin de ses opérations.»

Le quotidien livre un récit édifiant du conseil des ministres israélien de jeudi, quand un compte-rendu des opérations par le ministre de la Défense Moshé Yaalon a été accueilli par les commentaires désabusés de certains de ses collègues: «Nous ne les avons pas battus».

INTERVIEW

«La politique africaine ne peut se développer uniquement avec les visites, sporadiques et de courte durée ou seulement à travers le seul ministre des...

AFRIQUE

SPORT

Reseaux Sociaux