Tags Posts tagged with "hôpitaux "

hôpitaux 

par -

Selon des données dévoilées par le ministère de la Santé, des investissements de 1000 millions de dinars seront faits dans le secteur de la santé. Le programme prévoit la construction de 12 hôpitaux, dont 8 hôpitaux régionaux et l’acquisition d’équipements médicaux

Il est prévu d’acheter 25 scanners, des tomographes à résonance magnétique nucléaire (IRM) et 120 appareils de radiothérapie. Il s’agit aussi de renforcer la médecine d’urgence en Tunisie.

par -

Slim Chaker, ministre de la Santé, a confié ce samedi 23 septembre 2017 à Mosaïque FM que le trou dans le budget des hôpitaux publics est d’environ 770 millions de dinars. Le passif des établissements hospitaliers est tellement lourd que les fournisseurs refusent de livrer des médicaments et du matériel médical, a ajouté le ministre.

Il a déclaré par ailleurs qu’il a fait une descente dans certains hôpitaux à Tunis et qu’il a pris la mesure de l’ampleur du manque de matériel médical…

par -

Le ministre de la Santé, Slim Chaker, a décidé vendredi de composer une cellule de crise et de charger une équipe pluridisciplinaire pour mener un audit dans les différents établissements publics hospitaliers et relever toutes les défaillances,
Selon un communiqué rendu public par le ministère de la Santé, le travail de cette équipe de contrôle sera lancé au sein de l’hôpital Charles Nicolle pour concerner par la suite les différents établissements hospitaliers, universitaires et régionaux. Un rapport détaillé sera remis par la suite au ministre de la Santé, rappelle la même source.
Cette décision intervient à la suite d’une visite inopinée effectuée par Slim Chaker la nuit du jeudi à vendredi à l’hôpital Charles Nicolle, l’hôpital d’enfants Béchir Hamza et au service d’aide médicale urgente (SAMU), en réaction au reportage diffusé sur la chaine de télévision Al hiwar Ettounsi, dans le but de prendre connaissance des conditions d’hospitalisation des malades.

par -

Les hôpitaux de Libye manquent de fournitures médicales alors même qu’ils doivent prendre en charge un nombre accru de blessés et de malades. Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) a donc de nouveau offert du matériel et des médicaments indispensables à des établissements du pays.

L’hôpital Al-Wahda de Derna, le centre de traumatologie Al-Jalaa de Benghazi et la polyclinique d’Ajaylat ont tous trois bénéficié d’une distribution de fournitures médicales au cours des deux dernières semaines.

« En Libye, les professionnels de la santé ont de plus en plus de mal à traiter les patients à cause des pénuries », indique Karl Mattli, chef de la délégation du CICR en Libye. « Or il est crucial que les médecins disposent du matériel dont ils ont besoin pour faire leur travail et sauver des vies. »

Depuis le début de l’année, le CICR a distribué 60 tonnes de secours médicaux essentiels à une trentaine d’hôpitaux et de structures de santé dans tout le pays, confronté à des difficultés économiques. Cette assistance comprend des anesthésiques, des pansements, des médicaments, du matériel d’injection et de suture, des produits stérilisants et du matériel chirurgical.

La récente livraison de fournitures médicales à l’hôpital Al-Wahda de Derna a été effectuée avec l’autorisation des parties au conflit. On ne peut d’ailleurs que se réjouir du libre passage accordé aux secours médicaux dans des zones de conflit.

Le CICR est toutefois vivement préoccupé par la perturbation des services publics et la détérioration de l’infrastructure en Libye, causées par un manque d’entretien et d’attention.

« On observe une dégradation dans les domaines de la santé publique, de l’assainissement et de l’approvisionnement en eau potable, qui se répercute sur les conditions de vie des habitants du pays », explique M. Mattli. « Les conséquences pour la santé des populations sont particulièrement inquiétantes. Nous espérons que ces services publics seront préservés de sorte que la société dans son ensemble puisse vivre en sécurité et en bonne santé. »

par -

La ministre de la Santé, Samira Maraï a annoncé lors de son allocution, lundi 20 février 2017, à l’Assemblée des représentants du peuple (ARP) que la Caisse Nationale d’Assurance Maladie s’est engagée rembourser 100 millions de dinars de ses dettes envers les hôpitaux, et ce, dans l’objectif de réduire l’endettement des institutions de la santé publique.

Samira Maraï a en outre affirmé, dans une déclaration rapportée par Mosaïque Fm, que plus de 8 millions de dinars seront consacrés à la réhabilitation des infrastructures des hôpitaux et à la mise en place de nouveaux services.

Elle a rappelé également que le ministère de la santé publique projette de créer 13 nouveaux hôpitaux dont huit régionaux.

Par ailleurs, Samira Maraï a indiqué que le plan quinquennal 2016-2020 prévoit la réhabilitation des services d’urgence des hôpitaux publics et la création de trois hôpitaux mobiles. Le coût de ce programme s’élève à 411 millions de dinars.

par -

La ministre de la Santé, Samira Merai, a déclaré ce mardi à l’Assemblée des Représentants du Peuple (ARP) que de nouveaux hôpitaux seront construits dans plusieurs gouvernorats du pays en 2017.

Elle a précisé que ces projets seront soit à l’étape de réalisation, soit à celle de l’étude et de l’appel d’offres. Ils permettront ainsi de changer la qualité des prestations de santé en Tunisie, a-t-elle affirmé.

par -
Selon des sources syriennes

Des avions ont bombardé les deux plus grands établissements hospitaliers de la partie de la ville syrienne d’Alep occupée par les rebelles. Les faits se sont passés ce mercredi 28 septembre à l’aube, a confié à l’AFP l’ONG qui finance ces établissements. Elle a ajouté que le fonctionnement des hôpitaux a été affecté.

“L’attaque est survenue à 04H00 du matin. Un avion militaire les a visés directement”, a précisé Adham Sahloul, de l’ONG médicale Syrian American Medical Society (SAMS), domiciliée aux Etats-Unis.

Dans l’un des deux hôpitaux, un générateur a été complètement pulvérisé. Trois employés ont été touchés dans le second, dont le chauffeur d’une ambulance, une infirmière et un comptable, selon M. Sahloul.
“Il ne reste plus (à Alep-Est) que six hôpitaux encore en activité, maintenant que ces deux établissements sont hors service”, a-t-il ajouté.

A signaler que les deux hôpitaux disposent d’urgences et d’unités de traitement des traumatismes et avaient été touchés dans le passé par des frappes aériennes, d’après M. Sahloul.

Pour le moment on ne sait pas précisément si c’est le régime ou son allié russe qui a mené l’attaque, ce qu’on sait c’est que l’armée est déterminée à reconquérir Alep, à tout prix, et depuis la fin de la trêve d’une semaine, c’est une pluie de bombes qui s’abat quotidiennement sur cette ville…

par -

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a condamné mardi plusieurs attaques meurtrières ayant visé des hôpitaux en Syrie. Selon l’agence, le 16 juillet, l’hôpital Omar Ibn Abdel Aziz, situé dans la partie est de la ville d’Alep, a été attaqué pour la troisième fois en 45 jours. Plusieurs membres du personnel médical auraient été blessés durant cette attaque.

Le 14 juillet, l’hôpital de campagne Hamra Kafr, dans la périphérie nord d’Alep, a été fortement endommagé par des combats qui auraient tué une personne et blessé plusieurs autres. Les services de soins de santé sont désormais interrompus et l’hôpital est dysfonctionnel, a déclaré l’OMS, ajoutant qu’une ambulance située à proximité a aussi été détruite lors de l’attaque et que son conducteur a été blessé.

L’agence a par ailleurs indiqué que, le 11 juillet, un hôpital soutenu par une organisation non gouvernementale locale à Idlib aurait été frappé, entraînant la mort de 3 civils. “L’hôpital, qui fournissait une moyenne de 2.065 consultations externes et 86 interventions chirurgicales majeures (par mois), est désormais fermé”, a précisé l’OMS. L’OMS a estimé que ces derniers événements constituaient un sérieux revers pour les communautés touchées par le conflit, ainsi qu’un défi supplémentaire pour les travailleurs humanitaires en Syrie.

“Il est inacceptable que de telles attaques contre les soins de santé, qui violent le droit international humanitaire, surviennent aussi fréquemment et avec une telle ampleur”, a dénoncé l’OMS.

Face à cette situation, l’OMS a exhorté à nouveau toutes les parties au conflit à respecter la sécurité et la neutralité des agents de santé et des établissements médicaux

par -

Le mois de juin a vu trois attaques qui ont visé des hôpitaux à Benghazi, ville située à l’est du pays miné par les conflits et les divisons. L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a condamné ces récentes attaques qui ont fait des victimes parmi les patients et le personnel et invite les parties à ne pas attaquer les installations médicales, rapporte le site « rfi.fr »

Selon l’OMS, près de 60% des hôpitaux et des centres médicaux situés dans des zones de conflit en Libye sont fermés ou ne fonctionnent pas pour des raisons de sécurité. Les attaques visant les établissements de santé continuent en Libye.

La fréquence et l’ampleur de ces attaques ne cesse d’augmenter. Dans un pays livré au chaos, les milices dictent leur loi et ne veulent pas reconnaître la neutralité des équipes médicales.

Dans le sud du pays, à 60 km de la ville de Sebha, un hôpital offre des services médicaux à 85 000 personnes aux alentours. Cet hôpital avait fermé pour quelques jours. Il était une fois de plus attaqué, mais cette fois-ci ce n’était pas les milices, a précisé la même source.

par -

Les Français sont les Européens les plus satisfaits de leurs hôpitaux. 85% d’entre eux estiment recevoir des soins de qualité. C’est quinze points de plus que la moyenne européenne. Des résultats encourageants pour le système de santé français, selon un sondage Odoxa pour Orange et le Figaro publié ce lundi dans le quotidien.

Malgré les effectifs en baisse depuis 2009, les patients ne se plaignent pas de leur prise en charge.

Le manque de confort pointé du doigt

Les établissements de santé privés ont aussi la cote, avec huit personnes satisfaites sur dix. Petit bémol néanmoins : La saturation et le manque de confort des hôpitaux publics. La nouvelle loi Santé pourrait bousculer ces bons résultats. Elle prévoit notamment de rationaliser le nombre de centres hospitaliers sur un même territoire. Les trajets des Français vers l’hôpital devraient être à l’avenir un peu plus longs.

Source : France tv info

 

par -

Les hôpitaux du gouvernorat du Kef sont dotés de voitures légères et tout terrain, a indiqué le directeur régional de la santé du Kef, Mohamed Moncef El Haouani, ajoutant que des ambulances seront remises au cours de la semaine prochaine. Il a affirmé que cette opération vise à rapprocher les services sanitaires des citoyens et à améliorer les conditions de travail, ajoutant qu’une enveloppe de 400 mille dinars a été consacrée à l’acquisition de nouveaux équipements pour les services des urgences, la salle d’opération de l’hôpital régional du Kef, outre le renforcement de l’hôpital local de Kalaat Senane par un cadre médical et des équipements nécessaires. El Haouani a souligné que cet hôpital régional comprend 21 spécialités et médecins spécialistes, à l’exception des services de dermatologie et d’ophtalmologie qui connaissent une insuffisance de médecins spécialistes. A noter que l’union européenne a fait don de ces équipements à la tunisie.

par -
En signe de protestation contre la situation catastrophique de l’infrastructure dans un grand nombre d’hôpitaux

En signe de protestation contre la situation catastrophique de l’infrastructure dans un grand nombre d’hôpitaux , un groupe de médecins anonymes a mis en ligne lundi 30 décembre 2013, sur la toile, des photos choquantes et dégoutantes de l’état des établissements hospitaliers en Tunisie , un état d’insalubrité extrême même dans les blocs opératoires , les toilettes, notamment dans des hôpitaux à Gafsa, Gabès, Béja, Sfax, Rabta, Bab Saadoun…

Cette initiative lancée par ces médecins a pour objectif de dénoncer la mauvaise gestion des hôpitaux et de s’insurger contre la pénurie d’équipements médicaux, l’absence de l’hygiène afin de réclamer l’amélioration de la situation sanitaire dans ces établissements.

 

Parmi les photos communiquées par le groupe de médecins anonymes, on observe des salles opératoires sales, des amas d’immondices, des lits de malades crasseux, des cuisines répugnantes, des matériaux médicaux désuets, etc.

 

Ces photos témoignent de la déchéance qui frappe de plein fouet les infrastructures de santé publique en Tunisie. Une déchéance qui n’a pas manqué de provoquer une onde de choc terrible des Tunisiens à cause du silence du ministère de la santé.

 

Il ya non seulement des médecins qui sont en colère contre la dégradation de l’état des hôpitaux, mais les patients aussi ont réitéré sur les réseaux sociaux leur mécontentement concernant les mauvais services fournis par les hôpitaux.

Des médecins protestent devant le ministère de la santé

Pour sa part, le syndicat des internes et des résidents en médecine de Tunis (SIRT) a dénoncé l’état désastreux des hôpitaux et les raison des dernières démissions de certains médecins. « Les raisons de ces démissions sont la surcharge de travail et de gardes, les mauvaises conditions pour exercer la médecine, la violence contre les médecins, le manque d’équipement, la non-valorisation de la médecine dans les gouvernorats, etc. Le ministère de la Santé persiste à fonder sa stratégie sur des solutions basées uniquement sur la contrainte, voire la coercition. Il a aussi rejeté toutes les propositions que nous lui avons soumises, telles que la création de pôles sanitaires regroupant plusieurs régions et qui seraient nécessairement mieux équipés que les hôpitaux régionaux, la mise en place d’un système de partenariat entre les grands centres hospitalo-universitaires et les hôpitaux régionaux…

Et d’ajouter que « aujourd’hui, une manifestation des internes et des résidents des différentes régions tunisiennes est prévue devant le ministère de la Santé au moment même où devrait avoir lieu le choix de stages pour la troisième fois. Notre slogan sera « Porte fièrement ta blouse ! ».

Nadia Ben Tamansourt

par -
D’après le ministère de la Santé

D’après le ministère de la Santé, une panoplie de dispositions sécuritaires a été mise en place  dans les établissements publics de santé.
Ces mesures ont été prises pour détecter les dépassements et les agressions commises contre le corps médical, paramédical et administratif.
La même source rappelle que  le département de la santé dispose de preuves suffisantes contre des agresseurs soupçonnés dans des affaires de violences, ces personnes seront poursuivies en justice.

Le meilleur des RS

Dans un récent statut sur sa page officielle, l’économiste Ezzeddine Saidane dit «Non, ce n’est pas vrai, il n’y a pas de reprise économique»....

INTERVIEW

Le président de la Conect (Confédération des Entreprises Citoyennes de Tunisie), Tarek Cherif, a accordé à Africanmanager une interview exclusive dans laquelle il a...

AFRIQUE

Le président français, Emmanuel Macron, était parti d'une bonne intention en faisant une virée dans le 10e arrondissement de Paris pour voir de ses...

Reseaux Sociaux

SPORT

Résultats et buteurs à l'issue des matches de la 11ème journée du championnat de la Ligue 1 du football professionne, joués mardi et mercredi: Mercredi: A...