Tags Posts tagged with "ltdh"

ltdh

par -

Des ouvriers d’une câblerie, au Kef, ont bloqué la circulation, mercredi après-midi, sur la route périphérique de la ville, pour réclamer une solution à la crise que traverse leur usine. Selon un responsable syndical, le patron de l’entreprise, qui embauche 500 employés, cherche à fermer l’usine et à la transférer à Hammamet.
Les forces de l’ordre sont intervenues pour empêcher des échauffourées entre les manifestants et des usagers de la route et ont fait dévier la circulation.
Les organisations nationales dans la région (URT, URAP, URICA, LTDH) ont publié une déclaration commune dans laquelle elles déplorent la dégradation de la situation, dans la région, en l’absence d’investissement et de perspectives d’emploi.
Les signataires reprochent aux autorités régionales leur inaction face aux menaces de fermeture d’entreprises au Kef, dont la câblerie Coroplast.

par -

Le président de la Ligue tunisienne des droits de l’Homme, Jamel Msallem a déclaré, samedi 21 janvier 2017, que le conseil national de la ligue réuni les 20 et 21 janvier a décidé que ses travaux resteront ouverts jusqu’au 18 février prochain.

Les participants au conseil national de la LTDH ont pris cette décision en vue de parachever les travaux inscrits à l’ordre du jour, notamment, l’adoption du statut de la ligue et son document de travail pour l’avenir, a précisé Msallem dans une déclaration à l’agence TAP.
La multiplicité des points de vue et des questions litigieuses concernant le statut de la LTDH en ce qui concerne notamment l’article 10 relatif à la représentativité des femmes et de la jeunesse dans les sections de la ligue ont empêché son adoption, a-t-il dit.
Selon Jamel Msallem, il a été convenu d’accorder davantage de temps aux membres du conseil pour poursuivre la réflexion sur les différentes propositions avancées et rapprocher les vues avant de procéder à l’adoption.

Le conseil national de la LTDH a été consacré, en partie, à l’audition des représentants des sections de la ligue sur la situation des droits et des libertés dans leurs régions respectives.

par -

Les organisations Human Rights Watch (HRW), Avocats sans frontières et la Ligue tunisienne des droits de l’Homme (LTDH) ont appelé le gouvernement tunisien à la révision de la loi 52 relative à la consommation de cannabis.

Les organisations estiment que la loi 52 sur les stupéfiants n’a fait qu’aggraver les violations des droits humains durant les arrestations et l’interrogatoire.

Dans un rapport publié ce vendredi, elles ont présenté une série de recommandations parmi lesquelles:

-Eliminer les sanctions pénales pour usage ou possession de drogues pour un usage personnel. En maintenant l’option des peines de prison pour l’usage et la possession de drogues illicites.

-Réviser le projet de loi 79-2015 à propos de l’incitation à la consommation, qui est une infraction  préoccupante en matière de liberté d’expression et qui ouvre la voie à de possibles dérives.

Outre la réforme de la loi 52, le recours à la torture et les mauvais traitements font aussi l’objet d’un débat.

Les responsables des ONG ont en effet réclamé la révision des techniques spéciales d’enquête. Comme la surveillance et l’interception des communications, pour lesquelles ils recommandent qu’elles ne soient utilisées que comme mesures exceptionnelles et en général seulement dans le but de cibler des trafiquants de drogues présumés, plutôt que de simples consommateurs.

En effet, elles estiment que dans le projet de loi, le test d’urine ne peut être que volontaire et que tout élément de preuve, notamment les tests obtenus sous la contrainte, ne saurait être pris en compte. Enfin, le dernier volet : l’élimination des peines de prison pour refus de subir le test d’urine.

On rappelle, dans ce contexte, que début janvier, la commission de la législation générale a entamé l’examen du projet de loi relatif aux stupéfiants proposé par le ministère de la Justice.

Elle a auditionné les ministres de l’Intérieur, de la Justice et de l’Education ainsi que des organisations des droits de l’Homme.

par -

Le vice-président de la Ligue tunisienne des droits de l’Homme (LTDH), Messaoud Romdhani, a annoncé, via un post sur sa page facebook, sa démission.
Il a adressé, via ce post, ses remerciements aux syndicalistes, politiciens et juristes ayant soutenu la LTDH, notamment pendant les années d’oppression.
La démission de Romdhani vient à un moment où la Tunisie célèbre la Journée internationale des droits de l’Homme.

par -

Le président de la Ligue tunisienne des droits de l’Homme (LTDH), Jamel M’sallem a démenti, mercredi, toute ingérence partisane dans la répartition des responsabilités au sein du comité directeur de la Ligue.
” Je n’ai subi aucune sorte d’influence de qui que ce soit “, a-t-il indiqué en réponse à une déclaration rendue publique par les membres du comité directeur qui s’étaient retirés, samedi dernier, de la réunion de distribution des responsabilités.
” La Ligue tunisienne des droits de l’Homme demeure indépendante et à l’abri de toute influence partisane ou associative “, a-t-il déclaré à l’agence TAP.
Selon Jamel M’sallem, des membres de la Ligue sont actuellement en négociation avec les membres qui avaient quitté la réunion de distribution des responsabilités pour contenir le problème et attribuer le reste des tâches.
Contacté par l’agence TAP, Béchir Laâbidi, représentant du groupe qui s’était retiré de la réunion a rappelé que le retrait de 11 membres du comité directeur intervient en réaction au rejet de la demande du report de la réunion de distribution des responsabilités et à l’intervention directe d’une partie partisane aux fins d’influencer la distribution des responsabilités.
Laâbidi a également laissé entendre que les responsabilités ont été distribuées préalablement, en dehors du cadre de la Ligue, dans une tentative d’imposer la politique du fait accompli, regrettant de ne pas permettre aux membres du comité de prendre connaissance des rapports actualisés du 7e congrès de la LTDH et des amendements relatifs à la distribution des responsabilités au sein du comité directeur.

par -

En dépit du retrait de onze membres, la répartition des responsabilités au sein du comité directeur de la Ligue tunisienne de défense des droits de l’Homme (LTDH) a été annoncée, samedi, à l’issue de la réunion du nouveau comité.
D’après Ismail Wali, membre du comité directeur de la LTDH, le comité sera composé comme suit :
Vice président : Jamel Msallem
Premier vice président : Mahmoud Oueslati
Secrétaire général : Najet Zemmouri
Secrétaire général adjoint : Walid Mezni
Trésorier : Moyieddine Lagha
Trésorier adjoint : Jamel Melki
Le comité directeur de la LTDH se compose, désormais, de trois vice-présidents. Il s’agit de Halima Jouini, Bassem Trifi et Fadhel Bedhiafi.
Dans une déclaration à la TAP, Wali a rappelé que le 7e Congrès de la LTDH prévoit l’augmentation de 13 à 25 le nombre des membres du comité directeur de la Ligue ainsi que la modification de la périodicité de la tenue du Conseil national de la LTDH qui sera désormais annuelle.
La séance de répartition des responsabilités au sein du comité directeur a été marquée par le retrait de onze membres, élus lors du dernier congrès de la Ligue.
Selon un communiqué rendu public par les onze membres, ce retrait intervient en signe de protestation contre le refus du report de la séance de répartition des responsabilités pour parvenir à un consensus.
Le retrait s’explique également par l’ingérence directe d’un parti politique pour influencer la distribution des responsabilités ce qui représente une atteinte grave à l’indépendance de la Ligue, lit-on dans le même communiqué.
Quelque 63 candidats dont 21 femmes se sont présentés aux élections du comité directeur de la LTDH.

par -

Le règlement intérieur de la LTDH a été approuvé, samedi, au deuxième jour du 7e Congrès de la Ligue tunisienne de défense des droits de l’Homme (LTDH), a indiqué Mohamed Chemakh, président du congrès.
Il a été convenu de réduire les membres du comité directeur de 25 à 15, a-t-il ajouté.
Dans une déclaration dimanche à l’agence TAP, en marge de la clôture du 7e congrès tenu à Hammamet, Chemakh a souligné l’importance de l’amendement du règlement intérieur pour garantir un meilleur fonctionnement de l’organisation, indiquant que les rapports financier et moral ont été approuvés.
Les congressistes se sont répartis en deux groupes pour l’élaboration de la motion générale et la motion des perspectives d’avenir. La commission de contrôle des opérations de vote de chargera de la vérification de la validité des candidatures.
Selon le président du congrès, 63 candidats dont 21 femmes se sont présentés aux élections du comité directeur de la LTDH.
Le 7e Congrès de la Ligue tunisienne de défense des droits de l’Homme (LTDH) a démarré vendredi 30 septembre, au Palais des Congrès, et se poursuit les 1e et 2 octobre à Hammamet.

par -

La Ligue Tunisienne des Droits de l’Homme (LTDH) a exprimé, jeudi, son refus de principe au projet de loi sur la réconciliation économique et financière qui sera discuté, sous peu, par la commission de la législation générale à l’Assemblée des représentants du peuple.
Dans un communiqué, la Ligue de défense des droits humains estime que ce projet de loi est incapable de résoudre les problèmes socio-économiques auxquels est confronté le pays appelant la commission de législation générale à le retirer carrément par respect aux martyrs et blessés de la Révolution.
L’organisation affirme être surprise du lancement d’un débat sur ce projet de loi et ce, en dépit de l’opposition d’une bonne partie de la société civile et de la classe politique.
” Le projet de loi sur la réconciliation est contraire aux dispositions générales contenues dans la Constitution “, a averti l’organisation d’autant a-t-elle accusé qu’il attribue des avantages à ceux qui ont spolié la richesse du pays et violé les droits d’autrui.
D’après la LTDH, le projet de loi risque d’entraver le processus de la justice transitionnelle prévue par la nouvelle Constitution qui a pour finalité de révéler la vérité sur la corruption. Une corruption qui a affaibli le système économique dans le pays durant des décennies et provoqué des drames humains, lit-on dans le communiqué.
La LTDH a critiqué des mesures de réconciliation qui ont été prises sans aucun contrôle permanent ou indépendant ce qui risque de favoriser davantage la corruption dans le pays.
La députée Sana Mersni, rapporteure de la Commission de Législation générale à l’Assemblée des représentants du peuple (ARP) avait annoncé l’examen, en juillet courant, du projet de loi sur la réconciliation économique et financière.
Dans une déclaration à TAP, Mersni a ajouté que la commission examinera le projet de loi dans sa version initiale, tel qu’il a été présenté par la Présidence de la République en juillet 2015.
La Commission tiendra compte des éventuelles propositions d’amendement que proposeront les députés, et auditionnera des représentants de la présidence et de l’Instance Vérité et Dignité, ainsi que des experts en droit constitutionnel et administratif, selon la rapporteure.

par -

La Ligue Tunisienne de Défense des Droits de l’Homme (LTDH) a appelé dans un communiqué rendu public, aujourd’hui, mercredi 15 juin 2016, à la nécessité de respecter les décisions du tribunal administratif et les décisions de justice en général par les autorités publiques.

Dans le même communiqué, la LTDH a rappelé de l’article 11 de la constitution qui interdit la non-application des verdicts ou l’entrave de son application sans aucun motif légal, assurant que  la décision du MI d’interdire la tenue du congrès du parti Ettahrir comme une violation de la constitution qui garantit la liberté de réunion pacifique.

La LTDH rappelle par la même occasion que la protection du système démocratique passe par le respect des partis politiques de la constitution et de loi réglementant les partis politiques.

par -
Abdessatar ben Moussa

Le Congrès de la Ligue tunisienne pour la défense des droits de l’Homme (LTDH) se déroulera les 23, 24 et 25 septembre prochain, annonce la Ligue dans un communiqué publié mardi.
La date du congrès a été décidée au cours de la réunion du Conseil de la LTDH, organisée le week-end dernier. La réunion a, en outre, convenu d’un mécanisme permettant aux différentes sections de la Ligue de contribuer aux travaux des commissions en organisant des réunions sectorielles.
Au cours de ces réunions, des recommandations seront formulées, et ce avant fin mai 2016, ajoute la même
source.
La réunion a, également, été l’occasion de constituer des commissions chargées de la préparation du prochain congrès de la Ligue.

TAP

par -

Selon un rapport de la Ligue tunisienne des droits de l’homme (LTDH), en raison de l’encombrement, l’hôpital psychiatrique Razi refuse, souvent, d’accueillir des détenus.
Plusieurs responsables de prison ont parlé de difficultés, pour les pensionnaires de prisons, de bénéficier des services de médecins psychiatres.
Le directeur de la prison de Borj Erroumi a affirmé que l’état psychologique des détenus est très mauvais, soulignant que plusieurs d’entre eux ont besoin d’être transférés à l’hôpital Razi.
Dans son rapport, la LTDH déplore la présence de détenus en instance de jugement et de détenus purgeant leur peine dans le même endroit.
Abordant les cas de torture exercée sur les prisonniers, le rapport relève que souvent, le juge n’est pas informé de ces dépassements. Il cite, à juste titre, l’agression physique et sexuelle contre une détenue dans une affaire de terrorisme à Sfax.
La LTDH fait, par ailleurs, état de l’augmentation du nombre des détenus qui observent une grève de la faim en protestation contre la période prolongée de détention.
Samedi dernier, la LTDH a présenté son rapport qui est le fruit de 37 visites effectuées dans plusieurs unités
pénitentiaires. A rappeler qu’à ce propos, un mémorandum d’entente a été signé entre la Ligue et le ministère de la Justice.

TAP

par -

« Une dizaine de plaintes contre les agressions sécuritaires ont été déposées auprès de la section de la Ligue tunisienne des droits de l’homme à Sfax et transmises aux autorités judiciaires.

“Depuis 2012 , nous avons déposé auprès du tribunal de première instance à Sfax, des dossiers concernant des agressions commises par des agents de sécurité, mais aucun dossier n’a été pris au sérieux », a déclaré ce mercredi 13 avril 2016 à Africanmanager, Zoubeir Louhichi, président de la LTDH à Sfax.

par -

« Des traces de maltraitance ont été découvertes  sur les corps de quatre détenus dans l’affaire de Petrofac . Nous avons demandé un contrôle médical afin de confirmer  la torture menée par des agents de sécurité à l’encontre de ces personnes. Nous avons également déposé une plainte auprès du tribunal de première instance de Sfax afin de poursuivre en justice le ministre de l’Intérieur et les agents de sécurités en question , a déclaré ce mercredi 13 avril 2016 à Africanmanager  Zoubeir Louhichi, président de la section de la Ligue tunisienne des droits de l’homme (LTDH) à Sfax.

On rappelle que quatre mandats de dépôt ont été émis à l’encontre de 4 des grévistes demandeurs d’emploi, ayant manifesté devant le siège de la société Pétrofac à Kerkenah du gouvernorat de Sfax.

par -
Abdessatar ben Moussa

La Ligue tunisienne de défense des droits de l’Homme (LTDH) a affirmé, lundi, son « soutien inconditionnel » aux revendications légitimes et autres mouvements sociaux pacifiques.
Dans une déclaration dont copie est parvenue à l’agence TAP, la LTDH demande au pouvoir exécutif « d’engager rapidement un dialogue sérieux entre les ministres concernés et les protestataires qui observent un sit-in.» La LTDH a, également, souligné « la nécessité d’enclencher une dynamique de dialogue continu dans les différentes régions, auquel seront associés des représentants du gouvernement, de la société civile et des chômeurs afin de parvenir à des solutions adéquates et prendre les mesures appropriées ».

TAP

par -
Suite à la mort de l’homme d’affaire Jilani Daboussi quelques heures

La Ligue tunisienne pour la défense des droits de l’homme (LTDH) a appelé lundi à hâter la tenue d’une conférence nationale sur la lutte contre le terrorisme.
« Outre les représentants des autorités politiques, cette conférence devra associer les représentants de la société civile et des partis politique dans l’ultime objectif de mettre en place une stratégie antiterroriste claire » ont plaidé les membres de la Ligue au cours de la réunion du Conseil national de l’Organisation, les 26 et 27 mars courant à Zarzis et à Ben Guerdane.
Ils ont relevé que “la lutte contre le terrorisme ne passe pas uniquement par des solutions sécuritaires mais également par le traitement des racines et des causes profondes de ce fléau.
Les participants à cette rencontre ont appelé à l’identification de solutions radicales pour le chômage et la marginalisation sociale appelant à la consécration du principe de la discrimination positive au profit des régions et des catégories vulnérables.
Par ailleurs, le Conseil national de la LTDH a qualifié de « lâche » l’attaque terroriste de Ben Guerdane réaffirmant son appui aux forces de sécurité et de l’Armée.

TAP

par -
Dans une déclaration accordée à Africanmanager

Dans une déclaration accordée à Africanmanager , Mustapha Tlili, un ancien dirigeant de la Ligue tunisienne des droits de l’homme a jugé positifs les efforts menés récemment par le gouvernement en matière de lutte contre le terrorisme et affirmé que l’Etat joue un rôle primordiale dans la protection du citoyen contre tout danger qui pourrait le menacer .

Répondant à une question concernant les craintes de certains militants de droits de l’Homme au niveau du risque d’atteinte à la liberté de l’expression au nom de l’éradication du terrorisme, évoqué par des journalistes, politiciens et activistes, Mustapha Tlili a affirmé qu’il faut garantir la sécurité des citoyens sans toucher à la liberté de l’expression. « Le terrorisme demeure un vrai danger pour la Tunisie, c’est dans ce contexte que l’Etat est appelé à protéger le pays tout en respectant les droits de l’Homme ».

par -
Suite à la mort de l’homme d’affaire Jilani Daboussi quelques heures

Suite à la mort de l’homme d’affaires Jilani Daboussi quelques heures après sa sortie de prison, la Ligue tunisienne de défense des droits de l’Homme(LTDH) a réclamé, dans un communiqué récemment publié, l’ouverture d’une enquête approfondie afin de déterminer les circonstances du décès de Jilani Daboussi .

La LTDH a affirmé qu’elle a reçu en 2012 une plainte de la part du fils de défunt, affirmant à ce propos que son père été victime de maltraitance et qu’il ne reçoit pas le traitement nécessaire que nécessitait son état de santé.

A noter, Jilani Daboussi ,médecin de profession était homme politique, ancien député à l’époque de Bourguiba et Ben Ali et ancien maire de Tabarka.

par -
Le président de la Ligue tunisienne des droits de l’homme

Le président de la Ligue tunisienne des droits de l’homme, Abdessatar Ben Moussa, a jugé la condamnation à mort contre 529 frères musulmans égyptiens, comme un génocide et un crime contre l’humanité. Ben Moussa a considéré dans une déclaration à à la chaine de télévision publique Al Wataniya 1, que le jugement n’était pas équitable et n’a pas respecté les normes internationales.

par -
La Ligue tunisienne des droits de l’Homme (LTDH) vient de condamner l'agression verbale par le gouverneur

La Ligue tunisienne des droits de l’Homme (LTDH) vient de condamner l’agression verbale par le gouverneur de Kairouan à l’encontre de son vice-président, Massoud Romdhani, ainsi que les tentatives de violence de l’un des fonctionnaires du gouvernorat contre sa personne.

Selon la LTDH, ces incidents ont eu lieu lors d’une séance de dialogue sur la situation environnementale et sociale à la délégation de Bouhajla (gouvernorat de Kairouan).

par -
Le congrès régional de la section de Sfax de la Ligue tunisienne des droits de l'Homme (LTDH) a élu dimanche 30 juin

Le congrès régional de la section de Sfax de la Ligue tunisienne des droits de l’Homme (LTDH) a élu dimanche 30 juin, un nouveau comité directeur . Le secrétaire général de la Ligue, Abdessatar Ben Moussa a assisté aux assises du congrès .

Brahim Ben Salah et l’avocate Sihem Chaouachi ont été respectivement élus président et secrétaire général, a rapporté Shems FM .

INTERVIEW

«La politique africaine ne peut se développer uniquement avec les visites, sporadiques et de courte durée ou seulement à travers le seul ministre des...

AFRIQUE

Reseaux Sociaux