Tags Posts tagged with "Made In Tunisia"

Made In Tunisia

par -

La société Medicars – filiale industrielle du Groupe Zouari – envisage la mise en place, dans les quatre ans à venir, d’une nouvelle usine qui pourra assurer l’exportation des véhicules particuliers ” made in Tunisia ” vers l’international.
L’usine dont l’investissement global s’élèvera, selon un communiqué de Medicars, à 100 MD créera plus de 500 emplois directs et indirects.
Cet investissement sera la continuité d’un partenariat qui vient d’être conclu entre Medicars et le géant chinois Geely, premier constructeur automobile privé de Chine. Un partenariat dont le premier fruit fut l’ouverture, vendredi, à Sousse, de la première chaîne d’assemblage de voitures particulières de la marque chinoise Geely en Tunisie, moyennant une enveloppe globale de 21 millions de dinars.
Ce premier investissement représentera ainsi pour Medicars “ une phase d’apprentissage et d’évaluation ” avant de lancer sa nouvelle usine.
Créée en 2012, Medicars (Mediterranean Industry Cars), est une société industrielle entièrement dédiée à la fabrication et le montage de véhicules avec des partenaires, tels que l’indien MAHINDRA & MAHINDRA pour les Pick-Up, le coréen HYUNDAI pour les camions, camionnettes, le chinois KING LONG pour les bus et dernièrement GEELY pour les voitures particulières).
Fondée en 1986, Geely est le premier constructeur automobile privé de Chine. En août 2010, Geely devient aussi propriétaire de Volvocars et est actionnaire majoritaire de la firme allemande DAIMLER AG.

par -

Le premier expo-centre “Bee Tounsi” dédié au “Made in Tunisia” et au “Hand made” national vient d’ouvrir ses portes sur la route de la Marsa, l’une des plus mouvementées de la capitale,
Dès l’entrée, l’air sent bon le cuir, le bois, les produits de terroir… Et ce n’est pas la tenue de Hela Bennour, gérante du projet et membre de l’association “Be Tounsi“, qui trahirait cette ambiance : une robe longue blanche en tissu léger, rappelant fortement la finesse de l’artisanat tunisien, agrémentée d’une “Farmla” (fameux gilet artisanal) aux couleurs vives qui renvoient à l’histoire d’un art précieusement conservé par nos artisans.
Consommer tunisien et en être fier, c’est l’esprit qui anime ce projet“, confie-t-elle, dans un entretien avec l’Agence TAP. Mais c’est aussi, “une manière de prouver son amour pour son pays et de contribuer à faire face à la crise qu’il traverse, en encourageant la production locale et en créant cet espace permanent de rencontre et de partage, entre des artisans en quête de visibilité et le grand public “.
Pour date d’ouverture de son expo-centre, elle a retenu le 3 août 2018, “date symbole, celle de l’anniversaire de Bourguiba“.

En franchissant le seuil de cet espace, l’accueil est assuré par des poupées russo-tunisiennes, “Zoulikha et ses amis” qui s’animent et prennent vie sur la page Facebook de “Bee Tounsi“, suscitant “l’admiration et l’adhésion des membres de cette page, qui suivent les nouvelles de cette communauté de poupées et qui font parfois, le déplacement, pour les découvrir de près“.
Après cet accueil “des plus originaux“, les visiteurs auront par la suite droit à une large sélection de produits artisanaux alliant authenticité, tendance et innovation.
Du textile artisanal à la calligraphie, en passant par la broderie, la poterie, le linge de maison, l’art de la table, les toiles d’art, les bijoux, les accessoires en cuir, les tapis, les luminaires…l’univers de nos créations est des plus large. Celui de nos artisans et artistes l’est encore plus, puisqu’ils viennent de toutes les régions de la République pour partager leur savoir-faire et leur goût de l’authenticité, subtilement marié à une bonne dose de modernité“, souligne-t-elle.

L’expo-centre Bee Tounsi réserve aussi un espace pour les produits du terroir, tels l’huile d’olive, la ” Bsissa “, le miel…et un autre pour les cosmétiques, notamment la marque tunisienne ” Nakawa ” lancée par une jeune docteur chimiste, à base de figue de barbarie et d’argile, avec zéro produits chimiques et zéro pollution pour l’environnement. Nakawa a également réussi à créer plusieurs postes d’emploi dans sa région “Jammel“, à Monastir et ses produits s’exportent très bien aujourd’hui, réservant une place à la Tunisie, “sur une niche très prisée”.
Les visiteurs de l’expo-centre peuvent encore y rencontrer au gré du hasard les designers ou artisans qui y exposent pour échanger avec eux ou proposer des personnalisations pour créer des pièces uniques.

Le premier contact entre Hela Bennour et ses exposants se fait à travers le réseau de l’association Be Tounsi et sa page Facebook. C’est là qu’elle repère les bons profils et elle fait la sélection des produits à exposer.
Après deux et demi du lancement de l’association Bee Tounsi, le réseau suscite de plus en plus l’intérêt des artisans de tout le pays, qui nous contactent pour participer à nos expositions ou pour avoir plus de visibilité à travers notre réseau. Et c’est ainsi que m’est venue l’idée de leur réserver un espace permanent d’exposition qui leur garantit, au-delà des expositions occasionnelles, un contact permanent avec les acheteurs“, indique-t-elle.
Comme critères de sélection, “seules la créativité, la qualité, l’innovation et la rigueur” ont été retenues. “Mon objectif c’est de donner plus de visibilité à des gens qui en ont vraiment besoin. “Ma formation de journaliste, ainsi que mon expérience professionnelle dans le domaine de la fabrication de meubles et mon passage par l’association Bee Tounsi me sont d’une grande aide, pour pouvoir faire entendre la voix de ces artisans et faire parler de leur talent“.

Bennour estime, par ailleurs, que son “concept store” est de nature à créer une véritable passerelle pour l’export. “Des demandes de franchise du concept de cet expo-store m’ont été adressées par des Tunisiennes vivant à l’étranger, fascinées par la qualité de nos créations et du talent de nos artisans et qui veulent commercialiser ces produits dans leurs pays de résidence“.
Notre interlocutrice constate avec fierté le retour de l’engouement pour l’artisanat tunisien : “certains de nos artisans exportent déjà, pour d’autres la qualité y est, mais ils doivent progresser en termes de quantité. Et je pense qu’au fur et à mesure qu’ils progressent dans leur carrière et qu’ils réussissent à toucher à une clientèle plus large sur le marché local, ils pourront acquérir la capacité de s’aligner à cette exigence de quantité, nécessaire pour pouvoir exporter“.

par -

Environ 29,5% des Tunisiens accordent dans leurs achats la priorité aux produits tunisiens en cas de présence d’un produit tunisien et d’un autre étranger“, selon une enquête sur “le consommateur tunisien et la consommation du produit national”, réalisée par l’Institut national de la consommation (INC).
Près de 50,6% d’entre eux sont convaincus de la qualité et de la salubrité du produit national, 16,1% encouragent les entreprises nationales pour préserver leur présence, 14,2% préfèrent le produit tunisien par “amour pour la patrie” et 10,3% pour l’acceptabilité des prix.

Le Directeur général de l’INC, Tarek Ben Jazia, a indiqué, dans une déclaration, à l’Agence TAP, que l’enquête a concerné un échantillon de 2016 consommateurs dont l’âge dépasse ou est égal à 20 ans, selon la répartition géographique, le milieu et le sexe.
Cette recherche vise à connaître la distinction que fait le Tunisien du produit national et le comportement du consommateur tunisien face au produit local et celui étranger. Il s’agit, également, d’examiner la disposition du Tunisien à soutenir les produits nationaux et les critères pour ce faire.

Selon Ben Jazia, les résultats de cette enquête révèlent que 85,5% des Tunisiens ont l’habitude de vérifier l’origine du produit avant de l’acheter.
Il a précisé que 9,4% des Tunisiens connaissent le code à barres du produit tunisien alors que 90,6% ignorent que le code à barres du produit national commence par 619.
Quant aux consommateurs qui choisissent le produit étranger au lieu du produit national, cela est dû à leur conviction que le produit étranger est meilleur à 31,8% alors que 27,9% des Tunisiens préfèrent le produit étranger car ils n’ont pas confiance en la salubrité et la qualité du produit tunisien.

Selon le DG de l’INC, l’enquête a, également, démontré que 45,9% des Tunisiens ne sont pas prêts à payer plus cher pour acheter un produit étranger tandis que 30,7% d’entre eux sont prêts à acheter des produits tunisiens plus chers que ceux étrangers rien que que parce que c’est un produit “made in Tunisia“.

par -

Pour sa première action, la Fondation UTICA a choisi le Collectif Be Tounsi comme partenaire bénévole pour l’organisation d’une expo/vente dédiée aux cadeaux de fin d’année.

Cette exposition, intitulée “Offrez tunisien, promenade dans un jardin andalou”, aura lieu les 25 et 26 novembre au siège de l’UTICA, de 9h à 19h.

Cette collaboration entre la Fondation UTICA et le Collectif Be Tounsi a pour but de mettre en avant les produits locaux et d’inciter les Tunisiens et amis de la Tunisie à offrir tunisien pour les fêtes de fin d’année.

Cette exposition est une invitation à une promenade dans un jardin andalou, la scénographie étant assurée par le grand designer Philippe Xerri. Le Collectif Be Tounsi a sélectionné plus de 60 artisans et créateurs, venus d’un peu partout du pays, dont quelques uns exposent pour la première fois.

La Fondation UTICA a apporté les moyens logistiques et financiers pour la réalisation de cette exposition. Mme Bouchamaoui, Présidente de l’UTICA, inaugurera cette belle exposition, qui sera une occasion supplémentaire de valoriser le savoir-faire et le Made In Tunisia.

par -

L’Union Générale Tunisienne du Travail (UGTT) vient de lancer la campagne nationale “made in Tunisia” pour défendre le produit tunisien. Dans un communiqué rendu public, mercredi, l’UGTT fait savoir que cette campagne est destinée à sensibiliser le peuple tunisien à la nécessité de consommer les produits fabriqués en Tunisie, afin de préserver des milliers de postes d’emploi.
Cette campagne nationale intervient, selon la même source, suite à l’augmentation du nombre des sociétés d’importation du prêt-à-porter qui écoulent leurs produits en Tunisie et qui constituent, selon l’UGTT, un véritable danger pour l’économie du pays.
Le communiqué ajoute que le secteur du textile, de la chaussure et du prêt-à-porter connaît des conditions très difficiles en raison de la conjoncture économique nationale et internationale.

TAP

FOCUS 🔍

Les chiffres des immatriculations de nouvelles voitures pour le mois de septembre 2018, laissent voire que les ventes des véhicules particuliers de la marque...

Le meilleur des RS

Imed Heni est un cadre de l’OACA. On ne mettra pas sa photo, pour ne pas utiliser celle du petit garçon qu’il affiche sur...

INTERVIEW

L'expert en économie et ancien ministre des Finances Houcine Dimasi a accordé à Africanmanager une interview exclusive où il a évoqué plusieurs points dont...

AFRIQUE

Les anciens présidents Andry Rajoelina et Marc Ravalomanana sont arrivés en tête du premier tour de l'élection présidentielle à Madagascar, selon des résultats encore...

Reseaux Sociaux

SPORT

Kylian Mbappé a dédramatisé dimanche avec humour la brouille survenue deux jours plus tôt en sélection entre ses deux partenaires d'attaque au Paris SG,...