Tags Posts tagged with "Mohsen Hassan"

Mohsen Hassan

par -

La chute de la valeur du dinar par rapport à la monnaie étrangère a fait couler beaucoup d’encre. Plusieurs experts ont déjà mis en garde contre le danger de la dépréciation du dinar tunisien, qui risque de se plonger davantage au cours de la prochaine période. Mardi 25 avril 2017, sur la place financière de Tunis, le dinar tunisien se reprend légèrement face aux principales devises, après être tombé, un jour avant, à des niveaux très bas ; l’euro passe de 2.75 à 2.65 dt et le dollar américain s’est négocié à 2.50 dt contre 2.5300 le lundi. Sur le marché de change international, l’euro est monté un peu face au dollar, il s’est échangé à 1,0893 dollar contre 1,0867 dollar lundi. Cette situation alarmante a rendu indispensable l’intervention de la Banque centrale sur le marché de change pour essayer d’atténuer le glissement du dinar.

L’ancien ministre du Commerce, Mohsen Hssan, a de son côté insisté sur l’intervention de la Banque centrale de Tunisie (BCT) dans le marché de change pour ajuster la valeur du dinar tunisien et éviter sa dépréciation. Dans une déclaration, ce mercredi 26 avril 2017, à Africanmanager, il a aussi appelé la Banque centrale à trouver un accord avec les banques et les institutions financières dans l’objectif de faciliter au maximum l’achat et la vente de la devise.

Il a par ailleurs appelé la BCT à jouer son rôle de régulateur du taux de change du dinar, et ce dans l’objectif d’éviter une nouvelle dépréciation du dinar et ses conséquences néfastes, telles que la hausse de service de la dette mais aussi la dégradation de la compétitivité de l’entreprise tunisienne. ” La BCT est plus que jamais appelée à jouer son rôle de régulateur du taux de change”, a-t-il dit.

S’agissant des mesures mises en place par la Banque centrale dont l’augmentation du taux d’intérêt directeur, Mohsen Hssan a tenu à préciser que la BCT a entrepris une politique monétaire “non expansionniste” visant à protéger le prix d’échange et la maîtrise de l’inflation.

Il a toutefois tenu pour responsable le gouvernement de la dévaluation de la valeur du dinar ; l’équipe de Youssef Chahed est appelée, selon ses déclarations, à trouver les solutions, prendre les mesures et mettre en place l’ensemble des réformes capables d’éviter la détérioration de l’économie nationale accablée par un défit budgétaire et commercial.

De son côté, l’expert financier Hatem Zaâra a indiqué, lors de son passage ce mercredi sur Express Fm, que la dépréciation du dinar face à l’euro et au dinar est due essentiellement au manque de liquidités et à la baisse des exportations de l’huile d’olive. « La baisse de la valeur du dinar est le reflet du déséquilibre entre l’offre et la demande en liquidité en devises. La Banque Centrale de Tunisie a injecté 100 millions de dollars sur le marché de change pour essayer d’atténuer le glissement du dinar », a-t-il affirmé.
Il a fait savoir par ailleurs que la révision à la hausse du taux d’intérêt pourrait aider à renforcer le dinar et améliorer le taux de change vis-à-vis des devises.

Il est à rappeler à ce propos que la BCT a décidé d’augmenter son taux directeur de 50 points, pour atteindre 4,75% et de relever aussi le taux minimum de rémunération de l’épargne de 50 points, à 4%.
Selon un communiqué, publié mercredi, par la BCT, cette décision vise à réduire les risques de pressions inflationnistes, d’une part, et à encourager l’épargne, ce qui favorisera le renforcement des liquidités, d’autre part. L’institut d’émission affirme veiller au suivi des évolutions de la conjoncture économique, pour prendre les mesures adéquates à temps.
Le conseil d’administration de la BCT, réuni hier mardi, a précisé que la politique monétaire et celle de change ne visent pas la dévaluation ou le flottement du dinar, ni la baisse du taux de change, mais elles ciblent la mise en place d’interventions étudiées et coordonnées, afin de faire face aux variations brusques des taux de change, tout en veillant à activer le rôle régulateur du taux de change pour maîtriser le glissement du déficit commercial et préserver un seuil minimum de réserves en devises.

par -

L’article 30 du projet de la loi de finances de 2017, relatif à la levée du secret bancaire, a été rejeté par la commission des finances de l’Assemblée des représentants du peuple (ARP). Entre partisans et détracteurs, l’article n’a cessé jusqu’ici de soulever un tollé. Les députés d’Ennahdha et de Nidaa Tounes ont voté contre cette loi, ils ont même fortement soutenu son rejet, appelant ainsi le gouvernement à mettre en place, avant tout, les garanties nécessaires pour faire passer de telles lois.  Intervenant sur Express Fm, le député du Front populaire Mongi Rahoui a, quant à lui, considéré que tous les pays démocratiques et développés ont adopté le principe de la levée du secret bancaire et que les seuls pays qui ne l’ont pas fait sont ceux-là mêmes que l’on nomme les paradis fiscaux.

Pour sa part, Mohsen Hassan, ancien ministre du Commerce, a affirmé, dans une déclaration, ce jeudi 17 novembre 2016 à Africanmanager, que la levée du secret bancaire est instaurée dans la loi de finances complémentaire de l’année 2014, sur toutes les personnes physiques et morales et les sociétés soumises au contrôle fiscal approfondi, conformément à l’article 12 de la loi de finances de cet exercice, et tout en respectant une période de 72 heures.

Il a par ailleurs indiqué que la nouveauté incluse dans ce projet de loi de finances 2017 est la levée, sans autorisation préalable (requête judiciaire), du secret bancaire, faisant savoir à ce propos qu’il s’agit d’une bonne initiative mais qui ne pourra pas être appliquée pour le moment.

En outre, l’ancien ministre dans le gouvernement Essid a assuré que pour lever le secret bancaire, il faut garantir les droits de toutes les parties prenantes, de peur que cette mesure soit utilisée à d’autres fins, surtout que la Banque Centrale de Tunisie (BCT) se trouve aujourd’hui face à un énorme problème de liquidités pour financer le système bancaire et l’économie nationale du pays.

Et Mohsen Hassan de rajouter, dans le même ordre d’idées, que la levée du secret bancaire sans garanties et sans autorisation préalable pourra encore renforcer la crise de liquidité et approfondir les problèmes financiers du secteur bancaire, surtout que les transactions commerciales s’effectuent plus en argent liquide.

La priorité, a-t-il dit, est de faire évoluer la monnaie électronique et lutter contre le marché parallèle, qui représente plus de 50% de l’économie du pays, et c’est à partir de ce moment là qu’on peut parler de la levée sans requête judiciaire du secret bancaire. “Cette proposition ne pourrait être appliquée qu’après au moins deux ou trois ans”, a estimé Mohsen Hassan, faisant savoir que la lutte contre le blanchiment d’argent est une des prérogatives de la commission des finances relevant de la Banque Centrale et non pas du gouvernement.

Quant à lui, l’expert en économie Achraf Ayadi a évoqué l’existence de deux problèmes majeurs en Tunisie avec le secret bancaire. Joint par téléphone par Africanmanager, il a indiqué que le premier est que l’étendue des exceptions à l’accord d’un mandat du juge ne concerne que l’examen approfondi par les services fiscaux lors d’un fort soupçon de fraude. “Or, nous savons tous que cette exception n’est pas suffisante pour contrer le phénomène endémique de fraude fiscale et que, de surcroît, la loi est peu ou pas assez appliquée”, a-t-il dit.

Le second problème, et non des moindres, est la méfiance du citoyen tunisien à l’égard des fonctionnaires de l’État. En réalité, aucun mécanisme de contrôle véritablement efficace et contraignant ne les oblige à respecter le secret professionnel. Une extension des exceptions au secret bancaire risque de se transformer, selon certains, en un vaste jeu de chantage et de corruption. “La crise de confiance aggrave dans les faits l’opacité du système économique”, a ajouté Achraf Ayadi.

par -

Le ministre du Commerce, Mohsen Hassan a démenti les informations selon lesquelles il aurait quitté le parti pour se rallier de façon individuelle au Gouvernement d’union nationale.

Dans une déclaration jeudi 18 août 2016 à Shems Fm, il a ajouté : « Je reste engagé au sein de mon parti. Ma participation au nouveau gouvernement reste tributaire d’une décision émanant de l’UPL ».

par -
Mohsen Hassen qui vient d’être nommé ministre du Tourisme

Une campagne nationale pour le contrôle des jouets d’enfants qui ne répondent pas aux normes sanitaires a démarré aujourd’hui, lundi 4 juillet 2016.

Le ministre du Commerce Mohsen Hassen a annoncé, lors de sa visite au marché hebdomadaire de Monastir que son département a pris une série de mesures pour la rationalisation de l’importation de plusieurs produits dont les jouets d’enfants, en appliquant le contrôle technique à l’import ou en soumettant certains produits au cahier des charges, surtout que la vente de jouets tels que les pétards sont à l’origine d’accidents graves pour les enfants .

Dans une déclaration à l’Agence TAP, Hassen a fait savoir que plusieurs mesures d’urgence ont été prises pour promouvoir l’exportation, dont la mise à la disposition des exportateurs de lignes de financement par les banques publiques et l’organisation des campagnes de commercialisation sur les marchés libyens et algériens.

par -
Mohsen Hassan

Le ministre du Commerce, Mohsen Hassan s’est réuni mardi 21 juin 2016 avec le gouverneur de la Banque centrale de Tunisie (BCT), Chedly Ayari et des membres de l’Union tunisienne de l’industrie, du commerce et de l’artisanat (Utica) pour discuter la situation de la balance commerciale et les mesures urgentes à prendre pour maîtriser les importations et booster les exportations, indique un communiqué du ministére du Commerce.

par -
Le porte-parole du parti de l'Union patriotique libre (UPL) qui a été proposé pour le poste de ministre du Tourisme

Le ministre du Commerce, Mohsen Hassan, a indiqué lors de son passage aujourd’hui, lundi 20 juin 2016, sur Express Fm, que le déficit commercial, qui a atteint les 9,5 % au mois de mai dernier, explique la dégringolade du dinar tunisien.

Il a en outre affirmé que les recettes générées par le tourisme demeurent faibles pour l’année 2016 et qu’elles ont régressé de 42%.

Mohsen Hassan a par ailleurs ajouté que les exportations d’huile d’olive se sont rétrécies de 760 millions de dinars durant l’année 2016 par rapport à l’année 2015.

par -

Le ministre du Commerce, Mohsen Hassan a reçu ce matin du vendredi 17 juin 2016  l’Ambassadeur  d’Allemagne à Tunis, Andreas Reinicke où ils ont discuté de la réalité des relations économiques et commerciales entre les deux pays et les perspectives de développement, indique un communiqué.

Lors de cette réunion, le ministre du Commerce a déclaré que les relations politiques entre les deux pays sont excellentes, appelant ainsi à la nécessité de renforcer les relations économiques en augmentant le niveau des échanges commerciaux entre les deux pays étant donné que l’Allemagne est un partenaire stratégique pour la Tunisie, se référant au niveau des échanges commerciaux entre les deux pays, qui est important, selon ses dires.

Mohsen Hassan a également appelé à la nécessite d’élever le niveau des échanges entre les deux pays, mettre en place de partenariats solides et renforcer la coopération institutionnelle entre les deux pays à travers l’échange d’expériences et l’organisation de missions commerciales dans les deux sens ainsi que l’intensification des activités des chambres du commerce et la mise en place d’un partenariat entre le Cepex et son homologue allemand.
Il a ajouté que la Tunisie veut booster les exportations et pénétrer de nouveaux marchés dont celui africain.

Pour sa part, l’ambassadeur d’Allemagne a salué le niveau exceptionnel des relations économiques et commerciales entre la Tunisie et l’Allemagne, soulignant le rôle important joué par les hommes d’affaires dans ce domaine.
Les deux parties ont également réitéré l’importance du Forum
international de l’investissement, qui  se tiendra  à Tunis les 29 et 30 novembre 2016. Il s’agit, selon eux, d’une occasion importante pour promouvoir l’investissement et créer des opportunités d’emploi.

Prendront part à cet événement, des chefs d’État et des gouvernements, des institutions internationales, des fonds d’investissement, des parties représentant les secteurs public et privé et  la société civile.

par -
Mohsen Hassan

Le ministre du Commerce, Mohsen Hassan, a fait savoir sur Shems Fm ce matin du mercredi 08 juin qu’il y aura une réunion au siège de son département aujourd’hui pour examiner les prix de vente de la viande de poulet, jugés trop élevés.
Il a ajouté que des dispositions seront prises pour encadrer ces prix et les réduire.

Il a déclaré que la montée des prix ne concerne pas uniquement la viande de poulet, les prix des tomates et des poivrons sont également pointés du doigt par les consommateurs. Toutefois le ministre a déclaré que 14 denrées de première nécessité, sur 20, sont actuellement écoulés à des tarifs réduits, par rapport à la même période de l’an dernier.

Enfin Mohsen Hassan a affirmé que les indicateurs en sa possession tendent à montrer que les prix vont chuter, comme il l’avait prédit pour le taux d’inflation, qui s’est établi à 3,5% à la fin du mois de mai dernier, une nette amélioration par rapport à la même période de 2015 au cours de laquelle le taux d’inflation était de 5,4%.

par -

Le ministre du Commerce, Mohsen Hassan, a fait savoir sur Shems Fm ce matin du mercredi 08 juin qu’il y aura une réunion au siège de son département aujourd’hui pour examiner les prix de vente de la viande de poulet, jugés trop élevés.
Il a ajouté que des dispositions seront prises pour encadrer ces prix et les réduire.

Il a déclaré que la montée des prix ne concerne pas uniquement la viande de poulet, les prix des tomates et des poivrons sont également pointés du doigt par les consommateurs. Toutefois le ministre a déclaré que 14 denrées de première nécessité, sur 20, sont actuellement écoulés à des tarifs réduits, par rapport à la même période de l’an dernier.

Enfin Mohsen Hassan a affirmé que les indicateurs en sa possession tendent à montrer que les prix vont chuter, comme il l’avait prédit pour le taux d’inflation, qui s’est établi à 3,5% à la fin du mois de mai dernier, une nette amélioration par rapport à la même période de 2015 au cours de laquelle le taux d’inflation était de 5,4%.

par -
??????????????????????????????????????????????????????????

Poulina Group Holding (PGH) a inauguré aujourd’hui vendredi 28 mai 2015 à Boumhel une nouvelle extension de l’usine de l’électroménager, MontBlanc. L’inauguration a eu lieu en la présence du ministre du Commerce, Mohsen Hassan, le PDG du groupe PGH, Abdelwaheb Ben Ayed et Chiheb Ben Ahmed,  directeur général de Mont Blanc.

Le coût de l’investissement est estimé à 2 Millions de dinars.

PGH a également inauguré aujourd’hui la sortie de sa nouvelle gamme Mont Blanc avec un nouveau design disponible avec plusieurs couleurs ainsi que l’obtention de la classification énergétique pour les congélateurs.

L’objectif est d’améliorer l’efficacité énergétique.

Nous y reviendrons

par -

Le ministre du commerce, Mohsen Hassan a annoncé la renaissance du festival du shopping de Tunisie qui se tiendra du 15 juillet au 15 août 2016, en principe, dans le Grand Tunis et à Hammamet.

Il a déclaré samedi à Tunis, à l’Agence TAP, qu’une nouvelle association présidée par le secteur privé, a été créée pour l’organisation de ce festival, alors qu’une commission réunissant l’administration et la profession travaille, depuis 3 mois, pour établir le programme culturel et commercial du festival.

Hassen a fait savoir que d’importantes réductions seront appliquées à l’occasion du festival du shopping de Tunisie, dans les différentes grandes surfaces, outre l’attribution de prix à l’occasion de concours devant être organisés à l’occasion du festival.

Il a assuré que le festival du shopping, va contribuer à la dynamisation de l’activité commerciale au cours de la saison estivale et au développement du tourisme de shopping, à travers le remboursement de la TVA sur les achats effectués par les personnes non résidentes.

par -

Le ministre du Commerce, Mohsen Hassan, a déclaré dans une interview accordée ce mercredi 27 avril 2016 au journal « Assabahnews  » que le taux d’inflation poursuivra son trend baissier pour se situer à 3,5% à la fin de cette année, ce qui permettra, selon lui, de préserver le pouvoir d’achat du citoyen.

Le ministre a, dans le même cadre, précisé que le taux d’inflation a atteint 3,3% à fin mars 2016 contre 5,3% au cours de la même période de 2015.

par -
Mohsen Hassan

Le ministre du Commerce, Mohsen Hassan, a déclaré dans une interview accordée ce mercredi 27 avril 2016 au journal « Assanahnews » que plusieurs dossiers sur des faits de corruption présumés dans le secteur du commerce ont été transmis à la justice.

Il a, dans le même contexte, indiqué qu’il avait été menacé de mort suite à l’ouverture des dossiers de corruption dans certains secteurs.

par -

Le ministre du Commerce, Mohsen Hassan a ordonné, lors de sa visite aujourd’hui, vendredi 18 mars 2016 à Sidi Bouzid, la fermeture de l’abattoir municipal de la région pour infraction grave aux mesures de santé.

Dans une déclaration à Shems Fm, le ministre a indiqué que 3 millions de dollars seront consacrés à la construction d’un nouvel abattoir dans la région.

par -
Le porte-parole du parti de l'Union patriotique libre (UPL) qui a été proposé pour le poste de ministre du Tourisme

Le ministre du Commerce Mohsen Hassan a déclaré, lors de son intervention, ce mardi 16 février 2016, à la réunion de la commission nationale du suivi des prix et de lutte contre le marché parallèle, que la contrebande engendre un immense manque à gagner à l’Etat de l’ordre de 1200 millions de dinars.

Il a, dans le même cadre, annoncé que 50% des fruits et légumes circulent en dehors du circuit légal, appelant ainsi à la mise en place d’une zone libre à Ben Guerdane comme une solution de lutte contre la contrebande au niveau des frontières libyennes.

par -

Jamais certainement, ministre de la seconde République en Tunisie n’aura «réussi» à faire le buzz en si peu de temps. Mohsen Hassen avait été nommé ministre du Commerce, le 6 janvier 2016. Presqu’un mois, presque jour pour jour, le ministre de l’UPL (Union Patriotique Libre) tenait sa première conférence de presse.

Le ministre a fait moult annonces. D’abord celle de ne pas revoir les prix des produits de base ou de lever la compensation. Ensuite, son intention de limiter le taux d’inflation à 3,5% sur toute l’année 2016. Mais aussi la réforme de l’Office du commerce de la Tunisie (OCT), la constitution d’une équipe de travail pour la révision de la marge bénéficiaire des commerçants de détail des fruits et légumes, la préparation des grandes saisons de consommation, notamment le mois de Ramadan 2016, la modernisation des entreprises de tutelle, la création d’une  agence régionale du Cepex à Kasserine, la réduction de la durée d’accostage dans les ports commerciaux à moins de 17 jours, le changement du régime relatif au consultant d’export, la création d’un grand marché à Sidi Bouzid pour offrir près de 630 postes d’emplois directs et enfin 13 autorisations de grandes surfaces.

Sauf que, faute peut-être de pouvoir s’approprier la baisse du taux d’inflation du mois de janvier dont il ne pourrait pas se prévaloir, Mohsen Hassan annonce la baisse du prix du thé. On ne sait pas pourquoi le choix de ce produit et pas un autre, pour annoncer sa baisse et pas l’autre. D’autres produits  dont le poids est plus lourd dans le couffin de la ménagère, comme le sucre, le lait ou le pain, auraient pu figurer dans cette annonce de baisse de prix du nouveau ministre du Commerce. Le  dira-t-il  un jour, lors d’une autre conférence de presse ?

On ne sait pas non plus pourquoi il a fait le choix du thé (cette boisson est nettement moins consommée que le café, mais importée comme le café). Il est vrai que l’INS annonçait, il y a quelques jours, que les prix du groupe des «boissons & alimentation» en janvier 2016, n’a pas baissé, mais juste enregistré une baisse de son trend haussier. En fait, il y a eu hausse, mais de 1,4 % au lieu de 7 % en janvier 2015.

Toujours est-il que cette annonce, qui faisait pourtant d’un attelage bouquet de 12 décisions, dont celle de n’augmenter aucun produit compensé, sera la seule à être retenue par les amateurs des réseaux sociaux. Ce choix des réseaux sociaux ne semblait pas avoir de cause bien particulière, sauf peut-être la personne même du ministre. On pourrait, à ce sujet, rappeler que le ministre Mohsen Hassan n’avait pas trouvé l’appui populaire à sa candidature, qui aurait pu le mettre à l’abri de toute critique. C’était, à la limite, comme si les détracteurs du nouveau ministre n’attendaient que la première apparition publique du nouveau ministre pour «lui sauter dessus».

Le fait est que cette annonce de la baisse du prix du thé ne vaudra au ministre que moqueries. Durant plus de deux jours, les «facebookers» s’en donnent à cœur joie, avec force caricatures, slogans, vidéos et autres dessins sarcastiques. Une campagne de dénigrement qui fait rire, mais qui est aussi risible, et qui fera oublier toutes les autres mesures annoncées par le ministre Hassan et dont certaines étaient d’importance. Etait-ce cela la finalité de cette campagne ?

Facebook a ses raisons que la raison, mais aussi parfois la bienséance, les convenances, le politiquement correct et même la simple politesse ignorent !

Commentant cette campagne, un collègue à Hassan dont on taira le nom, a estimé que cela démontre au moins un degré de créativité, insoupçonné et inexploité, chez le Tunisien. D’ailleurs, on a bien ri dans les chaumières, comme s’en sont fait l’écho les légions d’internautes qui ont fait leurs choux gras de cette sortie du ministre. La vidéo que voici le montre:

[youtube=”https://www.youtube.com/watch?v=rXIHWeN_A0k&feature=youtu.be”]

par -

De nouvelles mesures pour booster l’exportation seront annoncées par le département du Commerce, au cours des deux prochains jours, a déclaré Mohsen Hassan, ministre du commerce. Ces mesures seront axées sur la modernisation des interventions de l’administration à travers la simplification des procédures et la réduction du nombre des produits soumis au contrôle à l’exportation, a ajouté le ministre, dans une déclaration à l’agence TAP, en marge du lancement de la campagne nationale de lutte contre l’installation anarchique et le commerce parallèle.
Il s’agit également de poursuivre l’appui aux exportateurs pour la résolution des problèmes liés au financement et à l’assurance des exportations outre la promotion de l’intervention du Fonds de promotion des exportations (FOPRODEX) pour accélérer le recouvrement de la prime d’appui et celle du transport.
Hassan a aussi déclaré que des accords seront conclu avec des pôles régionaux de l’Afrique, de la Russie et de 4 pays de l’Union européenne pour aider les exportateurs à conquérir de nouveaux marchés et les accompagner dans cette conquête.

TAP

INTERVIEW

Le Directeur général de l’Agence de promotion de l’industrie et de l’innovation (APII), Samir Bechoual, a appelé à l’institutionnalisation de la campagne d’interpellations et...

AFRIQUE

Mohammed VI n'est pas content et l'a fait vertement savoir aux ministres, qu'il a réunis hier dimanche 25 juin 2017 à Casablanca, pour le...

SPORT

Reseaux Sociaux