AccueilLa UNEHassan pour le report des augmentations salariales, et Boudriga s’en remet à...

Hassan pour le report des augmentations salariales, et Boudriga s’en remet à Saïed

Alors que les autorités peinent encore à trouver des alternatives pour boucler le budget de l’Etat de 2021, les économistes divergent sur les solutions à mettre en place pour surmonter cette crise aigüe.

Ainsi, certains experts soulignent que ces solutions devront être trouvées à court terme, à l’intérieur et à l’extérieur du pays, tandis que d’autres estiment que cette crise doit être résolue sur le long terme, par une décision politique. Ils recommandent, dans ce sens, de repenser le modèle de développement et d’engager des réformes économiques et politiques capable de susciter l’intérêt des partenaires financiers internationaux.

  • Mohsen Hassan recommande de reporter les augmentations de salaires

Pour l’ancien ministre du Commerce, Mohsen Hassan, la Tunisie fait face, incontestablement, aujourd’hui à une grave crise financière. Par conséquent, souligne-t-il, les ressources financières à mobiliser seront « très élevées » et « sans précédent », d’autant que la Tunisie connait actuellement des mutations géostratégiques et politiques.

Il suggère néanmoins, de rationaliser les dépenses du gouvernement, notamment celles relatives à la gestion et de reporter les augmentations salariales ainsi que les négociations sociales dans le secteur public.

L’ancien ministre a également préconisé d’encourager le recouvrement de l’impôt et de d’opter pour une réconciliation fiscales ave les personnes qui ont de lourdes dettes fiscales mais qui se retrouvent incapables d’honorer leurs engagements. Mohsen Hassan, appelle aussi à la rationalisation de l’importation de certains produits de consommation à la révisionde l’accord de libre-échange avec la Turquie et l’Union européenne et à augmenter les taxes douanières sur certains produits afin de préserver les secteurs qui sont en difficulté.

En bref, il appelle à adopter provisoirement une politique protectionniste pour réduire le déficit de la balance commerciale et réduire par conséquence le déficit courant.

  • Bouden appelée à dévoiler les choix économiques et sa vision 

Selon la même, la Tunisie n’a d’autre solution que de soumettre au FMI un programme de réformes pour relancer la croissance et réaliser les équilibres financiers majeurs. L’objectif recherché est de convenir un programme de réformes et un autre de financement.La conclusion de cet accord devrait favoriser l’obtention de financements auprès du reste des institutions financières internationales; comme la Banque mondiale (BM) et même faciliter la sortie sur le marché financier international si la vision politique et économique sera claire, estime encore l’expert.Pour Hassan, la solution réside dans l’unité nationale et le partage des sacrifices.

Sur le moyen et le long termes, l’ancien ministre du commerce sous le gouvernement E considère que le gouvernement de Nejla Bouden est appelé à dévoiler un document d’orientation des choix économiques et des visions de développement de la Tunisie au des années à venir.

Ce document devrait porter sur des réformes économiques, des politiques sectorielles, outre la réhabilitation des systèmes de production et le développement d’un climat d’affaires à même de booster l’investissement et les exportations, en plus des réformes des finances publiques, notamment le volet fiscal, la subvention et les entreprises publiques.

Ces réformes devront être accompagnées d’un calendrier et d’une étude de leurs coûts économiques et sociaux tout en mettant l’accent sur le volet social en donnant une priorité absolue à l’accompagnement des familles nécessiteuses et à la préservation de leur pouvoir d’achat.

  • Pour Boudriga, la solution n’est pas chez Bouden, mais entre les mains de Saïed

De son côté, le chef du Cercle des financiers tunisiens, Abdelkader Boudriga, a souligné que « cette crise structurelle, devra être résolue sur le long terme ».Il a souligné la nécessité d’appeler à un dialogue national sur le schéma de développement et le nouveau système économique en Tunisie et de restaurer la confiance des citoyens, des hommes d’affaires et des investisseurs et la confiance envers l’Etat.Pour y parvenir, la prise d’une décision politique est nécessaire afin de pouvoir engager des négociations avec les partenaires de la Tunisie.

Pour Boudriga, seul le Président de la République a le pouvoir de prendre le risque, d’annoncer des décisions audacieuses et de déterminer les orientations, et non pas la cheffe du Gouvernement.

Il a souligné que les négociations de la Tunisie avec le FMI sont, aujourd’hui, très en retard faisant savoir que si ces négociations avaient été lancées avant deux mois, on pourrait parler d’une solution technique.Mais on a atteint actuellement une phase ou la solution ne peut être que politique.

« Trouver une solution à un problème immédiat; à savoir la clôture du budget, peut être possible, mais il est nécessaire de réfléchir aux transformations économiques de la même manière qu’aux transformations politiques », a-t-il encore analysé.

  • Se positionner en concurrent de la Chine, pour l’Europe

Évoquant la relation de la Tunisie avec les grands groupes géopolitiques mondiaux, le président du Cercle a souligné que le pays a une grande relation avec l’espace européen qui ne peut pas être négligé, étant donné que 70 ou 80 % des produits tunisiens sont exportés vers ce marché.

Et d’ajouter : « Nous devons annoncer notre incapacité d’entrer en concurrence avec la Chine et l’Inde car nous ne nous pouvons pas exporter les produits tunisiens vers ces deux pays mais au contraire on peut assurer des exportations vers l’Europe et l’Afrique ».

Dans cette conjoncture, il est préférable d’assurer le retour au travail et de clarifier les choix économiques : le nouveau modèle économique, les grandes transformations que la Tunisie aspire à réaliser dans les domaines socio-économiques et politiques, souligne l’expert. Et de poursuivre que la Tunisie peut négocier avec le FMI, si elle dispose d’un programme clair qui donne un aperçu sur les grandes transformations qu’elle œuvre à réaliser au cours des prochaines années.

- Publicité-

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

108,654FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
5,018SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -