Tags Posts tagged with "Note souveraine"

Note souveraine

par -

Sale temps pour l’économie sud-africaine, pourtant la première du continent depuis l’an dernier (elle a détrôné le Nigeria). Après la dégradation de la note souveraine, de Baa2 à Baa3 avec perspective négative, par Fitch et Standard and Poor’s il y a quelques semaines, l’agence Moody’s a donné le coup de grâce vendredi 09 juin 2017, dans la soirée, rapporte l’Agence Ecofin. Moody’s, qui a été aussi sévère que ses consoeurs, explique sa décision par de sombres perspectives de croissance suite à une récession de deux trimestres, un climat politique nauséabond alimenté par des accusations de corruption jusque dans les cercles proches de la présidence de la République, l’éviction surprise du ministre des Finances, Pravin Gordhan, chevalier blanc de la gestion rationnelle des deniers publics et de la bonne gouvernance…
Le chômage massif, 27% de la population active, est la preuve que quelque chose ne tourne pas rond au pays de l’icône mondiale Nelson Mandela. Face à ce fléau le département du Trésor tente de faire bonne figure en déclarant qu’il est «déterminé à rétablir la confiance des investisseurs et des consommateurs», mais on ne voit pas comment à moins d’inflexions politiques et économiques majeures. Et pour le moment l’Afrique du Sud n’en prend pas le chemin…

par -
L’agence de notation Fitch Ratings a confirmé les notes de défaut

«BB-  et perspectives négatives”. C’est la notation de la Tunisie, telle que confirmée dans un communiqué publié vendredi 26 aout par l’agence de notation Fitch Ratings. Il s’agissait des notes de défaut émetteur à long terme en devises étrangères de la Tunisie  et des notes d’émission d’obligations non adossées à des devises étrangères, qui sont également confirmées à ‘BB-‘.

Fitch Ratings explique cette notation par «la faible croissance économique et les risques sécuritaires qui restent élevés et qui ont entrainé une régression du secteur du tourisme, une des principales sources d’entrée de devises pour le pays ». Il y a aussi «les conflits politiques au sein du parti Nidaa Tounes qui ont affaibli la capacité du gouvernement à adopter les réformes économiques par le Parlement, ce qui a amené le président de la République à appeler à la formation d’un gouvernement d’union nationale”. Par ailleurs, l’agence de notation a estimé la croissance du PIB de la Tunisie pour 2016 à 1,2% en 2016 contre 4,5% en 2010.

INTERVIEW

«La politique africaine ne peut se développer uniquement avec les visites, sporadiques et de courte durée ou seulement à travers le seul ministre des...

AFRIQUE

Les États-Unis et le Togo seront co-organisateurs du Forum de la loi sur la croissance et les possibilités économiques en Afrique – Africa Growth...

Reseaux Sociaux