Tags Posts tagged with "Ouganda"

Ouganda

par -
La réponse de la communauté internationale en Ouganda oublie actuellement les réfugiés et doit impérativement se recentrer sur l’approvisionnement en denrées vitales telles que la nourriture et l’eau afin de prévenir une urgence médicale, a annoncé aujourd’hui l’organisation humanitaire médicale internationale Médecins Sans Frontières (MSF) en marge du sommet international sur les réfugiés.

Les gouvernements et organisations internationales se réunissent à Kampala ces 22 et 23 juin pour lever des fonds dans le but de soutenir l’aide apportée aux réfugiés en Ouganda. Le pays accueille actuellement 950 562 réfugiés et reçoit environ 2000 nouveaux arrivants chaque jour, dont la grande majorité fuit la violence au Soudan du Sud. L’Ouganda est un pays pilote pour le Cadre d’action global pour les réfugiés («Comprehensive Refugee Response Framework », ou « CRRF »), dirigé par le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR), qui vise à améliorer la situation des réfugiés et des communautés d’accueil en renforçant leur autosuffisance tout en optimisant la coopération entre le HCR, les gouvernements, les ONG et autres acteurs.

Le manque de ressources, conjugué à de mauvaises conditions d’assainissement de l’eau et à une pénurie de rations alimentaires, pourrait à court terme transformer la situation en une urgence médicale. À Palorinya, 80% de la population dépend à 100% de l’eau traitée par MSF, insoutenable pour l’organisation. « Actuellement, les besoins les plus basiques des réfugiés ne sont pas comblés », explique Tara Newell, directrice des opérations de MSF en Ouganda. « Même si nous pompons et traitons des quantités records d’eau à Palorinya, c’est à peine suffisant pour pallier les besoins la population. La majorité des réfugiés qui vivent dans des camps sans réserve d’eau et qui dépendent d’une poignée de forages et de camions citernes reçoivent sept litres par personne par jour. L’accès à l’eau dans ces camps dépend d’un approvisionnement par camion, un système extrêmement coûteux souvent enraillé par de mauvaises conditions routières. Sans solution à plus long terme et plus rentable, la capacité des populations à faire face à la situation et à préserver leur santé se détériorera », déclare Newell.

Suite à une réduction de 50% des rations alimentaires mensuelles distribuées par le Programme alimentaire mondial (PAM), le nombre de personnes malnutries dans les structures d’accueil est également une préoccupation majeure. MSF  observe des réfugiés s’inscrivant dans de multiples camps par espoir d’obtenir plus de rations alimentaires et d’eau, et constate des distributions de produits de première nécessité mal coordonnées ou incomplètes dans ces mêmes camps. Les réfugiés ont déclaré l’insécurité alimentaire comme leur préoccupation majeure et se sont même pour certains résignés à retourner au Soudan du Sud. “Je préfère être abattu au Sud-Soudan que mourir de faim en Ouganda”, déclarait un réfugié au personnel de MSF. Les équipes ont également entendu de nombreuses histoires de réfugiés retournés au Soudan du Sud en raison d’un manque de nourriture en Ouganda, pour y être finalement tués. «Les réfugiés sont placés dans une position inimaginable – fuir sans nourriture et sans eau, ou risquer leur vie dans un conflit juste pour pouvoir manger», explique le docteur Leon Salumu, responsable de programme chez MSF.

Actuellement, un niveau d’activité proportionnel au nombre croissant de réfugiés s’avère impossible et le gouvernement ougandais apparait de plus en plus fébrile. Certains réfugiés ont été déplacés vers des sites dénués de sources d’eau et de terres cultivables, telle que la région d’Ofua à l’ouest du camp de Rhino. Un meilleur agencement du site, pour maximiser l’accès aux services d’assainissement de l’eau et aux soins de santé, est nécessaire pour assurer une réponse adéquate aux besoins fondamentaux des réfugiés.

Les activités médicales ont par ailleurs été compliquées par la longue durée des procédures régulières d’importation de fournitures. À titre d’exemple, durant deux mois de l’année en cours, MSF n’a pas été en mesure de permettre des accouchements sécurisés, ni de traiter les maladies des yeux et de la peau, deux causes de mort communes dans les différents camps, en raison des exigences bureaucratiques longues pour importer des fournitures médicales. MSF demande au gouvernement ougandais d’accélérer les demandes d’importation en attente ainsi que les importations de kits de santé d’urgence et de fournitures à même de faciliter l’apport d’une réponse médicale d’urgence.

L’Ouganda compte désormais le plus grand nombre de réfugiés en Afrique, accueillant plus de trois fois le nombre de personnes arrivées par la mer en Europe au cours de l’année 2016. De nombreux pays ont honteusement introduit des politiques de migration restrictives et cherché à limiter l’arrivée de réfugiés à leurs frontières, formulant des promesses à défaut de soutenir les réfugiés au plus près de leur pays d’origine. De surcroit, ils n’ont pas respecté ces promesses – la réponse des réfugiés en Ouganda étant financée à seulement 17% des fonds annoncés. « La communauté internationale n’a pas contribué à résoudre le conflit au Soudan du Sud et ne propose pas actuellement une aide adéquate aux réfugiés Sud Soudanais dans la région », déclare le Dr Salumu. « La communauté internationale doit remplir ses obligations et repenser les moyens de fournir des services aux réfugiés répartis dans de vastes zones géographiques ».

par -

« Ils te massacrent, que tu sois un homme, une femme ou un enfant. J’ai perdu tous mes frères et le reste de ma famille. La vie ici est difficile. Si tu es seule, sans un homme, personne ne t’aide ». Maria* est l’une des centaines de milliers de réfugiés qui ont fui vers le nord de l’Ouganda depuis juillet 2016, suite à de nouveaux combats au Soudan du Sud. Plus de 630 000 réfugiés ont traversé la frontière depuis, et des milliers de personnes continuent d’arriver chaque semaine. Au total, ce sont plus de 900 000 sud-soudanais, réfugiés ou demandeurs d’asile, qui se trouvent dans le pays. L’Ouganda est désormais le pays qui accueille le plus grand nombre de réfugiés en Afrique – un nombre supérieur à l’ensemble des réfugiés accueillis en Europe en 2016.

Bien que les réfugiés soient en relative bonne santé à leur arrivée, beaucoup d’entre eux relatent des épisodes de violence extrême dans leur lieu d’origine ou au cours de leur voyage. L’ampleur de l’afflux de réfugiés a également mis à rude épreuve la politique d’ouverture en matière de réfugiés de l’Ouganda,  dépassant les capacités d’accueil et de réponse du gouvernement.

« Malgré une importante mobilisation, la réponse d’urgence est encore loin d’être suffisante, et de nombreuses personnes n’ont pas d’accès satisfaisant à l’eau, à la nourriture et à un abri », explique Jean-Luc Anglade, chef de mission de MSF en Ouganda. De nombreux réfugiés, arrivés récemment, sont obligés de dormir sous les arbres, tandis que les délais dans les distributions de nourriture et le manque d’eau potable ont même poussé certains réfugiés à repartir au Soudan du Sud. Par ailleurs, plus de 85% des nouveaux arrivants sont des femmes et des enfants, mais malgré les récits fréquents de violences sexuelles au Soudan du Sud, il y a très peu d’organisations qui répondent à leurs besoins spécifiques en termes de protection.

« Le flux de réfugiés ne semble pas s’arrêter, et il faudra une mobilisation constante et de longue haleine pour fournir de l’aide à ces personnes ces prochains mois, voire ces prochaines années », poursuit Jean-Luc Anglade.

En plus des projets qu’elle mène au Soudan du Sud, MSF répond à la crise humanitaire en Ouganda depuis juillet 2016, avec des activités médicales et d’accès à l’eau potable et à l’hygiène. MSF travaille actuellement dans quatre camps de réfugiés dans le nord-ouest du pays (Bidi Bidi, Imvepi, Palorinya et Rhino), en fournissant des consultations médicales, des soins hospitaliers – y compris avec une maternité -, la prise en charge de la malnutrition infantile, des activités de surveillance sanitaire par des travailleurs de la santé, et l’amélioration de l’accès à l’eau potable et des conditions d’hygiène. MSF a également répondu ponctuellement à un afflux de réfugiés à Lamwo, à la frontière du Soudan du Sud, après une attaque à Pajok, dans l’Equatoria de l’Est, et a depuis transféré ses activités à d’autres organisations.

L’accès à l’eau potable est l’un des principaux défis dans les camps de réfugiés, et MSF continue de développer ses activités dans ce domaine. Dans le camp de Palorinya, MSF produit une moyenne de 2 millions de litres d’eau potable par jour à partir du Nil, à destination d’une population de 100 000 personnes. Au mois d’avril, MSF a produit 52 519 000 litres d’eau potable.

“C’est une suite sans fin de défis, explique Casey O’Connor, coordinateur des activités de MSF à Palorinya. Nous traitons des millions de litres d’eau par jour, mais il faut ensuite les acheminer par camion dans les réservoirs des camps, qui mesurent entre 150 et 250 kilomètres carrés. Quand il pleut, de nombreuses routes deviennent impraticables. Ceci prive des dizaines de milliers de personnes d’eau pendant des jours. Or pendant les saisons des pluies, si les gens n’ont pas accès à l’eau potable, ils vont utiliser des eaux stagnantes, potentiellement contaminées. Ceci peut rapidement conduire à la détérioration de l’état de santé de toute une population – d’une situation relativement sous contrôle à une épidémie en l’espace de quelques jours ».

Au-delà de la réponse à l’afflux de réfugiés sud-soudanais, MSF mène des activités régulières en Ouganda, en fournissant des soins de santé sexuelle et reproductive pour les adolescents à Kasese, en offrant un accès au dépistage et au traitement du VIH / SIDA aux communautés de pêcheurs autour des lacs George et Edouard, et en renforçant l’offre de tests de la charge virale du VIH dans l’hôpital régional d’Arua.

par -

Une trentaine de personnes sont décédées dans le naufrage de leur bateau, dimanche 25 décembre dans l’ouest de l’Ouganda. Il s’agit des membres d’une équipe de footballeurs et leurs supporters, rapporte le site « 24matins.fr ».

Cité par le Parisien, le commandant de la police locale explique qu’«il y avait une fête sur le bateau, les passagers dansaient et certains étaient soûls. Le bateau était surchargé, avec 45 personnes à bord, tous des membres de l’équipe de football et des supporteurs locaux », a précisé la même source.

par -
Israel's Prime Minister Benjamin Netanyahu speaks at the weekly cabinet meeting in Jerusalem May 7, 2012. Netanyahu said on Monday he wants Israel's coming general election to be held on September 4, more than a year ahead of schedule. REUTERS/Gali Tibbon/Pool (JERUSALEM - Tags: POLITICS ELECTIONS HEADSHOT)

Ce n’est certainement pas un hasard si le Premier ministre israélien a choisi l’Ouganda pour débuter son périple africain. Le 4 juillet 2016 marquait en effet le quarantième anniversaire du raid israélien contre les preneurs d’otages du vol 139 d’Air France. Un raid au cours duquel son propre frère, Yonatan Netanyahou, a trouvé la mort, rapporte ce mardi 5 juillet 2016 Jeune Afrique.

C’est donc à l’emplacement du drame, devant la tour de contrôle où s’est déroulé l’assaut, et à proximité de l’avion qui avait permis au commando israélien de débarquer sur le tarmac, que Benyamin Netanyahu a prononcé son discours. « C’est un jour très émouvant pour moi. Ce qu’il s’est passé il y a quarante ans a changé le cours de ma propre vie », a-t-il affirmé, visiblement très touché.

Mais très vite les intérêts diplomatiques ont repris le dessus, et, assimilant la prise d’otage de 1976 et les attentats palestiniens en Israël avec ceux revendiqués par l’État islamique à Paris, Bruxelles, ou Nairobi, il est revenu sur la nécessité commune de lutter « contre le terrorisme et ses sponsors », a ajouté la même source.

INTERVIEW

«La politique africaine ne peut se développer uniquement avec les visites, sporadiques et de courte durée ou seulement à travers le seul ministre des...

AFRIQUE

Reseaux Sociaux