Tags Posts tagged with "répression"

répression

par -

Le manuel de procédure des affaires de stupéfiants au Bénin est un recueil de bonnes pratiques en matière de répression des infractions liées aux stupéfiants au Bénin. Ce document qui a bénéficié de l’appui technique et financier de l’Ambassade des Etats-Unis d’Amérique a été rédigé par des professionnels béninois magistrats et officiers de police judiciaire pétris d’expérience en la matière. L’objectif ultime est d’harmoniser les pratiques des professionnels de la répression à l’échelle nationale.

Lors d’une cérémonie de reconnaissance des efforts des membres du comité de rédaction du manuel organisée par l’Ambassade des Etats-Unis, le Ministre de la Justice Joseph Djogbénou, après les avoir félicité pour leur dévouement à cette tâche, a rappelé que le manuel est « un instrument qui fixe le cadre des étapes de la répression » en matière de stupéfiants au Bénin. En encourageant l’Ambassade des Etats-Unis à aller au-delà de cet appui, il a indiqué que « le législateur s’adaptera à la répression » afin d’assurer que la lutte soit dynamique.

L’Ambassadeur des Etats-Unis près le Bénin Lucy Tamlyn a indiqué que « le gouvernement des Etats-Unis d’Amérique est disposé à soutenir l’état de droit et la sécurité régionale en adhérant à la procédure pénale sur les dossiers de drogue ayant des implications transnationales. »

Depuis la conception du projet de manuel en 2014 jusqu’à ce jour, plus d’une vingtaine de programmes ont été organisés par l’Ambassade et plus de 1.200 professionnels de la chaîne pénale ont été formés sur le contenu du manuel au Bénin. En effet, après la remise officielle du document au Ministre de la Justice en Mars 2016, six ateliers de vulgarisation ont été organisés dans toutes les juridictions du pays au profit des acteurs de la chaîne pénale tels que les magistrats et officiers de police judiciaire policiers et gendarmes. Au cours de cette année, d’autres séries de vulgarisation ont eu lieu au profit des unités stratégiques telles l’Unité Mixte de Contrôle des Conteneurs au Port de Cotonou (UMCC), la Brigade Port Douanes, la Compagnie de Gendarmerie du Port, et près de 1000 stagiaires fonctionnaires de police.

A travers des explications claires, des cas pratiques, des faits réels mettant en exergue les erreurs subtiles à éviter dans les procédures, et des bonnes pratiques partagées par les membres du comité de rédaction du manuel, les officiers et magistrats sortent mieux informés et satisfaits des sessions de vulgarisation et plus à même de lutter contre le fléau que représentent les stupéfiants.

D’autres sessions de vulgarisation auront prochainement lieu dans diverses unités spécifiques et des tribunaux de première instance du pays. Aussi, des réflexions seront menées en vue d’intégrer les notions développées dans le manuel dans les curricula des écoles nationales de la police, la gendarmerie et la magistrature. Sont ainsi présentés les grands axes autour desquels tourneront les activités subséquentes liées au manuel de procédure des affaires de stupéfiants au Bénin.

par -
Le Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme Zeid Ra’ad Al Hussein a déclaré ce vendredi que l’ouverture d’une enquête internationale sur les violations odieuses des droits de l’homme et atteintes à ces droits dans la région du Kasaï en République démocratique du Congo envoie aux auteurs présumés le message que la communauté internationale a fermement l’intention de les traduire en justice.

La résolution, adoptée à l’unanimité au Conseil des droits de l’homme des Nations Unies, appelle le Haut-Commissaire à nommer une équipe d’experts internationaux pour enquêter «sur les violations du droit international humanitaire et les violations des droits de l’homme et atteintes à ces droits commises dans la région du Kasaï.» Depuis 2016, environ 1,3 million de personnes originaires de la région du Kasaï ont été déplacées par les violences, et 30 000 se sont réfugiées en Angola.

«Nous soutenons pleinement l’établissement d’une commission d’enquête internationale et la considérons comme un pas de plus vers l’identification et la poursuite des auteurs de graves violations des droits de l’homme, a déclaré le Haut-Commissaire Zeid.

Je présenterai un rapport complet avec les conclusions de l’équipe au Conseil des droits de l’homme. Cette équipe mènera son enquête de manière entièrement  indépendante, dans le respect des normes internationales et conformément au mandat qui lui a été conféré par le Conseil. La résolution réitère clairement l’importance d’assurer la protection de toutes les personnes qui collaborent avec l’équipe, ce qui souligne la nécessité que le groupe d’experts opère en totale indépendance. Nous comptons sur la pleine coopération des autorités, en particulier pour nous octroyer un accès illimité à tous les sites, dossiers, individus et lieux concernés.»

«Les victimes – qu’elles aient été tuées, mutilées, soumises à des violences indescriptibles ou forcées de quitter leur maison – méritent qu’on leur rende justice.»

Le Haut-Commissaire a ajouté que ses services continueront  à observer la situation des droits de l’homme, à établir des rapports et à apporter une assistance technique aux autorités de la République démocratique du Congo.

La résolution demande au Haut- Commissaire de faire une mise à jour orale au Conseil à sa session de mars 2018, suivie d’un rapport détaillé en juin 2018.

par -

C’est sans aucun doute l’un des virages les plus délicats à négocier pour l’exécutif tunisien. C’est à travers la gestion de la crise à Tataouine, plus même que tous les autres défis du moment, que le chef de l’Etat, Béji Caïd Essebsi et celui du gouvernement, Youssef Chahed, gagneront leurs gallons de patrons de l’exécutif. Ou les perdront. Définitivement. Au-delà de la crispation sociale dans une région, c’est l’avenir de tout un pays qui se joue là, sous nos yeux. L’heure est grave, et là pour le coup ce n’est pas un artifice langagier, elle l’est vraiment. De ce qu’on a entendu, pour le moment, la situation est inextricable. Elle a même tendance à empirer, avec le décès d’un manifestant survenu ce matin du lundi 22 mai 2017, dans des circonstances floues pour le moment. Le ministre de l’Emploi, Imed Hammami, lui parle d’une bousculade qui aurait été fatale à Anouar Sekrafi, piétiné par la foule qui cherchait à échapper à l’épais nuage de gaz lacrymogène lâché par les forces de l’ordre. Alors que c’est un tout autre son de cloche à Jawhara FM, qui évoque la main, involontaire, des forces de l’ordre, ou plus précisément un de leurs véhicules qui aurait écrasé le malheureux. Même conclusion du site d’informations jeuneafrique.com. Ce qu’on sait pour le moment c’est que les résultats de l’autopsie n’ont toujours pas été dévoilés, épaississant davantage le mystère autour de cette tragédie…

Après le tour de vis décrété par le président de la République, le 10 mai 2017, excédé par les mouvements de protestation qui bloquent les sites de production depuis le départ de Ben Ali, il fallait s’attendre à ce que la tension atteigne son paroxysme. Un incident de ce type était inévitable, car on était sûr que les manifestants allaient, d’une manière ou d’une autre, tester les limites de cette réorientation majeure depuis la révolution. Tournant décisif, prise de conscience, retour de l’Etat de droit, application pleine et entière de la loi… Vous l’appelez comme vous le voulez, une chose est sûre : Les événements de Tataouine vont dicter le tempo de la direction du pays. Pour les chefs de l’exécutif – BCE et Chahed -, ça passe ou ça casse.

L’ordre a un prix, très lourd

Depuis cette fameuse journée du 14 janvier 2011, les institutions ont été jaugées, sous toutes les coutures, par une jeunesse en colère, souvent à juste titre, mais rarement avec la justesse qu’il faut, confondant souvent liberté et anarchie, droit et droit absolu, revendications légitimes et désidératas à satisfaire immédiatement. L’autorité de l’Etat est sans cesse bousculée, piétinée, bafouée ces dernières années. Patiemment, pendant trop longtemps peut-être, les responsables ont laissé faire, préférant s’accommoder de ce qui tout de même tue l’économie à petit feu et donne une piètre image de la Tunisie. Alors qu’à côté, au Maroc par exemple, ce sont des environnements sans aucun nuage que les autorités offrent aux investisseurs, qui ne se font pas prier pour rappliquer.

Pourtant les gouvernements, toux ceux qui se sont succédé depuis le départ précipité du dictateur, n’ont pas manqué de générosité face à une jeune intraitable, aux yeux de laquelle rien ne trouve grâce. Il y a quelques jours, à Kamour, ce sont des milliers d’emplois qui ont été lâchés pour acheter la paix sociale. En vain, manifestement. Avant cela il y a eu les concessions faites aux sit-inneurs du champ pétrolier Sidi El Kilani, à Mahdia ou celles de la compagnie pétrolière franco-britannique Perenco à El Golâa, à Kébili, etc. Ce qu’on veut dire par là c’est que l’Etat à chaque fois, après avoir épuisé toutes les voies de la raison en invitant les jeunes à patienter, a cédé, presque systématiquement, repoussant toujours au lendemain les décisions difficiles, lourdes de conséquence, il faut le reconnaitre. Avec les incidents de ce lundi les autorités, dos au mur, ont enfin réagi, durement, à la mesure du péril qui guette le pays, en plus des autres batailles à mener (terrorisme, contrebande, corruption, incivilités, pollution environnementale, bataille de la croissance économique, de la relance…). Le président de la République et le chef du gouvernement ont fait un grand pas vers le retour de la prévalence de la loi et de l’ordre. La pression populaire à Tatouine et ailleurs sera forte, elle l’est déjà, on verra si le nouvel édifice ébruité et vendu un peu partout après la sortie de Essebsi tiendra…

par -

Les choses tournent mal en Ethiopie, qui il y a quelques mois faisait les gros titres pour son taux de croissance à deux chiffres. Les autorités font face à un puissant mouvement d’insurrection qu’elles tentent de contenir, par tous les moyens. D’après une enquête du gouvernement sur l’état d’urgence en Ethiopie, plus de 11.000 personnes ont été placées derrière les barreaux depuis que l’état d’urgence est entré en vigueur, il y a un peu plus d’un mois, rapporte BBC Afrique.
Le gouvernement a également reconnu que des centaines de détenus sont décédés en prison depuis novembre, date du déclenchement de la répression féroce contre les deux plus grandes ethnies du pays, Oromo et Amhara, qui se sont soulevées pour exiger plus de droits politiques et un meilleur partage des richesses du pays.

A noter que c’est la première fois que le gouvernement fait la lumière sur les arrestations massives depuis le début de l’état d’urgence.
Ces arrestations ont été menées suite à diverses infractions, parfois collées artificiellement aux manifestants. Les accusations vont de meurtre, à incendie volontaire, en passant par détention illégale d’armes, incitation à la violence et complicité avec des groupes terroristes.
Fait très troublant : Aucun des prévenus n’a encore été officiellement déféré devant la justice. Le gouvernement, pour sa défense face au tolet provoqué par la main de fer, argue que la plupart des délinquants mineurs ont été libérés.
Les autorités donnent des gages en promettant de publier les noms des personnes encore en détention, mais ça ne suffira pas pour faire baisser la tension…

Les organisations de défense des Droits de l’Homme soutiennent que plus de cinq cents personnes ont trouvé la mort depuis novembre 2015 dans des manifestations qui sont nées de litiges fonciers, pour se muer très rapidement en revendications politiques et économiques.
Le ministère du Tourisme a fait ses comptes : L’instabilité sociale fera perdre à l’économie du pays 400 millions de dollars en 2016. Les touristes boudent l’Ethiopie, et on ne voit pas le bout de cette affaire…

par -

Pas de pause dans les violences en Ethiopie. Les jeudi 06 et vendredi 07 octobre, dans la région oromo, au centre et à l’ouest du pays, les manifestants s’en sont pris à des complexes touristiques et des usines, qu’ils ont brûlés en signe de protestation contre le gouvernement et les intérêts étrangers.

« Le Lodge est complétement détruit, incendié à 100% », a confié à l’AFP une employée de l’hôtel Bishangari Lodge, niché sur les rives du lac Langano, au sud d’Addis Abeba, un des hauts lieux du tourisme dans la région oromo, très fréquenté aussi par la classe aisée de la capitale.

Au moins onze entreprises, parmi lesquelles des usines de textile et de plastique, sont parties en fumée dernièrement ; une soixantaine de véhicules ont subi le même sort dans la seule zone industrielle de Sebeta, à l’ouest d’Addis, d’après la radio gouvernementale Fana, qui impute ces actes à des « forces belliqueuses ».

Mardi dernier, une ferme fruitière néerlandaise, AfricaJuice, avait également été mise à sac dans la vallée de l’Awash, au sud-est du pays.

« Nous avons manifesté pacifiquement pendant près d’un an, sans résultat. Les tueries ont continué et avec ce qui s’est passé au festival Ireecha, les gens sont furieux », a déclaré Barnabas, un jeune manifestant oromo contacté au téléphone par l’AFP dans la ville de Holeta, aux abords de la capitale.

Rappelons que ces accès de violence font suite eu décès de plus de 50 personnes dans une bousculade causée par des tirs de gaz lacrymogène de la part des forces de l’ordre, dimanche 02 octobre 2016 au cours du festival religieux oromo Ireecha à Bishoftu, à environ 50 km au sud-est d’Addis Abeba.

« Ces compagnies prennent la terre des paysans sans compensations suffisantes. Il est très difficile d’obtenir un travail dans ces entreprises. Seul un petit groupe de personnes en bénéficient. Nous n’en tirons aucun bénéfice », a ajouté Barnabas en guise de justification des assauts contre les entreprises étrangères.

Une instabilité qui menace la belle santé économique

« L’Éthiopie a reçu beaucoup d’attention des investisseurs au cours des deux dernières années sur la base de sa réputation de pays stable et sûr », a confié à l’AFP Tom Berry, directeur régional pour l’Afrique de l’Est pour le groupe de gestion de risque S-RM Intelligence & Risk Consulting Ltd.
Mais « les investisseurs deviennent de plus en plus conscients du besoin de prendre en compte les risques dans leur approche », a-t-il ajouté, avant de lâcher : « Nous pensons que l’incertitude va se poursuivre de manière significative au cours des prochains mois ».

Le secteur du tourisme a été durement frappé par les violences nées du puissant mouvement de contestation anti-gouvernementale, qui a réellement débuté dans la région oromo au mois de novembre 2015, avant de contaminer cet été la région amhara (nord). La réplique des autorités a été sanglante : plusieurs centaines de manifestants abattus.
« Si je regarde les réservations d’octobre et novembre, tout devait être plein, nous allions avoir une saison fantastique », a déclaré à l’AFP Nick Crane, propriétaire d’un lodge dans les montagnes Simien, au nord du pays, en région amhara. « Mais maintenant, nous n’avons que 4 ou 5 personnes par jour, c’est un désastre total », a-t-il déploré, affirmant que l’existence même de son lodge est menacée depuis septembre dernier.

par -

Preuve que la situation dégénère en République démocratique du Congo, sans aucune solution en vue, le département d’État américain a appelé les familles du personnel diplomatique des USA à quitter le pays par mesure de précaution.

Depuis la répression féroce de la manifestation de l’opposition dans la capitale, Kinshasa (49 morts selon l’ONU), et les heurts sanglants entre civils et militaires à Kananga, dans le centre du pays (des dizaines de victimes également), la RDC semble prise dans un cycle de violences sans fin. Le département d’État américain, qui estime que « le risque de troubles civils est élevé à Kinshasa et dans d’autres grandes villes » du pays, ne veut pas exposer ses ressortissants à un tel danger.

Cette mesure fait suite à un tour de vis mercredi dernier, avec la décision du Trésor américain de geler d’éventuels avoirs de deux généraux de l’armée et de la police de la RDC pour leur implication dans la répression des « libertés et droits politiques du peuple congolais » et pour les obstacles qu’ils sèment dans le processus démocratique, notamment le fait que le pouvoir en place s’entête à ne pas organiser les élections présidentielle et qu’il nourrisse le projet, d’après les opposants, de faire du chef de l’Etat, Joseph Kabila, en place depuis 2001, son candidat alors que la Constitution le lui interdit formellement.

Avant les États-Unis, le ministre des Affaires étrangères français, Jean-Marc Ayrault, avait tiré la sonnette d’alarme en parlant d’une RDC « au bord de la guerre civile ». Cette sortie n’avait pas du tout plu à Kinshasa. Le porte-parole du gouvernement congolais, Lambert Mende, avait vertement réagi en taclant sévèrement la France : « Nous ne sommes ni le Soudan du Sud ni La Libye. Avec Lumumba, nous avons déjà payé le prix de l’ingérence. Il y a quelque chose qui se trame contre ce pays ». L’exécutif congolais, en réagissant de la sorte, se coupe de plus en plus de la communauté internationale…

par -

Les autorités congolaises sont dans le collimateur de l’ONU, suite à la répression sanglante d’une manifestation de l’opposition qui a fait des dizaines de morts dernièrement. La haute commissaire adjointe aux droits de l’homme à l’ONU, Kate Gilmore, a demandé hier mardi 27 septembre l’ouverture d’une enquête pour situer les responsabilités dans les violences qui ont émaillé les manifestations en République démocratique du Congo. « Une enquête indépendante, transparente et crédible est nécessaire pour traduire en justice les auteurs et les instigateurs des violences », a-t-elle précisé lors d’une réunion à Genève.

Un vrai carnage

Les 19 et 20 septembre derniers, une manifestation des opposants du président Joseph Kabila avait été sévèrement réprimée par les forces de l’ordre. 32 personnes avait été tuées à Kinshasa d’après la police, 50 à 100 selon l’opposition. Les choses avaient dégénéré suite à une marche de l’opposition dans la capitale pour dénoncer le fait que Kabila traine des pieds pour organiser l’élection présidentielle. Les opposants avaient réclamé son départ au plus tard le 20 décembre 2016.
D’après Mme Gilmore, les heurts ont causé la mort de 49 civils et 127 blessés, des drames provoqués « semble-t-il par la Garde républicaine, l’armée et la police ». Quatre policiers avaient également trouvé la mort, selon l’ONU.

Le pays tangue depuis la réélection houleuse de Joseph Kabila en 2011, après un scrutin émaillé par des fraudes massives. Depuis les opposants de Kabila le harcèlent, le soupçonnant de tout faire pour se cramponner au pouvoir, et même de nourrir le projet de piétiner la Constitution qui lui interdit formellement de briguer un autre mandat, limitation oblige. Ce qui conforte l’opposition dans cette idée, c’est que que le pouvoir n’a fixé aucun calendrier pour la prochaine présidentielle ; quant au dialogue national pour ramener le calme dans le pays, il n’a pas avancé d’un iota…

Le gouvernement argumente, très mollement et inquiète…

Face à la bronca de l’opposition, le moins qu’on puisse dire est que le pouvoir se défend très mollement, et surtout n’émet aucun signal rassurant. « Je peux vous confirmer qu’il n’est pas question de violer la Constitution », a argué hier mardi Alexis Thambwe Mwamba, le ministre congolais de la Justice et des droits humains, devant le Conseil des droits de l’Homme de l’ONU à Genève. « L’élection sera organisée », a-t-il poursuivi, et la date sera déterminée en partenariat avec « les organismes internationaux, dont les Nations unies ». Point barre. Aucune estimation sur la date probable de ce scrutin.
Pour Mme Gimore, les choses sont claires : « Une crise à grande échelle couve ». Elle a appelé tous les acteurs à faire « preuve de volonté politique » pour éviter que le pays sombre dans le chaos. Pour le moment elle prêche dans le désert…

par -

Depuis la destitution du président islamiste Mohamed Morsi, c’est tour de vis sur les libertés publiques au menu en Egypte. L’armée a repris les commandes, et sévèrement. Depuis le 1er janvier 2015, on a dénombré 876 cas de disparitions forcées, contre 36 pour 2013-2014, quand Abdel Fattah al-Sissi a commencé à verrouiller le pouvoir.

Globalement, 912 familles déplorent la disparition d’un ou plusieurs de leurs membres : des pro-Frères musulmans, des activistes, des adolescents… Tout y passe. Alors le Centre égyptien pour les droits et les libertés (« Egyptian center for rights and freedoms, ECRF ») s’est organisé et a lancé l’application I Protect, sur le même modèle que le Panic Button mis à disposition par Amnesty International en 2012. Cette appli mobile est disponible sur le Google store (sous le nom d’ECRF) depuis le 30 août pour tous les téléphones équipés d’Android.

L’ingénieur de 22 ans qui a conçu le logiciel dit ceci :

« Après avoir téléchargé l’application, l’utilisateur définit un mot de passe à quatre chiffres et enregistre les numéros de téléphone de trois proches.

En cas d’arrestation, d’enlèvement ou de toute intervention intempestive des forces de l’ordre, la personne aura simplement à entrer son mot de passe et appuyer sur un bouton pour lancer l’alerte.

Un message pré-enregistré est alors envoyé à chacun des trois contacts, ainsi qu’un e-mail à l’ECRF, qui contient également la localisation de l’endroit où l’appel à l’aide a été lancé ».

Les numéros de téléphone enregistrés sont secrets et I Protect peut se planquer derrière une calculatrice.

À ECRF, les premiers messages sont déjà tombés : Une quinzaine en quelques jours, dit-on. Mohamed Lotfy, directeur de l’organisation, précise que pour le moment ce sont des tests. « On commence toujours par appeler l’émetteur de l’alerte et ainsi vérifier s’il existe un réel danger pour celui-ci. S’il ne répond pas, on appelle alors les contacts enregistrés. Après avoir fait le point sur ce qui a pu se passer, et s’il s’avère que l’enlèvement est en lien avec les libertés fondamentales que nous défendons, alors nous interviendrons », a-t-il indiqué.

par -

Amnesty International a fait le bilan de la répression féroce des manifestations dans les régions Oromia (centre et ouest) et Amhara (nord) en Ethiopie, et il est sanglant. L’ONG parle de 100 personnes abattues par les forces de l’ordre le week-end dernier. Les autorités éthiopiennes sont, malheureusement, coutumières des faits puisqu’en novembre 2015, elles avaient fait un carnage en réprimant des manifestations antigouvernementales. Human Rights Watch avait évoqué un bilan de 400 morts, un chiffre qui a toujours été démenti par Addis-Abeba, mais sans vraiment convaincre.

Pour Amnesty International, la police a agi de manière disproportionnée en tirant à balles réelles sur des « manifestants pacifiques » les 06 et 07 août 2016.
« Selon nos informations, entre 48 et 50 manifestants ont été tués dans la région Oromia », avait confié à l’AFP Merera Gudina, un éminent opposant et président du Congrès du Peuple Oromo. « Ce bilan pourrait être beaucoup plus élevé car il y a de nombreux blessés » par balle, avait-il ajouté.

Une source diplomatique en fonction à Addis-Abeba, approchée par l’AFP, avait elle avancé un premier bilan partiel de 49 décès dans les régions Oromo et Amhara.

Des manifestants déterminés, des policiers à la gâchette facile

Les manifestants sont sortis dans la rue pour différents motifs, mais leur dénominateur commun c’est la protestation contre la main mise des responsables principalement originaires de la région du Tigré sur tous les rouages de l’État.
Les manifestants d’Amhara s’insurgent contre des décisions d’expropriation de terres agricoles, tandis que ceux d’Oromia demandent que les citoyens appréhendés lors des précédentes manifestations, pour les mêmes raisons, soient libérés. On a noté beaucoup de rassemblements dans la totalité de la région Oromia, même la capitale, Addis-Abeba, n’a pas été épargnée.

Samedi matin, à peu près 500 Oromo s’étaient massés sur Mesqel Square, la place centrale de la capitale. Ils avaient pris soin de croiser les mains au-dessus de la tête pour montrer aux forces de l’ordre qu’ils protestaient pacifiquement, ce qui n’a pas empêché les policiers de les disperser violemment. Certains d’entre eux ont été interpelés et évacués dans des camions de police. Dimanche, le mouvement a repris de plus belle dans la région Amhara.

Les manifestants de la localité de Nekempte ont eu moins de chance, les forces de sécurité ont tiré sur eux.
Idem le lendemain, dans la région Amhara. D’après Amnesty, au moins 30 manifestants ont trouvé la mort dimanche dans la seule localité de Bahir Dar (nord), la capitale régionale où des milliers de personnes avaient battu le pavé.

Le vieil ingrédient explosif des préférences ethniques

Le gouvernement éthiopien refuse pour le moment d’émettre tout bilan sur ces événements sanglants. Le Premier ministre éthiopien, Haile Mariam Dessalegn, avait fait une sortie vendredi dernier pour avertir que toute forme de manifestation était interdite sous prétexte que ça sape « l’unité du pays ». Il n’avait pas hésité à lancer que la police avait l’autorisation de faire ce qui lui semblait bon pour empêcher les manifestations.

Pour couper l’herbe sous le pied des manifestants, les autorités éthiopiennes avaient bloqué samedi l’accès au réseau internet sur l’ensemble du territoire ainsi qu’une partie des réseaux téléphoniques. Le réseau internet a été débloqué hier lundi au matin dans la capitale.

Un autre projet d’extension de la capitale avait produit les mêmes effets en novembre 2015. La contestation populaire avait également été réprimée dans le sang. Finalement le gouvernement avait reculé en renonçant à ses projets, mais la plaie ne s’est pas cicatrisée depuis, au contraire. La communauté Oromo, l’ethnie majoritaire du pays, a gardé une dent contre le gouvernement d’Addis-Abbeba, accusé de soigner les intérêts des deux autres grandes communautés de l’Ethiopie, les Tigréens et les Amhara. Le tribalisme est un vieux problème qui a causé bien des tragédies sur le continent africain et freiné pendant des décennies son développement.

Ces événements tragiques noircissent le tableau d’un pays qui abrite le siège de l’Union africaine et qui est parvenu à hausser le niveau de son économie, jusqu’à un taux de croissance qui frôle les 10% depuis des années, après une longue période de famine et de sécheresse tristement célèbre à l’échelle de la planète.

par -

Réuni dimanche sous la présidence du président du Mouvement Ennahdha, Rached Ghannouchi, le bureau exécutif du parti a examiné l’évolution des concertations autour de l’initiative du gouvernement d'union nationale.

Le Mouvement « Nidaa Tounes » et la présidence de la République sont les premiers concernés par la nomination d’un nouveau chef du gouvernement. Ennahdha n’a qu’a discuté ce choix, a-t-il dit.

Ajmi Lourimi, membre du bureau exécutif du mouvement Ennahdha a déclaré à l’agence TAP, lundi, l’attachement du mouvement à la formation d’un gouvernement d’union nationale sur la base des résultats des élections de 2014, formulant l’espoir de voir les concertations prendre fin d’ici la fin du mois de Ramadan.

Selon Lourimi, le Mouvement « Nidaa Tounes » et la présidence de la République sont les premiers concernés par la nomination d’un nouveau chef du gouvernement.

« Ennahdha n’a qu’a discuté ce choix », a-t-il indiqué, faisant remarquer que la personnalité pressentie à la primature doit avoir une approche politique et bénéficier d’un large consensus pour engager les réformes nécessaires, garantir la stabilité socio-économique et réaliser les priorités définies lors du dialogue.

 

par -

Un véritable trafic de Cannabis prend place dans nos écoles où sa consommation est devenue un phénomène qui prend de l’ampleur jusque dans nos universités.

Les dealers parviennent à déjouer la surveillance avec une facilité déconcertante, au point de considérer les établissements scolaires comme leur terrain de jeu favori.

Des élèves et étudiants, tous sexes confondus, continuent de succomber à la tentation de ces substances psychoactives, tandis que d’autres en sont, hélas, dans un stade de dépendance très avancé.

Si toutefois la répression policière antidrogue parvient à déjouer certaines transactions élèves-dealers, celle-ci ne conduit pas toujours à l’abandon de la consommation, et pour cause.

Hier encore, mardi 21 juin 2016, une unité de police judiciaire de Jendouba se félicite de l’arrestation d’un présumé distributeur de drogue qui écoule du cannabis dans les milieux scolaires et universitaires.

Le chef de l’unité de la police judiciaire, Youssef Hajri, raconte à Jawhara FM, que le bilan de l’opération est : 2 plaquettes de Cannabis et une somme d’argent ont été saisis, ainsi que du papier à cigarette, découverts lors des perquisitions.

La police judiciaire du gouvernorat de Jendouba poursuit l’enquête pour appréhender d’autres éventuels dealers.

par -

Abdelkarim Harouni a été élu président du Conseil de la Choura du Mouvement Ennahdha, a déclaré à l’agence TAP le dirigeant au parti Noureddine B’hiri, à l’issue de la réunion du Conseil tenue samedi à Hammamet.

Le Conseil de la Choura du mouvement Ennahdha avait complété le week-end dernier le tiers restant de sa composition après avoir voté une liste de 50 membres, les deux tiers (au nombre de 100) ayant été élus lors du 10e congrès du mouvement en mai dernier.

par -

Les liens historique et idéologique entre les Frères musulmans égyptiens et Ennahdha existent depuis la création du parti islamiste. Aujourd’hui, Ennahdha se distancie des Frères.

À force d’amalgames dans ses discours, le parti Ennahdha semble s’efforcer à se distancier des Frères sur le plan de la réalité politique.

Selon une déclaration du dirigeant d’Ennahdha Rafik Abdessalem, faite à Shems Fm, dimanche 22 mai 2016, en marge des travaux du 10ème congrès du parti, Ennahdha « ne fait partie de l’organisation des Frères musulmans. C’est un parti exclusivement orienté vers son appartenance maghrébine et sa tunisianité. »

De son côté, le président du 10ème congrès d’Ennahdha, Ali Lâarayedh a déclaré, mercredi 25 mai 2016, à Mosaïque Fm, comme pour rectifier le tir de Rafik abdessalem, « qu’Ennahdha ne renie pas le mouvement des Frères musulmans mais n’y est pas non plus rattaché. »

« Les Frères musulmans font, aujourd’hui, l’objet d’une forte répression en Égypte, mais si les deux mouvements ont des points communs sur le plan idéologique et communautaires, chacun s’adapte aux spécificités. Ennahdha sert son propre agenda selon les priorités nationales tunisiennes », a-t-il expliqué, souhaitant le retour des libertés et de la démocratie pour que l’Égypte.

Force est de rappeler qu’un lien « émotionnel », unit les Frères musulmans et Ennahdha. Même répression, même exil forcé pour certains, même difficulté à se faire accepter sur la scène politique, même victoire aux élections postrévolutionnaires.

INTERVIEW

«La politique africaine ne peut se développer uniquement avec les visites, sporadiques et de courte durée ou seulement à travers le seul ministre des...

AFRIQUE

Les exportations de l'Algérie ont nettement augmenté à 18,141 milliards de dollars (mds usd) sur la première moitié de l'année 2017 contre 13,323 mds...

SPORT

Reseaux Sociaux