Tags Posts tagged with "Ridha Grira"

Ridha Grira

par -
La 5ème chambre criminelle du tribunal de première instance de Tunis

La 5ème chambre criminelle du tribunal de première instance de Tunis, a décidé, vendredi, de faire bénéficier Ridha Grira, ex-ministre des Domaines de l’Etat et des Affaires foncières, de la liberté conditionnelle dans le cadre de l’affaire de l’octroi d’un terrain sis à Hammam Sousse, à Karim Ben Ali, proche parent du président déchu.

Ridha Grira ne retrouvera pas pour autant la liberté, étant poursuivi dans d’autres affaires , au nombre de 90, selon des sources judicaires.

par -
La 9ème chambre de mises en accusation au tribunal de première instance de Tunis a décidé

La 9ème chambre de mises en accusation au tribunal de première instance de Tunis a décidé, jeudi, de déférer le président déchu Ben Ali et Ridha Grira, ex-ministre des Domaines de l’Etat et des Affaires foncières, devant la chambre criminelle , dans le cadre d’une autre affaire instruite en vertu de l’article 96 du code pénal.

La chambre a, en outre, décidé de classer l’affaire pour extinction de l’action publique en ce qui concerne Hamed Mlika et Naima Ben Ali , et ce pour cause de décès.

par -
Ridha Grira

Ridha Grira, en sa qualité d’ex-ministre des Domaines de de l’Etat et des Affaires foncières, a refusé de comparaître, ce lundi 30 septembre 2013, devant la chambre criminelle du tribunal de première instance de Tunis statuant sur l’affaire de l’école internationale de Carthage.

Suite à ce refus, il a été décidé de reporter l’audience jusqu’à ce que les autorités ramènent Ridha Grira de la prison où il est incarcéré.

Il est à noter que l’ancien ministre avait refusé à plusieurs reprises d’assister aux audiences du procès, pour appuyer sa demande de libération.

Des organisations internationales ont aussi réclamé sa libération pour pouvoir bénéficier des soins nécessaires, vu que son état de santé est critique.

par -
Le ministère de la Justice a publié

Le ministère de la Justice a publié ,mardi 24 septembre, un communiqué dans lequel il nie avoir empêché l’ex-ministre de la Défense, Ridha Grira, d’assister aux funérailles de sa mère , rapporte Shems FM .Le ministère assure, dans ce communiqué avoir informé l’ancien ministre de l’information et permis à ses deux enfants de lui rendre visite sans entrave, contrairement à ce que Grira affirme ces derniers jours.

Le ministère de la Justice explique en outre que l’ex-ministre refuse d’être soigné en détention, malgré les tentatives effectuées par de nombreuses personnalités et des représentants d’organisations humanitaires, et tient toujours à ne recevoir de traitement qu’après sa libération.

par -
La demande de l’ancien ministre de la défense sous le régime de Ben Ali

La demande de l’ancien ministre de la défense sous le régime de Ben Ali, Ridha Grira, de pouvoir assister aux funérailles de sa mère a été rejetée par les autorités concernées, selon le journal Al Maghreb.

Les funérailles de la mère de Ridha Grira ont eu lieu, vendredi 20 Septembre 2013, à Sousse en présence de plusieurs hauts fonctionnaires sous le régime de Ben Ali .

par -
Le vice-président de la Ligue tunisienne des droits de l’homme

Le vice-président de la Ligue tunisienne des droits de l’homme, chargé des relations extérieures, Messaoud Romdhani, a, le 20 août 2013, rendu visite à Ridha Grira, incarcéré à la prison de Mornaguia, depuis le 20 septembre 2011.

Cette visite effectuée à la demande de la LTDH, avec l’approbation du ministre de la Justice, intervient en réponse aux appels alertant sur la détérioration de l’état de santé de l’ancien ministre, sous l’effet de l’aggravation du cancer dont il est atteint, et suite aux informations faisant état de son refus de recevoir des soins à l’intérieur de la prison.

Dans un rapport rendu public à l’issue de cette visite, la LTDH estime que « l’état de santé de Ridha Grira semble devoir nécessiter la prise de mesures urgentes de nature à l’aider à diagnostiquer les étapes de la maladie et à recevoir les soins requis par la gravité du cancer qui est à un stade avancé. »

Le rapport affirme que l’espace de la prison n’est pas à même de garantir les conditions appropriés pour les soins, car le patient a besoin d’être soumis à des examens poussés, qui ne sont pas accessibles dans les services pénitentiaires.

La LTDH estime que la libération de Ridha Grira ne peut pas constituer un obstacle aux poursuites judicaires, vu le grave état de santé et psychologique qui est le sien.

Aussi, la LTDH, et pour des considérations humanitaires, appelle-t-elle les autorités judiciaires à faire bénéficier le patient de la libération conditionnelle, afin qu’il puisse poursuivre les soins, en cette phase critique de sa vie.

par -
Khaled Krichi

Khaled Krichi, secrétaire général de l’association de la défense des prisonniers politiques a demandé la libéralisation de tous les prisonniers dont notamment l’ex ministre de la défense pendant le régime déchu, Ridha Grira.

D’après lui, l’état physique assez « critique » de ce dernier nécessite sa libéralisation dans les brefs délais.

par -
Me Ali Khaldi

Me Ali Khaldi, avocat de Ridha Grira, a déclaré que l’état de santé de son client se détériore sérieusement, suite à un 2ème cancer, précisant que l’ex-ministre avait déjà subi, il y a 7 ans, une opération chirurgicale pour un cancer d’estomac.

Dans une déclaration à Assabah News, il a ajouté que la maladie a récidivé et que son client refuse d’être soigné à la prison de Mornaguia où il est incarcéré, exigeant d’être hospitalisé dans une clinique ou un hôpital ailleurs qu’en prison.

L’avocat a encore signalé que Ridha Grira ne peut plus se déplacer et souffre de plusieurs autres pathologies.

par -

L’ex-ministre des Domaines de l’Etat et des Affaires foncières, Ridha Grira, a éclaté en sanglots, lors de l’une de ses dernières comparutions devant le juge d’instruction dans le cadre de la cinquantaine d’affaires dans lesquelles il est poursuivi en sa qualité de ministre responsable de ce département.

Ridha Grira a protesté de son innocence à toutes les étapes de l’enquête , affirmant de façon constante qu’il ne se rappelle pas des tenants et aboutissants des affaires dans lesquelles il est impliqué, à l’exception de quelques unes , ajoutant que les opérations de location des terres agricoles et des propriétés relevant de l’Etat aux proches et à la belle-famille du président déchu sont effectuées  en application d’instructions  présidentielles . 

par -
Le  juge d’instruction du 15ème bureau du tribunal de première instance de Tunis  a émis, ce  mardi  un mandat de dépôt à l’encontre de Ridha Grira, ancien ministre de la Défense et ancien ministre des Domaines de l’Etat, rapporte notre confrère Business News. 
 Ridha Grira est impliqué en tant que ministre des Domaines de l’Etat dans une affaire  de cession de  terrain à Karim Ben Ali, fils de Tijani Ben Ali, frère de l’ancien président, qui appartenait à l’Etat. Ce terrain, situé à Hammam Sousse, a été vendu au prix de 50 dinars le m², alors que sa valeur est, au moins, sept fois supérieure. 
L’ancien ministre, qui aurait avoué les faits, devrait passer la nuit au centre de détention d’El Aouina, ajoute Business News.

INTERVIEW

«La politique africaine ne peut se développer uniquement avec les visites, sporadiques et de courte durée ou seulement à travers le seul ministre des...

AFRIQUE

SPORT

Reseaux Sociaux