Tags Posts tagged with "Slim Chaker,"

Slim Chaker,

par -
Le ministre des Finances

Le chef du gouvernement actuel, Habib Essid a reçu ce lundi 8 août 2016 au palais du gouvernement à la Kasbah, le ministre des Finances, Slim Chaker.

Lors de cette rencontre, Slim Chaker a informé Essid des activités de son ministère dont principalement les préparatifs pour la loi de finances 2017 et l’actualisation du budget 2016 à la lumière des résultats du premier semestre.

Slim Chaker a indiqué également qu’il avait informé le chef du gouvernement actuel des résultats de la garantie d’obligation souveraine de 500 millions de dollars  garantie  par le gouvernement fédéral des États-Unis et signé la semaine dernière par la Banque centrale de Tunisie.

Slim Chaker a en outre précisé qu’il s’agit d’une obligation portant intérêt au taux nominal de 1.4% au lieu de 2% fixé auparavant.

Le ministre des Finances a en outre souligné que cette réduction des taux d’intérêt est due principalement à la bonne réputation dont jouit la Tunisie sur les marchés financiers des États-Unis et sa capacité à surmonter les difficultés économiques ainsi que l’importance des réformes prises par le gouvernement depuis Essid sa mise en place.

par -

Le ministre des Finances, Slim Chaker, qui participe à la séance plénière qui se tient actuellement à l’ ARP, a déclaré que son département a déployé de gros efforts pour assurer le contrôle fiscal.

Durant le premier semestre de 2016, le ministère de tutelle a examiné 67 mille dossiers de contrôle fiscal, a ajouté le ministre, faisant savoir que le traitement de ces dossiers a permis de constater un manque au niveau des ressources, estimé à 790 millions de dinars.
A ce titre, il a précisé que le contrôle fiscal a permis de récupérer seulement 200 millions de dinars. Pour la somme restante, soit 590 millions de dinars, le ministre a noté qu’elle fait l’objet de poursuites judiciaires.
Côté payement, Slim Chaker a indiqué que son département a engrangé 430 millions de dinars.

par -

Le ministre des Finances, Slim Chaker, a déclaré ce mardi 12 juillet que les recettes fiscales ont connu une baisse au cours du premier semestre de l’année en cours.

Lors de sa participation aujourd’hui à la séance plénière qui se tient actuellement à l’Assemblée des Représentants du Peuple (ARP), il a ajouté que les recettes fiscales venant des sociétés pétrolières ont chuté de 370 millions de dinars.
S’agissant des autres sociétés, le ministre a précisé que la baisse est aux alentours de 184 millions de dinars.
D’après le ministre, ce recul s’explique par la délicatesse de la situation économique et la baisse du taux de croissance.
Nous y reviendrons…

par -

Un pole fiscal regroupant toutes les administrations concernées par la fiscalité sera crée prochainement, a précisé un communiqué du ministère des finances publié, mercredi.
Il s’agit des directions Générales des Impôts, de la Comptabilité Publique et du Recouvrement, des Etudes et de la Législation Fiscales et des Avantages Fiscaux et Financiers.
Le ministre des finances Slim Chaker a précisé, au cours d’une réunion du Conseil National de la Fiscalité, tenue, mardi, que ce pole facilitera la communication avec les contribuables et favorisera l’efficience des opérations de contrôle et de payement, outre l’amélioration de la qualité des services.
Cette rencontre a permis de débattre des mesures proposées pour le projet de loi de finances pour l’exercice 2017, de passer en revue le projet de modernisation de l’administration fiscale et financière, et ce, en présence des membres du conseil, des représentants des organisations nationales, des experts et des universitaires.
Chaker a présenté à cette occasion le projet de modernisation de l’administration fiscale et sa restructuration dont l’exécution a été déjà lancée.
Il s’agit de préparer les ressources logistiques nécessaires à la modernisation et l’harmonisation de ses mécanismes et moyens de travail.
Le ministre a indiqué que le projet de la loi des finances pour l’exercice 2017 vise l’impulsion de l’investissement et la lutte contre l’évasion fiscale et la contrebande, soulignant la nécessité de simplifier les textes de la fiscalité et leur regroupement dans un code unique des impôts.

par -

Ce ministre n’arrête pas de faire polémique. A la tête du département des Finances, il dérange depuis qu’il a entamé la révision de certaines niches fiscales, comme avec les médecins et les professions libérales en général et qu’il a démarré la restructuration de la Douane et le réaménagement de certains ses taux pour s’attaquer au marché parallèle et à la contrebande. Il devient ensuite carrément une cible de l’opposition qui avait essayé de faire tomber le gouvernement à l’occasion de la loi bancaire. Des chantiers qui, en dehors du degré de réussite, sont autant de patates chaudes que s’étaient passées avant lui au moins 3 ministres, mais aussi autant de mesures impopulaires.

On en fera ensuite une cible politique, en jetant son nom en pâture dans l’arène politique en ébullition depuis les déclarations de BCE à propos d’un nouveau gouvernement d’union nationale. Après une première fournée, dans laquelle on mit le jeune Slim Azzabi et le conseiller économique du chef de l’Etat sur la liste des prétendants à la succession d’Essid, c’est le nom de Slim Chaker qu’on tourne et qu’on retourne, jusqu’à en faire un punching-ball sur lequel commence même à cogner quelques membres de son propre parti.

Sans qu’on sache qu’elle mouche l’a piquée, une députée de  Nida Tounes le traitait récemment d’incapable sur une radio privée. Une attaque qui intervenait après celle, non moins violente, d’un autre membre du même parti qui le traitait de «moins qu’un chef de service ». Tout cela, après avoir même essayé de ressortir quelques petits dossiers pour le déstabiliser comme celui d’éventuelles factures d’un restaurant connu à La Kasbah.

Et lorsque nous l’abordons pour essayer de trouver chez lui trace de ce qui pourrait ressembler à une campagne visant son éviction par effet de collision, c’est plutôt un ministre serein, selon nos propres constations, que nous trouvons. Un bosseur sur le travail duquel tout glisserait comme l’eau sur un plumage.

Il entre chaque matin à 6 heures 15 à son bureau, pour n’en sortir que vers 17 heures chaque jour pendant le Ramadan et parfois jusqu’à 11 heures du soir en temps normal. Lundi il ouvre le bal des réunions avec ses équipes pour la LF et le budget 2017. Mardi dernier déjà, il avait convoqué le Conseil national de la fiscalité, pour des consultations sur la LF 2017. Vendredi dernier, ce sont les PDG des deux banques publiques (STB et BNA) qu’il recevait en suivi de la mise en œuvre de leurs plans de restructuration et l’avancement de l’exécution de leurs business plans respectifs.

Interrogé par Africanmanager sur ce qu’il pense de toutes ces attaques dont il semble faire l’objet sur fond de négociations politiciennes pour trouver un successeur à un chef du gouvernement qui ne veut pas démissionner et qu’on ne peut pas non plus démissionner, Slim Chaker se borne  à répondre avec un sourire, que «je travaille et mon seul objectif est de servir mon pays, malgré les mensonges, les insultes gratuites et les dénigrements. Le jour où on n’aura plus besoin de moi, je m’en irai. La décision, je la connais pour l’avoir déjà prise en 2011». Ainsi nous parlait  le ministre des Finances du gouvernement Habib Essid et celui dont on tente de faire accroire qu’il  remplacerait l’actuel locataire de la Kasbah dans quelques semaines. Une polémique de plus, alors que la Tunisie termine le 1er semestre de la plus grave crise, économique et financière, de sa énième transition politique qui s’achève pour laisser la place à une autre.

par -

Le comité de pilotage du projet de la banque des régions (BDR) a approuvé, vendredi, le modèle opérationnel de la BDR qui agira comme acteur de refinancement et de garantie offrant des services de conseil financier aux TPE/PME, selon un communiqué publié par le ministère des finances
Composé de MM Slim Chaker, ministre des finances, Yassine Brahim, ministre du développement et de la coopération internationale, Ridha Ben Mosbeh, ministre conseiller auprès du Chef du gouvernement et de Mme Nadia Gamha représentant le gouverneur de la banque centrale de Tunisie (BCT), le comité a également validé le modèle institutionnel et le périmètre d’intervention de la BDR, un concept visant à financer les investissements dans les régions intérieures du pays, en relation avec la Banque de financement des petites et moyennes entreprises (BFPME) et la société tunisienne de garantie (SOTUGAR ) .
Le comité a examiné également les grandes orientations de la banque des régions, en coordination avec les politiques de l’Etat et en complémentarité avec le secteur privé.
Les membres du comité ont convenu d’étudier, au cours de la prochaine réunion, la forme juridique de la banque afin de pouvoir statuer sur sa supervision et sa gouvernance.
Lors d’un conseil ministériel restreint (CMR), tenu lundi et consacré à l’examen du projet de la BDR, le chef du gouvernement Habib Essid a appelé tous les ministères et parties concernés par ce projet à parachever, au cours de cette semaine, les procédures concernant les différents aspects techniques et règlementaires.
Le gouvernement aspire à exécuter le projet de la BDR, au cours des mois prochains, afin de contribuer au financement du développement régional et de soutenir les actions d’investissement et de financement des petites et moyennes entreprises (PME) dans les régions les plus défavorisées.
Selon le ministre des finances, ” la banque des régions, concept inspiré de l’Allemagne, est un outil de décentralisation visant à donner la possibilité aux investisseurs et aux jeunes, de financer leurs projets dans les régions, en mettant à leur disposition les capitaux nécessaires, sans exiger de garanties. La BDR constitue aussi, un outil permettant à l’Etat de mettre en application sa politique d’investissement dans les régions.
Le ministère des finances mettra un cahier de charges à la disposition de toutes les banques en Tunisie lesquelles vont assurer un service de “banque des régions ”
Des représentants de la banque allemande KFW étaient également présents à la réunion du comité de pilotage,

par -

Le ministre des finances Slim Chaker, a affirmé que le projet de loi sur les banques et les institutions financières, en cours de discussion au sein de l’Assemblée des represenants du peuple (ARP), permmetra aux institutions de crédit de travailler dans des meilleurs conditions .
Intervenant, mardi au cours d’une séance plénière de l’ARP , il appelé les députés à appuyer cette initiative législative qui a été rejeté auparavant.
Le gouvernement, précise encore le ministre, a élaboré ce projet afin de preserver la stabilité financière du pays, notamment, après la crise financière mondiale de 2008.
Dans une tentative d’apaiser les craintes d’un nombre de députés, Chaker a indiqué qu’il n’y a pas de dangers qui menacent les banques tunisiennes, ajoutant que le projet de loi a prévoit plusieurs mécanismes qui protègent les institutions de crédit contre la faillite, en se basant sur les mécanismes préventifs de la Banque centrale de Tunisie (BCT).
Le ministre a réaffirmé que son département a oeuvré à faire prarticiper toutes les parties (ministère des finances, BCT, experts comptables et l’Association professionnelle tunisienne des banques et des établissements financiers (APTBE), outre les structures financières, dans l’élaboration de ce projet avant son examen par un conseil ministériel.
Chaker a rappelé, dans ce cadre, que la commission de conciliation est parvenue à des compromis autour de plusieurs points, notamment, la finance islamique qui est considérée, désormais, comme un produit bancaire. La BCT est la seule partie chargée du volet controle.

par -

Philippe Reiss, l’homme d’affaires belge accusé d’avoir convoyé un conteneur rempli d’armes, a démenti aujourd’hui lundi 6 juin 2016 sur les ondes de Mosaïque fm les déclarations de Slim Chaker, ministre des Finances.

Il a nié avoir reconnu devant la justice qu’il y avait des armes réelles dans le conteneur ; il a réaffirmé que la douane et la brigade de lutte contre le terrorisme avaient confirmé que c’était des jouets.

par -

Les Etats- unis d’Amérique (USA) n’ont pas changé leur position concernant la garantie américaine devant permettre à la Tunisie d’obtenir un crédit international d’une valeur de 500 millions de dollars (plus d’un 1 milliard de dinars), a affirmé jeudi, à Tunis, le ministre des finances Slim Chaker.
Il a souligné dans une déclaration à la presse en marge de la signature des accords entre la douane et les sociétés industrielles tunisiennes, que l’administration américaine a communiqué à la Tunisie sa décision de maintenir la garantie lui permettant de sortir sur le marché international.
Après 2011, la Tunisie est sortie à plusieurs reprises sur les marchés internationaux pour mobiliser des ressources financières au profit du budget, en sollicitant notamment, des garanties américaines et japonaises après la révision à la baisse de sa notation souveraine par plusieurs agences de notation, en raison de la détérioration de la situation économique et sécuritaire dans le pays .

par -

Le ministre des Finances Slim Chaker a reçu, mardi, au siège du département une délégation du Syndical national des journalistes tunisiens (SNJT) ainsi que des représentants du personnel de la ” radio Shems FM “.
La réunion a porté sur la situation des médias confisqués, le personnel du quotidien ” Attounissia ” et l’amicale des journalistes, indique un communiqué du Snjt.
En ce qui concerne les institutions de Dar Assabah et Shems FM, il a été convenu d’associer le personnel des médias dans l’élaboration des cahiers des charges dans l’ultime objectif de garantir l’Independence de chaque média avant d’entamer le processus de la cession.
Les représentants du SNJT ont plaidé pour la régularisation de la situation des journalistes notamment le personnel de la radio Shems FM avant de procéder à toute cession exprimant leur inquiétude face à la poursuite du sit-in du personnel d’Attounissia.
” Le SNJT soutient le mouvement de protestation observé par les journalistes “, lit-on dans le communiqué.
Des propositions ont été avancées par les représentants du SNJT visant notamment à mettre fin à la crise.
Par ailleurs, les représentants du SNJT ont insisté sur la nécessité de hâter la mise en œuvre de l’accord sur le transfert d’une partie des recettes du marché public au profit de l’amicale des journalistes en vue de faire face aux conditions difficiles auxquelles sont confrontés certains journalistes.

par -

La Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD) et le Ministère des Finances tunisien ont signé un protocole d’accord permettant à la Tunisie de devenir éligible à un nouveau programme de la BERD pour le financement des petites et moyennes entreprises (PME) en monnaie locale.

Parallèlement, le Ministère des Finances a l’intention de prendre des mesures pour améliorer l’intermédiation en monnaie locale, développer les marchés de capitaux locaux et accroître la stabilité financière en Tunisie.

Le protocole d’accord a été signé à Tunis ce jour par M. Slim Chaker, Ministre des Finances, et Mme Hildegard Gacek, Directrice Générale de la BERD chargée de la région sud-est de la Méditerranée.

Pour soutenir les pays où elle investit, la BERD met en œuvre un Programme de financement des PME en monnaie locale qui soutient les pays pour mener des réformes et développer les marchés de capitaux locaux. Ce programme favorise l’accès des PME au financement en monnaie locale à des taux de marché compétitifs visant à stimuler le marché du crédit en monnaie locale. Ceci permet de diversifier les sources de financement en monnaie locale.

Mme Hildegard Gacek a déclaré : « Ce protocole d’accord est une étape majeure pour  faciliter un plus grand accès au financement des PME en Tunisie. La Tunisie reste mobilisée en faveur d’un programme de réformes qui permettra d’améliorer, de développer et d’approfondir l’intermédiation en monnaie locale et les marchés de capitaux locaux. »

Marie-Alexandra Veilleux-Laborie, Chef du Bureau de la BERD en Tunisie, a souligné : « Ce Programme permettra à la BERD d’accorder des prêts aux PME tunisiennes en dinars tunisiens et à des taux de marché compétitifs. Les PME ayant un poids prépondérant dans l’économie tunisienne, cela confirme l’engagement de la BERD dans le pays et sa volonté de soutenir le développement du secteur privé tunisien. »

De son côté, Son Excellence Monsieur Slim Chaker, Ministre des Finances en Tunisie a déclaré : « Cet accord avec la BERD rentre dans le cadre de l’effort de l’état tunisien pour soutenir le tissu économique et les PMEs tunisiennes. La concrétisation de cet accord permettra aux entrepreneurs de bénéficier d’un nouveau moyen de financement à taux préférentiel, pour réaliser leurs projets de création ou d’expansion tout en les protégeant contre les risques de change. »

La BERD opère en Tunisie depuis 2012. Elle y a financé plus de 25 projets principalement dans le secteur privé pour un montant total de plus de 300 millions d’euros. La Banque a aussi facilité l’accès à l’assistance technique directe dont ont bénéficié environ 220 petites et moyennes entreprises tunisiennes à ce jour

La Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD) et le Ministère des Finances tunisien ont signé un protocole d’accord.

Le protocole d’accord signé à Tunis aujourd’hui, jeudi 26 mai 2016 par le ministre des Finances d’une part, Slim Chaker et la Directrice Générale de la BERD chargée de la région sud-est de la Méditerranée, Hildegard Gacek, permet à la Tunisie son admission à un nouveau programme de la BERD pour le financement des petites et moyennes entreprises (PME) en monnaie locale, rapporte Mosaïque Fm.

Hildegard Gacek a déclaré que ce protocole est une étape majeure pour faciliter un plus grand accès au financement des PME en Tunisie.

De son côté, Slim Chaker a promis des mesures à prendre pour améliorer l’intermédiation en monnaie locale afin de développer les marchés de capitaux locaux et accroître la stabilité financière en Tunisie, ajoute la même source.

par -

Une Agence Nationale pour la gestion des dettes et du trésor de l’Etat sera créée, à la fin de cette année, a annoncé le ministre des finances, Slim Chaker, dans une déclaration accordée à l’Agence TAP.
“Le ministère des finances est en train de préparer la création de cette structure, en collaboration avec plusieurs experts internationaux qui disposent d’une expérience dans ce domaine, l’objectif est de maitriser et de gérer la dette qui a atteint 54% du PIB “, a t-il fait savoir, précisant que ” jusqu’à ce jour la dette tunisienne n’est pas traitée d’une manière proactive, c’est pour cela que l’objectif est de travailler avec les méthodes de gestion des dettes adoptées par les pays développés”.
D’après Chaker, la dette n’est pas une fin en soi, mais un moyen de créer des postes d’emploi et réaliser des investissements, assurant que “la Tunisie est encore très loin de la zone de risque, car les dettes des pays similaires varient entre 80 et 90% du PIB”.

par -

Le ministère des finances planche, actuellement, sur les préparatifs de l’élaboration de la loi des finances pour l’exercice 2017, qui commencera à partir de 15 juin 2016, a annoncé le ministre des finances Slim Chaker, dans une déclaration à l’Agence TAP.
Selon le ministre, son département “ne prévoit pas une augmentation des impôts, mais oeuvre au contraire, à leur réduction afin de créer une nouvelle dynamique économique, inciter à l’investissement et encourager les sociétés à travailler dans un climat transparent”.
A ce titre, il a rappelé que le gouvernement actuel qui a pris ses fonctions, depuis une année et demie, n’a pas augmenté les impôts, afin de préserver le pouvoir d’achat des citoyens et favoriser la stabilité économique.
Il a fait savoir que la loi de finances pour le prochain exercice, sera axée sur la maitrise et la bonne orientation des dépenses et le développement de l’infrastructure dans les régions de l’intérieur. Les autres objectifs ciblés sont la réalisation de la croissance, la préservation du pouvoir d’achat du citoyen, la maîtrise des circuits de distribution, l’appui aux PME pour créer plus de postes d’emploi et la préservation des équilibres financiers.
Le ministre des finances a appelé tous les acteurs économiques à présenter leurs propositions pour la nouvelle loi de finances, avant le 15 juin.

par -

A l’occasion de la tenue lundi23 mai 2016 d’un atelier de travail sur » la lutte contre la contrebande et le commerce informel », le ministre des Finances, Slim Chaker, a annoncé que la nouvelle stratégie de travail de la douane a permis la saisie de plus de 5 millions de dinars en devises.

Dans une déclaration accordée à Shems Fm en marge d’une conférence de presse consacrée à la lutte contre la contrebande, le ministre a précisé que cette stratégie a été appliquée depuis 6 mois seulement. Une importante quantité de tabac, de tombac et de carburant a aussi été saisi.

Le ministre a dans le même cadre indiqué que le gouvernement, la douane, l’armée, la police et la Garde nationale commencent à contrôler la situation et qu’ils luttent contre le terrorisme et la contrebande avec efficacité.

par -

Le ministre des Finances, Slim Chaker a indiqué ce lundi 23 mai 2016, que la modernisation de la douane coûte à l’État une enveloppe de l’ordre de 500 millions de dinars.

Lors de son discours d’intervention à l’occasion de la tenue d’un atelier de travail sur ” la lutte contre la contrebande et le commerce informel”, Slim Chaker a déclaré qu’un plan pilote s’étalant sur 5 ans a été mis en place. ” A travers ce programme, nous voulons exprimer notre soutien fort pour la douane pour qu’elle puisse accomplir cette mission et faire face à ce phénomène dangereux”, a dit le ministre.
Il a par ailleurs annoncé l’ouverture prochaine de nouveaux bureaux de la douane pour assurer la couverture de l’ensemble du territoire tunisien.
C’est une démarche importante, selon le ministre surtout que la contrebande n’a cessé de prendre de l’ampleur ces dernières années en Tunisie.

Selon Shems Fm qui cite le directeur général de la Douane, Adel Belhassan,  le projet de modernisation de la Douane est déjà prêt et qu’il sera incessamment présenté au ministre des Finances, Slim Chaker, et au chef du Gouvernement, Habib Essid.

Adel Belhassan a fait cette déclaration : jeudi 19 mai 2016, en marge de l’inauguration du siège de l’unité d’investigations et de recherches douanières à Monastir précisant que ce projet est une synthèse de propositions qui a fait l’objet d’une large réflexion basé sur modernisation de la  douane et essentiellement sur la création d’administrations régionales sur l’ensemble des gouvernorats, rapporte la même source..

 

par -

Le ministère des Finances annonce le démarrage, à partir du 1er juin 2016, d’une opération pilote volontaire pour installer 300 caisses enregistreuses dans Les unités de consommation sur places soumises au régime réel: cafés, salons de thé, restaurons et restaurons touristiques. Les adhérents à cette opération bénéficieront de la gratuité des équipements.
Le ministère informe les unités qui désirent s’inscrire à cette opération qu’elles peuvent télécharger le formulaire d’adhésion sur le site web du ministère des finances www.finances.gov.tn et le remettre rempli aux bureaux de contrôle des impôts. la date limite du dépôt des demandes est fixée le 23 mai 2016.
Le ministère rappelle que cette opération s’inscrit dans le cadre de l’application de l’article 48 de la loi de finances 2016 qui encadre la gestion et le suivi des activités de consommation sur place soumises au régime réel.

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

Elle, c’est une spécialiste du transport, un secteur où elle a fait presque toute sa carrière, qu’elle connaît, de la voiture particulière à l’avion,...

AFRIQUE

Le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, a nommé jeudi les membres du gouvernement, conduit par M. Ahmed Ouyahia, indique un communiqué de la...