Tags Posts tagged with "Sud"

Sud

par -

La consultation régionale sur la réforme dans la fonction publique et la réforme administrative pour les gouvernorats du Sud (Sfax, Gabes, Médenine et Tataouine), démarrera les 17 et 18 novembre courant.

Cette consultation qui se tiendra dans la ville de Zarzis sera présidée par le ministre de la Fonction publique et de la gouvernance, Abid Briki, et verra la participation des secrétaires généraux des gouvernorats et municipalités, ainsi que des cadres régionaux et autres représentants des organisations professionnelles.

La dernière conférence régionale en date sur la réforme administrative remonte à la fin du mois d’octobre dernier et a concerné les gouvernorats du nord-ouest (Jendouba, Le Kef, Béja et Siliana), lit-on dans un communiqué du ministère de la Fonction publique.
A noter que la consultation nationale sur la réforme dans la fonction publique et la réforme administrative a été lancée le 10 octobre dernier, en vue de définir les grands axes de cette réforme.

Des consultations régionales ont été décidées dont les résultats seront exposés lors d’une conférence nationale.

par -

La Société Tunisienne de l’Electricité et du Gaz (STEG) a convenu avec l’Agence coréenne de coopération internationale (KOICA) de  mener une étude de faisabilité pour  la construction de   centrales solaires  dans le sud de la Tunisie, développant au total une capacité de 300 mégawatts.

Le projet, qui sera mis en œuvre durant la période 2017-2018, porte sur la réalisation de  cinq  centrales solaires photovoltaïques de 50 MW à Médenine, Tataouine, Gafsa, Kébili, Djerba et Gabès, précise un communiqué conjoint . La capacité pourrait être portée à 300 MW.

Le budget alloué à ce  projet s’élève à 1,7 million de dollars US.

 

par -

Dans un communiqué publié hier jeudi 29 septembre 2016, le secrétariat d’Etat américain a renouvelé sa mise en garde à ses citoyens en visite en Tunisie.

Les ressortissants américains sont appelés à éviter de se rendre dans les villes proches des frontières algériennes de Jendouba, du Kef et de Kasserine.

Ils sont appelés à éviter de se rendre dans les régions proches des frontières libyennes, comme Ben Guerdane et Médenine. La mise en garde concerne aussi Gafsa, Sidi Bouzid et le désert de Remada où se trouve la zone militaire tampon, a précisé la même source.

par -

Un mouvement partiel mais de grande envergure sera annoncé sous peu concernant le corps des délégués, plus de 70, essentiellement dans les délégations des gouvernorats du Centre et du Sud, selon des « sources officielles informées » citées samedi par le quotidien Achourouk.

La plupart des délégués concernés devaient être remplacés depuis le mois d’octobre 2015 dans la foulée du mouvement partiel opéré au niveau du corps des gouverneurs par le gouvernement de Habib Essid ayant touché les gouvernorats du Nord, du Sahel et du Centre, mais qui a été stoppé net suite aux pressions exercées par des partis politiques connus, précisent les mêmes sources.

Le gouvernement de Youssef Chahed a exhumé cette liste en y apportant quelques changements, indique  pour sa part le journal qui souligne que la logique adoptée est celle d u recours aux  « jeunes compétences administratives » dans le cadre  d’un « plan gouvernemental global » visant la restauration de la présence de l’Etat dans les régions du Sud et du Centre.

 

par -

La compagnie pétrolière italienne ENI a annoncé lundi qu’elle a réussi à découvrir du pétrole en Tunisie, dans le désert du Sahara.

ENI, qui est la doyenne des sociétés pétrolières en Tunisie où elle opère depuis un demi-siècle, a annoncé lundi qu’elle a eu la confirmation d’un potentiel d’une zone de découverte d’un débit de pétrole de 2.000 barils par jour.

Le puits Laarich Est-1, dont le forage a commencé en juin, est déjà en phase de production,” précise la société dans un communiqué. «Entre – temps, les activités d’exploration en Tunisie se poursuivent avec le forage de blocs supplémentaires.”

ENI a dit qu’elle opérait en Tunisie dans une optique d’adaptabilité à un marché caractérisé par des prix du pétrole brut qui ont chuté de près de 50 pour cent par rapport à ce qu’ils étaient il y a deux ans. La société a déclaré qu’elle travaillait sur le projet tunisien avec tout ce qu’elle a sur le site pour une production à grande échelle.

La production pétrolière en Tunisie n’a cessé de décliner après avoir atteint un pic de 120.000 barils de pétrole par jour. Un rapport publié en 2014, l’Administration de l’information énergétique américaine avait estimé que la Tunisie dispose de formations “significatives” de pétrole dans les gisements de schiste, avec des réserves récupérables pouvant aller jusqu’à 1,5 milliard de barils.

Un rapport publié l’année dernière par le groupe de consultance IHS, a souligné, pour sa part, qu’il peut y avoir un potentiel de ” des milliards” de barils de pétrole à libérer dans les champs arrivés à maturité à travers le monde. Des opérateurs en France, en Chine et en Tunisie sont en état d’utiliser une nouvelle technologie de forage pour répondre aux changements géologiques et de production dans les bassins mûrs.

ENI a déclaré que sa part de production en Tunisie s’élève à 11.000 barils d’équivalent pétrole par jour.

Ainsi, ENI reprend avec succès ses activités d’exploration onshore en Tunisie dans le désert du Sahara avec l’achèvement des opérations sur le puits de découverte Laarich Est-1, au titre du permis MLD (Makhrouga-Laarich-Debbech), où Eni détient une participation de 50%, autant que la socité publique, l’ETAP.

Laarich Est-1, qui est à 5 kilomètres du centre de traitement de pétrole dans la concession, a atteint la profondeur finale de 4111 mètres pour découvrir des hydrocarbures dans les couches de grès du Silurien et de l’Ordovicien.

Le forage de Laarich Est-1 fait partie de la stratégie de proximité adoptée par la compagnie pour faire face à la faiblesse des prix du pétrole, et qui consiste à mener des activités d’exploration à proximité des infrastructures existantes avec une capacité de réserve disponible. Dans le cas d’une découverte, cette stratégie permet l’optimisation des coûts de développement et la mise en marché rapide et compétitive de la production.

par -

En 2006, de grandes réserves de gaz ont été découvertes dans le sud de la Tunisie. Elles seront exploitées par l’entreprise publique tunisienne ETAP et  la compagnie autrichienne OMV dans le cadre du projet Nawara. Il est prévu que le gaz produit fournira environ 11% de la consommation de gaz en Tunisie.

Les deux sociétés ont attribué au groupement Max Streicher/ BouchamaouiIndustries la construction d’un gazoduc long de 374 kilomètres.  Max Streicher SpA réalise des travaux de l’ouvrage pour le compte de la société mère. Dans le cadre du projet, Streicher et Bouchamaoui sont responsables de l’exécution, de l’ingénierie et de l’approvisionnement. Près de la moitié du projet a déjà été réalisée.

Le gazoduc de 24 pouces  (1 pouce = 2,54 centimètres) reliant la station de  traitement de gaz dans le sud de la Tunisie à Gabés sur la côte est, devrait être achevé en 2017. Les activités sur le terrain ont commencé en avril 2015. En plus de la construction de l’ouvrage,  le contrat comprend la réalisation de  stations de pompage  intermédiaires, des installations de lancement et de réception de racleurs et des interconnexions avec les nouvelles installations et celles existantes – y compris l’installation de la centrale de traitement du gaz  dans le  champ de gaz de Nawara.

Des conditions de travail particulières

Afin d’effectuer simultanément les travaux et  donc permettre un processus de travail rapide, trois camps ont été installés le long de la route. Dans le sud, le tracé du gazoduc traverse principalement  le désert.

«Les conditions de travail sont complètement différentes de celles de l’Europe,” a déclaré Giovanni Muriana, Directeur Général de Max Streicher. “En été, la température atteint jusqu’à 45 degrés, en hiver, les tempêtes de sable peuvent soudainement éclater.”

Ainsi, la journée de travail commence très tôt, vers quatre heures en été, et les employés sont protégés contre le sable et le bruit en utilisant des équipements spéciaux. Comme il n’y a pratiquement pas de limitations d’infrastructure dans le sud, les activités ont progressé rapidement.

Cependant, dans le nord, la route traverse un environnement agricole. Par conséquent, des progrès devraient ralentir vers le nord, en se rapprochant de la ville de Gabès.

Avec le développement de ce projet, Max Streicher vient d’entrer dans un nouveau marché. “Le projet Nawara en Tunisie est une expérience essentielle pour nous en Afrique du Nord», a souligné  Muriana. “Le pays s’achemine vers un développement important du secteur du pétrole et du gaz, bien que le bas prix actuel du pétrole ralentisse certains investissements. Nous allons garder un œil sur les possibilités de développement des affaires et de l’investissement dans cette région à l’avenir “, a-t-il indiqué.

 

par -

Une délégation de trente polonais représentants des agences de voyage de Pologne sont attendus aujourd’hui, mardi 31 mai 2016, à Kébili et à Tozeur pour faire la découverte de la région et la promouvoir par la suite auprès de leurs concitoyens, rapporte Mosaïque Fm.

Sept journalistes polonais seront par ailleurs reçus par l’ONTT et participeront à des visites guidées du sud tunisien pour en faire la promotion dans les médias de leur pays, indique la même source.

par -

Le Président de la République, Béji Caïd Essebsi, a conféré lundi au palais de Carthage avec le chef du gouvernement, Habib Essid.

L’entrevue a porté sur la nécessité d’accélérer la réalisation des projets de développement dans le Sud et les régions frontalières à la lumière de la visite du chef de l’Etat à Ben Guerdane, et sur la nécessité de renforcer les capacités de l’Armée et des forces de sécurité, précise un communiqué de la présidence de la République.

Il a été question également des prochaines étapes de l’exécution du Plan de développement 2016-2020 et de la mise en place de son administration.

D’autre part, a été évoqué le démarrage immédiat de l’élaboration de l’étude relative à l’assainissement du lac Sedjoumi.

INTERVIEW

«La politique africaine ne peut se développer uniquement avec les visites, sporadiques et de courte durée ou seulement à travers le seul ministre des...

AFRIQUE

Les exportations de l'Algérie ont nettement augmenté à 18,141 milliards de dollars (mds usd) sur la première moitié de l'année 2017 contre 13,323 mds...

SPORT

Reseaux Sociaux