19 C
Tunisie
lundi 1 juin 2020
Accueil La UNE Nizar Yaiche dit avoir les moyens pour les mesures de Fakhfakh, et...

Nizar Yaiche dit avoir les moyens pour les mesures de Fakhfakh, et la BCT confirme

L’allocution du chef du gouvernement tunisien, Elyes fakhfakh, samedi soir sur la Watanya TV, avait beaucoup tardé, vexé et lassé les téléspectateurs, jusqu’à risquer de n’avoir que très peu d’audience. Son texte avait connu au moins trois versions, car les arbitrages étaient très difficiles, et demandé beaucoup de temps, pour finir dans une intervention télévisée articulée en arabe dialectal, ce qui n’est pas mauvais en fin de compte. Son contenu avait été raccourci, et ce n’était pas mauvais. Il était même bon (ce que ne partageront pas beaucoup), direct, concis, et dans le ton qu’il fallait pour une population restée sur sa faim après le discours du chef de l’Etat. Le discours de Fakhfakh, il faut le noter cette fois, a été vite suivi par un communiqué du ministère des finances qui expliquait les mesures du chef du gouvernement et les détaillant, complétant ainsi le discours de Fakhfakh. Ce communiqué était parvenu à la presse locale le soir même, après minuit, grâce à la bienveillance des services de presse du ministère.

On sait ainsi désormais que le confinement sanitaire qualifié par Fakhfakh de total et complet, n’en est pas un. Il ne s’appliquera en effet qu’à quelque 1,5 millions de Tunisiens. On a aussi appris que, contrairement au 1er communiqué, les banques continueront à fonctionner. C’est aussi le cas de la justice, en partie, après que le ministère a publié un communiqué affirmant que les tribunaux resteront fermés et citant, pour expliquer son refus de l’ordre présidentiel, les mêmes décisions du conseil supérieur de la sécurité du 20 mars que Kais Saïd citait pour expliquer l’existence du secteur de la justice sur la listes des structures jugée d’utilité nationale.

On sait aussi désormais que le confinement coûtera à l’Etat tunisien la somme de 1,5 Milliard DT, et que la liasse de mesures annoncées par le chef du gouvernement coûtera 2,5 Milliards DT. Restait cependant à savoir, comme se le demandaient beaucoup d’observateurs, si l’Etat tunisien dispose des moyens pour faire face à ces importantes et nécessaires responsabilités, pour s’acquitter de ses obligations sanitaires et financières pour les entreprises. Un souci des moyens de l’Etat, qui s’explique par la conscience du manque de ressources et de la nouvelle conjoncture internationale où, même les pays amis de la Tunisie ont leurs propres problèmes, et où les bailleurs de fonds verrouillent leurs portefeuilles à cause de la crise internationale induite par la pandémie du Coronavirus.

Le chef du gouvernement en a longuement parlé dans son discours de 25 minutes où il a dit que les mesures prises ont été lourdes et difficiles, et a placé en 2ème priorité l’objectif de « ne perdre aucun emploi », et en 3ème priorité, celui de « ne perdre aucune entreprise économique, mais au contraire les préparer à la reprise et au retour à la production, dès la sortie de crise ». Le souci du chef du gouvernement de l’aspect économique de la lutte contre le Corona et la santé des entreprises, était ainsi visible et clairement expliqué par ses soins dans la mêlée des urgences, sanitaires et sociales.

Interrogé par Africanmanager, le ministre des Finances Nizar Yaïche, est confiant à propos de la disponibilité des moyens pour faire face au besoin de liquidité et répondre à ses responsabilités, sociales, sanitaires, et économiques. « Nous disposons de trois ou quatre sources de financement, et nous travaillons sur d’autres. En tout cas, je suis confiant par rapport aux mesures qui viennent d’être annoncées, et le plan de leur financement est au point ». Et le jeune ministre des Finances d’ajouter que « les fonds seront disponibles par paliers, dont une partie proviendra du CDC qui va prendre en charge le lot des 700 MDT. On dispose aussi de diverses lignes de financement pour les garanties qui totaliseront 500 MDT. En gros, on n’aura à lever que 100 MDT. Des actions sont aussi en cours, avec la BCT pour le lancement de BTA (Bons de Trésors Assimilables). Une autre action avec le FMI pour quelques 400 MUSD ».

Nizar Yaïche semblait tellement sûr de mobiliser ce qu’il faut pour les urgences et qui serviront à atténuer le choc, qu’il se « permet » même « le luxe » de penser à l’après Corona. « Moi, ce qui me préoccupe maintenant, ce sont les mesures plus structurelles, et qui nécessiteront plus de moyens ». Et déjà prospectif malgré l’urgence des urgences, le ministre cite l’exemple de l’équité et de la fraude fiscales, le secteur informel, la fuite des devises, la digitalisation de l’administration. Tous des chantiers de réformes qui nécessiteront les grands moyens.

En attendant, la BCT nous a confirmé les déclarations du ministre des Finances concernant la disponibilité des moyens et moyens qui seront utilisés pour les mobiliser, et son total soutien au gouvernement pour la mise en œuvre de toutes les mesures annoncées. Nos sources à la BCT certifient que les ressources financières nécessaires sont disponibles par paliers et sans toucher à la capacité du gouvernement à verser les salaires et les retraites.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Kia rallonge la garantie de ses véhicules pour le confinement

City Cars KIA informe ses clients de la prorogation de la garantie des véhicules qui arrive à terme pendant la période de confinement. Les clients...

Réseaux Sociaux

103,171FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
4,286SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -

Derniers Articles