AccueilMondeNucléaire: Visite impromptue en Iran du chef de la diplomatie de l'UE

Nucléaire: Visite impromptue en Iran du chef de la diplomatie de l’UE

Le chef de la diplomatie de l’Union européenne (UE) Josep Borrell  était  attendu vendredi à Téhéran pour une visite surprise destinée à relancer les pourparlers sur le dossier nucléaire, bloqués depuis mars.

 Borrell devait arriver en soirée dans la capitale iranienne, où il s’entretiendra avec le ministre des Affaires étrangères Hossein Amir-Abdollahian et d’autres responsables iraniens, selon un communiqué du porte-parole des Affaires étrangères à Téhéran.

« La diplomatie est le seul moyen pour un retour à la pleine mise en œuvre de l’accord (de 2015 sur le nucléaire iranien) et pour surmonter les tensions actuelles », a dit sur Twitter le chef de la diplomatie européenne, après que l’UE a confirmé sa visite de deux jours en Iran.

Ce déplacement intervient alors que les pourparlers lancés à Vienne en avril 2021 entre l’Iran et les grandes puissances (Russie, Etats-Unis, Chine, France, Royaume-Uni et Allemagne) sont au point mort depuis mars.

Les discussions visent à réintégrer les Etats-Unis à l’accord de 2015 prévoyant des limitations au programme nucléaire iranien, dénoncé en 2018 par l’ex-président américain Donald Trump (2017-2021), et à ramener l’Iran au respect intégral de ses engagements dictés par ce pacte, appelé JCPOA.

« Nous sommes prêts à conclure cet accord, et exhortons l’Iran à se saisir de cette opportunité diplomatique pour conclure maintenant, tant que cela est encore possible », a commenté la porte-parole du ministère des Affaires étrangères français dans un communiqué, exprimant « son plein soutien » aux efforts de M. Borrell.

Conclu en 2015 par l’Iran d’une part et la Russie, les Etats-Unis, la Chine, la France, le Royaume-Uni et l’Allemagne de l’autre, l’accord accordait à l’Iran, accusé de chercher à se doter de l’arme atomique malgré ses démentis, un allègement des sanctions internationales asphyxiant son économie en échange de restrictions à son programme nucléaire.

Or l’administration Trump, qui a rejeté l’accord, avait de surcroît rétabli les sanctions américaines, provoquant l’ire de l’Iran.

- Publicité-

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

108,654FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
5,004SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -