AccueilLa UNEPétrole: Les opérations d'exploration n'induisent aucune perte pour l'Etat tunisien

Pétrole: Les opérations d’exploration n’induisent aucune perte pour l’Etat tunisien

Le directeur général des hydrocarbures au ministère de l’Industrie, de l’Énergie et des Mines, Rachid Ben Dali, a démenti les informations faisant état de « lourdes pertes matérielles subies par l’Etat tunisien à la suite de l’annulation des deux permis de recherche d’hydrocarbures  Ramada Sud et Janain al Wasat. Il a expliqué que l’investisseur n’a pas rempli ses obligations concernant l’activation des opérations d’exploration et de forage, ce qui a amené l’Etat à lui retirer les permis accordés et à encaisser la  garantie bancaire.

- Publicité-

Pas de pertes au titre des explorations

« La seule perte pour la Tunisie, c’est que nous n’avons pas mené d’explorations par nous-mêmes », a affirmé le responsable dans une récente déclaration à la chaîne tv  Wataniya. « Toutes les opérations d’exploration n’ont induit aucune perte pour l’Etat tunisien », a-t-il souligné.

Cette mise au point intervient à la suite  du bruit qui a couru alléguant que «  les pertes liées à l’annulation des deux licences sont énormes et auront des répercussions importantes sur l’image du secteur et du pays ».

Deux décisions ont été publiées au Journal officiel du 23 novembre 2021, signées de la ministre de l’Industrie, des Mines et de l’Énergie, Neila Nouyra Gonji, la  première portant annulation du permis de recherche, connue sous le nom de  «  Remada Sud», et la seconde relative à l’annulation du permis de recherche  dit licence « Janain al Wasat  ».

La première décision comporte  5 articles dont le premier stipule  qu’« à compter du 20 août 2021, l’autorisation de recherche d’hydrocarbures « South Ramada »  accordée en vertu de la décision du ministre de l’Industrie, de l’Énergie et des Petits et des moyennes entreprises en date du 15 septembre 2005 est annulée ».

L’article  2 dispose que « tous les droits de l’Enterprise  tunisienne des activités pétrolières et de la société « Atouk Sahara Limited » sur le permis de recherche d’hydrocarbures, connu sous le nom de permis « South Remada », sont déchus ».

L’article 3  inflige une amende compensatoire de trois millions deux cent mille dollars (3,2 millions de dollars) imposée à la société « Atouk Sahara Limited »  pour travaux inachevés sur le permis d’exploration de carburant « South Ramada » tel que  spécifié à l’article 5 du cahier des charges annexe à la convention relative à ladite licence.

L’article 4 stipule qu’ « il  est impératif pour la société « Atouk Sahara Limited » de remettre les zones couvertes par la licence annulée en vertu de cette décision dans leur état d’origine conformément à la législation et à la réglementation en vigueur, ainsi qu’aux normes et accords internationaux ratifiés par l’Etat tunisien. »

La décision concernant l’annulation du permis de recherche de carburant connue sous le nom de permis «Janayen al Wasat» comprenait 5 articles dont les dispositions évoquent  une amende compensatoire de six (6) millions de dollars infligée à « Atouk Sahara Limited »  pour travaux inachevés sur le permis d’exploration d’hydrocarbures « Janayen Al Wasat », comme le précise l’article 5 du cahier des charges joint à la convention relative à la licence mentionnée.

Les permis de recherche de 25 à23

Selon les décisions de retrait de licences, tout investisseur ayant des capacités financières et techniques peut introduire une demande  auprès des autorités tunisiennes dans le but d’exploiter le terrain vacant, selon Rachid Ben Dali. La même source a souligné la sécurité du processus judiciaire du ministère.

En somme, le nombre total de permis d’exploration et de recherche d’hydrocarbures en Tunisie a connu une baisse au cours de la période récente, passant de 52 permis en 2010 à 23 permis en 2020.

Cette régression  est due à l’abandon de plusieurs licences, en plus de la réticence des entreprises internationales à investir, et à la baisse du prix mondial du baril de pétrole.

Et sur la base de ce qui a été confirmé par le directeur général de l’Entreprise tunisienne des activités pétrolières, Abdelwahab Khamsi, dans de précédentes déclarations à  Africanmanager », l’exploration et la recherche d’hydrocarbures nécessitent des fonds  très importants, soulignant que « la Tunisie n’a pas les capacités financières pour le faire, ce qui nous dicte  de rechercher des partenaires étrangers aux fins de l’exploration», avait-il déclaré.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

108,654FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
4,918SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -

Derniers Articles