AccueilLa UNEPlaidoyer pour l’ouverture du marché tunisien de l’énergie à l’investissement privé international

Plaidoyer pour l’ouverture du marché tunisien de l’énergie à l’investissement privé international

La Tunisie pourrait réaliser le développement de son secteur décentralisé des énergies renouvelables en ouvrant son marché aux investisseurs privés et en améliorant les conditions de prélèvement de l’énergie en augmentant l’attractivité de son régime d’autoconsommation. C’est ce qui ressort d’une nouvelle étude examinant les obstacles au développement de voies d’accès au marché décentralisées pour les sources d’énergie renouvelables en Tunisie. Le think tank RES4Africa Foundation et l’EPC AFRY (Suisse-Finlande) ont collaboré à cette étude dans le cadre du programme stratégique de la Fondation, RES4MED.

- Publicité-

Ce cadre établit une comparaison de référence avec d’autres Etats tels que l’Egypte, le Chili et l’Inde, présentant des conditions similaires sur le marché des énergies renouvelables.

Selon l’introduction de l’étude, la Tunisie est l’un des marchés des énergies renouvelables les plus dynamiques et les plus rapides de la région MENA. Le pays vise à atteindre une pénétration de 30 % des énergies renouvelables dans la production nationale d’ici 2030.

Le secteur de l’électricité en Tunisie est centralisé et contrôlé par la Société Tunisienne de l’Electricité et du Gaz (STEG) qui possède et exploite le système de transmission et de distribution, tout en détenant la majeure partie de la capacité de production nationale et en gardant le contrôle de son développement.

Le rapport indique que « le secteur énergétique tunisien est toujours subventionné, avec des subventions directes sur les prix de l’électricité et des subventions indirectes sur les prix du pétrole et du gaz, toutes deux utilisées pour couvrir la différence de prix entre les coûts d’approvisionnement et les prix de vente. En 2014, le poids croissant des subventions énergétiques sur le budget de l’État a contraint le gouvernement à élaborer un plan visant à augmenter progressivement le prix de l’électricité en réduisant les subventions. »

L’investissement et l’engagement du secteur privé seront essentiels pour développer le secteur des énergies renouvelables en Tunisie.

Selon l’étude, en suivant sa stratégie, le gouvernement a supprimé les subventions pour les clients industriels, entraînant une augmentation de 35% du prix de l’électricité pour ces consommateurs. « Le mécanisme de révision des tarifs n’est pas totalement transparent, ce qui introduit une source d’imprévisibilité également pour les investisseurs privés qui cherchent à développer de nouveaux projets d’énergie renouvelable.

« À l’avenir, le secteur de l’électricité devrait gagner en importance en Tunisie, sous l’effet de l’augmentation de la demande d’électricité. Après un ralentissement ces dernières années en raison de contingences socio-économiques, la demande devrait augmenter régulièrement au cours de la prochaine décennie, passant de 15,5 TWh en 2018 à 30 TWh en 2030, après quoi l’augmentation de la demande se poursuivra pour atteindre environ 60 TWh en 2050 », explique l’étude.

Préparer la Tunisie aux  objectifs ER d’ici 2030

Comme le souligne l’étude, le cadre réglementaire tunisien permet désormais le développement de capacités de production décentralisées par l’autoconsommation et l’autoproduction, ouvrant ainsi la voie aux producteurs d’électricité indépendants du secteur privé.

L’étude  indique que les trois actions qui aideront le pays à améliorer son secteur énergétique et à créer de nouveaux emplois sont les suivantes :

L’ouverture du marché aux investisseurs privés ;

Clarification des rôles et des compétences des principaux acteurs du marché ; et

Optimisation du mécanisme de rémunération de l’excédent d’électricité.

Néanmoins, ce qui ressort de l’analyse, c’est que la participation des producteurs d’électricité indépendants est encore constamment entravée par de multiples facteurs , dont le vide réglementaire, l’absence d’autorités énergétiques indépendantes, des procédures d’autorisation longues et non spécifiques et des tarifs peu clairs et non fixés.

Les recommandations formulées dans l’étude de RES4Africa se concentrent sur la mise en place de réglementations spécifiques et leur application par des entités réglementaires adéquates. La stabilisation des tarifs de l’énergie, combinée à des procédures d’autorisation plus rapides et plus intelligentes et à une rémunération adéquate pour la production de surplus d’énergie, sont d’autres objectifs à atteindre pour créer un marché des énergies renouvelables caractérisé par une ouverture, un attrait et une disponibilité adéquats pour les investissements privés internationaux.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

106,721FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
4,453SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -

Derniers Articles