AccueilLa UNEPour les agences de voyages, c'est encore et toujours la croix et...

Pour les agences de voyages, c’est encore et toujours la croix et la bannière!

Celle du coronavirus est sans conteste la crise la plus dévastatrice que le secteur des agences de voyages ait eu à affronter. A court d’argent  faute de touristes et de clients, et devant tenir coûte que coûte face aux affres d’une pandémie qui balaye presque tout sur son passage, les professionnels du voyage exigent que soit facilitée l’obtention des crédits bancaires avec la garantie de l’Etat, assouplies les procédures d’obtention de crédits bancaires et des subventions et suspendues les charges fiscales et sociales jusqu’à la reprise de l’activité touristique. Telles sont, en résumé, les principales mesures d’appui proposées par les agences de voyages, selon une récente enquête publiée par l’IACE, en collaboration avec la Fédération Tunisienne des agences de voyages et de tourisme (FTAV).

- Publicité-

Selon cette enquête intitulée « Impact de la pandémie Covid-19 sur les agences de voyages », ces dernières ont aussi plaidé pour l’accélération de la vaccination contre le Covid-19, le lancement des campagnes pour promouvoir la Tunisie comme une destination sûre et l’allègement des procédures de paiement des fournisseurs à l’étranger.

Environ 80% des agences de voyages étaient totalement fermées pendant le confinement général en mars 2020 et 20% en activité dont 16% fonctionnaient en télétravail. Actuellement, 28% des agences de voyages sont en arrêt temporaire et 16% optent pour le télétravail. Dans le même temps,  80 % des agences de voyages ont enregistré une baisse de 75 % ou plus de leurs chiffres d’affaires. Pendant la saison estivale, 47% des agences ont connu un repli entre 75% et 100% de leurs chiffres d’affaires. Au cours des six derniers mois, 58% d’entre elles ont fait face à une chute de 75% ou plus de leurs CA.

En conséquence de la première vague de la pandémie, 67,74% des agences de voyages ont enregistré une diminution au niveau du nombre d’employés, 30,11% ont maintenu le même effectif et 2,15% ont augmenté le nombre d’employés.

Durant la période allant d’octobre 2020 à fin mars 2021, 40% des employés dans les agences de voyages travaillaient à temps plein, tandis que 15% étaient en chômage technique et 9% en congé sans solde. 24% des agences de voyages ont eu recours à diverses options (licenciement, chômage, technique, congé payé, congé sans solde, temps plein).

Le secteur étant toujours en état de crise, de nombreuses agences de voyages se sont trouvées dans l’incapacité de payer l’intégralité des salaires de leurs employés, d’où le recours au paiement partiel des salaires.

Et le plan de relance !

Toujours selon cette enquête, parmi les mesures d’accompagnement mises en place par l’Etat pour soutenir le secteur touristique, les mieux évaluées par les responsables des agences de voyages, sont celles relatives à la prise en charge par l’Etat de la cotisation patronale et ce au titre du 4ème trimestre de l’année 2020 et les 2 premiers trimestres de l’année 2021, la réouverture exceptionnelle des inscriptions sur la Plateforme Digitale d’accompagnement, sans l’obligation de se conformer aux conditions imposées aux autres secteurs et la suspension à partir de janvier 2021 et pour 6 mois, de la taxe appliquée aux agences de voyages au titre de la contribution au FODEC (Fonds de Développement de la Compétitivité Industrielle).

Les priorités exprimées par les dirigeants des agences de voyages dans le cadre de cette enquête s’articulent essentiellement, autour de l’élaboration d’un plan de relance, l’innovation et la numérisation de l’écosystème du tourisme, la diversification des produits et des marchés et la promotion du tourisme national et régional.

Un secteur à l’agonie !

Dans une récente interview à Africanmanager, le président de la Fédération tunisienne des agences de voyages s’est plaint que  « la profession se voie infliger une énorme injustice »,  expliquant que, « d’une part, des batteries de mesures gouvernementales sont annoncées  pour la sauver de la descente aux enfers, et de l’autre, la CNSS et les recettes des finances n’arrêtent pas de commettre des huissiers accourus pour recouvrer les dettes au profit de l’Etat ».

Il a affirmé que les agences de voyages sont présentement aux prises avec des difficultés financières insurmontables, étant absolument dans l’incapacité de s’acquitter des obligations qui leur sont imposées en raison de la « quasi paralysie » due à la propagation de la pandémie de Covid-19, notant que les entreprises du secteur sont dans l’impossibilité de tenir face aux retombée de la crise sanitaire.

Il est allé jusqu’à estimer que « le secteur est à l’agonie, livré à lui-même et abandonné par le gouvernement », ajoutant que «   nombreuses sont les banques qui traînent les pieds pour ce qui est des crédits, aggravant encore plus la crise des agences de voyages ».

1 COMMENTAIRE

  1. Brabbi kolli, comment promouvoir la Tunisie comme une destination sûr avec tous les problèmes que rencontrent les vacanciersnotamment:
    1- le confinement obligatoire de 7jours dans un hôtel à la charge du vacancier, alors que le vacancier tunisien et étranger ont les maisons de leur parent pour ce confinement, il suffit d’avoir un test négatif PCR en cas de non vaccin.
    2- le vol des bagages
    3- le retard de TuniAir ou l’annulation des vols
    4- l’accueil à l’aéroport laisse à désirer
    5- le manque de propreté,etc,…
    Il faut supprimer l’arnaque de l’obligation de confinement dans un hôtel à la charge du vacancier, car ce dernier ne vient pas en Tunisie, yebta ! il ira passer ses vacances au Maroc, en Grêce, au Portugal ou même à Malte. Cette situation a été créée par l’intelligence de nos dirigeants poubelles.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

106,721FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
4,435SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -

Derniers Articles