AccueilLa UNEPourquoi la Turquie a-t-elle gardé profil bas à l'égard du 25 juillet...

Pourquoi la Turquie a-t-elle gardé profil bas à l’égard du 25 juillet ?

Manifestement, la Turquie a adopté un ton modéré et, de l’avis de certains, accommodant vis-à-vis de l’état d’exception proclamé par le président de la République tunisienne, Kais Saied, s’exceptant de le qualifier de coup d’État, tout en sachant que le cours des événements pourrait mettre en danger ses politiques en Afrique du Nord.

- Publicité-

Elle a révisé également son approche à l’égard de la Tunisie après que les partis laïques sont devenus plus importants dans la politique du pays après les élections de 2014. Cet ajustement politique a consisté à tendre la main aux partis laïques d’une part, tout en conservant des liens étroits avec le parti islamiste Ennahdha d’autre part. Une approche conforme aux efforts d’Ankara pour renforcer ses liens avec les pays du Maghreb, et qui recoupe les efforts de normalisation en cours entre Ankara et les capitales arabes.

Étonnamment, la Turquie a réagi avec plus de prudence qu’elle ne l’avait fait lorsque le coup d’État militaire de 2013 en Égypte a chassé le président Mohamed Morsi. Dans un premier temps, les représentants du parti au pouvoir, le Parti de la justice et du développement (AKP), ont fortement critiqué la démarche de Saied, mais le président turc Recep Tayyip Erdogan a adopté un ton plus amène après s’être entretenu avec le président tunisien, se bornant à appeler à un retour aux activités du parlement. Ankara cherche clairement à éviter toute confrontation qui pourrait mettre en péril ses relations avec la Tunisie, estime l’Institut allemand des affaires internationales et de sécurité (SWP), dans une analyse relayée par le Middle East Eye.
Tunisia coup: Why has Turkey taken a muted stance?As Ankara works to strengthen its ties with Maghreb countries, it has opted for measured rhetoric on Saied’s rec…

Depuis 2011, la Turquie a développé une intense activité diplomatique qui a abouti à la signature d’une série d’accords de coopération, dont le traité d’amitié et de coopération de 2011 et la création en 2012 d’un conseil de coopération stratégique de haut niveau axé sur la sécurité et la défense. Et cet élan diplomatique a également permis de renforcer les relations économiques. La Turquie et la Tunisie avaient déjà établi un accord de libre-échange en 2005, mais le processus de levée des barrières commerciales sur de nombreux biens a été entièrement achevé en 2014.

Le changement de cap de 2014

Pourtant, les élections de 2014, tant présidentielles que parlementaires, ont modifié l’équilibre de la politique tunisienne en faveur des partis laïques et prouvé que le paysage politique est multipolaire, comprenant une polyphonie de voix. Les partis laïques jouissent d’un solide soutien populaire, ce qui nécessite une constante la recherche d’un consensus politique. Cela a obligé la Turquie à développer un réseau plus large d’acteurs sociaux et politiques, y compris les forces laïques, et a conduit à un changement dans l’approche de la Turquie vis-à-vis de la Tunisie.

Une autre dynamique qui a poussé la Turquie à remodeler sa stratégie a été la critique croissante de la Tunisie sur les politiques régionales d’Ankara et leurs implications pour la Tunisie. La critique la plus sérieuse était centrée sur la question des combattants tunisiens en Syrie, en Irak et en Libye transitant par la Turquie.

L’évolution du paysage politique a également affecté les relations économiques entre la Tunisie et la Turquie. Face à un déficit commercial croissant, les deux pays ont négocié pour modifier les termes de leur accord de libre-échange. Ankara considère donc que ses relations économiques avec la Tunisie sont fragiles, ce qui souligne la nécessité d’une politique bilatérale plus équilibrée. Et ceci a amené Ankara à jeter son dévolu sur un autre créneau, de l’armement avec la conclusion d’une série d’accords qui ont ouvert la voie au transfert de technologie et à la coopération militaire. L’année dernière, le ministère de la défense tunisien a signé un contrat avec Turkish Aerospace Industries pour l’achat de drones de moyenne altitude et longue endurance. La Tunisie est devenue le plus gros acheteur de véhicules blindés de la Turquie au Maghreb.

–          Un acte d’équilibre

L’objectif de l’engagement de la Turquie est de renforcer ses liens géostratégiques et géoéconomiques avec les pays du Maghreb. Ankara est donc désireuse de coopérer avec les pays de la région sur les questions économiques et de sécurité, et l’acte d’équilibrage de la Turquie en Tunisie reflète sa politique axée sur les intérêts dans le voisinage méridional de l’Europe.

Mais la Turquie est confrontée à un dilemme dans son acte d’équilibrage. D’une part, l’AKP, le parti au pouvoir en Turquie, continue d’entretenir des relations étroites avec Ennahdha, mais d’autre part, il présente la Turquie comme un allié régional bipartisan et fiable qui peut offrir un soutien dans des domaines stratégiques, tels que la sécurité. Les forces laïques en Tunisie perçoivent le soutien de la Turquie à Ennahdha comme une ingérence dans les affaires intérieures du pays, ce qui empêche un changement substantiel de la politique régionale de la Turquie.

La deuxième limite est le manque d’alliés de la Turquie. Les relations de la Turquie avec ses partenaires occidentaux et régionaux ont connu des hauts et des bas ces dernières années. La Turquie a récemment commencé à désamorcer les tensions avec l’Égypte, l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis, tout en cherchant à réparer les relations détériorées avec l’Occident.

Les réajustements de la Turquie suggèrent qu’Ankara est consciente de la nécessité d’un changement dans sa politique régionale. Mais les effets de cette stratégie de normalisation sont limités, et elle devrait être complétée par un cadre de coopération pour contribuer à la stabilité régionale.

Avec l’intérêt décroissant des États-Unis pour la Méditerranée, le rôle de l’Europe dans la région est devenu encore plus important. Si l’UE souhaite influencer et remodeler la dynamique régionale dans son voisinage méridional, les décideurs politiques devraient s’engager davantage, tant sur le plan politique qu’économique, afin d’éviter les risques liés à la polarisation et à l’inimitié régionales.

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

108,654FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
4,917SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -

Derniers Articles