AccueilLa UNEQuand le coronavirus met à mal un tourisme déjà très fragile

Quand le coronavirus met à mal un tourisme déjà très fragile

Immanquablement, le  tourisme ne pouvait être que  le premier secteur à pâtir de la crise du coronavirus en Tunisie. Malgré la résilience dont il a fait preuve à maintes reprises, le secteur est confronté à une situation sans précédent, où la crise du coronavirus est en train de porter un coup de grâce à une pléthore d’entreprises, fragilisées depuis 2011, d’ailleurs.

- Publicité-

Les recettes touristiques ont baissé de 55% durant les quatre premiers mois de 2021, en comparaison avec la même période de 2020, selon les indicateurs publiés par la Banque centrale de Tunisie.

Au 30 avril 2021, les recettes touristiques ont reculé de 536, 3 Millions de dinars, par rapport à la même période de 2020, pour atteindre 439,2 MD.

Le gouvernement a décidé des mesures en faveur des professionnels du secteur, pour faire face aux répercussions de la pandémie du Covid-19, d’autant plus que le secteur du tourisme est l’un des secteurs les plus affectés par la crise sanitaire de la pandémie de la Covid-19

Le département du Tourisme est en train de mettre en œuvre une stratégie de promotion de la destination Tunisie pour l’année 2021, selon le ministre du Tourisme et de l’Artisanat, Habib Ammar.

Il a affirmé que la stratégie nationale de vaccination va permettre de donner une vision claire aux différents tours opérateurs et touristes souhaitant venir en Tunisie.

On rappelle que l’Office national du tourisme a annoncé qu’un premier contingent de 300 touristes russes est arrivé en Tunisie  depuis jeudi à bord de deux vols charters, suivis vendredi de touristes biélorusses et samedi de touristes tchèques : une première depuis l’été dernier.

Les quelques centaines de touristes venus d’Europe de l’Est mettent du baume au cœur des tunisiens mais ne relanceront sûrement pas les hôtels. « On s’en réjouit mais ils ne représentent qu’une fraction des touristes qui viennent habituellement au pays », analyse l’expert Sami Aouadi, cité par TV5 Monde. « Mais bon, c’est mieux que rien pour les hôtels. » L’arrivée de ces touristes met en avant l’étau dans lequel se trouve le gouvernement alors que l’épidémie explose de nouveau en Tunisie. « Soit ils ouvrent les frontières et les tunisiens sont mécontents », explique un autre spécialiste, cité par le même média. « Soit ils ferment et les touristes ne reviennent pas », conclut-il.

OMT: 320 milliards de dollars de pertes dues au coronavirus

Selon le baromètre publié par l’Organisation mondiale du tourisme (OMT), la pandémie de Covid-19 a provoqué des pertes de 320 milliards de dollars (273 milliards d’euros) pour le tourisme mondial de janvier à mai sur un an.

« C’est plus du triple des pertes enregistrées (…) par le tourisme international pendant la crise économique mondiale de 2009 », a estimé cette organisation dépendant des Nations unies dont le siège est à Madrid.

De janvier à mai, le nombre des touristes internationaux a chuté de 56% par rapport à la même période en 2019, ce qui représente 300 millions de visiteurs en moins. Malgré le lent redémarrage du tourisme, notamment dans l’hémisphère nord, « l’indice de confiance établi par l’OMT affiche des plus bas historiques », est-il constaté.

Parmi les principaux risques encourus par le secteur, l’OMT cite « la recrudescence du virus et le risque de nouveaux confinements » ainsi que la situation de la Chine et des Etats-Unis, « au point mort », alors que ces pays sont habituellement grands pourvoyeurs de touristes.

Début mai déjà, l’OMT prévoyait une chute de 60 à 80% du nombre des touristes internationaux pour l’année 2020, avec des pertes pouvant atteindre au total 910 à 1.200 milliards de dollars (776 à 1.023 milliards d’euros).

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

106,721FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
4,433SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -

Derniers Articles