AccueilLa UNERemarquable décrue des mouvements de protestation en avril

Remarquable décrue des mouvements de protestation en avril

Les mouvements de protestation ont diminué d’environ 26% en avril dernier par rapport au mois de mars de la même année, selon le rapport du mois d’avril 2021 de l’observatoire social tunisien (OST) relevant du forum tunisien pour les droits économiques et sociaux (FTDES).

- Publicité-

D’après la même source, 841 mouvements de protestation ont été enregistrés en avril dernier contre 1138 mouvements de protestation en mars de la même année. En revanche, une augmentation record de 230 % a été enregistrée par rapport au mois d’avril 2020.

Environ un tiers des protestations enregistrées en avril dernier ont eu lieu dans les régions du Nord-est et Nord-ouest. Les mouvements de protestation dans ces régions ont augmenté de 19% par rapport au mois de mars 2021.

En revanche, le niveau des mouvements de protestation dans les régions du Sud-est et Sud-ouest a diminué d’environ 27% par rapport au mois de mars 2021 et malgré cette baisse, ces régions sont toujours en tête avec 47% du total des manifestations enregistrées.

Gafsa en tête

Le gouvernorat de Gafsa vient en tête des régions les plus protestataires avec 222 manifestations, suivi du gouvernorat de Tunis avec 190 manifestations. 61 protestations ont été enregistrées à Tataouine et une moyenne de 35 manifestations à Béja, Sidi-Bouzid, Gabès, Kébili, Médenine et Kairouan, lit-on de même source.

Selon le rapport, durant ce mois d’avril, la tendance des manifestations sociales à la violence et à l’anarchie a augmenté d’environ 2,8%. Le pourcentage de manifestations anarchiques est estimé à 81,7% du total des manifestations.

À l’exception des gouvernorats de Bizerte, Sfax, Mahdia, Siliana, Monastir, Sidi Bouzid et Kairouan, dans lesquels le caractère non anarchique des manifestations prévalait, les mouvements de protestation dans le reste des régions a été à tendance violente, en particulier dans les gouvernorats de Tunis, Gafsa, Tataouine, Kebili, Médenine et Gabès.

Le pourcentage de manifestations anarchiques ou violentes dans le gouvernorat de Gafsa a atteint 95%, 96,7% dans les gouvernorats de Gabès et de l’Ariana et a été d’environ 100% à Jendouba.

51% des manifestations du mois d’avril 2021 ont concerné le secteur public suivi du secteur de l’éducation avec 9%, du secteur environnemental à hauteur de 6%, de l’approvisionnement en eau potable avec 3%, et autres.

A vrai dire, la Tunisie se débat dans une crise globale aggravée par la pandémie de coronavirus. L’instabilité politique générée par un système semi-parlementaire et semi-présidentiel, issu d’un mode de scrutin proportionnel, a fini par provoquer un éclatement du paysage partisan et une crise de la gouvernance.

Le choix d’un régime politique hybride et impuissant s’est avéré coûteux en termes économiques et financiers. Il en a résulté un ralentissement de la croissance, un surendettement exponentiel, une baisse des investissements et une montée du chômage et de la précarité , et partant des mouvements de protestation.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

106,721FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
4,439SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -

Derniers Articles