Rwanda : Libre accès pour les citoyens du monde entier !

Rwanda : Libre accès pour les citoyens du monde entier !

par -

Le Rwanda a fait simple pour marquer son ouverture au monde : Depuis le 1er janvier 2018, les ressortissants de tous les pays de la planète peuvent y entrer en toute liberté, sans aucune procédure administrative préalable ou visa. Les services de l’immigration rwandais l’avaient annoncé en novembre 2017, ils ont tenu parole.

La seule contrainte : Le séjour ne doit pas dépasser 30 jours, après il faudra d’autres démarches pour y rester. Mais c’est déjà une révolution en soi pour cette “petite” nation de la région des grands lacs qui a réussi en un temps record, sous la houlette de Paul Kagame, à se remettre de l’un pires génocides du 20ème siècle (d’avril à juillet 1994, près de 800 000 victimes)
A noter que pour les pays partenaires du Rwanda et ceux du Comesa (le Marché commun de l’Afrique orientale et australe), leurs ressortissants peuvent résider dans le pays jusqu’à 90 jours ; pour ceux de la Communauté est-africaine, c’est 6 mois.
Au vu des accords bilatéraux, les ressortissants des pays suivants peuvent visiter le Rwanda sans visa pour une période allant jusqu’à 90 jours : Bénin, République centrafricaine, Tchad, RDC, Ghana, Guinée, Indonésie, Haïti, Maurice, Philippines, Sénégal, Les Seychelles, Sao Tomé-et-Principe et Singapour”, indique un communiqué du ministre rwandais des Affaires étrangères.

Le Rwanda argue qu’il entend ainsi faire sauter les entraves à la libre circulation des personnes et des biens sur tout le continent, conformément aux orientations de l’Union africaine. Mais pour ce pays est-africain il y a d’autres enjeux : doper le tourisme, appâter les investisseurs du monde entier et booster une croissance qui est déjà très respectable, plus de 6% en 2017 selon le FMI. Kigali marche sur les pas du Kenya, un autre ténor de l’Afrique de l’Est, qui a fait savoir en novembre 2017 que tous les ressortissants africains avaient désormais les portes ouvertes, les visas étant remis à l’arrivée…

AUCUN COMMENTAIRE

Laisser un commentaire