AccueilLa UNESaied incarne l'espoir d'un salut économique pour une majorité de Tunisiens, selon...

Saied incarne l’espoir d’un salut économique pour une majorité de Tunisiens, selon le Financial Times

Les Tunisiens, pour la plupart, sont  profondément désillusionnés par la détérioration économique de la dernière décennie, sous une série de gouvernements de coalition faibles qui n’ont pas réussi à s’attaquer à la pauvreté et au chômage, autant de griefs qui ont alimenté la révolte.

- Publicité-

Mais,  des millions de personnes placent désormais leurs espoirs dans Saied, qui n’a pas encore formulé de politique économique. Il reste populaire, même s’il a suspendu la constitution et annoncé qu’il gouvernerait par décret. Son plus grand défi, cependant, sera d’apporter le salut économique attendu par une population qui souffre depuis longtemps, selon les analystes cités par le Financial Times.

Jusqu’en juillet, lorsque Kais Saied, le président populiste élu du pays, s’est emparé de tous les pouvoirs et a fermé le parlement, la Tunisie était considérée comme la seule transition démocratique réussie à avoir émergé des révolutions et des troubles régionaux de 2011.

Claudiquant pendant des années, l’économie tunisienne a pris un mauvais coup à cause de Covid-19, le produit intérieur brut se contractant de 8,2 % en 2020 selon le FMI. La pandémie a presque ruiné le secteur crucial du tourisme et réduit les exportations vers les partenaires commerciaux traditionnels en Europe. Des milliers de petites entreprises ont fermé leurs portes. Le taux de chômage national à la fin du mois de septembre était de 18,4 % selon l’Institut national de la statistique de Tunisie, qui a estimé le chômage des jeunes à 42,4 %.

Un  ingénieur qui travaille pour une agence de formation professionnelle à Sidi Bouzid, a attribué le chômage élevé dans les provinces intérieures, où vit un tiers de la population de 12 millions d’habitants, à l’absence d’investissements de l’État dans les infrastructures. « Le développement est la clé pour lutter contre le chômage endémique, car il attirerait le secteur privé », a-t-il déclaré. « Les gens en ont assez et nous attendons maintenant la [nouvelle force] qui réaliserait les grands objectifs de la révolution, qui étaient avant tout le travail, puis la liberté et la dignité. »

Un programme économique gardé sous le boisseau !

Mais Saied, qui a critiqué les élites économiques et politiques pour leur corruption, n’a pas encore donné une idée de ce à quoi pourrait ressembler son programme économique. À un moment donné, il a déclaré qu’il mettrait en place un système par lequel les « hommes d’affaires les plus corrompus » du pays seraient obligés d’investir dans le développement des régions les plus pauvres. Des pourparlers ont été entamés avec le FMI sur un nouvel accord, mais il est probable qu’il contienne des dispositions telles que la réduction des subventions et le plafonnement de la masse salariale du secteur public – des mesures que les gouvernements précédents ont eu du mal à mettre en œuvre et qui risquent de nuire à la popularité de  Kais  Saied, estime le Financial Times .

La Tunisie doit trouver environ 4 milliards de dollars pour combler le déficit de ses finances publiques, mais compte tenu de son profil de risque, les taux d’intérêt sont trop élevés pour qu’elle puisse emprunter sur le marché international, estiment les économistes. L’augmentation des dépenses publiques pour faire face à l’urgence du coronavirus a fait grimper la dette publique à près de 88 % du PIB, ce que le FMI qualifie d’insoutenable. Cela ajoute à la pression sur le budget de l’État, déjà aux prises avec une masse salariale publique qui s’élève à près de 18 % du PIB, l’un des niveaux les plus élevés au monde.

La directrice pour la Tunisie d’International Alert, une organisation de la société civile basée au Royaume-Uni,  citée par la même source a déclaré que dix ans après la révolution, rien n’avait changé pour les régions les plus pauvres. « Les taux de pauvreté et de chômage les plus élevés se trouvent toujours aux mêmes endroits », a-t-elle indiqué, ajoutant qu’il y avait également une augmentation de l’âge des chômeurs de longue durée, « qui ont obtenu leur diplôme il y a 10 ans et n’ont jamais eu d’emploi ».

Le bénéfice du doute

La Tunisie n’a pas eu de « véritable stratégie de développement » depuis la révolution, a-t-elle ajouté, et les solutions proposées sont les mêmes que sous l’ère Ben Ali : acheter les habitants des quartiers pauvres par le biais d’aides ou de contrats temporaires mal payés pour des travaux de nettoyage ou de jardinage.

Le  porte-parole du Forum tunisien pour les droits économiques et sociaux, un groupe de réflexion, a déclaré que Saied risquait d’attiser la colère s’il ne tenait pas ses promesses. « Au bout d’un moment, ils voudront qu’il réponde à leurs attentes, et le danger que représentent pour lui ses partisans est plus grand que celui de ses opposants. Il n’a aucune vision économique ou sociale. »

Pour l’instant, cependant, de nombreuses personnes  semblent prêtes à accorder au président le bénéfice du doute malgré ses tendances autoritaires. « Qu’est-ce que la démocratie a fait pour nous ? », se demande une enseignante de Sidi Bouzid  « La vie reste chère, mais je donne une chance à Saied, et tous les Tunisiens aussi. »

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

108,654FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
4,918SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -

Derniers Articles