AccueilLa UNETunis : Joha et Ali Larayedh.

Tunis : Joha et Ali Larayedh.

Revoici donc l’insécurité, dans le pays de la Révolution du Jasmin. Certes, ce n’est pas encore la peur de se promener dans les rues, de se baigner sur les plages et le sable fin, mais la peur pour tout un pays de se voir infester de terroristes de ce qui existe de pire dans le genre. Après Soliman dont les auteurs des attentats ont été libérés sous le régime de l’amnistie, Bir Ali Ben Khalifa et la Rouhia dont on attend toujours le passage en justice, voici donc le terrorisme islamiste qui frappe la Tunisie, blesse et fauche des jambes de Tunisiens, presque dans l’indifférence politique générale !

Le 29 avril, une première mine explose à Jbel Chambi sous les pieds des agents de la Garde Nationale qui y pourchassaient des éléments terroristes dans ce qui n’est pas encore officiellement dit une chasse à la Qaïda. Six militaires sont aussi blessés, le 30 avril 2013, par l’explosion de mines, lors d’une opération contre des terroristes, près de la frontière algérienne. Ce 1er mai 2013, le Jbel Chambi est enfin déclaré zone de restriction militaire. Le même jour, les forces de sécurité tunisiennes engagent des combats avec un groupe d’une cinquantaine de djihadistes armés retranchés à Jbel Chambi.

– Les terroristes seraient-ils protégés ? Qui les protègerait?

Lors de la dernière émission de «9 heures du soir» de Moez Ben Gharbia sur Attounissia TV, des témoignages, pour le moins intrigants, ont été diffusés. Des agents de la Garde Nationale qui se plaignent d’avoir été envoyés, presque sans armes et sans aucun soutien logistique, sur un terrain miné. Certains ont même évoqué des instructions pour ne pas tirer sur ces terroristes, ce qui pourrait expliquer le manque de soutien logistique et même d’armes appropriées. Le même soir, les discussions sur le plateau sont détournées vers la couverture sociale des agents de l’ordre, et le lendemain, le gouvernement d’Ali Larayedh annonce des mesures qui répondent aux attentes des agents de l’ordre. Oublié donc, volontairement ou involontairement, le reste du contenu des témoignages des agents de l’ordre rapportés dans les séquences diffusée par Attounissia.

Des questions restent cependant sans réponse, à propos de l’opération conduite dans le Jbel Chambi. D’abord, comment mener une opération d’une telle importance, avec une telle légèreté, sans les armes appropriées et sans la logistique, militaire et médicale nécessaire et surtout en totale méconnaissance du terrain, notamment pour y détecter les dangers des mines et des explosifs ?

Ensuite, quelle est la réalité de ces directives qui auraient été données de ne pas tirer ? Qui les a données et à quelle fin ? Les terroristes que traquent les forces de l’ordre à Jbel Chambi, bénéficieraient-ils d’une quelconque couverture ou d’un quelconque soutien ?

– Joha et Ali Larayedh, premier et second poste !

En visite en Tunisie avant son départ à la retraite, le général Carter Ham, commandant des forces américaines en Afrique (Africom), a eu une série d’entretiens, mardi 26 mars, à Tunis, avec le chef du gouvernement provisoire, Ali Larayedh, le ministre de l’Intérieur, Lotfi Ben Jeddou et le chef d’état-major interarmées, le général Rachid Ammar. Carter Ham déclarait que «Aqmi (Al Qaida du Maghreb Arabe) cherche à s’implanter en Tunisie». Manifestement, il n’avait pas été pris au sérieux !

Cela rappelle une des histoires de Joha. Alors qu’il était Vizir de la police, des citoyens venaient l’avertir du danger des ennemis qui allaient envahir le pays. «Tant qu’il n’envahissent pas la cité, ce n’est pas grave» leur répondit-il. Quelques mois plus tard et après que le Calife l’a nommé Grand Vizir, des habitants et de voisins vinrent l’avertir que l’ennemi est déjà entré dans la cité. ««Tant qu’il n’envahissent pas maison, ce n’est pas grave» leur répondit-il. Quelques jours plus tard, les habitants avertirent Joha que les ennemis sont dans sa maison. «Là, nous sommes cuits», leur répondit-il.

Plus tard, le pays devient un «Tunistan » et Joha, bien que croyant et qu’il aime l’islam, se retrouve, de nouveau, en prison !

KaBou.

- Publicité-

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

108,654FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
5,006SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -