AccueilLa UNETunisie : Pourquoi la corruption n’a pas régressé ?

Tunisie : Pourquoi la corruption n’a pas régressé ?

présenté le rapport annuel sur « l’indice de perception de la corruption 2013 ». Il en ressort que la Tunisie y est classée 77 sur 177 pays, avec un score de 41 sur 100 qui la place après le Sénégal, la Bulgarie et l’Afrique du Sud. Ce classement, comparé à celui de 2012, ne relève pas une amélioration notable, sachant que la Tunisie était classée 75ème, un an plus tôt.

Soumaya Belaid, membre de l’association, a souligné que la lutte contre la corruption devrait être un effort collectif et partagé entre le gouvernement et la société civile. Et d’ajouter que le recul enregistré au niveau du classement de la Tunisie en matière de l’indice de perception de la corruption est expliqué par plusieurs facteurs à savoir : la lenteur de la mise en place d’une stratégie nationale pour lutter contre ce phénomène, le report de la date des élections, la lenteur de l’exécution des législations en matière de justice transitionnelle…

C’est dans ce contexte qu’une batterie de recommandations a été annoncée, au cours de cette rencontre, dont l’objectif souhaité est de mettre fin à la prolifération de ce fléau jugé incontournable en Tunisie.

Parmi ces recommandations on cite, à titre d’exemple, l’adoption d’une loi concernant la déclaration des biens, et ce dans les plus brefs délais et la nécessité de garantir l’indépendance et la transparence de la justice afin de sanctionner les corrompus.

Il s’agit également de la mise en place de la loi concernant la justice transitionnelle pour dévoiler les affaires de corruption avant le déclenchement des événements de la révolution…

Au cours de cette rencontre, plusieurs experts en matière de lutte contre la corruption et des universitaires se sont interrogés sur l’absence d’une loi relative à la lutte contre la corruption notamment dan le secteur privé, passant en revue, en outre, la mise en œuvre d’une législation garantissant l’accès aux documents administratifs qui demeure une nécessité absolue.

Il convient de signaler que « I Watch », est une organisation qui a été créée en 2011 et qui regroupe des jeunes tunisiens dynamiques, actifs dans les différentes régions du pays. Leur mission consiste à préserver les acquis de la révolution et à dévoiler la corruption financière et administrative… Cette organisation est présente dans plusieurs régions du pays comme Tunis, Sfax, Djerba…

Nadia Ben Tamansourt

- Publicité-

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

108,654FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
5,006SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -