Tunisie-Tourisme : -928 MDT, 24 hôtels fermés par les «Révolutionnaires » et...

Tunisie-Tourisme : -928 MDT, 24 hôtels fermés par les «Révolutionnaires » et 89 mille emplois perdus.

par -
L’activité touristique a été marquée depuis le déclenchement de la révolution par une chute généralisée des entrées, de nuitées et de recettes. Jusqu’au 20 Aout 2011, les entrés touristiques ont atteint 2.771 millions de touristes contre 4.539 durant la même période de l’année précédente en accusant une baisse de 38.9% soit1.825 touristes en mois. Le marché français a régressé de 45.2%, celui allemand de 50.9%, anglais de 38.6% et italien de 69.1%.
Le marché maghrébin a enregistré une baisse de 36.1% imputable au fléchissement du marché libyen de 31.8% et du marché Nord américain qui a marqué par une baisse de 42.6%. En effet et à l’issue du 20 aout2011, la fréquentation hôtelière a baissé de 46.3% passant de 23.260 million de nuitées en 2010 à 23.260 million de nuitées en 2011 soit une baisse de 10.762 million de nuitées.
Au niveau régional, seule Tataouine a affiché une hausse de 44.4% grâce au flux des libyens. Les autres régions ont vu leurs nuitées baisser à des taux très élèves.
En ce qui concerne le taux d’occupation, il a atteint le niveau de 29.3% contre 51.9%en 2010 en accusant une baisse de 23points. Sur un autre volet, et en ce qui concerne le tourisme intérieur, les nuitées de résidents ont régressé aussi passant de 2.093 million en 2010 à 1.125 jusqu’au 20 Aout 2011 soit 969.000 de nuitées de moins.
En outre, les recettes touristiques ont chuté de 43.4% durant la période du premier janvier au 20 Aout 2011. Elles ont atteint 1.210.3 millions de dinars contre 2.155 millions de dinars durant l’année précédente ce qui représente un manque à gagner de près de 928.1 millions de dinars.
Cette crise de la fréquentation touristique ainsi que les mouvements de sit-in, ont abouti à la fermeture de 24 unités pour une capacité totale de 7.544 lits ce qui correspond à la suppression de quelque 89.000 emplois, dont 22.319 directs, saisonniers et permanents notamment dans les régions les plus affectées par la crise. Faut-il signaler que l’emploi saisonnier représenterait quelque 20% de l’ensemble des emplois directs dans le tourisme. De plus, les réservations pour l’apogée  de la saison estivale sont en baisse de plus de la moitié.
Il en ressort que la visibilité pour l’année 2012 s’annonce très faible et négative, vu que plusieurs tours opérateurs ont demandé des réductions de prix et de contingents, ainsi que la renégociation à la baisse des contrats de gestion et de location des établissements hôteliers.
 Nadia ben Tamansourt

AUCUN COMMENTAIRE

Laisser un commentaire