AccueilLa UNEUn énième cri d’alarme pour sauver le tourisme!

Un énième cri d’alarme pour sauver le tourisme!

La sonnette d’alarme est régulièrement tirée pour attirer l’attention sur le marasme dans lequel s’enfonce le tourisme tunisien et appeler à une stratégie de salut dont personne pour l’heure n’est capable d’esquisser les contours.

- Publicité-

La présidente de la Fédération tunisienne de l’hôtellerie (FTH), Dorra Miled, est la dernière  en date à le faire. C’était  lors d’un dialogue à l’ARP avec la Fédération tunisienne des agences de voyages et de tourisme (FTAV), la FTH, et la Fédération tunisienne des restaurants touristiques (FTRT), en affirmant que « la Tunisie a perdu une grande partie de son rayonnement, en tant que destination touristique mondiale depuis longtemps, pour des raisons structurelles et conjoncturelles ». Elle a expliqué sa présence ainsi que celle de ses collègues au Parlement par « le souci de sauver un secteur qui a beaucoup donné à l’économie tunisienne dans les années précédentes » ajoutant que la dégradation du secteur est due principalement, à l’absence d’une stratégie clairement définie depuis plus de 20 ans.

Ainsi, au moment où les marchés concurrents diversifiaient leurs produits et développaient leurs méthodes de commercialisation de leurs destinations et se dirigeaient vers de nouveaux marchés, le sort du tourisme tunisien était toujours entre les mains des grands tour-opérateurs étrangers, lesquels continuent à imposer eurs conditions et un produit touristique dominant, selon ses propos.

Elle a reconnu que le tourisme moderne ne se limite plus aux plages et aux hôtels, d’autant plus que le touriste visite, aujourd’hui, la Tunisie à la recherche d’expériences de vie et de découvertes sur l’histoire du pays et ses richesses naturelles et culturelles, ce qui est de nature à favoriser le tourisme, dans les régions.

Causes conjoncturelles mais aussi instabilité politique

S’agissant des causes conjoncturelles de la crise du tourisme tunisien, la représentante des professionnels a précisé qu’elles sont liées à des crises nationales et internationales successives, telles que les attaques terroristes, les assassinats politiques, et la détérioration de la situation environnementale, citant particulièrement, l’absence de stabilité politique, précédée par la succession d’événements et de crises depuis les années 90.

D’après Miled, à la lumière de ces facteurs, la destination tunisienne a perdu sa compétitivité sur les marchés mondiaux et l’apparition de  la pandémie de Covid-19, a provoqué une paralysie totale du secteur et son effondrement.

En ce qui concerne l’endettement des hôteliers, elle a précisé que ce dossier constitue une responsabilité partagée entre l’Etat, le secteur bancaire et les opérateurs touristiques, précisant que contrairement, aux informations propagées, aucune annulation de l’endettement du secteur n’ a eu lieu.

Se référant à une étude menée en 2019  par la FTH, en partenariat avec l’une des principales entreprises spécialisées, la présidente de la FTH a indiqué que la contribution du secteur touristique au produit national brut (PNB) est de près de  14%, ce qui fait du tourisme, de l’agriculture et de l’industrie, les principaux secteurs  de l’économie nationale, soulignant que la relance du secteur du tourisme permettra de redresser l’économie tunisienne, particulièrement les réserves en devises .

A cet égard, en 2019, avant le déclenchement de la pandémie du COVID -19, les recettes touristiques ont couvert 35% du déficit commercial tunisien, a-t-elle rappelé, appelant à redoubler d’efforts pour sauver ce secteur. La crise qu’il connaît, intervient également, suite aux promesses non tenues des gouvernements successifs et à l’absence de volonté politique de résoudre ce problème, ce qui a contribué à la hausse de la dette, après une saison touristique blanche en 2020, et une autre qui s’annonce en 2021, d’après Miled.

La FTH a demandé la création d’une commission permanente, au sein de l’ARP, chargée du tourisme, de la culture et de l’artisanat, dans l’objectif de faire de toutes les régions de la Tunisie des destinations touristiques, et développer une stratégie claire par toutes les parties. Et d’ajouter que la FTH a en outre, recommandé d’accélérer la vaccination qui constitue une condition sine qua none pour le retour de l’activité économique en général et touristique en particulier. Elle a également, invité les acteurs politiques à faire preuve de responsabilité dans les discours qu’ils prononcent à l’étranger, et à tenir compte de l’impact de certains propos, sur l’image du pays et de l’Etat tunisien à l’étranger, ainsi que sur la situation des résidents tunisiens à l’étranger et sur l’économie locale.

1 COMMENTAIRE

  1. Le tourisme est confronté à d’énormes difficultés dans tous les pays touristiques , pas seulement en Tunisie.
    La COVID est une pandémie mondiale qui impacte tous les continents .
    Le TOURISME MONDIAL a perdu 1300 milliards de dollars en 2020 , correspondant à une chute de 74% des entrées de touristes par rapport à 2019.
    A Paris , les touristes seront encore largement moins nombreux cette année par rapport à 2019 même si la reprise se dessine clairement.
    Idem en Espagne.

    Ceci dit , même si on est encore largement en-dessous du niveau habituel avant pandémie , la programmation aérienne sur la Tunisie est en nette amélioration ces dernières semaines.
    Ce qui est le cas chaque fois que le virus recule , comme durant l’été 2020 , et cette année c’est encore plus net.

    La reprise est donc entamée.

    Elle sera progressive comme partout ailleurs.

    Les principales conditions pour favoriser cette reprise sont les suivantes :

    1–Accélération de la campagne de vaccination.

    2–Veiller à ce que le plus grand nombre possible d’hôtels soient prêts à la réouverture dans de bonnes conditions et EN BON ETAT et dans un environnement correct , propreté et sécurité.

    3–Ne pas hésiter à lancer une grande campagne de publicité dans nos principaux marchés , et avec des spots diffusés le plus régulièrement possible sur le plus grand nombre de canaux.
    Cela coûtera beaucoup moins cher , compte-tenu des retombées , que de rester les bras croisés en ce domaine.

    4— Dès que possible mettre enfin en oeuvre l’OPEN-SKY , qui renforcera la concurrence mais aussi et surtout générera une multiplication conséquente des liaisons , dans le cadre de VOLS REGULIERS , c’est-à-dire PERENNES tout au long de l’année.

    JE SUIS OPTIMISTE POUR LA TUNISIE les conditions de la reprise sont largement à notre portée , IL FAUT JUSTE UN PEU DE VOLONTE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

106,721FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
4,434SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -

Derniers Articles