AccueilLa UNEUne police new look, que les citoyens vont aimer !

Une police new look, que les citoyens vont aimer !

La police de proximité, un nouveau concept visant à rompre avec la police traditionnelle, sera présente bientôt dans 6 nouvelles localités de la région de Médenine, en attendant la généralisation de l’expérience sur l’ensemble du pays, a souligné Rached Bettaieb, directeur général de la Sûreté nationale au ministère de l’Intérieur.

- Publicité-

Lors d’une Conférence internationale organisée lundi sur la police de proximité en Tunisie, Bettaieb a indiqué que depuis 2014, le modèle tunisien de la police de proximité a été appliqué dans 10 commissariats pilotes, à savoir La Marsa Ouest, Sidi Hassine El Attar, Sakiet Ezzit, et Sousse relevant de la Sureté nationale et à Naassen, Manaret Hammamet, Sidi Ali Ben Oun, Ben Guerdane, Fernana et Bizerte sud relevant de la Garde nationale.

Ces commissariats pilotes ont été réhabilités et ont bénéficié du renforcement de leurs outils de gestion et d’aide à la décision, outre la construction de 4 centres de simulation pour la formation en police de proximité au sein des écoles de formation de Chbika, Carthage Byrsa, Bir Bouregba et Bizerte ainsi que la formation et l’accompagnement, chaque année, de 210 agents sécuritaires, a ajouté Bettaieb.

Le directeur général de la sureté nationale a, en outre, signalé la mise en place de 10 comités locaux de sécurité à caractère participatif dans les zones pilotes, le développement du cadre référentiel légal de la police de proximité en Tunisie, l’élaboration d’un nouveau projet de code de conduite des forces de sécurité intérieure et d’un nouveau cursus unique pour la formation en police de proximité.

Il s’agit également de la mise en place d’une stratégie de communication pour la police de proximité, la réalisation d’un sondage national sur le niveau de satisfaction des citoyens quant à la qualité des services offerts par les forces de sécurité et l’identification de leurs attentes et la création d’un nouvel espace citoyen au ministère de l’Intérieur.

Diego Zorrilla, Coordonnateur résident du système des Nations Unies en Tunisie, a estimé qu’aujourd’hui la Tunisie se trouve à un stade avancé dans la mise en œuvre de l’approche de police de proximité.
« Le bilan est très positif« , a-t-il estimé, indiquant que l’implantation de ce modèle tunisien a montré des résultats significatifs dans les différentes localités pilotes dans lesquelles il a été expérimenté tels que la réduction du crime dans plusieurs localités et une amélioration nette du niveau de satisfaction des citoyens par rapport aux services sécuritaires et administratifs fournis par les forces de sécurité intérieure.

Zorrilla a signalé que la Police de Proximité est l’un des principaux moyens de contribuer à la réforme du secteur de la sécurité qui peut être un élément fondamental dans la consolidation de la paix et de la stabilité, la promotion de l’Etat de droit et de la bonne gouvernance, la prévention des conflits ou encore le relèvement économique et la réduction de la pauvreté.

« De ce fait, la réforme du secteur de la sécurité peut également être un facteur essentiel contribuant à l’atteinte des Objectifs de développement durable adoptés par les Etats membres des Nations Unies en 2015 et, en particulier, l’Objectif 16 sur Paix, Justice et Institutions efficaces« , a-t-il fait observer.
Le responsable onusien a estimé que le modèle de la police de proximité permet de toucher l’un des plus grands enjeux qui persiste toujours en Tunisie, à savoir le besoin de renforcer la confiance entre la population et les forces de sécurité.

Il a ajouté que le PNUD est actuellement en train d’accompagner le ministère de l’Intérieur dans l’affinement de l’approche pour répondre à des problématiques concrètes telles que la violence à l’égard des femmes ou l’extrémisme violent.

Pour sa part, Néziha Zouari, activiste de la société civile et membre permanent du comité local de sécurité à Ben Guerdane, a souligné que la mise en place de comités locaux de sécurité vise à consacrer les principes de partenariat dans la prévention et la mise en place des plans de sécurité.
« Ces structures regroupent des représentants des autorités publiques, des associations locales et des agents de la Sûreté et de la Garde nationales et visent à engager des processus concertés visant à identifier et définir des actions concrètes afin de prévenir différentes formes de criminalité au niveau local« , a-t-elle soutenu.

« Il s’agit, en outre, de rapprocher au maximum les services fournis par les commissariats de police des citoyens et de les impliquer dans les questions sécuritaires pour renforcer la relation de confiance entre les deux parties« , a-t-elle ajouté.
Et d’ajouter que les comités locaux peuvent aujourd’hui se déplacer et aider les personnes à besoins spécifiques ainsi que les personnes âgées à obtenir une carte d’identité. Ceci outre la séparation des services judiciaires des services administratifs au sein des commissariats pour améliorer l’accueil des citoyens.

Ayant pour objectif ultime de se rapprocher du citoyen et de lui fournir des services de haute qualité, le projet de la police de proximité s’inscrit dans le cadre du programme de réforme du secteur de la sécurité (2011-2018) appuyé par le PNUD et financé à hauteur de 12 millions de dollars, a indiqué El Kébir Alaoui, représentant résident du PNUD en Tunisie.

A noter que la conférence internationale sur la police de proximité s’inscrit dans le cadre du  » Projet d’Appui à la Prévention, Préparation et Réponse aux Crises en Tunisie « , lancé depuis mai 2013 par le ministère de l’Intérieur, en partenariat avec le PNUD. Le projet vise à doter le ministère de l’Intérieur d’un concept de service public efficace et des outils nécessaires pour sa mise en œuvre.

TAP

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

106,721FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
4,452SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -

Derniers Articles