Tags Posts tagged with "Cliniques privées"

Cliniques privées

par -
0

Sabeur Ben Ammar, avocat à la cour de cassation de Tunis et président de l’Association tunisienne pour le soutien des victimes des erreurs médicales, a affirmé ce mardi 9 août 2016 à Africanmanger que « des cliniques privées en Tunisie sont dirigées par des corrompus ». Il a ajouté : « Je me demande quel est le rôle de l’Organisation tunisienne de défense du consommateur (ODC). Je m’interroge aussi sur le fait que ces cliniques ne soient pas soumises, comme toutes les autres institutions, à des tarifs édictés par le ministère du Commerce. Nous avons besoin d’une batterie de mesures strictes et concrètes afin de détecter les cas de dépassements dans ces établissements », a-t-il souligné.

par -
0

Les cliniques privées tunisiennes traînent  encore le boulet des dettes des patients libyens qui leur ont laissé une ardoise de 220 millions de dinars. Elles s’en alarment et en désespoir de cause, elles viennent d’en appeler au gouvernement Habib Essid  pour intervenir auprès des autorités libyennes afin d’obtenir le remboursement des dettes de leurs ressortissants.

Cet appel a été lancé par la Chambre syndicale nationale des cliniques privées (CSNCP), dont le président,  Khaled Nabli, a déclaré à Africanmanager que  « nous avons tenté à plusieurs reprises de négocier avec les autorités libyennes pour trouver une solution, mais toutes les tentatives ont été vouées à l’échec, et c’est pour cette raison que nous sommes obligés de nous retourner vers l’Etat pour résoudre cette crise ».

C’est la énième fois que la Chambre syndicale nationale des cliniques privées lance pareil cri d’alarme, alors que le passif des patients libyens admis dans leurs établissements tarde à être liquidé. La révolution libyenne aidant, l’absence d’un interlocuteur officiel valable et le chaos régnant dans le pays voisin, les cliniques privées tunisiennes ne savent plus à quel saint se vouer, sauf à demander à leur gouvernement de plaider leur « douloureuse » cause auprès de ce qui reste des autorités constituées de Libye.

Pourtant, la Libye avait promis, il est vrai, en février 2012, que les dettes seront remboursées progressivement, mais cette promesse n’a pas été tenue, alors que les manœuvres dilatoires, parallèlement, ne faisaient  que s’éterniser, sans qu’un début d’issue ne se dessine ni profile à l’horizon.

L’on se rappelle que, en  janvier 2013, des propriétaires de cliniques se sont rassemblés devant l’ambassade de Libye à Tunis pour appeler le gouvernement libyen à régler les factures impayées au titre des soins fournis à ses ressortissants. A cette époque, les dettes s’élevaient à 60 millions de dinars.

Depuis, le passif n’avait fait que se gonfler donnant lieu à un véritable casse-tête aux établissements hospitaliers privés tunisiens, d’autant qu’aucun recours légal n’est pour l’heure disponible, pour leur permettre de récupérer leur dû, même s’il leur est arrivé de plaider en faveur de la création d’une commission nationale composée de représentants du ministère des Affaires étrangères, du ministère de la Santé, de la présidence du gouvernement et du secteur privé de la santé pour exposer cette problématique aux autorités libyennes.

Le gouvernement appelé à mettre la main à la pâte

Le président de la Chambre syndicale nationale des cliniques privées,  Khaled Nabli a visiblement un aitre problème à régler, celui du taux de participation des citoyens aux dépenses de santé. A cet égard, il a appelé, dans une déclaration à Africanmanager, le gouvernement à réviser ce taux.

Il a expliqué  que le taux actuel de cette participation est jugée élevé en comparaison avec d’autres pays avancés. D’après les statistiques, le taux de participation des Tunisiens aux dépenses de santé est de l’ordre de 45% alors que le taux fixé par l’Organisation Mondiale de la Santé est de l’ordre de 18%.

Une démarche importante, d’après Khaled Nabli,  étant donné que les tarifs pratiqués par plusieurs cliniques continuent de susciter la polémique, étant souvent critiqués par les citoyens sous prétexte qu’ils mettent à mal leur pouvoir d’achat. « C’est le temps de réviser le taux de participation des citoyens aux dépenses de santé, car le coût de la santé est cher et non les tarifs pratiqués par les cliniques », a-t-il estimé.

par -
0

La Chambre syndicale nationale des cliniques privées (CSNCP) a appelé le gouvernement de Habib Essid à intervenir auprès des autorités libyennes pour obtenir le remboursement des dettes de leurs ressortissants.
Dans une déclaration accordée à Africanmanager, le président de la chambre, Khaled Nabli, a indiqué : « nous avons tenté à plusieurs reprises de négocier avec les autorités libyennes pour trouver une solution, mais toutes les tentatives ont échoué et c’est pour cette raison que nous sommes obligés de retourner vers l’Etat pour résoudre cette crise ».

Khaled Nabli a par ailleurs affirmé que les sommes impayées par les Libyens dans les cliniques tunisiennes a atteint plus de  220 millions de dinars.

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

0
Dans une interview accordée à Africanmanager, le directeur général de la promotion des petites et moyennes entreprises auprès du ministère de l’Industrie, Sadok Bejja,...

AFRIQUE

0
Le bilan des heurts entre les forces de sécurité et des habitants du Kananga, dans le centre de la République démocratique du Congo, jeudi...

SPORT

0
Résultats et buteurs de la 3e journée du championnat de la Ligue 1 professionnelle de football, disputée samedi et dimanche. Poule A . Samedi A Tatatouine US Tatatouine...