Tags Posts tagged with "découverte"

découverte

par -

Une bactérie inconnue sur terre a été découverte dans un filtre de la Station spatiale internationale, rapporte le site francetvinfo.

Elle a été baptisée « Solibacillus kalamii » par la Nasa, en hommage au 11e président indien Abdul Kalam, décédé en juillet 2007, qui s’est démarqué par son implication dans la recherche spatiale.

Le filtre, où le micro-organisme a été découvert, est resté installé dans le système de nettoyage du laboratoire de l’ISS entre janvier 2008 et mai 2011.

Son étude, menée par la Nasa, n’a commencé qu’en septembre 2013. La bactérie a donc prospéré et résisté pendant 40 mois, soit plus de trois ans à plus de 400 kilomètres de la Terre, détaille la même source.

par -

Selon une étude publiée dans la revue américaine Cell et rapportée par le site info35, des scientifiques ont découvert des anticorps capables de neutraliser les trois principales souches d’Ebola.

En analysant le sang d’une personne qui a survécu à la dernière épidémie d’Ebola en Afrique de l’Ouest, des chercheurs de la faculté de médecine Albert-Einstein ont réussi à découvrir des anticorps qui peuvent neutraliser les trois principales souches du virus.

Il s’agit d’une découverte majeure, car jusqu’à présent les traitements contre l’Ebola ne pouvaient neutraliser qu’une seule souche du virus.

Le « ZMappTM », qui est l’antiviral le plus avancé pour lutter contre cette maladie, n’est par exemple efficace que contre la souche « Zaïre » du virus, mais n’a aucun effet sur les souches « Bundibugyo » et « Soudan ».

Les deux anticorps que les chercheurs ont découverts dans le sang d’un survivant d’Ebola sont donc capables de neutraliser toutes les souches connues du virus.

Les analyses ont également permis d’identifier les gènes qui pourraient être à l’origine des cellules immunitaires qui fabriquent ces deux anticorps, détaille la même source.

par -

L’agence spatiale américaine a convoqué la presse ce mercredi 22 février pour faire part d’une découverte majeure, nous apprend l’agence internationale Reuters.

Pour l’instant, les détails sont rares mais les spéculations nombreuses. On sait toutefois que la NASA va communiquer sur «une découverte au-delà de notre système solaire». Il s’agit donc vraisemblablement d’une nouvelle concernant une exoplanète. Une conférence de presse débutera à partir de 19 heures, et sera diffusée en direct sur la chaîne vidéo de l’agence, a ajouté la même source.

par -

Une bombe datant datant de la deuxième guerre mondiale a été découverte à Dkhila, dans la délégation de Tébourba (gouvernorat de la Manouba), selon Shems fm
La découverte a été faite par un agriculteur dans sa ferme et des spécialistes de la direction du génie militaire ont été alertés et par la suite dépêchés sur les lieux pour évacuer la bombe.
Les autorités locales ont appelé les citoyens à la vigilance face à tout corps étranger, tout en les exhortant de ne pas s’en approcher et d’alerter immédiatement les services concernés.

par -

La compagnie pétrolière italienne ENI a annoncé lundi qu’elle a réussi à découvrir du pétrole en Tunisie, dans le désert du Sahara.

ENI, qui est la doyenne des sociétés pétrolières en Tunisie où elle opère depuis un demi-siècle, a annoncé lundi qu’elle a eu la confirmation d’un potentiel d’une zone de découverte d’un débit de pétrole de 2.000 barils par jour.

Le puits Laarich Est-1, dont le forage a commencé en juin, est déjà en phase de production, » précise la société dans un communiqué. «Entre – temps, les activités d’exploration en Tunisie se poursuivent avec le forage de blocs supplémentaires. »

ENI a dit qu’elle opérait en Tunisie dans une optique d’adaptabilité à un marché caractérisé par des prix du pétrole brut qui ont chuté de près de 50 pour cent par rapport à ce qu’ils étaient il y a deux ans. La société a déclaré qu’elle travaillait sur le projet tunisien avec tout ce qu’elle a sur le site pour une production à grande échelle.

La production pétrolière en Tunisie n’a cessé de décliner après avoir atteint un pic de 120.000 barils de pétrole par jour. Un rapport publié en 2014, l’Administration de l’information énergétique américaine avait estimé que la Tunisie dispose de formations « significatives » de pétrole dans les gisements de schiste, avec des réserves récupérables pouvant aller jusqu’à 1,5 milliard de barils.

Un rapport publié l’année dernière par le groupe de consultance IHS, a souligné, pour sa part, qu’il peut y avoir un potentiel de  » des milliards » de barils de pétrole à libérer dans les champs arrivés à maturité à travers le monde. Des opérateurs en France, en Chine et en Tunisie sont en état d’utiliser une nouvelle technologie de forage pour répondre aux changements géologiques et de production dans les bassins mûrs.

ENI a déclaré que sa part de production en Tunisie s’élève à 11.000 barils d’équivalent pétrole par jour.

Ainsi, ENI reprend avec succès ses activités d’exploration onshore en Tunisie dans le désert du Sahara avec l’achèvement des opérations sur le puits de découverte Laarich Est-1, au titre du permis MLD (Makhrouga-Laarich-Debbech), où Eni détient une participation de 50%, autant que la socité publique, l’ETAP.

Laarich Est-1, qui est à 5 kilomètres du centre de traitement de pétrole dans la concession, a atteint la profondeur finale de 4111 mètres pour découvrir des hydrocarbures dans les couches de grès du Silurien et de l’Ordovicien.

Le forage de Laarich Est-1 fait partie de la stratégie de proximité adoptée par la compagnie pour faire face à la faiblesse des prix du pétrole, et qui consiste à mener des activités d’exploration à proximité des infrastructures existantes avec une capacité de réserve disponible. Dans le cas d’une découverte, cette stratégie permet l’optimisation des coûts de développement et la mise en marché rapide et compétitive de la production.

par -

Une équipe formée d’archéologues tunisiens et britanniques a découvert un site archéologique qui  s’étale sur 7 hectares dans la région de Nefta dans le gouvernorat de Tozeur, rapporte Mosaïque Fm.

Mourad Chetoui, représentants de l’institut national du patrimoine de Tozeur a indiqué à la même source que des restes d’animaux et des fossiles de squelettes humains, des outils de chasse formés de pierres de silex datant de l’époque atérienne soit de 80 mille à 100 mille ans ont été mis au jour  dans le site.

par -

La ménopause ne sera peut-être plus bientôt synonyme de stress, de panique compte tenu de tous les désagréments qui lui sont associés, avec à leur tête la fin de la fertilité chez les femmes, cette chose épouvantable pour la gent féminine. Une équipe de médecins de la Clinique de la fertilité d’Athènes a déclaré avoir mis la main sur sur la technique pour « rajeunir » les ovaires après la ménopause et déclencher de nouveau l’ovulation.

Ces chercheurs ont inoculé du plasma riche en plaquettes (PRP) dans les ovaires des femmes ménopausées, et ça a permis de faire repartir le cycle menstruel. Les nouveaux ovules lâchés deviennent ainsi fécondables. Le procédé a parfaitement marché sur une femme de 40 ans, qui était ménopausée depuis 5 ans. Six mois après la piqûre de PRP, elle avait de nouveau ses règles.

« Cela apporte un espoir aux femmes qui souffrent de ménopause précoce car elles pourront tomber enceinte avec leur propre matériel génétique. Cela semble fonctionner dans deux tiers des cas », indique le Pr Konstantinos Sfakianoudis, qui pilote ces recherches. « Nous avons constaté des modifications biochimiques, une restauration des règles, la production d’ovules et la fécondation », a-t-il ajouté.

Cette étude a été dévoilée lors du Congrès annuel de la Société européenne de médecine de la reproduction et d’embryologie, qui a lieu actuellement à Helsinki, en Finlande.

par -
Les ronfleurs chroniques (ceux qui ronflent toutes les nuits) et les personnes atteintes d'apnée du sommeil développeraient plus tôt des troubles de la cognition. C'est

Les chercheurs de l’Institut et de l’hôpital neurologiques de Montréal, au Canada, ont fait une découverte qui permet de mieux cerner la maladie d’Alzheimer. Ils ont identifié un nouveau signe annonciateur de la pathologie : la baisse de l’apport de sang au cerveau. Jusqu’ici on croyait que la hausse des protéines amyloïdes était la première phase de l’évolution de la maladie. C’est donc une découverte capitale pour une maladie très mystérieuse à bien des égards. Les résultats de cette étude sont parus dans la revue Nature Communications.

Les chercheurs ont également pu établir que les changements dans la cognition débutent plus tôt qu’on le pensait.

Pour arriver à ces conclusions, les chercheurs ont passé à la loupe plus de 7700 images du cerveau de 1171 personnes affectées par l’Alzheimer à différentes étapes de l’évolution de la maladie. Ils ont élaboré un modèle à partir des échantillons de sang, de liquide cérébrospinal et du niveau de cognition des malades. « Ceci est un défi mathématique de calcul qui va au-delà tout ce que nous avons fait jusqu’à présent», a dit Alan Evans, professeur de neurologie, de neurochirurgie et de génie biomédical au Neuro.

Cette découverte aura des retombées considérables dans la recherche thérapeutique étant donné que la maladie d’Alzheimer est la cause de démence la plus fréquente chez l’homme.

«Notre but est de réaliser une modélisation causale de haut niveau des interactions entre tous les facteurs de la maladie, ce qui exige une énorme puissance de calcul», a déclaré M. Evans, évoquant un énorme défi mathématique et informatique.

par -

Un neurone capable de bloquer toute tentation de basculer dans l’alcoolisme, c’est le filon que tire actuellement les chercheurs du Texas A & M Health Science Center College of Medicine aux Etats-Unis. Les résultats de cette étude ont d’ailleurs été publiés dans la très sérieuse revue médicale Biological PsychiatryIl.

Le principe de cette affaire c’est qu’il y aurait un neurone qui immuniserait contre l’abus d’alcool. La stimulation des neurones D2 pourrait faire passer aux alcooliques l’envie de consommer un breuvage alcoolisé. En fait l’alcool aurait tendance à bloquer ces neurones, ce qui fait qu’une fois qu’on a pris un verre, la consommation s’emballe et installe certains dans le cycle infernal de l’alcoolisme.

L’alcool bloque les bons neurones, et active les moins bons

Les chercheurs ont pu établir grâce à des expériences sur des souris que des cycles répétés de consommation excessive d’alcool, alternés avec une abstention, influaient sur les connexions neuronales et réduisaient la portée des signaux des neurones D2. Résultat des coures : Le consommateur se jette sur les boissons alcoolisées, sans aucune possibilité de réfréner ses envies et les débordements qui vont avec.

« Du point de vue de la toxicomanie, l’action des neurones D2 est bonne », a affirmé Jun Wang, professeur adjoint au Département de Neuroscience and Experimental Therapeutics au Texas A & M College of Medicine et auteur de l’étude. «Quand ils sont activés, ils inhibent le comportement de consommation excessive d’alcool, et peuvent donc jouer un rôle de prévention contre l’ alcoolisme . » Il ajoute : «Notre recherche a permis d’identifier deux faces d’une même pièce de monnaie (…). Les neurones D1 et D2 ont essentiellement des rôles opposés dans la consommation d’alcool. »

Certes on n’en est pas encore au stade de l’expérimentation sur l’homme, mais Wang croit beaucoup aux retombées de sa découverte : « si nous pouvions un jour utiliser des médicaments ou une stimulation électrique ou une autre méthode d’activation des D2 neurones-ces soi-disant « no-go » neurones-alors nous pourrions être en mesure d’empêcher les alcooliques de vouloir une autre boisson. Voilà le but ultime des recherches. J’espère que ces conclusions pourront éventuellement être utilisées pour le traitement de l’ alcoolisme « , a déclaré le chercheur.

par -

Google a décidé de casser sa tirelire pour inciter les as en sécurité à se creuser les méninges. But de la manoeuvre : Mettre le doigt sur toutes les failles du système d’exploitation mobile Android.

La prouesse peut rapporter gros. En effet la firme de Mountain View a décidé de se montrer plus généreux avec les hackers en portant à 4000 dollars la récompense pour la découverte d’une vulnérabilité critique, au lieu de 3000. La découverte d’une faille sur le kernel sera encore plus juteuse, 30 000 dollars au lieu de 20 000. Mais ce sont les services « TrustZone » ou « Verified Boot » qui rapporteront le plus, entre 30 000 et 50 000 dollars.

Nul doute qu’avec ces nouveaux tarifs, les chercheurs vont se taper plus Android dans les jours à venir, histoire d’arrondir les fins de mois.

Il faut dire que Google a été fortement secoué dernièrement par l’exploit d’un hacker,qui a réussi à briser les barrières de sécurité TrustZone et Verified Boot de l’OS mobile. Alors plus question de transiger, on paye pour mettre de son côté les meilleurs pirates du web. L’affaire est même devenue un vrai business puisque jusqu’à maintenant 250 primes ont été versées sur les 12 derniers mois, pour une somme globale de 550 000 dollars, répartie entre 82 chercheurs. Le plus doué d’entre eux a empoché plus de 75 000 dollars. Alors à vos claviers !

par -
La vie est-elle possible en dehors de notre planète ? Existent-ils d'autres planètes habitées par des êtres vivants ? Autant de questions auxquelles les

Une équipe de scientifiques a révélé l’existence de trois nouvelles exoplanètes «potentiellement habitables». Elles ont été découvertes en orbite d’une petite étoile. Selon une étude publiée lundi dans la revue britannique Nature, ces planètes offrent la possibilité «de trouver des traces chimiques de vie en dehors de notre système solaire». Ces planètes sont «de taille similaire à la Terre, potentiellement habitables et propices aux études atmosphériques détaillées avec la technologie actuelle», a déclaré Michael Gillon, professeur à l’Université de Liège en Belgique, et coauteur de l’étude. Son équipe a su trouver ce trio de planètes à environ 39 années-lumière de la Terre, en bénéficiant du soutien technique de l’Observatoire européen austral (ESO).

Les trois nouvelles planètes ont également la particularité de graviter autour d’une étoile dite «naine», baptisée Trappist-1. Jusqu’à présent, on ignorait que des planètes telluriques, similaires à la Terre, pouvaient orbiter autour d’une étoile de cette taille.

par -

Contrairement aux informations relayées par plusieurs médias et selon lesquelles une grande quantité de gaz naturel a été découverte dans la région de Boumeftah relevant du gouvernorat de Kef, le directeur général de l’énergie et des Mines Ridha Bouzouada a assuré qu’il ne s’agit pas d’une découverte.*

Dans une déclaration exclusive accordée ce vendredi 15 avril à Africanmanager, il a précisé que le puits « Secavenica-1 » a été foré durant la période 19 août-11 décembre 2014 sur le permis de recherche dénommé « Le Kef » venu expiration le 7 août 2015.

Il a dans le même cadre ajouté que le déroulement des travaux de forage s’est heurté à plusieurs problèmes techniques surtout entre la société « Bimoil » et le contractant de forage. « Ce litige a retardé la réalisation des tests qui se sont déroulés sur deux phases », a-t-il expliqué.

La première phase a démarré le 18 février 2015 dont les résultats étaient négatifs alors que la deuxième phase qui a débuté le 7 août 2015 a fait apparaître de faibles quantités de gaz dont l’origine (organique ou fossile), la quantité et la qualité ne sont pas identifiées.

Une telle étape nécessite l’abandon temporaire du puits étant donné que l’expiration de la validité nécessite un renouvellement tout en reprenant les travaux de forage et d’évaluation et ce, dans le but de connaître la nature de gaz (inerte, organique ou biologique ou fossile »…

Selon le responsable, cette démarche est importante soit pour fermer définitivement le puits ou pour procéder à son appréciation, s’il s’avère que le gaz est d’origine fossile. Le but est de connaître le potentiel et la rentabilité de cette structure. « Donc, à ce stade, on ne pourra jamais parler de la découverte d’un puits », a-t-il conclu.

Cette mise au point intervient alors que l’information faisant état de la  » découverte des quantités indéterminées de gaz naturel dans la plaine de Boumeftah, près du Kef » ne cesse d’enfiévrer les réseaux sociaux et les médias.

Le directeur général de l’énergie n’avait pas annoncé explicitement et officiellement la découverte de quantités de gaz Kef. Il avait seulement souligné que la quantité de gaz naturel retrouvée dans le puits foré par la société attributaire du permis y afférent, n’a pas été déterminée, ajoutant que ladite compagnie a fermé le puits qu’elle avait foré après que la période de l’autorisation d’exploitation est venue à expiration. Surtout, il a indiqué qu’une autre autorisation d’exploitation sera accordée à cette société étrangère en vue de déterminer l’importance de la quantité du gaz.

par -

Des quantités indéterminées de gaz naturel ont été découvertes, dans la plaine de Boumeftah, près du Kef, par une compagnie étrangère de prospection, a annoncé le directeur général de l’énergie, Ridha Bouzouada.

Un nouveau permis sera accordé à la compagnie afin qu’elle procède à l’évaluation du gisement et de la rentabilité de son exploitation, a-t-il ajouté.

Le responsable a indiqué, par ailleurs, que les travaux de prospection de gaz et de pétrole effectués à Tajerouine ont abouti à des résultats négatifs.

Il a signalé qu’un grand projet de raccordement du Kef et de la région du Nord-Ouest au réseau de gaz naturel est en cours de réalisation et devra entrer en exploitation début 2021.

C’était en marge de la visite, dimanche, au Kef, du ministre de l’énergie et des mines, Mongi Marzouk.

INTERVIEW

Il confesse que l’augmentation du résultat de la BNA ne vient pas que de l’exploitation. Mais il donne des explications qui tiennent la route....

AFRIQUE

Les concessionnaires automobiles sont actuellement dans l’impossibilité de prendre part au Salon international de l’automobile d’Alger du fait des retards dans l'attribution des licences...

SPORT

Reseaux Sociaux