Tags Posts tagged with "délais"

délais

par -

Les travaux de la construction de la Cité de la culture se poursuivent. Le chantier mené par la société « Bouzghenda Frères » mobilise près de 400 personnes sur tout le projet situé en pleine capitale, au bord d’axes routiers majeurs.

Pour l’heure, «les délais sont respectés et on est en conformité avec le planning fixé», nous assure Ahmed Bouzghenda, PDG de ladite société, qui a remporté l’appel d’offres suite à la résiliation du contrat de l’opérateur tchèque qui était en charge d’une grande partie du projet et ce, pour manquements à ses engagements contractuels.

Sur le terrain, l’entreprise, en étroite collaboration avec le ministère de l’Équipement, déploie les efforts pour la construction de ce bâtiment pilote, lancée au milieu en 2006 pour un coût de 120 millions de dinars et prévue pour une durée de trois ans, avec une ouverture en novembre 2009. Mais les travaux ont pris du retard et ont été stoppés en 2011, avant de reprendre en mai 2016.

Ingénieurs, techniciens et ouvriers qui composent cet effectif travaillent à une cadence soutenue de manière à finaliser la cité dans les délais.

culur

Un retard dû à des améliorations…

Ahmed Bouzghenda tient fermement à la concrétisation de ce projet ambitieux à fin novembre, sinon au premier semestre de 2018.

Encore du retard ? Cela est du à des améliorations apportées par le ministère de la Culture par rapport à certaines composantes de la cité de la Culture, a répondu le responsable dans une interview accordée à Africanmanager.

« Le projet avance normalement et on est à 20% de taux d’achèvement », a ajouté le promoteur, faisant savoir que toutes les conditions adéquates sont réunies pour faire réussir ce projet d’un montant global de 76 millions de dinars.

Notre visite des lieux nous a permis de constater l’avancement de la réalisation de plusieurs espaces dont notamment les trois salles de spectacle, d’une capacité de 1.800, 700 et 300 places ainsi que les autres espaces destinés aux foires, expositions.

C’est important dans la mesure où plus de 60% de l’infrastructure est déjà fonctionnel. Pour rappel, la Cité de la Culture, qui s’étend sur 52 hectares, comprend un ensemble de lieux pour spectacles vivants : Espace d’accueil général du public, 3 salles de spectacle et 7 studios de production, médiathèque d’actualité, une cinémathèque composée de 2 salles de cinéma, de 150 et de 350 places, Maison des artistes, galerie nationale d’art et d’exposition composée de 3 salles d’exposition dotées d’une réserve, administration générale de la cité, espace pour les activités de commerce, élément signalétique appelé « tour de la culture », des parkings. Un musée complétera cet édifice dont le coût sera d’environ cent millions de dinars.

cisd

La jeunesse présente en force

Sur l’ensemble du chantier, la présence des jeunes travailleurs est notable. Beaucoup de cadres, ingénieurs ou encore des ouvriers accèdent rapidement à plusieurs responsabilités. C’est le cas de Hédi Bouzghenda, le responsable du suivi de l’ensemble du projet et qui dirige une équipe élargie. Il éprouve une certaine satisfaction à faire partie de la construction de ce complexe.

Encore des craintes !

Ahmed Bouzghenda est certes attaché à cet édifice dédié à l’art, mais il s’est montré un peu inquiet par rapport à certains points dont notamment le glissement du dinar qui a touché l’équilibre financier de ce contrat.

«La dévaluation de notre monnaie est extraordinaire, suite à une décision de la Banque Centrale qui a choisi de ne plus intervenir sur le marché financier. Cela a causé un manque à gagner de trois millions de dinars pour une société dont les achats sont effectués sur le marché européen », a déploré notre interviewé, en annonçant des discussions prochainement avec les autorités en place pour trouver une issue à ce problème.

uys

par -

Le directeur général de la sécurité sociale au ministère des Affaires sociales, Kamel Maddouri, a assuré que les pensions seront versées dans les délais.
Dans une déclaration accordée ce lundi 5 septembre à Africanmanager, le responsable a démenti les informations qui circulent depuis quelque temps selon lesquelles l’État est en train de chercher des fonds pour assurer le virement des pensions de retraite pour ce mois.
« Contrairement aux informations, le gouvernement est en train de recouvrir les impayés de certains établissements publics, à savoir la SONEDE, et qui sont estimés à 250 millions de dinars », a ajouté le responsable. Il a fait savoir que cette étape est importante dans la mesure où elle aide les caisses sociales à surmonter la crise et à faire face aux déséquilibres financiers.

par -

Le 26 mars 2017 sera la date officielle de la tenue des élections municipales, a annoncé l’Instance supérieure indépendante pour les élections (ISIE).

L’annonce a été faite ce mardi 17 mai 2016, par le président de l’Instance Chafik Sarsar, lors d’une table ronde organisée sur la mise à jour de la feuille de route des élections locales.

La réalisation de cet objectif reste tributaire de deux conditions principales, a précisé  Sarsar.  Il s’agit de la publication du décret-loi relatif au découpage territorial avant le 30 mai courant et l’adoption du projet de loi organique portant sur les élections, avant le 22 juillet prochain.

 « Ceci est une condition sine qua non pour que la feuille de route élaborée par l’ISIE devienne un calendrier concret qui sera publié par la suite au  JORT et  on sera dès lors capable de tenir les élections dans les délais fixés », a indiqué le président de l’ISIE dans une déclaration à la presse. Et de rappeler  que l’organisation des élections municipales est plus compliquée que celle des élections législatives.

La situation exige une intervention d’urgence

La date proposée par l’ISIE a été confirmée par le chef du gouvernement, Habib Essid, soulignant que la tenue des élections municipales constitue une étape cruciale pour la Tunisie au cours de la prochaine étape.

« La tenue des élections municipales revêt une importance particulière surtout que le pays est encore en phase transitoire », a dit Habib Essid faisant savoir que le respect des échéances électorales est une priorité pour le bon déroulement de l’action municipale.

Cependant, le chef du gouvernement a affirmé que la situation dans plusieurs municipalités nécessite une intervention d’urgence et la prise des décisions nécessaires au bon déroulement de leur travail.

« Les efforts se poursuivent pour consolider les municipalités, mais les obstacles existent encore, dont notamment la situation environnementale dans plusieurs régions », a expliqué Habib Essid jugeant nécessaire de se mobiliser davantage en adoptant le décret-loi relatif au découpage territorial avant le 30 mai courant.

Le nombre des municipalités  porté à 350

De son côté, le ministre des Affaires locales,  Youssef Chahed s’est dit attaché à respecter les délais fixés par l’ISIE.

D’ailleurs, les efforts se conjuguent pour relever ce défi surtout que 3,5 millions de Tunisiens ne sont pas concernés par le système municipal, a fait remarquer le ministre,  annonçant dans le même contexte que des critères scientifiques ont été adoptés pour la création de  64 nouvelles municipalités, ce qui permettra de porter le nombre global à 350.

Ces critères sont le fruit d’une étude réalisée dans ce processus. « Cette étude a été élaborée par cinq ministères en coordination avec plusieurs experts, et ce, pour une période de deux ans tout en adoptant des indices scientifiques comme le développement régional et local, la santé et le transport », a-t-il expliqué.

Cette étude qui sera publiée avant la fin de ce mois, comportera 17 indices, selon ses dires.

Les partis politiques auront un rôle à jouer

Les délais fixés par l’ISIE ne semble pas susciter la polémique surtout auprès des partis politiques dont notamment Ennahdha, le Front Populaire, Ettakatol ou encore Echaab qui ont pris part de cet événement.

A ce titre,  Ennahdha par la voix de son dirigeant Imed Hammami, a appelé les autres partis à jouer pleinement leur rôle pour réussir cette étape cruciale dans l’histoire de la Tunisie. « Eu égard à la  situation présente de  la Tunisie, il faut mettre en avant l’intérêt du pays », a-t-il dit s’adressant aux différents partis politiques.

INTERVIEW

Il confesse que l’augmentation du résultat de la BNA ne vient pas que de l’exploitation. Mais il donne des explications qui tiennent la route....

AFRIQUE

SPORT

Reseaux Sociaux