Tunisie : ça va secouer, le système des subventions sera revu et...

Tunisie : ça va secouer, le système des subventions sera revu et corrigé !

par -

Faten Belhadi, la directrice générale du commerce intérieur au ministère du Commerce, a démenti toute hausse des prix des produits alimentaires subventionnés, soulignant que le gouvernement de Youssef Chahed est en train d’examiner l’actuel système des subventions qui devrait probablement connaître, dans les mois à venir, une révision avec pour objectif la fin du gaspillage et un meilleur ciblage des couches sociales nécessiteuses, notamment en ce qui concerne les produits alimentaires subventionnés, et ce, après avoir constaté des défaillances et des dépassements. Selon elle, le ministère du Commerce travaille aussi avec le ministère des Affaires sociales pour revoir le système des subventions et rationaliser les dépenses, en réservant la subvention à ceux qui la méritent réellement.

La DG du Commerce intérieur a tenu en outre à préciser, dans une interview accordée à Africanmanager, que l’Office du Commerce de la Tunisie (OCT) gère au quotidien la chaîne d’approvisionnement avec les quantités nécessaires en produits de base, mais certaines pratiques comme la monopolisation ou la vente conditionnée ont entraîné la pénurie de certains produits comme le sucre en vrac ou encore l’huile végétale subventionnée.

L’office veillera aussi, selon la responsable, à fournir des stocks stratégiques dans certains produits importés, et ce, pendant une période allant de 3 à 5 mois, selon ses déclarations.

Faten Belhadi a en outre assuré que le sucre en vrac ne sera pas, contrairement aux informations qui ont circulé ces derniers jours, retiré du marché et il est vendu, comme à l’accoutumée, à 970 millimes, démentant ainsi son remplacement par le sucre emballé. Elle a souligné que le problème à cet égard vient du refus de certains commerçants de vendre le sucre en vrac en raison de sa faible marge de bénéfice.

La responsable a tenu également à préciser que suite au rejet par les industriels de la proposition du ministère d’importer directement du sucre au profit de leurs usines, il a été décidé de commercialiser le sucre emballé au prix de 1500 millimes tout en ciblant, prioritairement, cette catégorie de sociétés, mais en vain, l’opération n’a pas pu abouti, selon ses dires.

Elle a tenu à ce propos à préciser que la Tunisie importe tous ses besoins pour ce produit à raison de 360 mille tonnes, démentant ainsi toute intention d’augmenter les prix ou de retirer le sucre en vrac du marché et le remplacer par l’emballé.

S’agissant de l’huile végétale subventionnée, Feten Belhadi a fait remarquer que l’État n’a pas diminué ses importations en la matière, faisant savoir que la Tunisie importe annuellement 165 mille tonnes, ce qui correspond aux besoins du marché local, selon ses dires, mais les pratiques de certains commerçants – augmenter les prix et monopoliser le produit – ont conduit à une pénurie, voire une crise. Et de préciser que les campagnes de contrôle qui ont été entamées et qui ont concerné plusieurs gouvernorats du pays ont permis de saisir d’importantes quantités d’huile végétale, notant à cet effet que ce produit existe sur le marché mais il a été distribué à des personnes qui ne le méritent pas, citant le cas des hôtels et des restaurants.

Elle a assuré qu’au vu des abus constatés sur de nombreux produits de base, le ministère du Commerce travaille actuellement en collaboration avec le ministère des Affaires sociales pour la réforme du système des subventions afin de l’orienter vers ceux qui en ont le plus besoin et ce, en actualisant la base de données des familles à faible revenu pour mieux cibler les bénéficiaires de la subvention. 

Outre la révision du système des subventions, la responsable a déclaré que les préparatifs pour le mois de Ramadan ont déjà démarré et ce afin d’approvisionner le marché en produits de base. Un programme de gestion de stocks a été mis en place en coopération avec les groupements professionnels relevant du ministère de l’Agriculture ; il va principalement concerner le lait, le poulet et les œufs, selon ses déclarations.

La responsable du Commerce intérieur au ministère du Commerce a également signalé que le département s’est lancé dans la préparation d’un programme spécial pour la réussite de l’année scolaire 2018- 2019, et ce, en collaboration avec les ministères de l’Éducation et de l’Industrie, ainsi que la préparation d’un programme spécial pour la saison estivale.

Belhadi a ajouté que le ministère du Commerce s’apprête aussi à importer les produits qui connaissent une pénurie structurelle au niveau de la production, comme la viande rouge. D’importantes quantités de viande de bœuf ont été déjà importées et vendues à 17 dinars le kilo. S’y ajoute l’importation de viande congelée au profit du secteur du tourisme, a-t-elle indiqué, faisant remarquer que toute la viande importée est de bonne qualité.

AUCUN COMMENTAIRE

Laisser un commentaire