AccueilActualités - Tunisie : Actualités en temps réelTunis : Une interview de Mohsen Marzouk à Deutshe Welle où il...

Tunis : Une interview de Mohsen Marzouk à Deutshe Welle où il parle de tout sauf de Nidaâ Tounès

Dans une interview exclusive à la chaîne allemande Deutsche Welle, Mohsen Marzouk, présenté comme  « l’un des politiciens les plus puissants de Tunisie », a déclaré que les attaques terroristes du Bardo, de Sousse et contre la Garde présidentielles dont des terroristes de l’Etat islamique (Daech) ont revendiqué la responsabilité, doivent être considérées comme des actes de guerre et avoir rang de  priorité absolue. Il a également indiqué que la Tunisie a besoin d’aide internationale dans sa lutte contre le terrorisme.

« Nous avons besoin de la coopération multinationale en matière de  renseignement et d‘échange d’informations. Le monde en a besoin  et pas seulement la Tunisie, » a-t-il dit.

Il a affirmé que les libertés nouvellement acquises en Tunisie après le printemps arabe en 2011 expliquent en partie l’étendue de la radicalisation dans le  pays. « Au cours de ces années de démocratisation, tout était ouvert et  toute personne  pouvait venir  et recruter des gens, » a-t-il  souligné, ajoutant que, au demeurant, le parti islamiste Ennahdha, qui a conduit un gouvernement de transition après la révolution, n’a pas fait assez pour arrêter le réseau des recruteurs et combattre  le recrutement des extrémistes, selon lui.

L’une des tâches les plus importantes qui incombent à la Tunisie en ce moment est de combattre le terrorisme, a-t-il indiqué.  Mais ce qui rend ce combat encore plus difficile est non seulement le nombre important des  jeunes radicalisés, mais aussi les  lobbies  à l’intérieur de la Tunisie qui sont liés au terrorisme.

« Le lien entre les contrebandiers et les terroristes est évident, sur les frontières et dans les zones frontalières », a-t-il dit au cours de l’émission « Zone de conflit », sur Deutsche Welle.

Il faut, cependant,  du temps pour démanteler les lobbies mafieux, a-t-il ajouté, soulignant que la Tunisie est dans un processus de démocratisation et a fort à faire pour reconstruire le pays après la révolution. « Les institutions de l’État sont faibles parce que nous sommes en train d’édifier de nouvelles institutions. »

La police tunisienne tente de maîtriser la situation,  mais il s’agit d’une guerre asymétrique pour laquelle les forces de sécurité tunisiennes ne sont pas outillées et formées.

Et ce n’est pas le seul problème auquel les forces de sécurité tunisiennes sont confrontées. Selon les organisations des droits de l’homme telles que Human Rights Watch et Amnesty International, la police tunisienne maltraite  encore les détenus : violences, torture et viol,  des pratiques répandues sous l’ancien régime.

Dans l’interview avec DW, Marzouk a admis que ces pratiques persistent encore aujourd’hui, même si c’est de temps à autre, ajoutant que  le gouvernement tente de lutter contre le phénomène. Il  faut du temps pour former les policiers pour qu’ils respectent les droits de l’homme et de leur apprendre à ne pas torturer, violer, maltraiter et se livrer à des abus sur les détenus, des pratiques tolérées des  décennies durant.

« Pensez-vous que vous pouvez avoir une nouvelle police au sortir de  révolution en l’espace de  deux ou trois ans? C’est  un long processus. (…) Il n’est pas facile de passer d’un régime totalitaire centenaire  à un nouveau paradis. »

Une des raisons pour lesquelles ces pratiques sont toujours en cours est que la guerre que la Tunisie est en train de livrer à la terreur affaiblit les institutions de l’Etat et  hypothèque  la réforme des forces de sécurité ainsi que la lutte contre les lobbies de la mafia et les violations des droits de l’homme, a expliqué Marzouk. « Nous devons d’abord mener cette guerre contre le terrorisme et nous devons réformer nos institutions de sécurité. »

Des réformes sont également nécessaires en ce qui concerne la corruption. En fait, la Tunisie a régressé  dans l’indice de corruption de Transparency International au cours ces  cinq dernières années, ce qui, selon la Banque mondiale, coûte au pays deux pour cent de son PIB.

A regard de ces chiffres, Marzouk a déclaré que la lutte contre la corruption doit être une priorité en Tunisie, mais elle a fait un pas en arrière parce que les institutions de l’Etat sont faibles depuis la révolution.

Cependant, la Commission anti-corruption de la Tunisie affirme qu’elle n’est pas en état de conduire ses missions, étant prise en otage par la fonction publique et ne disposant que d’un budget limité avec de moins en moins de personnel.

- Publicité-

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

108,654FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
5,006SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -