37 C
Tunisie
vendredi 25 septembre 2020
Accueil La UNE 4000 migrants tunisiens débarquent en Italie. Rome évoque une « approche à...

4000 migrants tunisiens débarquent en Italie. Rome évoque une « approche à 360 degrés » !

Une scène atypique et à la fois déconcertante pour les baigneurs d’une plage à Lampedusa : des  individus  surgis du large à peine débarqués d’un rafiot, chapeaux de paille vissés sur la tête, lunettes de soleil, traînant des valises à roulettes et un caniche de compagnie en laisse. Tous les accessoires d’estivants en vacances, alors qu’en fait,  il s’agit de boat people tunisiens fraîchement débarqués au terme d’une équipée commencée quelques heures plus tôt au départ des côtes tunisiennes qui en ont vu 4000 autres prendre la mer pour gagner la même destination.

C’est une vague face à laquelle les autorités italiennes, municipales et centrales , semblent quelque peu désemparées, ayant du mal à gérer un si grand  nombre de migrants sur l’île de Lampedusa, qui se trouve à 100 miles de la côte tunisienne, et transfèrent quotidiennement des centaines de migrants sur des ferries vers le continent. Elles  se plaignent aussi  du fait que les immigrés  arrivant à bord de  canots pneumatiques bondés et des petites embarcations à travers le canal de Sicile comportent également un risque de COVID-19.

« Nous avons au moins 1000 personnes qui y séjournent chaque jour », a déclaré le maire de Lampedusa, Salvatore Martello, à Arab News. « Ces pauvres gens vivent dans des conditions terribles, surtout avec la canicule que nous avons connue ces derniers jours ». Alors que par le passé, le principal point de départ de l’Afrique du Nord était la Libye, la plupart des immigrants arrivent maintenant en Italie depuis la Tunisie.

De « sérieux problème de santé » !

La ministre italienne de l’intérieur Luciana Lamorgese, s’exprimant au journal Corriere della Sera, a déclaré que son  pays fait face  maintenant « un flux incontrôlé » en provenance de Tunisie qui créait de sérieux problèmes pour le système de santé. Il affecte les communautés locales vivant à proximité des centres d’accueil d’où les migrants tunisiens, en particulier, tentent de s’échapper avant la fin de la période de quarantaine obligatoire mise en place pour contenir la propagation du coronavirus.

« La situation politique difficile en Tunisie a encouragé les gens à fuir ce pays pour rejoindre l’Europe », a déclaré Marta Grande, présidente du Comité des affaires étrangères de la Chambre des députés italienne. « L’instabilité peut stimuler l’émigration de ce pays et affaiblir les contrôles des autorités locales. C’est un fait et nous devons y faire face ».
Le ministre italien des affaires étrangères, Luigi Di Maio, a décidé de reporter les discussions sur l’allocation de fonds de 6,5 millions d’euros (7,6 millions de dollars) à la Tunisie si celle-ci ne fait pas preuve d’un « réel engagement » pour prévenir les flux migratoires incontrôlés.

Nous sommes tous parfaitement conscients de l’importance de la coopération au développement envers certains pays afin de prévenir les flux migratoires incontrôlés, mais dans cette phase, nous demandons à la Tunisie, pays considéré comme un « port sûr » pour les migrants, des précisions concernant l’augmentation des arrivées en Italie », a déclaré Di Maio lors d’une conférence de presse proposant au gouvernement tunisien un accord sur les migrants. « Il est bon d’avoir une approche à 360 degrés sur la question, elle doit être principalement axée sur la prévention de l’émigration illégale de ce pays. Nous devons nous assurer que les migrants illégaux ne quittent pas ce pays. La Tunisie doit augmenter les patrouilles, en particulier dans la région de Sfax, d’où partent la plupart des bateaux. L’Italie ne peut pas se permettre une nouvelle vague de migrants. Nous ne pouvons pas baisser la garde », a-t-il dit.

Les autorités régionales de Sicile accusent les migrants de la récente augmentation des cas d’infection par COVID-19 sur l’île et un ferry va être déployé au large des côtes de Lampedusa dans les prochains jours pour maintenir les migrants en quarantaine avant qu’ils n’atteignent le continent.

La France en amiable compositeur

Selon le ministère de l’intérieur italien, 11 191 migrants sont arrivés en Italie cette année jusqu’au 24 juillet, dont 4 000 sont des citoyens tunisiens. A cet égard, l’Italie a demandé à la France d’intervenir auprès du « gouvernement tunisien, qui connaît des difficultés économiques extrêmement graves , pour voir comment on pouvait régler ce sujet pour justement alléger la pression migratoire en Italie », a déclaré le ministre français de l’Intérieur Gerald  Darmanin, après un entretien à Rome avec son homologue italienne Luciana Lamorgese.

« Les accords de Malte sont suspendus mais il y a eu plusieurs bateaux qui sont arrivés sur le sol italien et il faut aujourd’hui que l’ensemble des pays européens fassent ce que la France et l’Allemagne ont fait, c’est-à-dire à la fois de la fermeté à l’extérieur des frontières de l’Europe (…) et en même temps nous devons pouvoir répartir les demandeurs d’asile lorsqu’ils sont arrivés en Italie », a estimé le ministre français.
C’est sans doute l’un des messages que le ministre italien des affaires étrangères, Luigi Di Maio, attendu bientôt en Tunisie,  devra délivrer aux autorités tunisiennes.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

104,632FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
4,306SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -

Derniers Articles