AccueilLa UNE« Akacha-Gate », ou lorsque l'obscène le dispute au sordide

« Akacha-Gate », ou lorsque l’obscène le dispute au sordide

« Je ne suis pas d’accord avec ce que vous faites, mais je comprendrais que vous le fassiez », pourrait-on ainsi parodier Voltaire dans son « Traité sur la tolérance », en parlant de Kais Saïed. On peut en effet être, comme nous le sommes dans nos écrits, contre sa manière de gérer la Tunisie et de faire le Chef de tout l’Etat. Mais on ne peut que le défendre contre ceux qui lui mèneraient combat politicien avec autant de sordide que d’obscène.

Lui, comme eux (ou elle, la justice le dira), ont en effet des familles et ont droit à la sacralité de leurs vies privées. Acteur lui-même, Fabrice Lucchini disait que « les acteurs (Ndlr : politiques, pour l’occasion) doivent respecter un devoir de réserve de non obscénitéparce qu’ils ne vivent pas les problèmes des gens ». Et quand bien même le vivraient-ils, l’obscénité reste la plus sordide des instruments de la politique.

Et on pourrait cette fois citer directement le même Voltaire, lorsqu’il disait dans ses « Lettres anglaises », que « Il faut bien quelquefois se battre contre ses voisins, mais il ne faut pas brûler ses compatriotes pour des arguments ». En Tunisie, il suffit déjà pour ces derniers les flammes des multiples incendies, criminels ou accidentels- la loi le déterminera-, allumées çà et là à travers tout le pays, de Bizerte à l’oasis Gabès, dans un pays en état de sécheresse financière et d’aridité économique. Un pays, poussé à la mendicité sur des marchés très sensibles à l’atmosphère délétère d’instabilité que génèrent immanquablement les guerres politiciennes qui font feu de tout bois, au risque de s’adonner à la politique de la terre brûlée.

–          Les « Akacha-leaks » de l’ancienne « régente de Carthage »

Anciennement puissante « régente de Carthage », surnommée aussi « boîte noire du Palais », ses « Leaks » sous forme de fuites sonores de conversations moqueuses de tout ce qui entoure son ancien patron, y compris l’ambassadeur US en Tunisie, continuent de rythmer le quotidien des Tunisiens sur les réseaux sociaux. Elle en a, dans un premier temps, démenti l’authenticité, mais on en est déjà à la 11ème du genre, et cela pourrait bien continuer, dans ce qui ressemble de plus en plus à une campagne de dénigrement du chef de tout l’Etat à des fins politiciennes. 

En France, pays de la déclaration universelle des droits de l’homme et de la liberté d’opinion et d’expression, tout le monde était au courant de la situation conjugale controversée de l’ancien président François Mitterrand. Mais personne, y compris la presse et encore moins son cabinet, ne s’était donné la liberté d’en parler.

En Tunisie, et au mépris de l’obligation légale du droit de réserve de tous les fonctionnaires, tout ou presque est étalé, sans aucune pudeur, sur la voie publique. Avec ce qu’on pourrait appeler les « Akacha leaks » que certains, comme dans « le Courrier de l’Atlas » attribuent à la technologie « Pegasus » d’autant qu’elle était en France lors des enregistrements, le « presque » a été ricanement dépassé.

–          L’entourage de Saïed imite « Zaba » dans les années de braise

On passera sur la santé mentale du chef de tout l’Etat, et sur les maladresses de la première rencontre de Saïed avec le chef de l’Etat français. On passera  encore sur le fait révélé lors du 11ème épisode de ses leaks, concernant la relation conflictuelle entre la femme de Kais Saïed, juge de son état et le frère du président qui fuiterait des secrets du Palais à Goumani d’Ennahdha. Mais lorsque la « Dircab » évoque la vie conjugale du chef de l’Etat,  sa relation avec la première Dame et sa sœur en ajoutant honteusement que « je ne vais pas vous dire il y a un puits » et autres secrets d’alcôve, cela dépasse toutes les bornes, et relève incontestablement de la politique sordide qui n’a aucune retenue à instrumentaliser l’obscène à des fins politiciennes. Des pratiques, que seul l’entourage du défunt président tunisien avait osé utiliser en vidéo, au summum de sa guerre contre les Islamistes.

- Publicité-

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

108,654FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
4,998SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -