AccueilLa UNEBouden accélère la cadence. Saïed suivra-t-il ?

Bouden accélère la cadence. Saïed suivra-t-il ?

Après son dernier voyage à Davos où elle avait pu parler face à face au gotha mondial des finances et notamment la directrice du FMI, la cheffe du gouvernement tunisien Nejla Bouden semble vouloir accélérer le train des réformes, nécessaires pour que l’économie tunisienne se redresse et prenne un nouveau départ, avec l’aide certes de ses bailleurs de fonds.

Et c’est ainsi que « l’accélération de la mise en œuvre du programme national de réformes a été au centre d’un conseil ministériel, tenu samedi dernier sous la présidence de la Cheffe du gouvernement », selon un communiqué de la Kasbah.

–          Fournir de la liquidité et y faciliter l’accès aux entreprises

Le conseil s’est ainsi penché sur l’avancée réalisée dans les réformes particulièrement en ce qui concerne le renforcement de la liquidité, la facilitation de l’accès des entreprises au financement, la redynamisation de l’investissement, l’assouplissement du cadre juridique et réglementaire du climat des affaires ainsi que les mesures d’impulsion de l’exportation. Il a réitéré la poursuite de la préparation d’une liste négative des autorisations pour libérer les initiatives collectives et privée, avant la fin de l’année.

Le conseil a examiné, également, l’avancement du programme de gouvernance de l’énergie et de la mise en place d’un programme d’action pour aider la STEG à relier ses centrales électriques à des sources d’énergie renouvelable outre les projets de production d’hydrogène vert.

–          Préparer les Z.I nécessaires aux grands projets, et garantir les besoins du citoyen

De même, la réunion a porté sur les réserves foncières qui seront octroyées, au dinar symbolique, à l’Agence foncière industrielle (AFI), pour la création de zones industrielles conformes aux exigences des grands investisseurs.

Il s’agit, également, de veiller à l’application du programme national pour la garantie des besoins quotidiens du citoyen en produits de base et de maîtriser les circuits de distribution, en renforçant l’approvisionnement et en diversifiant ses sources, outre la garantie d’un stock stratégique.

Le conseil s’est, par ailleurs, intéressé au programme d’encadrement des catégories sociales vulnérables et à l’autonomisation économique des femmes, à travers de nouveaux programmes qui favorisent la création de PME.

–          Le recyclage professionnel pour répondre aux besoins du marché

Le conseil ministériel a examiné l’avancée en matière de recyclage professionnel dans l’objectif de répondre aux besoins du marché du travail et la réalisation de la stratégie nationale de réforme des services de transport urbain, aérien et maritime, dont notamment l’avancement des travaux préparatoires pour le lancement du projet de port en eaux profondes à Enfidha.

La discussion a par ailleurs, porté sur l’entrée en vigueur du programme de retraire anticipée en coordination avec le programme de réaffectation des fonctionnaires publics et l’activation du système du travail à distance.

–          Assurer la réussite des examens

Il a encore, examiné les moyens nécessaires pour garantir le déroulement des examens nationaux dans les meilleures conditions, évoquant aussi, la généralisation de l’année préparatoire à toutes les régions du pays, à partir de l’année prochaine. Et d’assurer également, le suivi des préparatifs pour les examens universitaires et de la réforme du cadre général du système d’enseignement.

Sur un autre plan, il s’est penché sur le programme d’installation d’unités de valorisation et de tri des déchets dans toutes les régions du pays.

–          Un calendrier pour la signature électronique, et l’identifiant unique en juillet 22

Les autres axes débattus lors de ce conseil ministérielconcernent la mise en place d’un calendrier pour l’entrée en vigueur du cachet électronique utilisé pour la dématérialisation des procédures administratives, tout en reliant les entreprises publiques au même système d’échange de documents pour ne plus exiger de copie conforme. Pour ce qui est de l’identifiant unique, il entrera en vigueur début juillet 2022, ce qui va permettre d’abandonner la signature légalisée.

–          Les questions qui se posent

On notera que ce dernier CM n’a pas été présidé par Kais Saïed, qui en a pourtant passé en revue les différents points, une journée auparavant avec la cheffe du gouvernement vendredi dernier. On rappellera aussi que le même Kais Saïed avait déjà exprimé des réserves sur le programme de Nejla Bouden, lorsqu’il avait dit, le 29 décembre 2021, que la loi de finances pour l’exercice comportait « des choix qui ne permettent pas de répondre aux revendications du peuple (…).

Le même Saïed s’était déjà aussi prononcé, de manière politiquement correcte, contre le recours à l’endettement auprès du FMI.  Il est  pourtant désormais prouvé que le programme de redressement de l’économie tunisienne, passe inévitablement par l’assistance financière au budget, via crédits, et que la clé de voûte du marché financier international passe tout aussi inévitablement par un accord avec le FMI.

Restera donc à savoir si le chef de tout l’Etat appuiera ou non, clairement et sans réserves, les efforts de sa cheffe de gouvernement en faveur de cette relance économique, qui détermine pourtant l’avenir de tout le programme politique de Kais Saïed ! 

- Publicité-

1 COMMENTAIRE

  1. C’est beau d’avoir des axes d’orientation pour la relance de l’économie, reste à planifier et de traduire en actions dans le temps et dans l’espace desq réformes préconisées car on en a marre du blabla et de la théorie. Il faut traduire le programme dans un calendrier d’actions pratiques avec date départ de l’action et date d’achèvement de l’action. Toute manifestation ou blocage quelconque doit être sévèrement puni, donc application de la loi. A-t-on préparé des fiches grands projets à réaliser notament l’extension des zones industrielles et les avantages qui en découlent ? la création de ces zones doivent avoir un business plan en tenant compte des projets identifiés et réalisables, si non on ne crée pas de zones industielles délaissées pour le paturage et les brebis. L’AFH doit être réactivée car elle a des projets d’aménagement bloqués, les terrains à hammamet sont largement convoités par les travailleurs résident à l’étranger. Il faut bloquer tout recrutement dans la fonction publique et procéder immédiatement au redéploiment du personnel dans les régions déficitaires avec des formations continues. Des projets présidentiels de 2000 restent inactifs, il faut les reprendre, les actualiser et les mettre en activité tel que le projet de constitution juridique des sociéttés en ligne (guichet unique virtuel de l’APII), projet réalisé et mis dans les tiroires. Il faut accélerer les décrêts d’application des lois, il faut supprimer la notion « à l’étude », tout ministre ne signe pas à temps le décrêt restera chez lui. Tout blocage visant les facilités de création d’entreprise demeure pénal. Il faut laisser le gouvernement travailler causionné par le Chef de l’Etat. Agir pour le bien de la nation et de la génération future. Faut-il faire appel aux anciens cadrse de l’administration tunisienne pour des conseils.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

108,654FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
5,002SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -