AccueilLa UNEChoc mondial : Stockage saturé … la Tunisie ne pourrait plus importer...

Choc mondial : Stockage saturé … la Tunisie ne pourrait plus importer de pétrole

Le pétrole américain vit, actuellement, l’une des pires crises et c’est un véritable coup dur pour les producteurs et les opérateurs de ce secteur.
Ce qui se passe aux Etats-Unis, n’a en effet jamais eu lieu… On parle de ‘’inélasticité’’… Un terme que Bloomberg a utilisé pour caractériser cette chute douloureuse.
‘Inelasticity’,  ce terme traduit l’incapacité de l’offre de pétrole de s’adapter à la chute de la demande. Une explosion des stocks de pétrole face à une consommation totalement effondrée. Pire, en 2020 un baril de pétrole ne trouve pas d’acheteur à des prix négatifs.

- Publicité-

 Tunisie serait-elle impactée par cette crise ?

Le conseiller auprès du ministre de l’Energie chargé du portefeuille des hydrocarbures, Hamed Matri, a affirmé que la Tunisie ne pourrait pas bénéficier de la baisse des prix du pétrole sur le marché mondial, et de l’achat de grandes quantités d’hydrocarbures en raison d’une capacité  insuffisante de stockage  et de réservoirs.
Dans une déclaration accordée à African Manager, jeudi 23 avril 2020,  Matri a indiqué que tous les réservoirs de carburant sont pleins, et que la Tunisie dispose, à présent, suffisamment de stocks pour environ 3 mois. ‘’Le ministère de l’Énergie a, par ailleurs, tenu plusieurs réunions pour étudier la situation, sauf que toutes les personnes du secteur ont admis que le principal problème était la faible capacité de stockage’’, a-t-il dit.

Afin d’agir sur la capacité de stockage, le ministère a contacté tous toutes les stations-service dans tous les gouvernorats pour envisager la possibilité d’acheter plus de carburant.  Les propriétaires ont souligné que les réservoirs sont saturés et ne sont pas en mesure de pomper plus de quantités en raison de la stagnation des ventes, depuis l’annonce du confinement général dans le pays.

La consommation nationale du carburant en baisse

Le conseiller auprès du ministre de l’Energie chargé du portefeuille des hydrocarbures Hamed Matri a, également, souligné que la consommation nationale d’hydrocarbures a connu une baisse de 40%, en raison de l’arrêt des activités économiques et industrielles, ainsi que du confinement.

Du jamais-vu et pour la première fois, le prix du brut américain s’est négocié en dessous de zéro. En effet, les vendeurs ont payé très cher pour qu’on les débarrasse de leurs stocks.

La demande de pétrole a diminué au cours des derniers mois en raison des procédures de fermeture des frontières maritimes et aériennes suite à la propagation du Coronavirus.

Du jamais vu … Aux États-Unis, le prix du baril de pétrole a atteint -37,63$

Matri a souligné que le problème du stockage concerne le monde entier et pas uniquement la Tunisie, pendant cette période  exceptionnelle, ajoutant qu’à l’avenir le système de stockage et de raffinage sera revu et étudié.
Les stocks de pétrole brut ont explosé aux États-Unis parce que la consommation s’est effondrée.
Ainsi, le baril de 159 litres de pétrole brut coté à New York, qui s’échangeait à plus de 60 dollars en début d’année et à 18,27 dollars vendredi 17 avril, a terminé la journée du lundi 20 avril à -37,63 dollars.

Il a également déclaré que la Tunisie fait face à une autre contrainte, aujourd’hui, celle  tenant à la manière de disposer de la production nationale d’hydrocarbures.

Vers un ajustement des prix du carburant, dès le 6 mai

Dans une déclaration accordée à Africanmanager, jeudi 23 avril 2020, le conseiller auprès du ministre de l’Energie chargé du portefeuille des hydrocarbures Hamed Matri a indiqué que les prix de vente publique de certains carburants seront révisés.
‘’Le taux de baisse sera de 1,5%, soit une réduction de 30 millimes’’, a-t-il expliqué.

Matri a, également, déclaré que depuis le début du mois d’avril, le ministère a approuvé le changement du mécanisme de révision des prix du carburant, tous les 3 mois à 5% de baisse ou d’augmentation par rapport au prix actuel.
Ainsi, un ajustement de 1,5% de baisse ou d’augmentation par rapport au prix actuel chaque mois, va jusqu’à atteindre 2%, début janvier de l’année 2021.

Entre pandémie et effondrement économique le monde vit, actuellement, des crises sans précédent. Est-ce l’apocalypse ?

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

108,654FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
4,917SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -

Derniers Articles