AccueilLa UNEEncore une hausse des prix du carburant, la semaine prochaine

Encore une hausse des prix du carburant, la semaine prochaine

Une hausse des prix du carburant est attendue la semaine prochaine en Tunisie, et ce  dans le cadre des augmentations  mensuelles décrétées  par le ministère de l’Industrie et de l’énergie.

A ce jour, c’est  la troisième fois depuis le début de l’année  en cours que  les autorités tunisiennes  prenaient de semblables  décisions , dont la dernière en date l’a été  durant le mois d’avril, dans le cadre du mécanisme d’ajustement des prix des produits pétroliers. Elle était de  5%, alors que la loi de finances pour l’année 2022 prévoit d’activer l’ajustement automatique des prix des produits pétroliers (essence, gasoil ordinaire et gasoil 50)  à hauteur de 3% au lieu des 5% approuvés en 2021.

Il est toutefois à noter que le  ministère de l’Industrie et de l’énergie  a annoncé récemment, dans des communiqués de presse, que l’augmentation se situera entre 3 et 5 %.

Une source bien informée a déclaré à African Manager que le gouvernement tunisien renoncera probablement à l’avenir à déterminer le taux d’augmentation afin de pouvoir modifier le pourcentage de cette augmentation en raison de la crise mondiale des prix du pétrole.

Les échanges pour le pétrole Brent ont commencé, hier lundi, à 112,1 dollars le baril pour les contrats à terme pour livraison en juillet, tandis que le prix baisse à 110,47 dollars le baril pour les contrats à terme de pétrole brut pour livraison en juin.

La même source précise que la Tunisie a soumis, depuis trois mois, des demandes d’achat de pétrole brut auprès des fournisseurs internationaux, au prix du baril pendant cette période.

Elle a également souligné que le prix du baril à l’entrée du pays n’est pas le même que lorsqu’il est vendu, car il est soumis au processus de transport et de raffinage, en plus de l’imposition de  taxes comme celle sur  la consommation, ce qui entraîne une augmentation automatique du son prix initial.

On est très loin des75 dollars le baril !

Il est à mentionner que la Tunisie a élaboré  son budget pour l’année 2022 sur la base d’une moyenne de 75 dollars le baril pour toute l’année, sachant que l’augmentation d’un dollar du prix du baril entraîne une augmentation des dépenses de subvention de 137 millions de dinars, et l’augmentation de 10 millimes du taux de change du dollar entraîne une augmentation de 40 millions de dinars des dépenses mentionnées.

Le  gouvernement avait estimé, selon le rapport budgétaire 2022, les besoins de financement nécessaires du système  de  compensation des hydrocarbures, de l’électricité et du gaz en 2022 à environ 5,1 milliards de dinars, sur la base de plusieurs indicateurs, dont le prix du pétrole à 75 dollars de type « Brent » et le taux de change de dinar qui était de l’ordre de 2,920 dinars pour un dollar.

Le gouvernement a révélé dans le même document  ses prévisions en matière de production d’hydrocarbures,  précisant que celle-ci est estimée à 2,222 millions de tonnes de pétrole brut et 2,268 millions de tonnes de gaz équivalent  pétrole, alors que  le volume de consommation du gaz  naturel le atteindra 5,778 millions de tonnes en  2022, soit 1,6% de plus que les prévisions de 2021.

Le rapport indique que la consommation de produits pétroliers finis évoluera d’environ 0,7% en 2022 par rapport aux estimations  faites au titre de 2021, tandis que la Tunisie importera 2,944 millions de tonnes de produits pétroliers prêts à l’emploi, contre  2,905 millions de tonnes pour l’année 2021.

Le programme de réforme du gouvernement vise à atteindre les prix réels des carburants d’ici 2026, tout en prenant des mesures parallèles pour protéger les catégories vulnérables.

3,200 DT le litre d’essence à l’horizon 2026

Compte tenu  de la conjoncture, des  facteurs externes et internes et des réformes que le gouvernement entend entreprendre à l’avenir, le prix du carburant, selon un certain nombre d’experts, pourrait atteindre 3200 millimes le litre en Tunisie avant la fin de l’année 2026.

Le  professeur d’économie et ancien membre du conseil d’administration de la Banque centrale, Fathi Nouri, a estimé que la hausse des prix du carburant s’imposer à tous les pays du monde en raison de la crise internationale, alors qu’elle va être progressive en Tunisie en fonction du coût de l’approvisionnement.

Les données du site «globalpetrolprices » ont montré que le prix moyen de l’essence dans le monde au cours du mois d’avril en cours a atteint 1,33 dollar le litre.

Selon le site, la guerre russo-ukrainienne a entraîné une grande disparité des prix de l’essence entre les pays du monde. En fait, le prix le plus élevé a atteint 2,87 à Hong Kong, alors le prix le plus élevé dans les pays arabes était en Jordanie où le litre d’essence a atteint 1,53 dollar.

Ce classement indiquait que la Tunisie  figurait à la  onzième place  dans le monde arabe dans le classement des prix des carburants les moins chers et à la vingt-sixième au niveau international, avec un prix équivalent à 0,74 dollar pour le litre d’essence.

- Publicité-

1 COMMENTAIRE

  1. il faut que l’augmentation des prix des carburants soit équitable en fonction des puissances des voitures c’est injuste un citoyen qui possède 4 ch ou 5 ch paye le même prix qu’un citoyen qui possede10 ou 15 ch c’est injuste moralement et socialement pour atténuer son déficit publique l’Etat doit chercher l’argent de ceux qui ont en grande quantité et payent moins d’impôts en imposant une vignette variable selon la consommation de carburant et une taxe de pollution adoptée par plusieurs pays européens en fonction de la puissance des voitures et que l’Etat réduit son parc automobile et le volume des bons d’essence octroyés à ses fonctionnaires .

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

108,654FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
5,002SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -