AccueilPresse localeFadhel Abdelkéfi: La nouvelle Constitution, une calamité pour la Tunisie

Fadhel Abdelkéfi: La nouvelle Constitution, une calamité pour la Tunisie

Le président du parti Afek Tounes,  Fadhel Abldekéfi,  a affirmé, jeudi, que son parti a décidé de participer au référendum du 25 juillet et de voter contre la nouvelle Constitution -qualifiée de « calamité »- pour sauver la Tunisie de la dictature et du processus unilatéral que mène le président de la République.

« Dans les démocraties, il faut un quorum pour pouvoir passer au référendum, mais en Tunisie il est possible de le faire avec dix personnes », a-t-il dit sur Mosaïque fm.

Et d’ajouter que le seul moyen de faire face au populisme et à la crise que traverse le pays est de dire « non » le 25 juillet. Le président d’Afek Tounes a, par ailleurs, estimé que la nouvelle Constitution représente un danger pour la Tunisie.

« On veut nous faire croire qu’il s’agit d’un régime présidentiel, alors que dans ce régime, le Parlement, les syndicats, les médias et les partis politiques jouent un rôle important. Cependant, selon la nouvelle Constitution, le président de la République s’accapare tous les pouvoirs. Il n’a pas de limite. Il s’agit donc d’un régime présidentialiste, sur mesure pour Kais Saïed », a ajouté Abdelkéfi.

Il a, dans ce contexte, considéré que le chef de l’État est arrivé au point de ne plus appliquer les lois qu’il a décrétées lui-même, dénonçant sa démarche unilatérale et extrémiste.

- Publicité-

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

108,654FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
5,002SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -